Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 23 mai 2024
Antananarivo | 14h54
 

Communiqué

Communiqué

Les communautés de Vohilava à nouveau menacées par la reprise des activités néfastes de la Société d’Exploitation Aurifère Mac Lai Sime Gianna (M.L.S.G)

lundi 22 janvier |  1421 visites 

LES COMMUNAUTES DE VOHILAVA A NOUVEAU MENACEES PAR LA REPRISE DES ACTIVITES NEFASTES DE LA SOCIETE D’EXPLOITATION AURIFERE MAC LAI SIME GIANNA (M.L.S.G)

En octobre 2020, les communautés riveraines et les organisations de la société civile ont salué la volonté de l’Etat Malagasy de donner la primauté au respect des droits fondamentaux des communautés de Vohilava dans le district de Mananjary en décrétant l’arrêt des opérations de la société d’exploitation aurifère Mac Lai Sime Gianna (M.L.S.G) dans cette commune.

Il convient de rappeler que les communautés riveraines affectées par cette exploitation ont dénoncé depuis des années les effets désastreux des opérations de cette société sur leur environnement, leur santé et leurs moyens d’existence, avec l’appui du CRAAD-OI. Suite aux conclusions du Comité Interministériel qui a effectué une mission d’évaluation à Vohilava en 2020 confirmant l’existence de nombreux dommages catastrophiques causés par cette exploitation aurifère, y compris la destruction des écosystèmes environnants, le Président de la République a ordonné sa fermeture immédiate et celle de toutes les exploitations aurifères illicites de la région.

Cependant, alors que les membres des communautés riveraines espéraient qu’elles étaient désormais délivrées des effets néfastes des opérations de M.L.S.G., ils expriment aujourd’hui leurs profondes préoccupations suite à leur convocation auprès de la Commune de Vohilava au mois de novembre 2023, pour être informés de la prochaine réouverture de cette société. Malgré leur requête légitime, aucun document officiel ni aucune autre précision ne leur a été fourni à ce sujet.

Face à la gravité de cette situation et à l’impunité évidente de la société M.L.S.G., les communautés riveraines et les organisations de la société civile signataires du présent Communiqué lancent un appel urgent à SEM le Président de la République et à toutes les autorités concernées pour que des mesures urgentes soient prises face à cette nouvelle menace planant sur ces communautés qui ont déjà subi des dommages énormes et irréversibles dus aux agissements de cette société d’exploitation aurifère.

Par ailleurs, nous renouvelons notre revendication pour l’application de lourdes sanctions à l’encontre de la société MAC LAI SIME GIANNA (M.L.S.G.,), y inclus des mesures de réparation à l’endroit des communautés affectées par les graves dommages qu’elle leur a causés depuis le début de ses opérations, car une telle impunité ne saurait être tolérée à Madagascar, comme le Chef de l’Etat l’a affirmé dans son dernier discours.


LA LOI ET LE SYSTEME JUDICIAIRE NE DOIVENT PAS SERVIR A OPPRIMER LES PAYSANS MAIS A LES PROTEGER CONTRE LES ACCAPAREMENTS DE TERRES DANS LE BAS MANGOKY

Le nombre de cas d’accaparement des terres ne cesse de croître à Madagascar depuis plusieurs années, la plupart du temps avec la complicité de hautes personnalités étatiques et/ou politiques. Un nombre grandissant de communautés ont dénoncé ces violations de leurs droits, pour ne citer que celles de l’île de Sakatia et de l’Ile Mitsio, ainsi que les communautés affectées par le projet d’autoroute sur l’axe Atsinanana ou encore par le projet Base Toliara dans la région Atsimo Andrefana, et par le projet d’extraction de terres rares dans le district d’Ambanja.

La question récurrente se pose encore une fois : Madagascar est-il un Etat de Droit ou non ? En effet, ces luttes des communautés pour leurs droits fondamentaux ont également un point commun : les lois et le système judiciaire sont utilisés par divers moyens fallacieux pour faire pression sur elles et, contrairement aux principes fondamentaux des droits humains, ces communautés ne semblent disposer d’aucun mécanisme de recours impartial et juste pour faire valoir leurs droits.

Les communautés du Bas Mangoky subissent actuellement les mêmes injustices et traitements préjudiciables que beaucoup d’autres communautés victimes d’accaparement de terres dans ce pays, et qui ont voulu défendre leurs droits. Selon les interpellations récentes de l’association FIMA (Fikambanan’ny Masikoro Arivolahy), les membres de ces communautés ont été trompés par de hautes personnalités qui leur ont fait croire qu’ils allaient effectuer un recensement, puis une redistribution équitable des terrains que ces paysans occupaient auparavant dans le nouveau périmètre aménagé dit P2 du Bas Mangoky. Pourtant, non seulement la Commission d’Attribution des Terres mise en place par la suite n’a pas restitué leurs terres à ces paysans comme convenu, mais beaucoup de terrains ont été alloués à d’autres personnes étrangères à leurs communautés, y compris des autorités locales parties prenantes au problème dont le Gouverneur de la région Atsimo Andrefana, le Directeur régional du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, ainsi qu’un ministre nouvellement nommé au sein de l’actuel gouvernement.

Sans surprise, les mêmes scénarios se répètent. A l’instar de feu Raleva qui avait osé défendre les droits des communautés de Vohilava, de Clovis Razafimalala, ou encore des membres des communautés du district de Toliara II s’opposant au projet Base Toliara, on accuse les membres de ces communautés de délits montés de toutes pièces, en l’occurrence la destruction de biens publics. On les place sous mandat de dépôt, puis on les condamne à une peine d’emprisonnement avec sursis, probablement comme mesure dissuasive.

En solidarité avec les communautés du Bas Mangoky et l’association FIMA, les signataires du présent Communiqué

  • appellent à la libération immédiate et sans condition des trois paysans qui ont été incarcérés en raison de leur lutte
    contre la corruption et l’accaparement de leurs terres ;
  • exhortent l’Etat Malagasy à prendre d’urgence les mesures nécessaires pour mettre en œuvre une investigation immédiate et transparence sur cette affaire, et pour restituer leurs terres aux paysans victimes des accaparements de leurs terres.

Le 19 janvier 2024

• Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement - Océan Indien (CRAAD-OI) craad.madagascar@gmail.com ; http://craadoi-mada.com

• Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels de Madagascar - Antenne de Mananjary (OIDESCM - Mananjary)

• Femmes en Action Rurale de Madagascar (FARM) -farmmadagascar@gmail.com ; https://web.facebook.com/farmadagascar

• Réseau des Jeunes pour le Développement Durable (RJDD)
- rjdd.madagascar@gmail.com ; https://web.facebook.com/RJDDMadagascar

-----

3 commentaires

Vos commentaires

  • 22 janvier à 11:30 | FLOW (#11602)

    Ci-dessous une phrase tirée d’un de mes posts :

    ’’Mais en attendant , à ses deux étrangers " au lieu de ’’Mais en attendant à CES deux étrangers.’’
    Ne te met pas en colère arsouille (pourtant on m’a dit que avez une « maîtrise ») moi aussi cela m’arrive mais apparemment certains comme, allez je tairais le nom pour qu’il ne soit pas une fois de plus ridiculisé, cela dérange quand c’est d’autres personnes que vous.’’

    Voici ce qu’en a fait SINGE HO :

    « 21 janvier à 15:32 | Saint-Jo (#8511) »on m’a dit que avez une « maîtrise »
    moi aussi .
    cela dérange quand c’est d’autres personnes que vous".

    Pour ensuite disserter de la sorte :

    Comments :
    Bof ! Je ne veux nullement être l’ égal de cet anacyclique ’’WOLF’’, un lèche q du traître Cédric bac-3, un raciste anti Nègre vil colonialiste attardé autoproclamé ’’fransé’’ prétendu diplômé bac A littéraire !
    Beurk ! Être l’ égal d’un être aussi abruti ?
    Non ! Merci !
    Qu’il se croit supérieur à moi : il est libre de le croire !
    Qu’il se croit inférieur à moi : je m’en contrefous !
    Mais qu’il me croit être son égal , alors non ! non ! et non !
    Être l’égal d’un individu qui a atteint ce degré d’abrutissement ? Non !
    Cet anacyclique ’’WOLF’’ et moi n’avons rien , absolument rien de commun !

    On peut voir ici toute la traîtrise et la malhonnêteté intellectuelle de ce triste individu qui n’hésite pas à mentir, trafiquer les écrits, faire des montages dignes des gens les plus mafieux et déjà par le passé se faire passer sur ce forum pour moi et me faire dire n’importe quoi ou écrire en se cachant sous d’autres pseudos (je sais je l’ai fait mais sans me cacher et par obligation car MT me supprime mes comptes hélas). HONTE à lui, HONTE à ceux qui le suivent dans sa malhonnêteté...mais sans doute cette même bande d’attardés sont comme lui...et dire que cela traite leur Président et leurs gouvernants de mafieux...va t’on les remplacer par ceux là.

    LEURS PAROLES NE MERITENT PLUS AUCUNE CREDIBILITE.

    Maintenant on peut me couper la parole mais tout le monde sait ce dont il est capable. J’ai même écrit que c’est le genre d’énergumène qui aurait pu en son temps dénoncer un voisin comme étant juif à la gestapo, même si ce n’était pas vrai.

  • 22 janvier à 16:58 | Albatros (#234)

    Extrait :
    « Pourtant, non seulement la Commission d’Attribution des Terres mise en place par la suite n’a pas restitué leurs terres à ces paysans comme convenu, mais beaucoup de terrains ont été alloués à d’autres personnes étrangères à leurs communautés, y compris des autorités locales parties prenantes au problème dont le Gouverneur de la région Atsimo Andrefana, le Directeur régional du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, ainsi qu’un ministre nouvellement nommé au sein de l’actuel gouvernement. »

    Un ministre « nouvellement nommé » !😤 C’était mentionné sur son CV ?!.🤔

  • 22 janvier à 18:33 | Ombiasy (#11606)

    le caiman sort de l’eau

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS