Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 14 décembre 2019
Antananarivo | 07h49
 

Divers

Employés de la JIRAMA

Le travail reprend, ce jour

jeudi 3 mai 2007 | Volana R.

48% du salaire seront perçus avant ce 15 mai ! Une aubaine pour les employés de la Jirama qui ont « osé » poser d’une façon ferme leurs revendications. Une seule rencontre avec la Direction générale, et ils ont eu gain de cause.

Depuis quelques jours, des voix, au sein des employés de la seule compagnie d’électricité et d’eau de la Grande île, se sont élevées pour relever divers points concernant leurs conditions. Mis à part les 12% de hausse du salaire émis par le président de la République et qui aurait dû être appliquée dès le mois de janvier 2007, les employés ont également demandé à ce que 11 autres points soient révisés.

« Oui » au salaire

Les employés se demandent, quelque part dans leur démarche, pourquoi la Direction avait pu répondre positivement à leur revendication sur la hausse de salaire, et… si rapidement. « Est-ce à dire qu’elle était en mesure de le faire mais avait attendu notre mouvement ? Comme si elle n’avait pas voulu le faire de plein gré … »

Aussi, le rappel des quatre mois passés (janvier, février, mars et avril 2007) est-il accordé avant le 15 mai. Celui de ce mois entrera dans le décompte de la fin du mois. Mais les revendications ne se terminent pas là.

Onze autres points

Aujourd’hui que la direction de la Jirama a changé de main, les employés espèrent que les onze points de divergence ou de distorsion seraient résolus. « Ces points sont au détriment des employés, disent-ils. Lahmeyer est parti, le moment est venu de revoir nos conditions. D’avenir, surtout ». Entre autres, la prime de départ à la retraite, ou encore le tarif Jirama incombé aux employés. « Il s’agit des droits acquis des employés. Au contraire, ils devraient être revus à la hausse ». Par contre, un cadre de la même société affirme qu’il ne s’agit là que de rumeur. Les circonstances prêtent à confusion et favorisent les « débandades d’esprit ». En effet, ces mêmes employés souffrent d’une communication qui, semble-t-il, n’existe plus.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS