Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 20 octobre 2020
Antananarivo | 23h42
 

Santé

Bilan épidémiologique

Les cas de Covid-19 importés augmentent

lundi 28 septembre | Fano Rasolo

Après les 6 cas importés de Covid-19 en provenance d’Europe annoncés mardi dernier, 2 autres cas importés ont été détectés parmi les 36 cas de contamination rapportés samedi par le CCO-Covid-19. Il s’agit de cas en provenance de l’Ile Maurice. Les contre-tests effectués à l’arrivée des passagers rapatriés ont permis de dépister ces cas importés.

La semaine dernière, 232 contaminations et 6 décès liés à cette pandémie de coronavirus ont été enregistrés dans la Grande Ile. On dénombre actuellement 229 décès officiels depuis le début de l’épidémie sur les 16 285 cas positifs déclarés. Il reste encore 1 132 malades encore sous traitement dans tout le pays.

- Nouvelles contaminations : 64 nouveaux cas détectés vendredi et samedi

  • Pour vendredi : 36 cas trouvés sur 587 tests PCR et 60 tests GeneXpert (avec un taux de positivité de 05, 56 %),
    • Diana : 18 cas positifs
    • Sava : 9
    • Analamanga : 3
    • Alaotra Mangoro : 3
    • En provenance de l’Ile Maurice : 2
    • Haute-Matsiatra : 1
  • Pour samedi : 28 cas trouvés sur 376 tests PCR et 41 tests GeneXpert (avec un taux de positivité de 06, 71 %),
    • Diana : 15 cas positifs
    • Vakinankaratra : 6
    • Analamanga : 4
    • Vatovavy Fitovinany : 1
    • Analanjirofo : 1
    • Haute-Matsiatra : 1

- Nouveaux cas de guérison : 55,

  • Diana : 24 guéris
  • Vatovavy Fitovinany : 15
  • Boeny : 6
  • Haute-Matsiatra : 4
  • Analamanga : 3
  • Sava : 2
  • Atsimo Andrefana : 1

- Malades souffrant de la forme grave : 17,

  • Analamanga : 13
  • Haute-Matsiatra (CHU d’Andrainjato, Fianarantsoa) : 4

- Dernier bilan :

  • Confirmés : 16 285
  • Guéris : 14 922
  • Malades sous traitement : 1 132
  • Formes graves : 17
  • Décès : 229
    - Tests PCR effectués : 69 988 (entre le 19 mars et le 26 septembre)
    - Tests GeneXpert effectués : 7 790

16 commentaires

Vos commentaires

  • 28 septembre à 08:52 | Isandra (#7070)

    Covid organics : Les précisions du Pr Seydi sur le remède malgache.

    Un article paru dans l’édition du 24 septembre du journal l’Observateur affirme que Moussa Seydi aurait déclaré que remède malgache contre le coronavirus serait toxique. Mais ses propos ont été tronqués : M. Seydi affirme que ces déclarations ne sont « pas les siennes ».

    Toxique, le remède malgache ? C’est en tout cas ce qu’affirmait le journal l’Observateur hier, chiffres choc à l’appui. Cette boisson à base d’artemisia serait ainsi « toxique à 62% » et aurait été « exclue du protocole de soin des patients testés positifs à la Covid-19 », selon l’éminent professeur Moussa Seydi, chef de service des maladies infectieuses du CHNU de Fann à Dakar. Contacté par nos soins, le président du Comité scientifique Covid-19 s’insurge contre ces propos… Qui n’ont jamais été prononcés.

    "Ces mots ne sont pas les miens. Nous nous sommes contentés de faire un rapport scientifique qui a été remis aux autorités de manière confidentielle il y a bien longtemps », s’exaspère le scientifique. "Remarquez par exemple que cet article parle d’une toxicité de 62% alors que nous avions souligné dans notre rapport que le Covid-Organics n’est pas toxique. Nous ne pouvons pas “jeter à la poubelle” un produit sans l’avoir testé. Ce serait anti scientifique d’agir de la sorte », a ajouté le champion de la lutte contre le coronavirus au Sénégal.

    « Un produit qui a déjà sauvé des milliers de vies humaines »

    Le Covid-Organics, remède malgache à base d’artemisia distribué dans toute l’Afrique de l’Ouest, a pourtant fait ses preuves. Le président Bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a récemment affirmé, dans les colonnes de Jeune Afrique, avoir été soigné par le Covid-Organics. Le ministre de la santé tchadien, qui a recommandé une seconde cargaison de ce remède, a affirmé que « 34 tchadiens contaminés par le coronavirus ont été guéris à 100% » après s’en être vus administrés.

    Une opinion visiblement partagée par le professeur Moussa Seydi. « Il ne me viendrait jamais à l’idée d’utiliser des propos de ce type vis à vis de qui que ce soit ou d’un produit qui a déjà sauvé des milliers de vie humaines », conclut le scientifique. »

    https://seneweb.com/news/Sante/covid-organics-les-detracteurs-mentent-s_n_329632.html?fbclid=IwAR12QkCXn7O08Ntd12KQEiPYhVuSIJu2hB3lwAXL8fdVHu31M30XUBm7lsE

    • 28 septembre à 08:58 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      S’ils sont capables de faire dire ce que ce scientifique n’a pas dit, ils sont capables aussi de publier un faux rapport, dont le vrai est tenu à la confidentialité.

      Et cet article paru le 26 sept dément tout ce qui a apparu le 24 septembre.

    • 28 septembre à 10:01 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Il suffit de vous renseigner auprès de l’autorité sanitaire du pays de la Teranga au lieu de vous lancer inutilement dans des inepties pareilles.

      Vous voulez tromper qui au juste ? Les Sénégalais ? Non, ils ne sont pas atteint du syndrome du larbin eux...

      Dakarmidi – Le Covid Organics Malgache ne sera pas admis dans le protocole de soins des patients atteints du Coronavirus au Sénégal. Le professeur Moussa Seydi et Cie révèlent plusieurs obstacles sur le traitement avec l’Artémésia dans un rapport transmis au Directeur de la pharmacie et du médicament (Dpm).

      Les espoirs qu’avait suscités le produit malgache (Covid Organics) sont finalement brisés. Le Covid Organics ne fera pas partie des médicaments à administrer aux malades atteints de Coronavirus au Sénégal. Des preuves scientifiques de l’efficacité de ce remède de l’Institut malgache pour la recherche appliquée sont toujours attendues. Même si des propriétés curatives et préventives sont attribuées ça et là à ce produit.

      A la lumière du rapport d’essai clinique sur le Covid Organics transmis au Directeur de la pharmacie et du médicament (Dpm), signé par les médecins Dr Adama Faye, professeur titulaire de l’Institut de Santé et développement, Dr Sylvie Audrey Diop, professeur titulaire au Service des maladies infectieuses de l’Hôpital Mame Abdoul Aziz Sy de Tivaouane et Dr Moussa Seydi, professeur titulaire au Service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann, le Sénégal va tout droit vers l’arrêt des recherches sur le Covid Organics malgache. C’est ce que Dr Moussa Seydi, en charge des soins des patients atteints de Covid-19 au Sénégal, et deux de ses collègues ont fait savoir aux autorités sanitaires dans le rapport dont « L’Obs » dispose d’une copie.

      « Cinq (5) mois après le début de l’épidémie, rien ne justifie une étude de phase 3 sans disposer de toutes les informations sur la toxicité du produit. Actuellement au Sénégal, le protocole thérapeutique utilise l’Hydroxychloroquine associé à l’azithromycine. Les analyses n’ont pas permis d’identifier la nature des autres produits contenus dans le Covid Organics et non dévoilés par les Malgaches. Une demande d’informations effectuée au niveau des homologues malgaches n’a pas été concluante.

      La situation épidémiologique actuelle à Madagascar ne plaide pas en faveur d’une efficacité du produit. Nos tentatives de contacter les scientifiques malgaches pour avoir des informations supplémentaires sur le Covid Organics ainsi que sur les recherches sur le produit sont restées infructueuses. Autant de facteurs qui font qu’en l’état actuel des connaissances, des preuves sont insuffisantes pour réaliser un essai de phase 3 », ont fait savoir les médecins dans la note transmise aux autorités sanitaires.
      « Difficile de connaître de manière précise, les différentes molécules qui composent la substance »

      Cette mesure est prise par les blouses blanches après analyse des études phases infra-cliniques qui ont été menées par différents professeurs pour déterminer la composition du produit, la toxicité et les effets potentiels. Pour ce qui est de la composition de l’Artémésia, les hommes de l’art notent l’« absence de métaux lourds : Pb, Cd, Hg, As (<0,001 ppm), présence de Zn (0,26-0,31 ppm), Mg (0,8-0,45 ppm) et Fe (0,44-0,76 ppm)(…), absence de chloroquine, présence majoritaire d’artemisia annua dans les remèdes malgaches… ».
      Mais dans le document, ils expliquent qu’« à l’absence de banques spectrales de produits naturels, il est impossible d’avoir une idée sur la nature des autres composants éventuellement présents et provenant de plantes non dévoilées par les Malgaches.

      Dans les conditions d’analyses des médecins sénégalais, ces composants sont faiblement exprimés. Ce qui fait que disent-ils, « cette conclusion ne nous permet pas de connaître de manière précise, les différentes molécules qui composent la substance. Selon les autorités malgaches, ce remède est composé (majoritairement de l’artemisia à hauteur de 62%, mais aussi des plantes endémiques médicinales malgaches) ».
      Toujours dans les études, un deuxième rapport rédigé par le professeur Gata Yoro Sy portait sur l’étude de l’activité anti-inflammatoire du Covid Organics et de la tisane sénégalaise (Lion Vert) d’artémisia annua cultivée au Sénégal. La conclusion est que ces résultats préliminaires justifieraient un effet bénéfique dans la prévention du processus inflammatoire chez les patients infectés par le Covid-19.

      Dans les mêmes conditions expérimentales, le « Lion Vert » est également anti-Inflammatoire. Toutefois, le pouvoir anti-inflammatoire du Covid Organics est supérieur à la tisane de celui du « Lion Vert ». Dr Moussa Seydi et Cie déplorent également la nature du troisième rapport qui portait sur l’évaluation de la toxicité du Covid Organics constitué de 62% d’Artémesia annua et de 38% d’autres plantes d’origine malgache. Du fait que le rapport qui leur a été envoyé « ne soit pas signé ni suffisamment explicite et ne comporte pas de conclusion ». Des études in vitro ont montré l’efficacité de l’association hydroxy chloroquine Azithromycine.

      Igfm
      https://www.dakarmidi.net/infos-covid-19/covid-19-professeur-moussa-seydi-et-cie-ecartent-le-remede-malgache/

    • 28 septembre à 10:26 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      Vous voulez tromper qui au juste ? Les Sénégalais ? Non, ils ne sont pas atteint du syndrome du larbin eux...

      Ce sont plutôt les gens qui ont écrits ces articles que vous avez publié qui tentent de tromper les gens, pour défendre qui ?.

      Le professeur Moussa Seydi est bien clair que "Cette boisson à base d’artemisia serait ainsi « toxique à 62% » et aurait été « exclue du protocole de soin des patients testés positifs à la Covid-19 ». "Ces mots ne sont pas les siens". Il a rajouté ceci : "Nous ne pouvons pas “jeter à la poubelle” un produit sans l’avoir testé. Ce serait anti scientifique d’agir de la sorte. Il ne me viendrait jamais à l’idée d’utiliser des propos de ce type vis à vis de qui que ce soit ou d’un produit qui a déjà sauvé des milliers de vie humaines ».

      Cela nous explique que sur ce rapport tenu confidentiel, nulle part, qui préconise l’exclusion de CVO, ce n’est que dans l’imaginaire des détracteurs comme vous Ingahindriana, qui cherche à tout prix pour dénigrer cette tisane à cause de votre haine contre Rajoelina, quitte à "mettre à la poubelle un remède qui sauve", si on emprunte les phrase de ce brave Professeur.

      Cet démenti a été fait le 26 Septembre 2020, alors que votre article a été paru le 24 Septembre.

  • 28 septembre à 10:12 | Vohitra (#7654)

    Mais c’est quoi le syndrome du larbin ?

    C’est la maladie pathologique qui frappe les individus du genre Isandra...

    I) Définition

    Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.

    II) Analyse des symptômes

    L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui, il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire. Les arguments économiques qu’il invoque inlassablement n’ont pas servi à forger sa conviction, le syndrome du larbin est malheureusement une vocation qui se trimbale dès le plus jeune âge et contre laquelle il n’existe aucun remède. Le larbin n’a pas choisi d’aimer les riches, il aime les riches parce qu’il est un larbin. De tendance nettement libérale le larbin est celui qui vous vante les bienfaits du bouclier fiscal alors même qu’il ne paye pas d’impôts. C’est encore le même larbin qui voudrait réduire ou supprimer l’impôt sur la fortune même s’il sait qu’il ne sera jamais concerné par la question. Un écervelé victime du syndrome du larbin n’a pas de conscience politique, il vote instinctivement dans l’intérêt de ceux qui l’exploitent pour s’attirer leur bienveillance. Le larbin estime que l’argent qui lui fait défaut, est beaucoup plus utile dans le coffre d’un riche qui pourra ainsi le réinvestir beaucoup plus utilement qu’il ne l’aurait lui même dépensé. Le larbin cautionne tous les sacrifices et les plans d’austérité dont il pourrait être l’objet comme la baisse des salaires, ou encore l’augmentation de l’âge de la retraite même si son travail ne lui convient d’aucune façon et que ses maîtres ne lui offrent aucune perspective d’améliorer sa condition.

    III) Hypothèses sur l’origine du syndrome

    Deux théories principales s’affrontent pour expliquer l’origine du syndrome : la thèse génétique et la pathologie mentale.
    Après des siècles d’esclavage et de féodalité, les larbins pourraient être le produit d’une sélection artificielle des soumis par leurs maitres. La transmission génétique des caractères aurait favorisée la sélection d’une souche vivace de larbins domestiques au profit d’une nouvelle espèce de primates : l’homo larbinus.
    Selon cette hypothèse le mécanisme en œuvre serait similaire à la sélection des chiens et des chevaux mais directement appliqué à l’homme.

    Pour les tenants de la pathologie mentale le caractère héréditaire n’est pas retenu, il s’agirait plutôt d’un trouble qui se développerait dès l’enfance. Le processus s’aggraverait au passage à l’âge adulte lorsque le sujet prend conscience de la médiocrité de sa condition, le larbin développerait des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif pour justifier l’acceptation de sa subordination. Le larbin finit ainsi par s’identifier à ses maîtres en s’imaginant appartenir au corps social qui l’exploite.

    IV) Quelques exemples

    Le larbin réagit vivement à toute discussion qui ose remettre en cause les privilèges des plus fortunés, incapable de se livrer à une argumentation convaincante, ses messages distillent la peur et les intimidations dont il est l’objet. En réaction le larbin brandit instinctivement une succession de termes caractéristiques qu’il essaye de glisser dans son discours tels que : communisme, bolchévisme, tirage vers le bas, la Stasi, Corée du Nord, isolement, dictature socialiste, évasion fiscale, paupérisation, millions de morts...

    Les quelques messages qui suivent portent la quasi-signature "littéraire" d’un larbin digne de ce nom :

    Les riches il faut les bichonner, les câliner, si on les spolie trop ils s’installeront ailleurs.

    Le Bolchévisme ? Non merci les Russes ont essayé en 17...

    Comme en Corée du Nord ou au Zimbabwe ?

    La fortune de Bill Gates ? Ça fait 3 pizzas par Africain et après on fait quoi ?

    Si les riches disparaissent on pourra plus leur vendre des produits de luxe !

    Ma patronne paye trop de charges !

    Les parachutes dorés c’est une compensation pour dissuader de saboter davantage l’entreprise, divisé par le nombre de salariés ça fait beaucoup moins que dans une seule poche.

    V) Population affectée

    Le syndrome du larbin ne prolifère pas seulement chez les plus démunis intellectuellement comme on pourrait le penser, il affecte une large fourchette de la population sans corrélation apparente avec le niveau d’étude (20% de la population pense faire parti des 1% les plus riches). Les larbins sévissent en masse sur les forums d’économie dont l’étude de cette discipline semble en aggraver les symptômes. Le paysage politique avec l’élection d’un président au service des ploutocrates révèle un seuil de contamination critique dans la patrie des droits de l’homme. La situation est grave mais peut-être pas complètement désespérée et les symptômes ne cessent d’évoluer au fil de l’actualité, aussi aidez-nous à maintenir et à diffuser ce document pour lutter efficacement contre ce fléau des temps modernes.

    Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart.

    • 28 septembre à 10:34 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Ingahindriana qui ne sait plus que vous, les andriana, vous traitez de tous les noms, les gens qui vous contredisent, n’ont pas même opinion que vous,...après vendrana, dondrona, etc, maintenant, c’est, ainsi de suite.

    • 28 septembre à 14:58 | Rainingory (#11012) répond à Vohitra

      Merci Vohitra de m’avoir appris au moins deux choses aujourd’hui :
      1) ce qu’est le syndrome du larbin 👍👍👍
      2) qu’il est avéré qu’on a au moins deux cas graves chez nous, ici, à éviter absolument, Isandra et Betoko 😆😆😆

  • 28 septembre à 10:58 | Isandra (#7070)

    Une interview de Rabetsitonta "Tsy lahitra akory ny fahantrana" :

    La Vérité (LV). En tant que statisticien, pouvez-vous faire parler les chiffres pour éclairer sur la situation sanitaire qui prévaut à Madagascar à la date d’aujourd’hui concernant particulièrement la pandémie de Covid-19 ?

    Rabetsitonta Tovonanahary Andriamaneho (R.T.A). Je vous remercie de m’avoir invité à m’exprimer sur le sujet. Il est vrai qu’à ce moment précis de cette crise sanitaire mondiale, il s’avère nécessaire de se livrer à une analyse transversale de la pandémie de Covid-19. Pour ce faire, je vous invite à visualiser une photographie du coronavirus à la date du 26 septembre 2020, avec la comparaison des indicateurs dans une dizaine de pays situés dans plusieurs régions du monde. (Voir graphique, ndlr)

    LV. Pouvez-vous nous donner votre interprétation de ces chiffres ?

    R.T.A. L’analyse comparative de la situation de Madagascar par rapport à ces différents pays montre clairement que, au bout de 6 mois de lutte contre la propagation de la Covid-19, les mesures préconisées par l’Etat malagasy se sont révélées être efficaces pour maîtriser la pandémie.

    LV. Pouvez-vous nous donner des précisions ?

    R.T.A. En taux de létalité ou mortalité des cas testés positifs, Madagascar possède une des valeurs les plus faibles (1,41%) et se situe parmi les quatre (4) premiers pays avec le Rwanda, l’Arabie Saoudite et l’Inde.

    LV. Et qu’en est-il du taux de guérison ?

    R.T.A. C’est le même topo. Madagascar se trouve avec l’Arabie Saoudite, la Chine et le Cameroun, dans le peloton de tête parmi les quatre pays où le taux de guérison est supérieur à 91%.

    L.V. A quoi peut-on attribuer cette situation ?

    R.T.A. Certes, le taux d’urbanisation, la mobilité de la population encore relativement faibles ainsi que la jeunesse de la population y ont, dans une certaine mesure, joué un rôle. Mais ceci n’explique pas tout car ce sont des facteurs qu’on partage avec bon nombre de pays. Certains de ces derniers, pourtant, ont été plus durement touchés que Madagascar. Ce qui a certainement fait la différence, c’est le protocole de pratique thérapeutique mis en œuvre par les autorités malagasy. A preuve, sur 100 testés positifs de Covid-19 au pays, 91 malades traités ont été guéris. Une simple consultation des chiffres permet de conclure qu’il s’agit d’un des meilleurs taux de guérison au monde.

    LV. Mais certains pays ont aussi en commun des protocoles adoptés par Madagascar, pour ne parler que celui préconisé par le Professeur Didier Raoult.

    R.T.A. C’est vrai. Mais quoi qu’on puisse dire, Madagascar a eu un avantage certain avec le Covid Organics (CVO). L’efficacité de cette tisane à titre préventif est prouvée par les statistiques. Il en est de même pour l’usage de

    « Tambavy » et du « Evoka » (respectivement décoction et inhalation de plantes médicinales, ndlr) C’est ainsi que nous avons aussi un taux de positivité parmi les plus bas, 62 positifs pour 100 000 testés, malgré une forte proportion de la population considérée comme vulnérable.

    LV. D’après vous, comment se présentent les perspectives pour Madagascar ?

    R.T.A. Dans l’ensemble, au 26 septembre 2020, Madagascar se trouve dans une situation confortable dans la lutte contre la Covid-19 comparativement aux autres pays du monde. Si on maintient le cap, il est raisonnable d’affirmer que le pire est derrière nous."

  • 28 septembre à 12:05 | I MATORIANDRO (#6033)

    Mirongatra izay tsy izy hoe ny aretina ao Ilakaka ; toy izany koa ny Any Avaratra.

    Tsy matotra ny fikarakarana ny fitsaboana ;

    efa leo lainga koa ny olona ka tsy mino fitaka intsony.

    Tsy afaka mikabary any @ Trump i rainilainga satria tsy nahazo VISA ;

    Efa mihamangotraka koa ny raharaha anatiny.

    tsy ahitan-teny ny eny ambohikobaka.

    samia velonaina.

    • 28 septembre à 12:55 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Matoriandro,

      Ilakaka ?

      Ny CCO parallèle ny TIM no namoaka an’izany ?

      Tahakan’ny QG bel’air nampiaky ny PNUD hono tamin’ny fifidianana ihany io, namoaka fa lany 56% Ravalo.

    • 28 septembre à 13:48 | I MATORIANDRO (#6033) répond à I MATORIANDRO

      @ isandra

      Mialà amiko ry satana.

      Ay ; ay ; Ay.

      Mialà fa devoly.

  • 28 septembre à 12:09 | Vohitra (#7654)

    Une illustration d un dialogue entre Ikotofetsy et Imahaka produite par La Pravda...

    Entre l acteur principal et le beneficiaire...

    Imahaka fait la magie, et Ikotofetsy dispose du produit sous le label Al Capone en 1994...

    S.Petro de 1994, c etait de la pure magie hein ?

    ’ La pauvrete n est pas une fatalite’, un slogan d un parrain tropical de la drangheta locale...

    • 28 septembre à 12:58 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Attention ! Ne contredisez pas Ingahindriana, sinon....!

      Rabetsintota est traité de Ikotofetsy, parce qu’il a dit la vérité qui vous blesse.

    • 28 septembre à 13:28 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Mais ou il veut en venir le larbin d Isandra ?

      Le faiseur de magie en 1994 est Imahaka, avec un slogan propre aux crapules de la Republique...avant de se faire doubler et mener en bateau par Ikotofetsy...qui gagne du galon depuis en devenant Al Capone...

    • 28 septembre à 13:34 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Mais, cela n’enlève pas ce que j’ai dit, vous traitez les gens qui n’ont pas même opinion que vous de tous les noms, car vous vous croyez que vous avez le monopole de l’intelligence, de l’honnêteté, de la vérité, dans ce pays.

      Cependant, plus le temps passe, plus vos dires sont démentis.

    • 28 septembre à 13:39 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Ce larbin vil menteur d Isandra vacillera prochainement avec l usure du temps et le poids de ses mensonges a profusion...il n y a pas de doute la dessus...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS