Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 7 juin 2020
Antananarivo | 05h58
 

Coopération

Coopération

Les échanges commerciaux entre la Chine et Madagascar restent stables

samedi 8 février | Fano Rasolo

Pas de souci. Le conseiller économique et commercial de l’ambassade de Chine à Madagascar, Liang Shaomin, tente de rassurer, lors d’une conférence de presse tenue, hier, à Nanisana, que les échanges commerciaux entre la Chine et Madagascar restent stables en dépit de l’épidémie du coronavirus qui sévit actuellement en Chine.

« Pour le moment, je ne pense pas que les échanges commerciaux entre les deux pays vont trop souffrir de cette épidémie. Nous sommes en début d’année et les commerçants ont déjà garni leurs stocks pour deux à trois mois comme à chaque fin de l’année précédente », selon Liang Shaomin.
Il poursuit par ailleurs : « Nous sommes en train de résoudre les problèmes liés à cette maladie. Je ne pense pas qu’elle aurait des conséquences dommageables sur les échanges commerciaux sino-malgaches. S’il y a des pertes substantielles, nous les rattraperons à la fin de l’épidémie ».

Ainsi, les commerçants chinois de Behoririka ont encore des réserves de marchandises pour trois mois, et les détaillants malgaches peuvent aussi remplir leurs stocks.

« Les commerçants des provinces se sont beaucoup fournis chez nous pour garnir leurs stocks par crainte des conséquences de cette épidémie », selon un fournisseur chinois à Behoririka.

Pour rappel, le ministère du Travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales a décidé de suspendre les entrées des travailleurs en provenance de Chine, la semaine dernière pour éviter toute contamination. Ce qui a entraîné l’annulation des vols entre les deux pays.

Par contre, les malgaches qui s’approvisionnent directement de Chine souffrent beaucoup de cette décision. « Nous n’avons pas fait beaucoup de stockage car nous n’ayant pas prévu cette épidémie. Nos stocks dans le container ne suffisent que pour un mois si nous vendons en gros nos produits. Du coup nous avons décidé de les vendre au détail en dépit de pertes éventuelles, pour que nous puissions vendre pendant encore deux ou trois mois. Nous devrions actuellement aller nous fournir en Chine, mais nous ne le pouvons pas. Et pourtant nous seriont obligés de régler la location de notre boutique même si nos étagères sont vides au cas où l’annulation des vols vers la Chine serait allongée », selon Sitrakiniaina, vendeur de vêtements et d’articles de sport au centre commercial Avance Center à Behoririka.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS