Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 30 novembre 2020
Antananarivo | 07h25
 

Société

Les paramédicaux vont soutenir Valérien au tribunal

mercredi 11 juillet 2012 | Haingo

Après des mois de grève, les paramédicaux maintiennent toujours leur revendication quant à la réalisation des accords qu’ils ont signés avec le ministère de tutelle concernant la révision à la hausse de leur grille indiciaire. L’affaire arrive actuellement jusqu’au tribunal car Valérien Rakotonandrasana, secrétaire général du syndicat des paramédicaux à Madagascar doit se présenter devant le juge ce mercredi 11 juillet après avoir bénéficié d’une liberté provisoire. Il lui est reproché le refus de soigner les blessés suite aux bousculades à l’entrée lors des demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations de rugby. Selon les explications des paramédicaux grévistes, ils seront présent à Anosy ce jour pour soutenir leur secrétaire général.

Malgré cela, aucun mouvement ni manifestation n’a été constaté ce mardi 10 juillet. Ils ont seulement suspendu leur activité puisqu’ils ont décidé depuis leur mouvement de cesser leur activité chaque mardi. D’un autre côté, l’État Malagasy par le biais du ministère de la santé publique et du planning familial, a lancé un ultimatum de 24h à l’endroit du syndicat des infirmiers et des sage-femmes de Madagascar. Un ultimatum exigeant la reprise de leurs activités. Face à cette décision, les paramédicaux ont de leur part répondu qu’ils sont prêts à d’éventuelles sanctions qui pourront survenir. En d’autres termes, ils sont prêts à mener jusqu’au bout leur mouvement jusqu’à obtention de satisfaction sur leur doléance. Au centre hospitalier Ravoahangy Andrianavalona, les responsables de cet établissement ont mis en place les dispositifs nécessaires pour éviter les incidents comme ceux de lundi 9 juillet dernier. Un filtrage à l’entrée a été mis en place : seuls les malades et leurs proches ainsi que les personnels de l’hôpital auront le droit d’entrer dans l’enceinte de l’hôpital.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 11 juillet 2012 à 10:15 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    En général,dans les services publics,une loi a instauré une obligation de préavis de cinq jours et interdit les grèves tournantes.
    La "contreverse" sur les grèves dans les services publics vient du fait qu’il y a conflit entre le droit de grève et le principe de continuité de service public,qui sont deux principes à valeur constitutionnelle "QUE LES TRIBUNAUX DOIVENT CONCILIER".
    Dans la fonction publique,les personnes grévistes peuvent être réquisitionnées.
    Attendons,la décision du Tribunal Malgache.
    Basile RAMAHEFARISOA
    1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS