Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 22 juillet 2024
Antananarivo | 20h30
 

Communiqué

Communiqué

Les autorités qui décideraient de faire démarrer les activités du projet Base Toliara prendront la responsabilité de mettre en grave danger la santé et la survie des communautés locales

jeudi 2 février 2023 |  2378 visites 

Les autorités qui décideraient de faire démarrer les activités du projet Base Toliara prendront la responsabilité de mettre en grave danger la santé et la survie des communautés locales

Depuis quelques semaines, une offensive médiatique agressive citant différents groupes de la région Atsimo-Andrefana réclame avec insistance la reprise des activités du projet minier Base Toliara, suspendues par le Conseil des Ministres en novembre 2019.

Ils relèvent notamment le nombre d’emplois que permettrait de créer ce projet. De nombreuses communautés et personnalités locales s’étaient élevées dans le passé contre le démarrage de l’exploitation des sables minéralisés en vue de la production d’ilménite dans cette région du sud-ouest. Le Collectif TANY fait partie de ceux qui s’opposent au démarrage de ce projet et voudrait rappeler les principales raisons de cette opposition, déjà diffusées à plusieurs reprises auparavant.

En premier lieu et prioritairement, il convient d’attirer l’attention de la population et des décideurs politiques sur le caractère éminemment radioactif des sables minéralisés qui vont être exploités et transportés vers le port. Il ne s’agit nullement de simples rumeurs ou d’informations malveillantes colportées. Le rapport de préfaisabilité de ce projet publié par la maison mère australienne Base Resources a mentionné que le zircon contenu dans le gisement de sables minéralisés de Ranobe contient de l’uranium et du thorium dont la radioactivité empêchera l’exportation des produits aux Etats-Unis et au Japon [1]. Les scientifiques malagasy ont confirmé cette radioactivité dans des publications [2]. Sur quelles bases et à partir de quelles recherches scientifiques, les promoteurs actuels du projet Base Toliara osent-ils déclarer qu’il n’y a pas de menace de radioactivité dans l’exploitation de l’ilménite par Base Toliara ou que la radioactivité des sables minéralisés des sites de Base Toliara ne comporte aucun risque pour la santé ? De surcroît, le transport jusqu’au port contribuera à disséminer les retombées dangereuses de la radioactivité du minerai sur la population et la biodiversité.

S’agissant des milliers d’emplois mis en avant par les promoteurs pour amadouer les habitants de la région, il convient de rappeler que, comme dans tout projet d’exploitation minière, ces milliers d’emplois promis ne perdureront pas au- delà de la phase de construction. Base Toliara et ses porte-parole doivent faire preuve de transparence à ce sujet et ne doivent ni tromper ni duper la population. Au cours du cycle de vie de tout projet minier, le nombre d’emplois nécessaire baisse pendant la phase d’exploitation, et certains emplois locaux sont permanents, d’autres temporaires. Le nombre d’emplois directs ou indirects permanents créés par le projet ne compensera pas le nombre d’emplois détruits en conséquence, dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Il est primordial de ne pas duper les communautés de la région Atsimo Andrefana en taisant volontairement le type et le nombre réel d’emplois prévus au cours des différentes phases.

En effet, il est évident que des terres cultivées actuellement ne pourront plus l’être si par malheur ce projet voit le jour. Ce qui aggraverait immanquablement la situation économique, sociale et alimentaire déjà désastreuse de la plupart des paysans. Quelles autres sources de revenus et d’alimentation ces élus, politiciens et « économistes » proposent-ils pour ces communautés qui vont perdre leurs terres arables et leurs moyens de subsistance ?

Enfin et non des moindres, cette région est connue par son insuffisance hydrique qui va encore être aggravée par cette exploitation minière forte consommatrice d’eau, au détriment des besoins agricoles et ménagers. Les argumentations d’un hydrogéologue sur l’absence d’impact du projet Base Toliara sur la disponibilité de l’eau ne sont pas des plus convaincantes. Il semble par exemple omettre la sécheresse rampante et les conséquences négatives actuelles et à venir du changement climatique sur les nappes phréatiques de l’ensemble de Madagascar et notamment du Sud du pays.

Nous tenons à tirer la sonnette d’alarme, avant qu’il ne soit trop tard, sur le grave danger que fait encourir la radioactivité du minerai à la santé et donc à la vie des communautés locales, si jamais le projet Base Toliara devait redémarrer. Sans oublier les problèmes qu’il ne manquera pas d’augmenter sur le plan de la sécurité alimentaire et du droit à l’eau des communautés riveraines du projet.

Il est du devoir du Collectif TANY de rappeler ces points, afin que les responsables puissent prendre des décisions en toute connaissance de cause et en leur âme et conscience.

31 janvier 2023

Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY
patrimoine.malgache@yahoo.fr, www.terresmalgaches.info, www.facebook.com/TANYterresmalgaches, @CollectifTany

-----

Notes

[1Toliara Project PFS confirms status as a world-class mineral sands development : https://www.baseresources.com.au/wp-content/files/Toliara_PFS_confirms_a_world-
class_mineral_sands_development.pdf (consulté dans ce lien en mars 2019)

[2Voir le communiqué et toutes les références de :
https://www.facebook.com/TANYterresmalgaches/posts/2537230542968510 ; https://www.afriquesenlutte.org/afrique-australe/madagascar/article/quels-dangers-plus-graves-devront
AUTORITÉS ARRÊTENT DÉFINITIVEMENT LE PROJET BASE TOLIARA ?
QUELS DAN

5 commentaires

Vos commentaires

  • 2 février 2023 à 10:47 | vatolahy (#11348)

    ainsi donc des compagnies etrangres voudraient exporter nos sables mineralises et hautement radioactifs a l etranger ! ! ! >>>>>>Grand bien leur fasse

  • 2 février 2023 à 15:40 | Kobbe (#11248)

    ON-SITE OPERATIONS & PRODUCTION : LA STRATEGIE ÉCONOMIQUE DU MOMENT...
    Exploitation et production sur place, ceci est la methode de développement que certains pays africains exigent ce temps-ci aux firmes étrangeres (cfr. Ghana, Algerie Cote d’Ivoire et Congo pour leur produits strategiques). Basée en Australie, axée sur l’Afrique... on se demanderait pourquoi la compagnie Base Resources (BR) s’intéresse au Madagascar en particulier tant l’Australie (pays également tropical) et son sous-sol offe presques les mêmes richesses mineraux... Enfin et surtout, pourquoi choisir le Madagascar comme simple source d’extraction et l’Australie comme base de trie ? Pourtant le coût de la production serait 10x moins cher si BR extrais et traite ses minerais sur place au Madagascar, ensuite les vendre et les exporter en produits finis à travers le monde.

    Voyez-vous, la connaissance est universelle et se partage de pays en pays, mais quand c’est un pays africain le principe change : on veut faire de l’Afrique rien que une source d’extraction de tous genres. Ainsi la pauvreté des pays africains est crée, pas innée. Une pauvreté téléguidée. La Chine est traitée d’ennemi par l’Occident : oui elle devient ennemi par ce qu’elle est devenue économiquement forte et independante. Allez-y comprendre quelque chose (...)

    Par ne pas savoir ce qu’on extrait dans son sol, ’Afrique/Madagascar se fait voler chaque jour des millions de revenus. Antananarivo doit bien traiter ses projets de business avec les compagnies étrangères : exigez que l ’extrait et le traitement des sables mineraux se fassent sur place au Madagascar ! Tant pis si la compagnie BR refuse l’offre, il y a tant d’autres sollicitants. Il faut savoir être des négociants intransigeants et déterminés : c’est Base Resources qui à besoin de Madagascar et son sable mineral, non le contraire.

  • 2 février 2023 à 17:07 | Stomato (#3476)

    @ Kobbe,

    Vous avez globalement raison, et votre indignation est légitime.
    Malheureusement votre idéologie vous empêche de bien analyser les situations.

    Madagascar producteur de matières premières ?
    Oui, assurément et ces matières sont très intéressantes, mais nettement moins que les produits élaborés c’est un fait indéniable.
    Ou se situe le problème ?

    Prenons l’exemple emblématique de la vanille !
    L’étranger achète en quantité la vanille, produit extrèmement bien apprécié par l’étranger.
    Les problèmes liés à la vanille sont nombreux et les Malgaches sont les premiers à en souffrir.
    Mais pas grand monde ne veut reconnaitre les principaux responsables de cet état de fait.
    Dans ces conditions il ne peut y avoir de solution susceptible de garantir des revenus pérennes de la vente de vanille.

    Comment expliquer les nombreux problèmes du nickel d’Ambatovy ?
    Comment expliquer les nombreux problèmes de la région de Toliara ?

    Extraire des minéraux est onéreux, leur transformation l’est encore plus car cela demande des investissements très onéreux.
    Ne serait-ce pas les diverses instabilités régnant Madagascar qui portent la responsabilité de la faible création de richesse à Madagascar ?

    Vous souhaitez a juste titre que des élaboration de produits a haute valeur soient faites à Madagascar.
    Que s’est-il passé juste après l’indépendance ?
    Les établissements industriels laissés par les colons, chassés et spoliés, n’ont pas mis longtemps a être abandonnés par manque de rentabilité immédiate.
    Et cela fait plusieurs décennies que des malgaches, entrepreneurs dans l’âme et capables, sont allés établir leurs affaires à l’étranger !
    Vous posez-vous la question de savoir pourquoi ?
    Comment feriez-vous pour attirer des entreprises productives à Madagascar, entreprise créant de la richesse sur place ?

    Je n’ai pas de solution(s) à préconiser, car je ne connais pas les spécificités actuelles qui prévalent à Madagascar.
    Mais je sais que la/les solution(s) sont entièrement entre vos mains.
    Le jour où vous saurez respecter les gens, les produits, les règlementations ayant cours ailleurs que dans la minuscule île qu’est Madagascar vous pourrez commencer à espérer des jours meilleurs.
    Oui je dis île minuscule sur le plan économique mondial.
    Lequel monde peut très bien vivre sans Madagascar, mais par ailleurs aucun pays ne peut vivre en autarcie, sans commerce avec les autres pays.
    Pourtant ce serait bien de vivre dans un pays ou presque tout est a construire a partir de rien, et de pouvoir éviter les erreurs de quelques décennies récentes.

    • 4 février 2023 à 01:49 | Kobbe (#11248) répond à Stomato

      @Stomato

      Excellent point de vue. La responsabilité de nos gouvernants est longtemps connue et decriée. Par ailleurs, la faute n’est pas uniquement aux gouvernants : vos dirigeants occidentaux sont notre plus grand problème.

      D’autres part, il y a quelques questions :
      - quelle est ’’mon/notre idéologie’’ ?...
      - quelle valeur à un produits élaboré sans matière premiere ? Aucune, on ira meme loin : sans matiere 1re. il y a pas des produits, et encore moins le produit produit élaboré.

      Mosieur, le Madagascar demandera réparation financière à votre pays la France en compassation des pillages et spoliations des ressource de notre pays durant l’occupation. Et par ironie vous dites que les colons ont été ‘’spoliés ‘’ ? Ce que vous avancez remettrait même en cause votre discernament intellectuelle (...)

      Un autre point. Quand on dit le développement socio-économique de Madagascar, et les pays Africains en géneral, est freiné par l’Occident vous direz que nous jetons toujours la faute aux autres (un classique)... Mais ce que nous clamons c’est pas det mots vains, pas du delire non plus mais de la pure verité : un exemple, le Madagascar produit l’un des meuilleurs riz de la planète, et le plus bio que ce soit, mais ni ton pays la France ni votre dite-communauté internationale, la Banque(Vol) Mondiale ou Banque Mondiale de (Sous)Développement ne voudront faire du Madagascar le productueur mondial de riz premium. Simple exemple qui résume le tout (...)

      Vous direz non, c’est encore la faute de vos dirigeant... Trop fuyants vous autres. Mais la verité en est que, vous aurez beau empiéter l’essort économique du Madagscar/Afrique par la fomentation des poches de guerre, mais nous aboutirons un jour à essort economique (si c pas bientôt). L’avenir nous dira (...)

  • 2 février 2023 à 19:14 | reviv (#9830)

    Bcp de mots et des maux ont été dits sur le caractère néfaste et inapproprié de ce projet minier intitulé « Base Toliara » , et l’ article
    ci-dessus les rappellent à juste titre.
    Aussi, à savoir que, une économie tirée uniquement sur l’exploitation des ressources naturelles est une économie inerte car en cas d’épuisement des ressources, l’impasse est totale.
    Celà peut prendre la forme
    d’une économie de rente ou une économie de la paresse. En ce sens, elle crée des inégalités qu’elle n’en résoud.
    En un mot, l’économie de rente pourrait aboutir dans beaucoup de cas à une faillite d’innovation.

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS