Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 17h37
 

Culturel

La critique d’art est nécessaire

Les artistes deviennent en même temps juge et partie

jeudi 29 mai 2008 | Daddy R.
La « créativité » devrait être le mot d’ordre pour les artistes.

Bien souvent, la critique d’art est d’abord conservateur, pédagogique. Peu de journalistes s’y consacrent entièrement. Soit, la critique devient un commentaire, soit celle-ci vire souvent à une diffamation ou une humiliation. La critique d’art consiste à rédiger des articles ou des critiques dans le cadre d’une exposition, d’une manifestation artistique. Il peut notamment être une critique auprès des musées, des galeries, ou autres lieux abritant des manifestations artistiques.

Si « l’art » en général suscite toujours des commentaires et restent toujours au centre de discussions, c’est que la définition de celle-ci n’est pas encore claire pour l’opinion, et surtout pour les artistes qui le pratiquent, surtout à Madagascar. C’est pourquoi, nous voulons partager la définition de l’art aujourd’hui afin de pouvoir se mettre au diapason.

« L’art est la création-invention, au niveau du mécanisme de la pensée et de l’imagination, d’une idée originale à contenu esthétique traduisible en effets perceptibles par nos sens ».

En d’autres termes, l’art résulte de l’effet de créer ou d’inventer et traduit par le sens « appréciateur » qui fait la lecture de ce qu’il voit ou ce qu’il ressent. Ces effets sont élaborés par un programme dans le temps ou dans l’espace, ou dans les deux à la fois, dont les composants et les rapports de proportion sont optimaux, inédits et esthétiques.

Des effets qui sont transmis grâce à l’emploi de signaux visuels, auditifs ou audiovisuels, à tous ceux qui, accidentellement ou volontairement, deviennent des spectateurs-auditeurs temporaires ou permanents. Il en résulte un processus de fascination provoquant une modification plus ou moins profonde de leur champ psychologique selon le degré de la valeur esthétique de la création.

Cette modification doit aller dans le sens de la transcendance, de la sublimation et de l’enrichissement spirituel selon la sensibilité de l’intellect humain.

Grâce à la faculté de dépassement du créateur, les produits esthétiques à forte percussion pénètrent à travers les réseaux de communication multiples.
Pour atteindre ce but, le créateur doit utiliser un langage et des techniques qui correspondent au véritable niveau de développement de son époque. Là où se pose le problème, car la plupart des artistes de nos jours, n’utilisent que le langage selon le niveau ou le degré de leur sensibilité. Ils ne travaillent plus par rapport à leur « créativité », mais par rapport aux besoins des spectateurs ou auditeurs qui devraient être guidés selon le temps et l’espace.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS