Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 23 septembre 2020
Antananarivo | 19h32
 

Santé

Lutte contre la Covid-19

Les établissements scolaires soumis à des inspections sanitaires

mercredi 9 septembre | Fano Rasolo

Plusieurs établissements scolaires privés s’apprêtent à la nouvelle rentrée scolaire. Le ministère de l’Éducation nationale a fait savoir qu’il envisage d’envoyer une équipe d’inspection dans ces établissements pour contrôler le respect des mesures sanitaires pour éviter toute propagation du coronavirus en milieu scolaire.

« Des inspecteurs seront envoyés par le ministère pour effectuer des descentes dans les établissements qui sont déjà ouverts. Le but est de contrôler les dispositifs mis en place par ces derniers pour faire respecter la sécurité sanitaire dans les écoles », indique la ministre Michelle Sahondrarimalala.

« Nous avons visité sept écoles privées à Antananarivo Renivohitra. Les mesures de prévention ont été respectées dans la quasi-totalité des écoles qui ont fait de leur mieux, a expliqué Marcelin Tsarasidy, directeur de l’Office national des écoles privées (ONEP), hier.

Cependant, un bémol persiste. Dans certaines écoles, l’application de certains règles restent problématiques. Pour des salles de classe éxigues, la distanciation physique est impossible.

« Nous ne pouvons pas élargir nos salles de classe ni limiter l’effectif des élèves par salle. Si nous limitons le nombre d’élèves, où iront nos élèves. Nous préférons renforcer les autres mesures sanitaires comme le port obligatoire de masque et la mise en place du dispositif de lavage des mains », affirme le directeur d’une école privée.

Mesure coercitive

Certaines écoles privées ont fait appel à l‘Etat pour la désinfection quotidienne de leur locaux. Elles se plaignent de ne pas disposer du budget nécessaire pour faire face à ces dépenses supplémentaires après une longue fermeture.

Les établissements privés doivent obligatoirement soumettre une demande de réouverture au ministère. «  Il ne s’agit pas d’une demande d’ouverture administrative, mais uniquement pour informer le ministère de la réouverture pour qu’on puisse y envoyer nos inspecteurs  », a souligné Marcelin Tsarasidy.

Ce responsable a indiqué qu’en cas de non-application des règles sanitaires, une mesure coercitive sera susceptible d’être prise à l’encontre de l’établissement en faute. L’ONEP n’a toutefois pas le droit de sanctionner les écoles.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 9 septembre à 10:45 | Moustick (#10845)

    Encore et tjours... mais l’école privée où se trouve ma fille à Tamatave, pendant le confinement, il a fallu continuer à payer les cours et dans l’article, le journaliste dit que ces écoles privées, " Elles se plaignent de ne pas disposer du budget nécessaire pour faire face à ces dépenses supplémentaires ". Je comprends pas trop bien...

  • 9 septembre à 12:10 | rakoto-neutre (#8588)

    "Cependant, un bémol persiste. Dans
    certaines écoles, l’application de
    certains règles restent
    problématiques. Pour des salles de
    classe éxigues, la distanciation
    physique est impossible."

    S’il y a un bémol, faut mettre un dièze et il faut faire pour tous les établissements non pas à Tana seulement ou dans les chef-lieux.

  • 10 septembre à 09:24 | Gérard (#7761)

    des inspections sanitaires dans les écoles privées ? les écoles publiques, elles, auraient besoin d’inspection pédagogiques

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS