Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 16 novembre 2018
Antananarivo | 06h13
 

Agriculture

Cultures maraîchères

Les paysans se lancent dans l’Agri-buissnes

mardi 20 janvier 2009 | Ax’s

Réputée pour ses activités dans les cultures maraîchères, la commune d’Anjeva-Gare, district d’Avaradrano, ne cesse de promouvoir ses rendements. La production de cette commune dépasse les 4000 tonnes annuellement, et elles sont majoritairement orientées vers le marché. D’ailleurs, les 90% des légumes d’Anjeva-Gare sont écoulés dans la partie Est de la Grande île. Ainsi, cet agri-business entraîne « de facto » un surplus de revenus pour les paysans producteurs.

Au départ, la productivité était limitée du fait de l’utilisation et la conservation des techniques culturales traditionnelles. Cette tendance a, par contre, connu une nette amélioration depuis l’intervention du PSDR dans cette commune. Une quinzaine d’organisations paysannes exploitant une superficie totale de 46 ha a bénéficié de cet appui pour le développement des cultures maraîchères. « Les producteurs réussissent actuellement à écouler au minimum 5 tonnes de légumes par jour alors qu’auparavant, ils n’en pouvaient faire mieux que 3 tonnes, au maximum, une augmentation de plus de 75% », a d’ailleurs expliqué Raymond Ramandimbiarijaona, le maire de la commune.

Application des techniques modernes

Au vu de ces résultats, les paysans producteurs de la commune d’Anjeva sont finalement résolus à n’adopter que cette nouvelle technique culturale, plus moderne qui promet des avancées socio-économiques des plus rentables. Une telle initiative vient de la DRDR (Direction Régionale du Développement Rural) d’Analamanga. Toutefois, elle travaille en partenariat avec le PSDR qui assure l’encadrement technique de ces paysans dans leurs exploitations agricoles. L’encadrement des paysans consiste notamment au choix du sol à cultiver, aux normes à suivre relatives à l’usage des engrais et des semences ainsi qu’aux procédés agricoles adaptés afin que les paysans puissent augmenter davantage leur productivité.

Rotation continue pour un approvisionnement assuré

La rotation culturale des légumes comme la tomate, les poireaux, les choux ou encore les concombres, les courgettes et les haricots verts a permis aux organisations paysannes bénéficiaires du financement du PSDR d’approvisionner le marché, que ce soit à Toamasina ou à Antananarivo-Ville. Durant toute l’année, il existe toujours des cultures maraîchères, même en contre-saison. Un procédé qui devrait augmenter immanquablement le revenu des paysans.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 143