Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 13 août 2022
Antananarivo | 01h25
 

Economie

Chambre des mines de l’Afrique australe

Les mines et la gestion des grandes mines au menu

lundi 2 septembre 2013 | Valis

Les huit (8) pays membres de la Chambre des mines de la région Afrique australe (Misa), avec en ce qui concerne notre pays une représentation via la Chambre des mines de Madagascar, se réunissent en assemblée générale ce 2 septembre à l’hôtel Ibis. Outre les questions relatives à l’organisation interne de la Misa, cette rencontre sera l’occasion des échanges d’expériences en matière de gestion des grandes exploitations minières. Les compagnies minières qui travaillent à Madagascar sont souvent pointées du doigt depuis cette transition. Elles sont accusées de tous les maux par les politiciens et par les collectivités parce que les attentes à leur endroit sont énormes. Trop souvent même, certains politiciens et individus s’imaginent que ces compagnies minières sont là et doivent servir les populations et les collectivités ou qu’elles doivent faire œuvre de charité parce qu’elles se feraient des super-bénéfices. En tout cas, les questions d’exonérations ou de franchises, d’impôts et autres redevances sont à tous les coups évoquées sans vraiment d’explications sur les contrats, conventions ou lois qui régissent les droits et devoirs ou les liens entre ces compagnies et l’État. Un opérateur minier a toutefois noté que les retombées directes et significatives auprès des populations des régions concernées ne sont réellement palpables qu’une fois que l’exploitation du minerai en question ait atteint sa phase de croisière.

Ceci dit, il avait été décidé durant cette transition, la suspension de délivrance de nouveau permis minier, sur la base du principe selon lequel le pouvoir de transition ne peut engager de manière durable (pour 25 ans ou plus apparemment) l’avenir du pays ou d’une région. Mais il semble que certaines compagnies auraient bénéficié de passe-droit et ce serait, paraît-il, une des raisons de l’extension de l’initiative pour la transparence des industries extractives (EITI) jusqu’aux informations ayant trait à leur permis d’exploitation. Jusqu’à présent, cette transparence s’était limitée à la confrontation de ce que les compagnies ont payé et ce que l’État a perçu. Depuis l’assemblée générale des pays membres de l’Initiative pour la transparence des industries extractives de Sydney le mois de mai dernier, il ne s’agit plus de publier seulement ce qui a été payé et ce qui a été perçu mais aussi de publier comment cette somme a été utilisée, dépensée mais également de publier comment (ou combien) a-t-on fait pour être en possession de son permis minier ?

Quoi qu’il en soit, la Chambre des mines fait constater que par rapport aux petites mines, pour lesquelles 300 permis ont été délivrés depuis la transition, les grands gisements miniers dont la mise en exploitation est en mesure d’apporter de gros investissements et beaucoup d’emplois directs ou indirects, sont lésés. Il faut en effet dire que certaines compagnies qui ont obtenu des permis de recherche et qui ont conclu que leurs recherches sont fructueuses, devraient dans la logique du processus passer au stade de l’exploitation et donc obtenir l’autorisation pour l’étape d’exploitation ; il en est de même quand cette compagnie est arrivée au stade de l’exploitation et devrait, d’une manière logique, être autorisée à exporter sa production et donc obtenir le permis ou la licence pour ce faire.

Selon la Chambre des mines de Madagascar, de grands gisements de minerais attendent encore l’autorisation ou le permis d’exploitation pour être opérationnels et créer de l’emploi et des richesses. C’est le cas du charbon de terre de la Sakoa, du calcaire et du vanadium de Toliara, du bauxite de Manantenina. La Chambre des mines reconnaît que le dialogue est permanent avec le ministère des Mines, mais jusqu’à présent aucun permis n’a été délivré pour les grandes compagnies qui sont pourvoyeuses d’emplois dans les régions où elles travaillent tout en contribuant à étoffer les caisses de l’État.

22 commentaires

Vos commentaires

  • 2 septembre 2013 à 07:57 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Les huit Pays membres ???
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 2 septembre 2013 à 08:35 | hrrys (#5836) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      encore une fois il faut revoir les contrats miniers de M/ar : trop des privilèges et avantages et installer dans les carrières

    • 2 septembre 2013 à 08:37 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      des représentants de l’état

    • 2 septembre 2013 à 08:48 | manga (#6995) répond à hrrys

      Hrrys,
      Pour un pouvoir de transition, il m’est inconcevable d’admettre qu’elle, à part la liquidation des affaires courantes, peut se permettre de s’aventurer à des contrats à long terme, d’une part, mais aussi, et d’après les informations qui circulent et sans parler des dons récemment offerts à Tamatave, je ne vois pas exactement l’interêt de la nation que de la région pour un aussi faible voire negligeable pourcentage.

    • 2 septembre 2013 à 09:42 | hrrys (#5836) répond à manga

      manga il faut changer ce systéme archaïque :corromper les gouvernants

    • 2 septembre 2013 à 09:54 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      rectif : corrompre.., on sait qui sont ces membres de la chambre des mines de M/AR

    • 2 septembre 2013 à 13:52 | Jipo (#4988) répond à hrrys

      Puisque vous savez qui ils sont virez les et leur ministre , comme Félicie . /

    • 2 septembre 2013 à 14:10 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Comment en tant que faisant partie de VIP de ce monde , ils ne vous ont pas invité ?

    • 2 septembre 2013 à 14:11 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      en tant que membre faisant partie des VIP ...

    • 2 septembre 2013 à 14:12 | hrrys (#5836) répond à Jipo

      Jipo , ils sont là le fait est là .Nous les peules n’auront d’autre choix que d’élire parmi ces 33 personnalités dont majoritairement rien à envier

    • 2 septembre 2013 à 18:14 | Jipo (#4988) répond à hrrys

      On n ’est pas sorti de l’ auberge ...

  • 2 septembre 2013 à 09:04 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et bonne jour à tour.

    Sans le retour à l’ordre constitutionnel dans les meilleurs délais et en faisant mine de rien, nos mines deviendraient des champs de mine donc un danger pour tous.

    • 2 septembre 2013 à 09:15 | manga (#6995) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Champ de mines pour la population et non pour les exploitants mon cher, car ils ne vont pas se déplacer sans aucun intérêt

    • 2 septembre 2013 à 09:22 | manga (#6995) répond à plus qu'hier et moins que demain

      L’ordre constitutionnel ne sera tant qu’il n’y ait un consensus pour la réconciliation, inclus, la proposition du doyen Albert ZAFY pour un referendum.
      On croit résoudre un problème crucial à partir d’une élection mal fondée comme si on confond la vitesse de la précipitation.

    • 2 septembre 2013 à 10:11 | hrrys (#5836) répond à manga

      qui peut me donner parmi le liste des candidats autorisés les franc maçon et les hommes de paille des occidentaux

    • 2 septembre 2013 à 11:48 | Info ou intox ? INFO : (#2357) répond à plus qu'hier et moins que demain

      C’est affligeant de constater que des compagnies étrangères (y compris européennes, comme OMV) profitent du chaos de 4 ans à Madagascar pour s’entendre sur le partage des futurs bénéfices tirés de l’exploitation de ses ressources minières. Le peuple malgache, qui n’a plus de représentants élus depuis le coup d’état, va bientôt réaliser que le territoire de Madagascar et ses richesses ne lui appartiennent plus car ils ont été vendus, à leur insu.
      À qui profite le crime ? Combien les dirigeants et "conseillers" de la transition ont-ils touché de pots de vin sur ces contrats, joint-ventures et permis dont certains engagent le pays pour plus de 40 ans :

      - Contrat "Toliara Sands" avec la Cie World Titanium Resources

      == Madagascar Oil et Toliara Sands reçus par le Premier ministre Camille Vital (09/05/11) http://www.madagascar-tribune.com/Madagascar-Oil-et-Toliara-Sands,15864.html
      == Site de WTR Annual Report - 30 June 2012 http://www.worldtitaniumresources.com/files/120928-WTRL-Annual-Report-2012-Final-Signed.pdf
      (Page |2) "In late April 2012, WTR received a Mining Licence for Phase 1 of the Ranobe mine and a second Mining Licence for the area immediately south of the initial mining area. In addition WTR received the renewal of the remainder of the Ranobe Exploration Licence. Each of the mining licences has a term of 40 years and may be renewed for one or more additional 20-year terms."

      - Dernier exemple : Bloc offshore "Grand Prix", eaux profondes du Bassin de Morondava (Madagascar) - Signature d’un contrat de partage de production entre la compagnie canadienne Niko Resources et le groupe pétrolier et gazier européen OMV

      == Madagascar : OMV takes farmout from Niko Resources - 08/30/2013
      http://www.ogj.com/articles/2013/08/madagascar-omv-takes-farmout-from-niko-resources.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+latesg-news-ogj+%28OGJ+-+Latest+News%29
      A unit of OMV AG has signed a definitive farmout agreement to earn a 40% interest from Niko Resources Ltd., Calgary, in the Grand Prix PSC in Madagascar.
      Niko will retain a 35% working interest. Closing is subject to government approval. Niko expects nearly a combined $40 million in proceeds from this agreement and an unrelated Indonesia farmout with Hess Corp.
      The Grand Prix block covers 4.2 million acres off Madagascar’s central west coast. This part of the Morondava basin is underlain by deepwater fan systems and a Mesozoic rift system.

      == Niko Reports on Developments at its Indonesia, Madagascar PSCs http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/128773/Niko_Reports_on_Developments_at_its_Indonesia_Madagascar_PSCs?rss=true
      Canada’s Niko Resources Ltd. announced that it has executed two sets of agreements which, subject to the required government approvals, will provide proceeds of nearly $38 million (CAD 40 million).
      Farm-out of Grand Prix PSC in Madagascar
      Niko has signed a definitive farm-out agreement under which OMV, an integrated international oil and gas company, will earn a 40 percent interest in the Grand Prix Production Sharing Contract (PSC) in Madagascar, with Niko retaining a 35 percent working interest. Closing of the deal is subject to the approval of the Government of Madagascar.

    • 2 septembre 2013 à 11:51 | Info ou intox ? INFO : (#2357) répond à Info ou intox? INFO:

      Précision
      Contrat « Toliara Sands » : World Titanium Resources est une Cie australienne.

    • 2 septembre 2013 à 13:57 | Jipo (#4988) répond à hrrys

      Les hommes de pailles comme vous dites sont tous vos ministères et gouvernants , tous corruptibles , par leur arrivisme et égoïsme , avec une clairvoyance dont l’ horizon s’ arrête à leurs naseaux .

    • 2 septembre 2013 à 14:08 | Jipo (#4988) répond à Info ou intox? INFO:

      "À qui profite le crime ? Combien les dirigeants et « conseillers » de la transition ont-ils touché de pots de vin sur ces contrats, joint-ventures et permis dont certains engagent le pays pour plus de 40 ans "
      Merci pour ce rappel , vous en donnez la réponse :
      Au pirates qui ont sabordé le Pays et qui prétendent ne pas faire pire que leur prédécesseurs .

    • 2 septembre 2013 à 14:18 | hrrys (#5836) répond à Jipo

      Vous en tant que moi nous avons l’ obligation de dénoncer ces individus
      indignes , ingrats qui ne font que remplir ses poches

  • 3 septembre 2013 à 05:58 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Sur le plan minier, agricole, ... c’est vraiment accessoire de parler d’organisation, de gestion des mines, grandes les exploitations agricoles, etc ...

    Au préalable, nous devons avoir une politique foncière fiable, rigoureuse et intransigeante. Ce qui suppose des services cadastraux, topographiques, environnementaux et écologiques adéquats.
    Et ce n’est pas le cas d’où des exploitations incontrôlées qui échappent à toute police et violent certaines valeurs ancestrales et environnementales, etc ...
    Doivent suivre une fiscalité sur les droits fonciers, d’exploitation, de circulation des produits, d’exportation, etc...

    Voilà ce que nous perdons à chaque seconde. Des millions d’ariary par minute.
    Les mines à Fort Dauphin, à Ambatovy et ailleurs, ... pompent 24 h/ 24 nos richesses ... Et ils ont raison car leurs droits peuvent être stoppés à tout moment pour des diverses raisons (grèves, révoltes des populations locales, intempéries, ...).
    Résultat : Nous ne ramassons que des miettes ... Et encore !!! Aucune retombée économique et sociale palpable sur la population locale subissant les désagréments et saccages de leur environnement...

    Et ne nous étonnons pas des moyens dont disposent nos "élus" ... Un train de vie qui dépasse l’entendement d’un p’tit cultivateur ou éleveur d’Anosy ...

    C’est tout le système qu’il faut revoir et ce n’est pas étonnant qu’on se bouscule "à la présidentielle". Plus de 30 candidats qui savent qu’il y a de la richesse au détriment et sur le dos des "pauvres" Malagasy naïfs,
    ignorants leurs avoirs et rentes "voajanahary"...

    Et tous font preuve de la mauvaise volonté pour redistribuer et partager la manne nationale.

    Ni Ratsiraka, ni Zafy, ni Ravalomanana, ni Rajoelina n’osent visiter l’Anosy (Fort Dauphin) par peur de se faire huer par la population locale sur la gestion de ces grandes mines ... Y a que Camille Vital ... originaire de cette région.
    Le bois de rose n’est que diversion ... sans parler de l’eau douce que l’Arabie Saoudite importe de M/car.

    Avec un peu d’observation et de réflexion, on doit comprendre pourquoi le poste de ministre des mines est sujet à des "éjections" et à des disputes entre les mouvances ...

    C’est là, la vraie source du pognon qui échappe à l’attention du Vahoaka ... et que la "Grande Muette" (Armée) exige le contrôle par l’OMNIS et le BIANCO ... ( Y a l’héritage du Général Rabetafika, ancien chef du 2° Bureau de l’E.M., ancien Secrétaire général du gouvernement Ramanantsoa dans tout çà ...).

    M Basile Ramahefarisoa et autres n’ont rien vu, rien compris ... et se font bernés par des apparences et diversions ...

    Voilà.

  • 3 septembre 2013 à 09:23 | toafrica (#7008)

    Sans le retour à l’ordre constitutionnel dans les meilleurs délais et en faisant mine de rien, nos mines deviendraient des champs de mine donc un danger pour tous. ---- Plate-forme Commerciale Chine-Afrique

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS