Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 26 mai 2018
Antananarivo | 12h27
 

Société

Environnement

Le verdict du procès en appel du militant écologiste Raleva pour le 22 mai

mercredi 25 avril | Ny Aina Rahaga

L’audience en appel du militant écologiste Raleva eu lieu le 24 avril 2018 à Fianarantsoa. Raleva est donc maintenant pendu au verdict de la Cour d’Appel de Fianarantsoa qui ne rendra sa décision que le 22 Mai prochain. D’après le coordonnateur régional de l’OIDESCM, Maître Franconio Denis Mac qui assure la défense de Raleva, la partie plaignante constituée par le chef de district de Mananjary, le témoin à charge, une malagasy, proche des exploitants miniers chinois, n’étaient même pas présents au procès.

Raleva, membre de l’antenne régionale de l’Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels à Madagascar (OIDESCM) a été condamné à deux ans de prison avec sursis par le tribunal de Première Instance de Mananjary le 26 octobre 2017 pour des accusations d’usurpation de titre et de tentative d’extorsion de fonds venant des exploitants chinois, dont les activités ont suscité un soulèvement de la population.

Pour rappel, la pollution aggravée d’une contamination du « Saka », source d’eau potable pour la population de Vohilava, par les extractions aurifères chinoises, ont provoqué une insurrection qui a abouti à l’arrestation, puis la mise en détention préventive du militant écologiste et lanceur d’alerte Raleva, au terme de sept jours de garde à vue.

Des membres de la société civile, et les membres de l’OIDESCM où Raleva est membre et leurs alliés au niveau national et international appellent une fois de plus au respect des droits de ce militant. Ils demandent également une justice impartiale et équitable ainsi que l’annulation de l’injuste condamnation à deux années d’emprisonnement avec sursis de Raleva.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 26 avril à 06:30 | Lekivy 2 (#10161)

    Il est du devoir de la société civile s"interpeller et de condamner les agissements des puissances publiques ou privées qui nuisent la population. M. Raleva n’a fait que son devoir, alors il est injuste qu’il en soit condamné. Tout doit être fait pour le protéger pour ne pas décourager la société civile à exercer ses missions, surtout dans la protection de la population et de nos ressources. La cupidité de certains responsables est telle qu’ils préfèrent sacrifier leurs compatriotes. C’est inadmissible !

    • 26 avril à 09:46 | Stomato (#3476) répond à Lekivy 2

      Dans la mesure où l’écologie n’existe pas à Madagascar, comment peut-on imaginer condamner une personne qui constate que l’écologie n’existe pas ?
      Le Roi UBU aurait-il reçu la nationalité malagasy ?

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 444