Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2022
Antananarivo | 00h37
 

Société

Malnutrition

Le taux de prévalence du retard de croissance en baisse

mardi 5 juillet | Mandimbisoa R.

« La prévalence du retard de croissance est passée de 50,1 % en 2008 à 39,8 % en 2021 », a annoncé la Banque mondiale dans un communiqué relatif à l’approbation de la deuxième phase du programme d’amélioration des résultats nutritionnels pour Madagascar. Ce taux d’amélioration de 0,86 point de pourcentage par an est meilleur que celui dans la région Afrique.

Le retard de croissance touche quatre enfants de moins de cinq ans sur dix à Madagascar, soit environ 1,7 million d’enfants. Ce taux est l’un des plus élevés au monde. De plus, 7,7% des enfants de moins de cinq ans sont émaciés (trop maigres pour leur taille), augmentant ainsi les risques de morbidité et de mortalité. Cependant, malgré les nombreux chocs auxquels le pays a été confronté ces dernières années, des progrès lents mais constants ont été réalisés.

« Nous félicitons l’Etat malgache pour cette réalisation majeure. La réduction de la prévalence du retard de croissance est une étape essentielle pour améliorer les résultats d’apprentissage des enfants et leur productivité future. Si ces efforts sont maintenus, cela aura un impact significatif et durable sur la reconstruction du capital humain de Madagascar », a déclaré Marie-Chantal Uwanyiligira, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar.

Ce programme est également complémentaire au Programme de résilience des systèmes alimentaires pour l’Afrique de l’Est et australe (FSRP), récemment approuvé par l’IDA, et les deux renforceront davantage la résilience des communautés pour préserver ces acquis et éviter les perturbations dans la fourniture de services de santé et de nutrition, alors que Madagascar, comme le reste des pays, continue de faire face à la série de crises liées à la pandémie de COVID-19, aux chocs climatiques et à la crise de sécurité alimentaire liée à la guerre en Ukraine.

Cette deuxième phase du programme d’amélioration des résultats nutritionnels est financée à hauteur de 85 millions de dollars, dont 42,5 millions à titre de dons et 42,5 millions à titre de crédit. Elle restera axée sur l’amélioration de la qualité et de l’accessibilité d’un ensemble de services essentiels en matière de santé reproductive, maternelle et infantile et de nutrition, la création d’une demande et le renforcement des systèmes. Elle continuera à soutenir les neuf régions de la phase 1, et s’étendra sur quatre autres régions : Androy, Anosy, Atsimo Atsinanana et Atsinanana, dont trois sont parmi les régions les plus vulnérables au climat à Madagascar.

Cette deuxième phase permettra également d’accroître les synergies avec d’autres investissements sectoriels, notamment dans les domaines de l’agriculture et de la protection sociale, afin de soutenir davantage l’amélioration des résultats nutritionnels. Il est en effet prouvé qu’une plus grande couverture des interventions en matière de sécurité alimentaire, de protection sociale et de nutrition pour les plus vulnérables et les plus pauvres contribue aux efforts visant à réduire la pauvreté, l’insécurité alimentaire chronique et le retard de croissance des enfants.

La première phase du programme, approuvée en décembre 2017, a permis à plus de 1 875 461 femmes et enfants de moins de cinq ans de recevoir des services de santé et de nutrition par le biais de 4 526 sites communautaires et de 1 081 établissements de soins de santé primaires renforcés et équipés.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 5 juillet à 11:15 | Ibalitakely (#9342)

    Fa tsy azo ihany koa indraidray ireto PTF ireto ange, ka tahaka ny lelom-borotsiloza, dia sady misafosafo @ tànana ilany no mamelaka & manongo @ tànana ilany, pffftsssssss... Raha ny vola nividianana ilay boeing force one, tsy fantatra na i Ra8 no nanampy mba nahazahoana azy na ny volan’ny vahoaka nividianana ilay izy no nangalany ho azy, fa dia iny ra-FMI nilako mafy ... ka ny 2009 nanome bahana ny mpanonga-mpitondrana.

  • 5 juillet à 11:17 | Ibalitakely (#9342)

    ... ka nanome vahana ny ...

    • 5 juillet à 17:20 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      Dia aiza izao ny tohin’ireny nisy nilaza, Gaël BORGIA/France 24 anisany, fa nisy nihinana oditra fanao kiraro tany Antsimo : aiza ny tohin’ireo olona sahy nilaza t@ tele fa TSY MBA NISY IZANY VATSY-TSINJO-TOSIKA-FAMENO-... izany mihintsy tany amin-dry zareo ; aiza ny tohin’ny ady @ valala ; manahoana daholo ny tohin’ny resaka volamena 73,5 kg & 49 kg sns taty aoriana ; manahoana izao ny tohin’ny resaka RANJATOELINA Rolland vs Rina Rakotomanga [& ny raharaha MMSC] ; aiza aiza aiza aiza ... fa ny manodikodin-dresaka no betsaka.

  • 5 juillet à 11:36 | Isandra (#7070)

    C’est un autre indicateur au vert, qui s’ajoute au taux de malnutrition d’hier,...

    Si ça continue comme ça, le 2023 ne sera qu’une formalité.

    • 5 juillet à 11:46 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Ton DJ de mer.de n’est même pas foutu de nourrir son peuple.
      Il doit compter sur la BM.
      T’en connais des pays Occidentaux qui comptent sur la BM pour bouffer ?
      Dago le seul pays avec 150 ans de retard sans avoir eu la guerre
      Comme le disait mr HO, la malnutrition est un droit fondamental.

    • 5 juillet à 13:09 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      On ne parle plus de ...prévalence mais de famine sur l’Etendue du territoire . Arrêtez d’enfumer le peuple , car selon notre ami Dahalo , "il va vous botter les fesses dans peu de temps" . Souvenez vous que du temps du Flibustier , un avion a été acheminé à Madagascar pour "sauver " ceux qui ont affamé le peuple . Un ancien Ambassadeur de Tunisie , un vrai raciste bien connu de la région de Toamasina , n’a pas pu avoir une place dans l’aéronef , et a dû se cacher dans la forêt , rongé par les moustiques , avant de se rendre aux autorités . J’espère que le "fan" du Calife ne subira pas le même sort .Bonne chance aux prochaines échéances , qui sonnera le glas de ce régime moribond , rejeté par la majorité de la population .Tic tac doum...

  • 5 juillet à 12:48 | Besorongola (#10635)

    C’EST ENCORE UNE FOIS LE FRUIT DU TRAVAIL DE HERY RAJAONARIMAMPIANINA !

    En 2017 sous Rajaonarimampianina Madagascar s’engage à réduire la prévalence du retard de croissance chez les enfants grâce à un nouveau programme transformateur échelonné sur 10 ans.

    En décembre 2017, le gouvernement de Madagascar et la Banque mondiale ont lancé un programme ambitieux qui soutiendra la mise en œuvre de mesures visant à réduire la prévalence du retard de croissance chez les enfants (taille insuffisante pour l’âge de l’enfant) en suivant une approche-programme à phases multiples. Le Programme d’amélioration des résultats en matière de nutrition, qui s’échelonnera sur une période de 10 ans, a été approuvé par la Banque mondiale. L’Association internationale de développement (IDA) investira jusqu’à 200 millions de dollars US dans sa mise en œuvre.

    Avec un enfant sur deux présentant un retard de croissance, la malnutrition chronique reste à Madagascar le plus grand obstacle à la réalisation du potentiel de l’enfant, au développement du capital humain et à la croissance économique du pays à long terme. Les coûts annuels associés à la malnutrition représentent 7 à 12 % de son PIB. Le retard de croissance, qui constitue un indicateur d’alerte, est la conséquence d’un ensemble de problèmes complexes : une alimentation peu variée, un accès limité aux services de santé, une eau et un assainissement de mauvaise qualité, et des comportements alimentaires nuisibles pendant la grossesse et la petite enfance.

    Ce programme est conçu pour atteindre près de 75 % des enfants de moins de 5 ans, en commençant par les 8 régions qui présentent les taux de retard de croissance les plus élevés, puis en se déployant progressivement sur 15 régions. Le programme devrait permettre de réduire le nombre d’enfants présentant un retard de croissance de 30 % dans les régions ciblées d’ici à 2028, donnant ainsi à 600 000 enfants malgaches de meilleures chances de s’épanouir.

    « À Madagascar, tous les éléments nécessaires pour soutenir des programmes efficaces dédiés à la petite enfance sont en place ou en passe de l’être. Nous sommes à présent ravis de les transformer en un partenariat à long terme qui jette les bases solides du développement du capital humain, de la prospérité des familles et des perspectives économiques globales de la nation », a déclaré M. Keith Hansen, vice-président de la Banque mondiale pour le développement humain et membre du Groupe principal du Mouvement SUN, qui s’est rendu à Madagascar en juin 2017. « Investir durablement dans les populations n’est pas seulement une bonne chose, c’est clairement une démarche intelligente. »

    • 5 juillet à 12:49 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      .suite ... Nouvelle initiative récemment approuvée par la Banque mondiale, l’Approche-programmeà phases multiples permettra au pays de structurer un engagement à long terme, substantiel ou complexe autour d’un ensemble de plus petites opérations (ou phases) reliées entre elles, dans le cadre d’un seul programme. Cette approche novatrice invite à davantage d’apprentissage et d’adaptation pour garantir que les opérations soient plus sensibles aux circonstances changeantes du pays. Elle favorise la prise en compte plus rapide des expériences au sein de chaque phase, ainsi que d’une phase à l’autre pour maximiser les résultats. Les phases suivantes du programme seront préparées comme autant d’opérations séparées qui respectent rigoureusement toutes les politiques de la Banque mondiale applicables en matière d’examen de la gestion, d’évaluation fiduciaire, d’évaluation des politiques de sauvegarde environnementale et sociale, d’information du public en temps opportun et de consultation des personnes affectées.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS