Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 15 septembre 2019
Antananarivo | 07h10
 

Société

Education

Les écoles catholiques auront leurs propres diplômes

samedi 15 juin | Fanambinantsoa

Les écoles catholiques persistent et signent ; elles auront donc parallèlement à l’Etat, leurs propres diplômes et leur propre système éducatif ! C’est ce que laisse entendre la communication faite auprès des fidèles catholiques dans les églises des districts de l’ « Eglizy Katôlika Rômana » (EKAR). Des examens blancs -donc non officiels, sont prévus pour les élèves des classes d’examen –classes de 7è, 3è et terminale. Des diplômes sanctionneront ces examens qui seront reconnus par les établissements d’enseignement catholiques. Les sujets de ces examens pour le cas du CEPE blanc, tout comme ceux du BEPC, sont communs à des établissements scolaires de référence, entre autres le lycée Saint François Xavier (SFX) Antanimena dans le cas des écoles catholiques du diocèse d’Ambohimandry, commune rurale d’Ambohimandry, district Arivonimamo. D’ailleurs l’EKAR dispose de l’Université Catholique de Madagascar (UCM) et de plusieurs instituts supérieurs qui peuvent accueillir les sortants de ces établissements scolaires catholiques et qui détiennent leurs diplômes.

Le Programme Sectoriel de l’Education (PSE) est remis en cause sinon refusé par les écoles privées pour de nombreuses raisons en dépit des dialogues et consultations/rencontres avec les hauts responsables des ministères. Parmi ces raisons on notera d’abord le contenu des programmes scolaires et matières, et la formation des enseignants qui dispenseront par exemple la nouvelle discipline Organisation-Société-Economie (OSE) de la classe de 2nde. Tout cela semble précipité regrette-on dans le milieu enseignant catholique. Et puis il y a aussi le calendrier scolaire qui est discuté -à tort ou à raison c’est selon. En tout cas, les parents d’élèves n’y peuvent rien. Ils sont partagés même dans la catégorie des ruraux si ceux des grandes villes n’y voient pas d’inconvénient à ce que l’année scolaire se déroule en saison sèche et les vacances en période de pluies. Pour les parents paysans les avis sont partagés et mitigés. Les uns approuvent le calendrier proposé par l’Etat car il réduit les risques d’accidents scolaires en période cyclonique sachant que les élèves doivent parcourir plusieurs kilomètres et traverser des cours d’eau dangereux ; les autres par contre, tout en admettant les avantages d’une année scolaire en saison sèche, s’inquiètent tout de même car ils ont besoin de la main d’œuvre des enfants pour la moisson et les travaux consécutifs aux récoltes.

Les écoles catholiques ne sont pas les seules à manifester leur réticence. Toujours est-il qu’il existe des établissements privés non confessionnels qui adoptent leurs propres réformes dans le programme scolaire. A la place des séries A-C-D que le PSE remplace par les séries Littéraire (L) -Scientifiques (S) - et OSE, des établissements privés proposent et mettent en œuvre deux séries uniquement : L et S. La série S présente trois options : scientifique, électronique et informatique. L’objectif est probablement d’être plus proche du marché du travail pour ceux qui ne souhaitent pas poursuivre le cursus universitaire. Bref, la réforme de l’éducation est en cours avec ou sans l’Etat ; seules les compétences priment pour les apprenants mais surtout pour les employeurs. L’UCM délivrent des diplômes reconnus par les employeurs locaux jusqu’à l’internationale ; de même pour d’autres instituts privés de Madagascar.

30 commentaires

Vos commentaires

  • 15 juin à 12:14 | betoko (#413)

    Si les écoles de confession catholique suivent le programme des lycées français à Madagascar et que leurs élèves passent leurs examens au lycée français et que leurs élèves possèdent des diplômes français je suis d’accord
    Je connais une fille une élèves du collège de France à Ankadilalana qui a obtenu son bac en français avec mention bien ,tout de suite elle était reçue à la fac La Sorbonne à Paris
    Avant j’avais beaucoup sous-estimé ce collège privé et je vois que je me suis trompé

    • 16 juin à 09:07 | lafu_ny_su_krill (#10001) répond à betoko

      Si kely koto arretait d’écrire des bêtises...
      Avec des si les ptitw enfants mettraient Tana en bouteille.
      C’est pas avec des si qu’on fait le monde mais avec des sous.

      College de France n’est pas confessionnelle, et de ce quo est écrit, rien ne dit que ce serait calqué sur le programme français.

      Kely koto a arrêté l’ecole au CEPE.

  • 15 juin à 14:13 | Ibalitakely (#9342)

    Ny tsy nahitana fanazavana & fanamariana dia ny hoe tsy hanala fanadinam-panjakana [CEPE-BEPC-BACC] intsony ve izany ny sekoly katôlika sa manakory ?? Avy eo ny endry koa hono mitsinjo lavitra, fa raha any aoriana any ohatra ka misy zavatra hafa tian’ny ankizy tsy manana hafa tsy diplaima katôlika atao tahaka ny fianarana hafa, asa mila fahaizany ambony kokoa, fifaninanana ara-panjakana [ENAM-Police-ZN-Douane-...] dia hanakory indray ihany koa ??

    • 15 juin à 14:54 | Besorongola (#10635) répond à Ibalitakely

      Depuis l’accès au pouvoir de Rajoelina, le catholicisme à Mada a pris de l’ampleur. C’était une guerre religieuse qui oppose les 2 candidats de la dernière présidentielle malgache . Ravalo protestant iringiriny et Rajoelina catholique iringiriny. Visiblement après Père Pedro , les écoles catholiques trouvent aussi leur compte dans ce régime. Aucune loi n’oblige ces écoles de suivre le programme de l’Education Nationale Malgache. En France, c’est l’Etat français qui prend en charge les salaires des enseignants dans les privées et dans les publiques et en contre partie, ces écoles sont obligées de s’aligner au programme officiel de l’Education Nationale. Les écoles confessionnelles (coraniques, judaïque et évangélique ) préfèrent s’autofinancer avec des dons et les écolages que de dépendre de l’Etat et dans ce cas elles peuvent enseigner leur religion et parler de Dieu en classe . Ce qui est interdit dans un pays laïque comme la France.
      L’éducation nationale Malgache calque ce qui se passe à la mère patrie lors de ces réformes en adoptant les filières L , ES et S au lieu de A,D,C des années 80 et 90 et il ne reste plus grand chose de ce qui est malgachisation. L’éducation à la française a la côte et même le premier magistrat du pays préfère mettre ses enfants en France que de les faire suivre l’éducation locale. Des écoles privées poussent comme des champignons dans la capitale et chacune cherche à se distinguer en affichant ." Programme français".

      Tout comme en métropole, les élites Malgaches sont souvent sorties des écoles catholiques et cette décision d’avoir leurs propres diplômes hors éducation nationale renforce cette image de dédain envers l’éducation de l’Etat dans notre pays.
      Les nationalistes de tout bord n’ont qu’à se tenir parce que la francisation de Madagascar est en marche.
      La vraie question c’est quel est le but du Vatican dans cette décision ? Si c’est pour faire entrer dans leur programme scolaire l’enseignement biblique, pour contrer l’hégémonie de l’islam et du protestantisme dans notre pays, cela veut dire que la guerre de religion aussi est en marche.

  • 15 juin à 19:30 | lysnorine (#9752)

    « Des DIPLÔMES sanctionneront ces examens qui seront reconnus par les établissements d’enseignement catholiques.... D’ailleurs l’EKAR dispose de l’Université Catholique de Madagascar (UCM) et de plusieurs instituts supérieurs qui peuvent accueillir les sortants de ces établissements scolaires catholiques et qui détiennent leurs diplômes...Toujours est-il qu’il existe des établissements privés non confessionnels qui adoptent leurs propres réformes dans le programme scolaire. »

    Araka ny fanontaniana sy ny nomarihin’i Ibalitakely 15 juin 2019 à 14:13 :

    « Ny tsy nahitana fanazavana & fanamariana dia ny hoe tsy hanala fanadinam-panjakana [CEPE-BEPC-BACC] intsony ve izany ny sekoly katôlika sa manakory ??....(Ahoana) ny
    fifaninanana ara-panjakana [ENAM-Police-ZN-Douane-...] (amin’ny) ankizy tsy manana afa-tsy diplaoma katôlika » ?

    Ministre de l’Education NATIONALE aloha no anarana entin’ny ministra, mpitondra FANJAKANA, miandraikitra ny FAMPIANARANA ary ny FIRENENA sy ny SARAMBABEM-BAHOAKA no imasoany VOALOHANY indrindra amin’ny lalan’ny :

    (i) fananganana sekoly fampianarana isaky ny ambaratonga sy ny karazany rehetra sy ny
    (ii) fanefena PRÔGRAMA fianarana ampianarina amin’izy ireo ary ny
    (iii) fampanalana FANADINANA ahazoan’ny afa-panadinana mari-pahaizana amam-pahalalana na DIPLÔMA manan-kery ARA-DALÀNA amin’ny Fanjakana.

    Koa tsotra fotsiny ny fipetraky ny resaka ary tsy mila halavaina :

    - Tsy misy tokony hiraharahain’ny Fanjakana izay diplôma na inona na inona omen’ny sekoly tsy an’ny Fanjakana fa : TSY EKENY FOTSINY, indrindra raha misy fikasan’ny manana ireo diplôma ireo hiasa aminy ; TSY AHAZOANA ALÀLANA MANALA ny FANADINANA REHETRA takin’ny Fanjakana amin’izay rehetra ta-hiditra hiasa aminy ireo diplôma ireo ;

    - MALALAKA ny SAFIDIN’ny sekoly tsy an’ny Fanjakana ireo na HANARAKA na TSY HANARAKA ny prôgrama nosoritan’ny Fanjakana araka ny PÔLITIKA ampihariny eo amin’ny Fampianarana sy Fitazaina ny FIRENENA.
    Ny hany tsy maintsy HANERENY azy dia ny TSY MAINTSY HAMPIANARANY NY FITENIN-DRAZAN’ny MALAGASY, ny fiteny malagasy mbany ny fomba malagasy, araka ny PRÔGRAMA NOSORITAN’ny Fanjakana. Tsaroana eto fa volana natokana manokana ho an’ny teny Malagasy izay efa fambanìna matetika ity vola Jona ity [zahao Gazetin’ny Nosy, 13 juin 2019 : « Tsy fampiasana ny teny malagasy : Ny fitondram-panjakana no tokony ho voasazy voalohany », http://www.lagazette-dgi.com/?p=29963].
    FANEFITRY ny loza aman’antambo mandifotra ny maha-Malagasy ny Malagasy hatry ny ela ka HANDEVONA TANTERAKA ny MAHA-FIRENENA azy izany, izay nantitranterin’i Besorongola (15 juin 2019 à 14:54 répond à Ibalitakely) toy izao :

    « L’éducation nationale Malgache calque ce qui se passe à la mère patrie...il ne reste plus grand chose de ce qui est malgachisation...même le premier magistrat du pays préfère mettre ses enfants en France...[chaque école privée] cherche à se distinguer en affichant ." Programme français"...les élites Malgaches [la « CINQUIÈME COLONNE » du néo-colonialisme et de la FrançAfrique !] sont souvent sorties des écoles catholiques et et cette décision d’avoir leurs propres diplômes hors éducation nationale renforce cette image de DÉDAIN envers l’ÉDUCATION DE L’ÉTAT dans notre pays...la FRANCISATION de Madagascar est en marche [Efa hatry ny ela izany !] »

    - MALALAKA koa ny SAFIDIN’ny ray aman-dreny ny hampianatra na tsy hampianatra ny zanany amin’ny sekolim-panjakana ;

    - RARÀNA tanteraka ny hampianaran’ny mpampianatra REHETRA isaky ny ambaratonga rehetra karamain’ny Fanjakana, amin’ny Sekoly REHETRA TSY AN’NY FANJAKANA. ROAHINA avy hatrany izay mandika izany ary VEREZINA ny ZO amin’ny fisotroan-dronono efa azony nandritra ny niasany tamin’ny Fanjakana .

  • 16 juin à 10:24 | kartell (#8302)

    La religion est entrée par la grande porte dans la sphère politique depuis l’arrivée au pouvoir de Ravalomanana qui avait exhibé ses préférences religieuses auxquelles il était redevable au regard de sa miraculeuse et opaque ascension sociale...
    La concurrence catholique avait mangé son pain noir durant ce quinquennat parpalliot pendant lequel les sectes évangéliques avaient mis à profit cette préférence présidentielle pour écumer le pays en entraînant une explosion des sectes et des adhésions...
    Rajoelina a suivi l’exemple de son prédécesseur en se servant à bon escient de l’église catholique tout en multipliant les attentions à son encontre en attribuant pendant sa transition les titres de propriétés du père Pedro qu’il avait quémandés pourtant pendant des années, sans succès....
    Aujourd’hui, la religion est devenue un nouvel enjeu de société avec ces nombreux dérapages qui ont émaillé le pays baigné par un laisser-faire caractéristique donnant lieu à une vaste campagne de prosélytes où les prêcheurs enrubannés ont raflé la mise, à l’abri des regards de la capitale...
    D’autant qu’il est bien difficile pour un pays de faire son propre ménage tout en acceptant les dollars d’Erdogan et consorts et en laissant la porte grande ouverte à ses compagnies aériennes !...
    Aujourd’hui, les leaders politiques ont emprunté au discours religieux ses mimiques et son langage de prêche dans un mimétisme qui leurs donnent ce petit air de prélat laïque, les bruits d’hélicoptère en plus !....
    Dans une société de moins en moins francophone, le paradoxe atteint son comble en constatant que l’enseignement français avait la cote parmi ceux qui voudraient éviter celui issu d’un cadre publique en décomposition avancée !...
    Le parler français n’est plus un objectif en soi, mais il est devenu qu’un simple et unique vecteur permettant d’accéder, autant qu’il se peut, à un niveau d’études permettant un avenir moins compliqué...
    L’exemple des enfants du couple présidentiel en dit long sur sa haute estime portée sur le système éducatif du pays, lui qui escamote le circuit éducatif classique pour sa progéniture en lui préférant une autre culture plus performante et plus sélecte, à la fois...
    Mais, l’église catholique profite de l’état de faiblesse de cet enseignement public pour faire de ses écoles une référence en espérant attirer à elle une clientèle dont elle pourra compter plus tard sur une reconnaissance future....
    Elle s’engouffre ainsi dans cette opportunité de situation pour faire de l’enseignement catholique un incontournable tout en laissant la concurrence, loin derrière...
    En position hégémonique, l’église catholique tente de conforter dans le domaine de l’éducation sa première place qu’elle semble avoir perdue dans celui du religieux pur ...
    En agissant de la sorte, elle fait en sorte de pallier à ses pertes en misant sur le seul espace où elle possède encore une avance considérable sur la concurrence, tout en répondant à un besoin d’une société qui n’a pas d’autres choix que celui-là !....

  • 16 juin à 12:29 | Isandra (#7070)

    En fait, l’arrivée de Ravalo dans la politique dénature celle-ci, il démontrait que
    - La religion est le moyen plus efficace pour conquérir le pouvoir, et pour y rester plus longtemps,
    - La politique est le seul moyen pour s’enrichir rapidement.

    De ce fait, la religion se mêle profondément dans la politique et les entrepreneurs qui veulent s’enrichir rapidement se bousculent pour faire la politique.

    Les gens qui devaient être professionnels en politique ont le bras tombé, la relève de Manandafy, Herizo, Andriamanjato, Monja, etc est presque inexistant.

    Et ne vous étonnez plus si le débat politique actuel est inintéressant, complètement bas de gamme, vire facilement en calomnie et dénigrement. Il n’y a plus de débat d’idée.

    • 16 juin à 13:32 | hafatse (#9818) répond à Isandra

      C’est sur, a ecouter ARJ, le bac-3, c’est tres grave.
      Apres on se dit que c’est le pire...un mauvais moment a passer.

    • 16 juin à 13:38 | FINENGO (#7901) répond à Isandra

      @ Isandra (#7070)
      Non Isandra l’arrivée de Ravalomanana en Politique n’a pas pu dénaturer la Politique à Madagascar, d’autant que Ratsiraka l’avait dénaturé largement 20 ans avant lui.

      Pour le reste, tu as raison.
      Dans un Pays comme Madagascar, où l’abrutissement du Peuple est à son comble, il n’est pas étonnant que la religion soit bien incrustée dans le milieu Politique.
      A l’image de Ravalomanana et un certain Evêque de Tana, dont tous ici savent le Nom.

      Oui bien sûr que le Mot Politique est mélangé à toutes les sauces dans ce Pays.
      Politique et Politiciens, rien que de Nom, et le reste n’est que de l’arnaque, y compris pour ton Mentor, qui n’est autre qu’un arnaqueur de haut vol.

      Quand tu dis que le débat Politique est devenu obsolète, oui il est bien pire qu’obsolète, il est inexistant, pour deux raisons toutes simples.
      Les Politiciens ne les sont pas, de ce fait la Politique ne peut exister, et encore moins un débat d’idée, car tout est dans le mensonge.
      La Politique à Madagascar, est basée sur l’usurpation, l’assassinat, le Vol, la corruption et le mensonge et pour le savoir, il est inutile d’être sorti des Grandes écoles.

      Quand on se pose la question de savoir pourquoi les Colons n’auraient pas construit des Pipelines pour alimenter le Sud en eau, il faut être plus que KONNE pour poser une telle question. Ca reflète une dépendance qui dure bientôt 60 ans.
      Madagascar est un Pays qui vit hors du temps.

    • 16 juin à 16:55 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Hafatse,
      « un mauvais moment a passer »

      Tout à fait, pour les ZD, la traversée de désert continue.

    • 16 juin à 21:17 | Maestro (#7313) répond à Isandra

      @ Isandra

      170 000 € pour se faire claquer par La Mauritanie, No Comment ! J’attends la suite car je vais surement gagner beaucoup d’argent sur quelques paris. Savez vous vraiment ce qu c’est un débat d’idée ? Est ce que votre Bac - 7 sait aussi ce que c’est ? En France la droite a perdu parce que au lieu de parler de ce qu’ils vont faire ils ont passé leur temps à critiquer Mr Macron alors forcément Le Président a gagné sans même forcer. Vous parlez de l’IEM, désolé de vous le dire mais c’est l’ARNAQUE du siècle pour Madagascar. D’ailleurs au passage parait il une alerte a été lancée à Amnesty sur des violences perpétrées par les Militaires, Gendarmes et autres Policiers ? Savez vous pourquoi ou pour qui Kagamé sera à Madagascar au mois de Juin ? Invitation solennelle ? Hummmmmmmmmm.

    • 17 juin à 09:50 | lysnorine (#9752) répond à Isandra

      Re Isandra 16 juin 2019 à 12:29
      « la relève de Manandafy, Herizo, Andriamanjato, Monja, etc est presque inexistant. »
      Soa ihany kosa aloha !

      Azo alahatra tsara amin’ireo anarana mpilalao pôlitika ireo koa ny an’Ingahy Ratsiraka Didier sy ny « BANDINY » niara-nanao taminy ny Revôlosiôna Boky Mena, izay efa voatefin’ny ZEZOITA tatsy amin’ny COLLÈGE SAINT MICHEL (Antananarivo) tsara [ry maopera Tiersonnier mbany de Torquat] ny toe-dohany hanompo an’i Frantsa nandritra ny fanjanahan-tany sy hitandrina mandrakariva ny tombon-tsoany amin’ny ho avy, niantomboka TAORIANA kelin’ny « fikomiana » tamin’ny 29 Martsa 1947. Zanaky ny Malagasy efa voafantina tsara eo amin’ny firaiketam-pony tamin’ny Frantsa sy ny Fanjakana mpanjanaka teto Madagasikara ihany no noraisina nianatra tao niantomboka tany amin’ny taona 1950. Na dia izany aza, dia nihatra ihany ny fanavakavahana Vazaha sy ny Malagasy.

      cf « P. Paul-François de TORQUAT sj »
      https://www.jesuites.com/p-paul-francois-de-torquat-sj-10-03-2017/
      « En 1952–54, il [de Torquat] est envoyé comme régent au Collège St-Michel à Tananarive. On est alors sous le régime colonial, avec SÉPARATION des élèves malgaches et des élèves européens (« vazaha »).

    • 17 juin à 14:08 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Lysnorine — La colonisation fut une machine à progresser . Dans les années 1950 ,au lycée Gallieni,élèves malgaches ,fils de colons ,vazaha se retrouvaient dans les memes classes et les memes dortoirs !

  • 17 juin à 08:16 | Stomato (#3476)

    Le 15 juin à 19:30 | lysnorine (#9752) écrivait
    « L’éducation nationale Malgache calque ce qui se passe à la mère patrie...il ne reste plus grand chose de ce qui est malgachisation...même le premier magistrat du pays préfère mettre ses enfants en France...[chaque école privée] cherche à se distinguer en affichant ." Programme français"...les élites Malgaches [la « CINQUIÈME COLONNE » du néo-colonialisme et de la FrançAfrique !] sont souvent sorties des écoles catholiques et et cette décision d’avoir leurs propres diplômes hors éducation nationale renforce cette image de DÉDAIN envers l’ÉDUCATION DE L’ÉTAT dans notre pays...la FRANCISATION de Madagascar est en marche [Efa hatry ny ela izany !] »

    Et alors, la malgachisation a-t-elle été un succès ?
    Des programmes en malgache, quelle belle intention.
    Quelle utilité d’enseigner cette langue pour 25 millions de personnes dans le monde ?
    Dans le monde vraiment ? Non seulement à Madagascar nom connu seulement grâce à des dessins animés...
    Si seulement la langue malgache, pardon malagasy, pouvait avoir le statut international du latin ou du grec ou encore du sanscrit cela vaudrait la peine de l’enseigner, comme l’on enseigne un chef d’oeuvre en péril...
    Réalisez vous que l’on est plus à l’aise à Madagascar en parlant le français, qu’en France en parlant le malagasy ?
    Pareil pour l’Angleterre ou les Etats Unis...

    • 17 juin à 09:22 | FINENGO (#7901) répond à Stomato

      @ lysnorine (#9752)
      Je rejoins ce que dit Stomato (#3476).
      Racontes-nous les succès de la Malgachisation de l’enseignement depuis qu’elle existe.
      A lire vos Posts, il me semblerait que vos études vous l’auriez fait en langue française et qu’il me semblerait également, que vous en tiriez plus de bénéfices que d’inconvénients.

      On voit bien chez vous le Nationaliste à la haine exacerbée, qui crache à la figure de celui qui l’aurait nourri, et par la même occasion vouloir continué dans la lignée de Ratsiraka à abrutir encore un peu plus un Peuple déjà abruti, de façon à avoir une domination totale d’un règne sans partage.
      La médiocrité que représentent votre attitude et votre personne, est une plaie et une honte sans égale pour tout un Peuple.

      Je ne saurais dire exactement où vous vivez, mais avec certitude vous ne vivez pas à Madagascar, et en même temps il me serait impossible d’imaginer que vos progénitures auraient fait leurs études en langue malgache.
      Alors la question que je vous pose.
      Pourquoi vouloir exiger pour d’autres enfants, ce que vous-même, vous refusez qu’il soit appliquer pour vos enfants ???
      La malhonnêteté vous colle à la peau.

    • 17 juin à 14:01 | vatomena (#8391) répond à Stomato

      Rabearivelo ,Rabemananjara ,Ratsimamanga ..C’était l’école française ,l’école coloniale !
      Quid ,qui aujourd’hui ?

  • 17 juin à 10:51 | Jo Brandon (#9919)

    Certains commentaires tendent vers le hors sujet.
    Il faut retenir que l’ECAR a déjà précisé que ses diplômes ne remplaceront jamais les diplômes officiels. Ils n’ont de valeur qu’au sein des écoles catho.
    Secundo, le problème est le suivant : quand l’élève ne décroche pas le Bacc, il sera forcé de poursuivre dans une école supérieure catho s’il ne veut pas doubler sa Terminale. Autrement dit, il ne pourra pas entrer à Ankatso.
    Tertio, quand il veut travailler, on va lui demander son bacc. Personne ne reconnaîtra le diplôme interne aux catho. Officiellement, il est de niveau BEPC ( son dernier diplôme officiel ).
    Quatrièmement, il ne faut plus oublier que les catho ont toujours voulu se constituer en État dans l’État. Historiquement, c’est ce qui les a conduit à se séparer de l’Église chrétienne officielle pour créer l’Église d’Occident basée au Vatican ( grand schisme de 1054 ).

    L’Etat doit remettre l’ECAR sur les rails. L’Eglise ne doit pas se placer au-dessus de la Loi comme elle a fait depuis 1817 pour coloniser Madagascar.

  • 17 juin à 13:44 | papangue (#9623)

    Akory aby,

    C’est un peu compliqué de discuter éducation ici sur MT, il y a confusion totale.

    Premièrement, pour les écolé privées catho, il n’est pas normal qu’elles proposent leurs propres diplômes, les diplômes doivent être nationaux.

    Ce qui est étonnant c’est que certains, qui doivent être très mal renseignés sur le niveau du diplôme passé, pensent que le diplôme malgache est plus faible que l’équivalent français…
    Les délires les plus improbables sont encore sur la malgachisation. Non, la malgachisation de l’éducation n’est pas une bêtise.

    Encore une fois les Finlandais, les Japonais, les Chinois, les Mexicains, les Norvegiéns apprennent –ils les matières de base en français ?

    Vous connaissez la réponse …

    L’UNICEF recommande depuis 1953 l’utilisation de la langue maternelle pour un meilleur apprentissage des langues, et même pour l’apprentissage tout court.

    De plus, pour l’UNICEF et pour les linguistes, les langues, toutes les langues font parties du patrimoine mondial de l’humanité, ce sont des richesses pour tout le monde, malheureusement il y en a qui disparaissent. Le malgache malgré tous les efforts des colonisateurs et des néo-colonialistes a toujours jusqu’ici été préservés car utilisé partout, même en dehors des écoles.

    https://www.unicef.org/french/sowc99/e046.htm

    « En s’écroulant, ces piliers du savoir peuvent aussi emporter l’assurance et le sentiment d’identité des enfants. Il n’est pas étonnant que tant d’enfants aient à lutter pour demeurer à l’école et y réussir. Une récente étude menée en Zambie a ainsi montré que les élèves qui commençaient l’école en anglais plutôt que dans leur langue maternelle n’acquéraient pas de compétences suffisantes en lecture pour être capables de bien apprendre par la suite de la troisième à la sixième année.

    Les experts reconnaissent de plus en plus combien il est important que les enfants commencent leurs études dans leur langue maternelle. L’emploi de cette langue valide leurs expériences. Il les aide à apprendre la nature du langage et à se servir de celui-ci pour comprendre le monde, y compris tous les aspects du programme scolaire.

    La langue maternelle est un fondement essentiel de l’apprentissage. Mais maîtriser une langue nationale - ou même une troisième langue, internationale celle-là, comme le français ou l’anglais - a aussi des avantages. Cela élargit la communication et, par la suite, les possibilités d’accéder à l’enseignement supérieur et à la vie professionnelle. Les éducateurs aborigènes vantent cet apprentissage à double sens, qui aide les étudiants à participer dans la communauté, mais aussi dans le monde plus vaste. »

    https://www.globalpartnership.org/fr/blog/comment-prendre-en-compte-les-langues-maternelles-dans-les-systemes-educatifs-nationaux

    « L’UNESCO avait souligné dès 1953 l’importance d’éduquer les enfants dans leur langue maternelle. Le rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous (EPT) de 2005 avait également souligné le fait que le choix de la langue d’enseignement et de la politique linguistique dans les écoles jouait un rôle essentiel dans l’efficacité de l’éducation. Par ailleurs, dans une étude décisive sur la qualité de l’éducation en Afrique menée par l’ADEA en 2004, le facteur linguistique s’est avéré être l’un des facteurs de qualité les plus déterminants. »

    • 17 juin à 13:47 | papangue (#9623) répond à papangue

      La situation du Burkina, du Mali ou n’importe quel pays francophone d’Afrique n’est pas le même que celui de M/car : les malgaches parlent tous la même langue !

      Pour les néocolonialistes, le malgache n’st parlé que par 25 millions de personnes, et alors ? Les Norvégiens sont 5 millions, ils n’apprennent pas en Français, et la Norvège est le pays qui le le N1 en IDH (Indice de Développement Humain) !

      Numéro 2 , la Suisse, partiellement francophone, numéro trois l’Australie , anlgohone,4e Irlande …
      Pour information, quand vous voyagez en Europe aujourd’hui, personne ne va vous répondre, ou il faudrait vraiment insister pour chercher un francophone en Grèce, Espagne, Italie, les pays les plus proches géographiquement et culturellement de la France, mais en Anglais !

      Alors Stomato, quand il compare le malgache (la langue) du latin est complétement à côté de la plaque.
      Ces pays n’ont pas eu besoin du Français, à part la Suisse, partiellement pour s’enrichir, et former leur peuple.
      Vous parlez en français aves les Chinois pour affaire ? Et avec les Mozambicains, les Kenyans ? les Ethiopiens qui sont les plus proches voisins, les Sud-Africains ??? et bien NON !

      Il faut arrêter avec ce néocolonialisme primaire, en France dans les grandes Ecole de Commerce, en dernière année la langue d’enseignement est exclusivement l’Anglais, dans certaines facs en France, au niveau doctorant la langue d’enseignement est l’Anglais.

      Attention, ici le propos n’est pas de dire aucune langue ne doit être apprise, lion de là, d’ailleurs l’UNICIEF n’a jamais dit cela non plus, mais de dire qu’en apprentissage.

      D’ailleurs, la francophone recule dans le monde à part en Afrique, et pour cause ! FrancAfric oblige !
      Il n’est donc pas nécessaire d’utiliser le français comme langue principale pour apprendre à l’école, mais il est nécessaire d’apprendre le français, ce qui n’est pas du tout la même chose.

      Rappel ,au Burkina comme a Mada ,le francais c’st14% de la population ,essentiellement citadine qui maitrise !

      La diversité linguistique est de plus en plus menacée à mesure que des langues disparaissent. 40% des habitants de la planète n’ont pas accès à un enseignement dans une langue qu’ils parlent ou qu’ils comprennent.

    • 17 juin à 14:57 | saint-augustin (#9524) répond à papangue

      Mr ou Madame PAPANGUE,
      Le Mexique parle Espagnole et l’anglais couramment,Le Norvégien parle aussi couramment l’Anglais :il suffit d’écouter des sportifs norvégiens ils te répondent en Anglais impeccable,Si vous allez au Brésil(que je connais bien)comme à Sao Paulo,ils parlent aussi l’anglais impeccable ,et les malgaches à Madagascar,à part le malgache ,quelle langue étrangère ils parlent de façon impeccable, vous connaissez la réponse.

    • 17 juin à 18:41 | lysnorine (#9752) répond à papangue

      @ papangue 17 juin 20019 à 13:44 & 13:47
      Misaotra anao nampahatsiahy tsara ny fipetraky ny raharaha momba ny teny Malagasy :

      1) ny tetiky ny zaza navelan’ny mpanjanan-tany sy ny tamingany mbola mibosesika eto Madagasikara na misisika amin’ny raharaha ny Malagasy HAMONOANA ny TENINDRAZAN’ ny Malagasy :

      - « Le malgache malgré tous les EFFORTS des colonisateurs et des NÉO-COLONIALISTES a toujours jusqu’ici été préservés car utilisé partout, même en dehors des écoles. » [Na dia matetika LEVONIN’ ny mpampiasa azy izaitsizy aza !]

      - « Pour les néocolonialistes, le malgache n’st parlé que par 25 millions de personnes... »

      2) Ny MAHA-TSARA ka TOKONY HAMPIASANA ny TENIN-DRAZANA ALOHA eo amin’ny fampianarana sy fampitam-pahaizana amam-pahalalana amin’ny ANKIZY MANOMBOKA MIANATRA...na koa - mazava ho azy ! - eo amin’ny fifandraisan’ny samy Malagasy tompon-tany na ny fifandraisan’ny Fanjakana, ny Fitsarana, sns., sns. amin’ny VAHOAKA Malagasy sy ny tsy mba hahalasa azy ho toy ny fiteny kiriolona na kiringa.

      - « L’UNICEF recommande depuis 1953 l’utilisation de la langue maternelle pour un meilleur apprentissage des langues, et même pour l’APPRENTISSAGE TOUT COURT...Une récente étude menée en Zambie a ainsi montré que les élèves qui COMMENÇAIENT L’ÉCOLE en anglais PLUTÔT QUE DANS LEUR LANGUE MATERNELLE N’ACQUÉRAIENT PAS DE COMPÉTENCES SUFFISANTES EN LECTURE POUR ÊTRE CAPABLES DE BIEN APPRENDRE PAR LA SUITE de la troisième à la sixième année...- « Les experts reconnaissent de plus en plus combien il est important que les enfants COMMENCENT LEURS ÉTUDES DANS LEUR LANGUE MATERNELLE ...La langue maternelle est un fondement essentiel de l’apprentissage »
      https://www.unicef.org/french/sowc99/e046.htm [ « La situation des enfants dans le monde - 1999. Encadré 8 Quelle langue pour l’éducation ? » ]

      - « "L’UNESCO avait souligné dès 1953 l’importance d’éduquer les enfants dans leur langue maternelle. Le rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous (EPT) de 2005 avait également souligné le fait que le choix de la langue d’enseignement et de la politique linguistique dans les écoles jouait un rôle essentiel dans l’efficacité de l’éducation." »
      [« Comment prendre en compte les LANGUES MATERNELLES dans les systèmes éducatifs nationaux ? https://www.globalpartnership.org/fr/blog/comment-prendre-en-compte-les-langues-maternelles-dans-les-systemes-educatifs-nationaux ]

      Fanampiny :
      . Tsy ho nandroso sy niroborobo mihitsy ny fivavahana KRISTIANINA teto Madagasikara raha tsy afaka nandika ny BAIBOLY amin’ny teny Malagasy ny Misiônary avy any amin’ny Wales (Pays de galles) ;

      . Efa nanomboka ihany ny fihezahana hampiitatra ny fampianara teny Malagasy tany amin’ny sekoly ambaratonga voalohany tamin’ny fitondran’Itpkl. Tsiranana :

      Arrêté n° 44-60 du 4 décembre 1967...relatif à la réglemenation du CEPE
      Art. 6. L’examen comporte une série d’épreuves...
      5° Une épreuve de Malagasy comportant une dictée d’un texte de 80mots environ suivie de 4 questions :
      a. Une question portant sur la grammaire ;
      b. Une question sur le vocabulaire ;
      c) Une question sur la compréhension du texte ;
      d) Un essai de 5 à 10 lignes,
      durée totale de l’épreuve : 1 heure.

      . Farany momba ny havitsian’ny Malagasy hampitahaina ohatra amin’ny SOEDOA (SUÈDE) : Folo tapitrisa (10,000,000) eo ho eo ny isan’ny mponina any ankehitriny. Nisy tompon-tany Soedoa nanambara taminay fony mbola valo tapitrisa (8,000,000) no isan’ny mponina tany : Vita amin’ny teny Soedoa DAHOLO ny fampianarana ambony amin’ny Oniversité eto aminay na dia afaka manohy ny fianarana rehetra amin’ny fiteny Angilisy aza ny mpianatra.

    • 17 juin à 19:27 | hafatse (#9818) répond à papangue

      @ saint augustin ,

      Et le francais il parle quoi ?
      Ha ha ha, becile.
      Comparer Norvege et Mada il fallait le faire.
      De plus, si vous allez dans une administration brésilienne, pas sur que ton francais serve, dire que tius les brésiliens parlent anglais est complètement faux.
      Justement j’ai des collègues brésiliens, ils parlent pas anglais !

      Mais vous comparez ce qui n’est pas comparable.
      De plus le japonais il parle en quoi ?
      Le chinois ?
      Demonstration sans utilité, n’apporte rien au schmilblick.

      Les malgaches qui parlent une ou plusieurs langue étrangère sont les nantis, c’est partout comme ca en Afrique.
      Donc une faible minorité.
      L’anglais ou le francais , les 80%-des malagasy , paysans ils s’en tamponnent le coquillard.
      Comme la majorité des brésiliens. Ils parlent leur langue, point barre.

      Ok, pigé ?
      .

    • 18 juin à 08:49 | lysnorine (#9752) répond à papangue

      Re : papangue 17 juin 2019 à 13:44 & 13:47
      « les Norvegiéns apprennent – ils les matières de base en français ? »...
      « Les Norvégiens sont 5 millions, ils n’apprennent pas en Français, et la Norvège est le pays qui le le N1 en IDH (Indice de Développement Humain) ! »

      Aoka hifantoka tsara ao an-tsaina aloha ireto isan’ny mponina any Nôrvezy oharina amin’ny an’i Madagasikara (2019) amin’izao fandinihana ny FOMBA FAMPIANARANA any Nôrvezy izao :

      - The current population of Norway is 5,398,891, based on the latest United Nations estimates. (https://www.worldometers.info/world-population/norway-population/).
      - The current population of Madagascar is 26,933,569,based on the latest United Nations estimates. (https://www.worldometers.info/world-population/madagascar-population/).

      Toy izao ny voalaza momba ny fomba fampianarana any Nôrvezy amin’ny TENIN-DRAZAN’NY NÔRVEZIANINA :

      1) Schools in Norway
      The Norwegian education system
      https://www.justlanded.com/english/Norway/Norway-Guide/Education/Schools-in-Norway

      The Norwegian PUBLIC education system is ONE OF THE BEST IN EUROPE, and the general level of education in Norway is HIGHER THAN THE EUROPEAN AVERAGE .

      In Norway, the education system is made up of primary school (Barneskole), lower secondary school (Ungdomsskole) and upper secondary school (Videregående skole).

      Everyone between the ages of 6 – 16 MUST attend school in Norway. ALL public education is FREE in Norway, and CLASSES ARE TAUGHT IN NORWEGIAN (with the exception of foreign language classes, of course).

      - Barneskole (PRIMARY school)
      Children begin Norwegian primary school at the age of 6 and then leave at the age of 13. It covers the 1st to the 7th grade. In the FIRST grade, pupils spend their days playing educational games, learning social skills and BASIC EDUCATION (e.g. learning the alphabet, basic addition and subtraction and BASIC ENGLISH).

      From the 2nd to the 7th grade, children are taught a wide range of subjects from maths to gymnastics and ENGLISH to social studies. Children DO NOT RECEIVE OFFICIAL GRADES DURING PRIMARY SCHOOL ...

      - Ungdomsskole (LOWER SECONDARY school)
      Norwegian lower secondary school begins at the age of 12 or 13 and lasts for THREE YEARS . It covers the 8th to the 10th grade. During lower secondary, pupils are GRADED and need to maintain good grades in order to attend their upper secondary school of choice. When pupils are in the 8th grade, they HAVE TO pick an ELECTIVE (valgfag), which is TYPICALLY a FOREIGN LANGUAGE (e.g. German, French or Spanish) or ADDITIONAL ENGLISH or Norwegian studies.

      - Videregående skole (UPPER SECONDARY school)
      Norwegian upper secondary school consists of THREE MORE YEARS of “OPTIONAL” schooling. However, Norwegian legislation and the job market (there are ALMOST NO JOBS available for young adults WHO LEAVE SCHOLL AFTER LOWER SECONDARY ) mean that upper secondary is PRACTICALLY UNAVOIDABLE .

      Upper secondary schools in Norway are SEPARATED from lower secondary schools. This means that ALL pupils MUST re-enrol and begin at a NEW SCHOOL whenever they start UPPER SECONDARY.

      ALL UPPER SECONDARY EDUCATION in Norway is predominantly BASED IN PUBLIC SCHOOLS....

      2) Education System in Norway
      The University of BERGEN offers studies at undergraduate, postgraduate and doctorate level within various fields.
      https://www.uib.no/en/education/62545/education-system-norway#degree-system-nbsp-
      The LANGUAGE OF INSTRUCTION at the UNIVERSITY of Bergen IS NORWEGIAN, and a good knowledge of Norwegian is essential for the majority of degree programmes...

      - Bachelor’s Degree
      A bachelor’s degree is awarded after THREE YEARS of study and is equivalent to 180 ECTS credits (European Credit Transfer System). Of these, 90 ECT credits will be in the student’s major (a specialization within the programme). PLEASE NOTE that ALL bachelor’s programmes at UiB are TAUGHT in NORWEGIAN. For more information, see our web site Admission to Bachelor’s Degree Programmes.

      - Professional Degrees
      The UNIVERSITY of Bergen offers various PROFESSIONAL programmes, ALL OF WHICH are TAUGHT in NORWEGIAN. These programmes are of FOUR to SIX years’ duration and cover disciplines such as LAW, MEDICINE, DENTISTRY, PHARMACOLOGY , psychology and TEACHER’S TRAINING....

      Rarìny mba hisy...fampianarana azo tsoahan’ny tompon’andraikitra rehetra amin’ny Fanjakana avy amin’izany, eo amin’ny fisaintsainana ny amin’ny pôlitikany momba ny Fampianarana amana Fanabeazana ny tompon-tany Malagasy.

  • 17 juin à 13:51 | papangue (#9623)

    erratum
    Pour information, quand vous voyagez en Europe aujourd’hui, personne ne va vous répondre,

    => lire personne ne va vous répondre en francais,

    • 17 juin à 15:51 | FINENGO (#7901) répond à papangue

      @ papangue (#9623)
      Pourriez-vous nous dire les deux langues utilisées et reconnues dans tous démarches et échanges internationaux, et qui seraient loin d’être les langues les plus parlées dans le monde.
      Et pourquoi elles, mais pas d’autres. ????????

  • 17 juin à 14:46 | FINENGO (#7901)

    @ Jo Brandon (#9919)
    J’ai l’impression que c’est vous, qui aurait mal compris les enjeux entre les Diplômes d’Etat et les Diplômes de l’ EKAR.
    Si L’UCM ( Université Catholique de Madagascar ) peut accueillir les sortants et délivrent des diplômes reconnus par les employeurs locaux jusqu’à l’internationale ; de même pour d’autres instituts privés de Madagascar.
    Ce qui explique, que les Diplômés de l’ UCM sont recherchés et très bien acceptés dans les différents milieux du Travail et aussi bien en international.
    Est-ce que les Sortants des Universités d’ Etat, sont aussi bien demandés et acceptés en international.

    Depuis des décennies l’ Etat Malgache a perdu la main sur tout type de gestions dans ce Pays.
    L’enseignement, la Santé, les voies d’accès ( les Routes ), et la Sécurité en sont les principaux.
    Donc, il me semblerait que c’est à l’ Etat de se prendre en main et d’établire une cohérence dans sa politique de Gestion.
    La Preuve, la période cyclonique a toujours existée dans l’océan indien à l’exception des îles Seychelles qui ne sont touchées que très rarement par rapport à d’autres terres de la même zone, et à ce que je sache le planning scolaire à été toujours le même à Madagascar depuis des décennies et ceci n’a pas empêché la réussite de plusieurs milliers d’élèves tous les ans, et je parle de la bonne époque bien sûr, jusqu’à l’arrivée d’un certain Didier Ratsiraka, Amiral des égouts au Pouvoir, où là, plus rien n’allait.
    Nous sommes en 2019 et Madagascar vit dans la continuité de la lignée Ratsiraka avec aggravation à chaque année qui passe depuis 1975.

    En conclusion je dirais autrement que vous, et je dirais que l’ Etat à intérêt à se remettre sur les rails, et que sa Gouvernance soit exemplaire, de façon que tous les établissement scolaires, qu’ils soient Privés ou Publiques soient gérés de la même Manière.
    Car dans cette histoire, les Grands Perdants ne sont que les élèves et avec eux, la Nation entière.

    Et pour terminer, je vous cite :
    L’Eglise ne doit pas se placer au-dessus de la Loi comme elle a fait depuis 1817 pour coloniser Madagascar.
    En voilà encore un ou une Nationaliste exacerbé qui ne trouve rien d’autre à dire sur leurs échecs, et à la descente aux enfers de leur pays qu’en accusant encore et encore la Colonisation et les Colons.
    Mais nom d’un Chien !!!
    A quand, allez-vous Grandir et à être Responsable ???????????????????????????

    • 18 juin à 10:19 | Jo Brandon (#9919) répond à FINENGO

      @ Finengo :

      Et voilà encore un type partisan du "Fanjakan’i Baroa".
      Le Finengo propose ni plus ni moins que chaque entité adopte ses propres diplômes, et donc fait ce qu’elle veut. On n’est pas au Far-West où règnent les hors-la-loi comme vous !

  • 17 juin à 16:26 | Stomato (#3476)

    @ papangue : 17 juin à 13:47 | papangue (#9623) écrivait :
    >> Alors Stomato, quand il compare le malgache (la langue) du latin est complétement à côté de la plaque.<<

    Savez vous combien il y a de prêtres catholiques dans le monde, prêtres qui sont censés connaitre le latin, pour lire uniquement le nouveau testament et pas le grec pour lire aussi l’ancien testament ?
    Il y aurait 415 656 prêtres... ce qui par rapport à la population mondiale place la langue malagasy au même plan que le latin. Quoique le latin soit connu par des gens qui ne le pratiquent que pour des raisons pédagogiques.

    Mais avez-vous lu la tirade de Lysnorine qui ne parle du français qu’en responsable de la déliquescence de l’enseignement de la langue malgache et les ravages de la disparition de la malgachisation.
    Il ou elle ne parle nullement des autres langues et du positionnement de français par rapport aux autres langues parlées dans le monde.

    Vous parlez doctement des recommandations de l’UNESCO concernant l’apprentissage de la langue maternelle et de ses bienfaits.
    Vous êtres hors du sujet de cette discussion ce qui est une pratique courante chez les gens an manque d’arguments.

    Lysnorine à raison de pleurer la position de la langue malgache dans l’enseignement actuel.
    Mais comme toujours il est fait état d’un fait, sans aucune proposition de remédiation !

    Que faire pour avoir un meilleur enseignement de la langue malgache ?
    Peut être ne pas accepter un 4x4 super luxe donné systématiquement à chaque nouveau député ?
    Et consacrer cet argent pour mieux former et payer des maîtres FRAM ?
    A ça ne viendra à l’idée de personne, il est plus facile de reporter une responsabilité sur des colons qui n’ont pas laissé d’argent pour résoudre des problèmes 60 ans après l’indépendance !

    • 17 juin à 18:56 | lafu_ny_su_krill (#10001) répond à Stomato

      Papangue 10 - stomato , 0.
      Le seul qui n’a rien compris au monde acuel c’est toi.
      Moi j’ai bien compris ce que papangue a ecrit.
      Merci.

  • 17 juin à 19:47 | Stomato (#3476)

    Le 17 juin à 18:56 | lafu_ny_su_krill (#10001) répondait à Stomato ^
    >>
    Papangue 10 - stomato , 0.
    Le seul qui n’a rien compris au monde acuel c’est toi.
    Moi j’ai bien compris ce que papangue a ecrit.
    Merci.
    <<

    Voila pourquoi je suis dans un pays qui est dans le top 10 des pays industrialisés, et que Madagascar n’y est pas, plus précisément dans le Top 10 des pays les plus...
    Je suis désolé mais il fallait le dire !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS