Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 24 février 2021
Antananarivo | 23h18
 

Société

Conjoncture

Le riz importé à 550 ariary le kapoaka disponible sur le marché

mardi 26 janvier | Mandimbisoa R.

Le riz à 550 ariary le kapoaka devrait être disponible sur tout le territoire national depuis lundi. Un total de 7 000 tonnes est destiné à cette fin. Ce riz, importé par l’Etat malgache par le biais du SPM, a été reçu au niveau du port de Toamasina dimanche, par Andry Rajoelina en personne. Ce riz sera immédiatement réparti dans les marchés spécialisés de chaque fokontany, affirme ce dernier.

L’importation de ce riz s’inscrit dans la stratégie mise en place par l’État pour pallier l’augmentation du prix sur le marché. Une responsable auprès du ministère chargé du Commerce précise par ailleurs que l’objectif est d’offrir aux consommateurs un éventail de prix avec lesquels ils peuvent choisir en fonction de leurs pouvoirs d’achat. Une répercussion immédiate sur le prix du riz au marché n’est pas toutefois à l’ordre du jour. Un autre navire transportant 8500 tonnes de riz est attendu dans 20 jours et devrait se poursuivre tous les mois jusqu’à ce que le prix du riz sur le marché national se stabilise et soit conforme au pouvoir d’achat de la population.

Ces derniers semaines, le kapoaka du riz produit localement est arrivé jusqu’à 900 Ariary à travers le pays. L’insuffisance de la production rizicole locale par rapport à aux besoins de la population surtout en période de soudure comme actuellement, l’insuffisance du riz importé, tout cela accentué par la spéculation sont les principales causes de la hausse actuelle. L’Etat n’ayant jamais parvenu depuis de nombreuses années à résoudre le dysfonctionnement dans la régulation et le contrôle des prix dans cette filière riz.

70 commentaires

Vos commentaires

  • 26 janvier à 09:35 | Isandra (#7070)

    Nisy poutre petsopetsona vao nanoratra an ity omaly :

    # 26 janvier à 00:56 | Shalom (#2831) répond à Rainingory ^
    ô ! Rainigory a !

    Fa mbola inona no antenainao amin’io fitondrana io e !
    Ny bulding, ny stade, ny colisée sy ny forongony no maha-may azy f’izay filan’ny vahoaka amin’ny fiainany an-davan’andro, raharahiny inona moa ?

    Izany no fitondrana foza.


    Izay nanaovako hoe ny fotoana fotsiny dia ampy mampibaribary ny delire ndrizareo.

    Modia aty hoa raha tena lehilahy.

    Izao ny orana avy ny vary tonga. Misaotra Iza ?

    • 26 janvier à 10:03 | Maestro (#7313) répond à Isandra

      @ Isandra

      Modia aty hoa raha tena lehilahy.

      Ry Kaondrana a ! Patiente, ce jour viendra et ton Dj Bac - 13 et toute sa panoplie de Mouche à Crotte sera obligé de partir à l’Etranger.

    • 26 janvier à 10:32 | Shalom (#2831) répond à Isandra

      Modia raha tena lehilahy ?
      Itony no kaondrana tokoa, fa heveriny hody aiza indray hono ?

      - Nahoana aho no nandray anjara tamin’ny dinika momba ny fandrindrana ny Tafika sy ny adidiny amin’ny fitandroana ny fahalemana ary ny fandraisany anjara amin’ny voina voajanahary (izay tsy nety nampiarin’ity fitondrana fopla ity)
      - Nahoana aho no nandray anjara tamin’ny dinika momba ny fanaraha-maso ny fifamezivezen’ny sambo eto amin’ny oseana Indiana izay eto Madagasikara no foibeny
      - Nahoana aho no nandray anjara tamin’ny dinika momba ny drafitr’asa SKA (izao io tadiavin’ilay kaondrana DJ tsy ampy solaitra hanorenana ny tanamasoandrony ny tany tokony hanaovana ilay drafitr’asa miampy ilay toeran’ny STIMAD)
      - Ary matoa aho niresaka teto momba ny drafitr’asa handatsahana ny orana any Androy ...

      Ny kaondrana kaondra foana ary kaondrana mandra-pahafatiny tsy mahatakatra ary tsy mahay mamakafaka fa dia soratra be fahatany sy kopiE/kolE.
      Mba mahaiza mivoatra ara-toe-tsaina sy ara-pahaizana fa tsy manala-baraka tena toa izao.

    • 26 janvier à 11:52 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Shalom,

      Ny vazaha koa anie mandray anjara amin’ny dinika isankarazany eto amin’ny firenena, fa rehefa vita ny dinika dia iny rizareo mitsaitsaika, rehefa avy nitsidika toerana mafafinaritra vitsivitsy teto.

      Entina milaza ve izay fa mandray anjara feno amin’ny fampandrosoana ny firenena rizareo ? Ianao no mamaly.

    • 26 janvier à 13:53 | Shalom (#2831) répond à Isandra

      F’iza no miteny aminao fa vazaha aho ?
      F’angaha moa izy ity rehefa tsy miseho amin’ny fahita-lavitra na ny gazety dia tsy mandray anjara ny amin’ny firenena ?
      F’ity ianao be resaka io, f’inona no mba vitanao amin’ny firenena ankaotra ny manoratsora-poana sy manao kopiE/kolE eto amin’ny M.T.?
      Azona ampiarina amin’izay ho valin-teninao ny soratrao etsy ambony.

  • 26 janvier à 09:41 | Shalom (#2831)

    Ahaleotena ara-tsakafo.
    Vonoy ny tantsaha ry kaondrana isany.
    Rariny raha antsoina hoe DJ tsy ampy solaitra ity sefon’ny kaondrana ity : dia ahoana ny fambolen’ny tantsaha ?
    Tsy izay ahasoa ny vahoaka no tadiaviny fa ny tombotsoany.

    SPM ? Fa maninona io orin’asa lazaina fa misy anjaran’ny fanjakana kanefa natao teny anglisy ?
    Ary maninona no sambo misoratra any Panama foana no ampiasainy ?
    Farany : vola taiza ary soratra ao amin’ny LFI faha firy no mamaritra io fividianana io ?
    Tany tan-dalàna hono i Madagasikara ... tan-dalàna araky ny fieritreritry ny foza.

    Ho avy indray ny kaondrana tsy mieritreritra na mandinika fa dia hoe : poutre, déserteur ...
    Dia ahoana koa re ny manaraka a !

    • 26 janvier à 10:23 | kartell (#8302) répond à Shalom

      @ Shalom

      Ventre affamé n’a pas d’oreilles ce dont profite certain pour mélanger intérêt collectif et avantage personnel en prenant grand soin de mettre l’accent et les médias sur l’aspect humanitaire de la démarche d’ailleurs mise en scène personnelle de son Excellence !..
      Mais, vous avez mille fois raison de poser les bonnes questions sur le montage un poil bizarre de cette opération survie où l’impression du joindre l’utile à l’agréable semble être d’actualité....
      L’écran de fumée semble être une constante dont nous avons vu les premières effets lors de la campagne du Covid-organics où la partie immergée du financement pose question en dehors d’une justice tétanisée par son donneur d’ordre ...
      Aujourd’hui, il ne s’agit nullement de critiquer cette aide aux plus nécessiteux mais de dénoncer ce qui entoure voir ce qui enrobe cette action gouvernementale...
      Mais, ces maigres 7000 tonnes au niveau national reste une misère si l’on tient compte de la population totale d’autant que l’on sait que les pays exportateurs traditionnels Pakistan,Bangladesh, Inde comptent mettre en réserve leurs stocks en prévision d’augmentation future du prix de leur riz avec une pandémie qui dure et s’incruste...
      Ce secours momentané aura un effet très éphémère et risque d’aller à l’encontre de ceux qui ont initié cette opération pour le seul fait, que les consommateurs frustrés de ne pouvoir bénéficier de cette offre reprocheront au pouvoir d’aguicher avec un produit d’appel minimaliste qui aura du mal à être reconduit au vu du contexte international d’une inévitable inflation du riz à l’international...
      Mettre le doigt dans l’engrenage de l’aide humanitaire comporte de gros risques pour le pouvoir, celui de devoir durer et de poursuivre dans la continuité ce qui est loin d’être un point fort de ce quinquennat...

    • 26 janvier à 10:40 | Shalom (#2831) répond à Shalom

      Pour les tenants et supporteurs de ce pouvoir.
      Lisez et relisez ce post de kartell (26 janvier à 10:23 | kartell (#8302) répond à Shalom).
      Maintes fois on vous dit, ce n’est pas que des critiques que les gens sensés envoient sur ce site, mais même les critiques portent des idées et des solutions.

      La différence entre l’intelligence et le kopiE/kolE : l’intelligence fait vivre mieux.

    • 26 janvier à 11:16 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      Ity hoa efa rafozan-doza, izay atolotra eo dia tsingolohana daholo !

      Ny zava-misy izao ry poutre dia tsy ampy ny voka-bary eto an-toerana, miakatra be ny vidiny. Dia hoan’ny mpitondra mahay sy miahy ny vahoaka dia mamaha an’io olana io aloha no atao maika.

      Etsy andanin’izany anefa mandeha koa ny lavitr’ezaka mba hialana amin’ity fanafarana lava ity :

      - Fampitomboana ny veleran-tany, amin’ny fanajariana : Tanjona 100.000 ha voanjary @ 2023.
      - Fiaraha-miasa amin’ireo mpandraharaha na avy aiza na avy aiza, mba hampitomboana ny famokarana, ohatra ireo Arabo : famokarana vary 300.000 T/ isan-taona.
      - Fanaovana barazy fitarihan-drano betsaka,
      - Fanomezana tany sy famantsiam-bola an’ireo tanora vonona(Titrevert)
      - Fanamparitahana masom-boly ara-teknika sy manara-penitra,

    • 26 janvier à 11:48 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Kartell,

      Il me semble que vous avez mal compris la situation actuelle, vous l’analysez comme si les stocks de riz à Madagascar étaient complétement à sec, comme si c’était la pénurie totale.

      Cependant, ce n’est pas le cas, les stocks de riz ne sont complétement pas encore épuisés, si on écarte le cas isolé des certaines régions du sud, mais, ce ne sont pas suffisants jusqu’aux premières récoltes et se vendent chers pour certaine catégorie de gens.

      De ce fait, cette importation des riz a surtout pour but d’atténuer voire stopper cette augmentation de prix,...

    • 26 janvier à 12:02 | lé kopé (#10607) répond à Shalom

      Pourquoi le riz local (Makalioka ...est plus cher que le riz importé) ? Alors que l’on sait pertinemment que les frais de transport , malgré l’état délabré de nos routes ne constituent pas un handicap insurmontable ? Tout simplement parce que les intermédiaires , et les collecteurs véreux profitent de la crédulité des producteurs , pour les acheter à bas prix , et ensuite les vendre à des prix exorbitants . Si cela pouvait faire profiter aux paysans , la situation actuelle serait différente , mais à force de spéculation , et de profit sur la sueur d’autrui , le Pays est aux mains des fossoyeurs de la République , en plus des détournements planqués dans des banques Off Shore . Mais bien mal acquis ne profite jamais , et nombreux sont ceux qui se sont accaparés les richesses du Pays , mais qui ont fini dans le désarroi . A méditer , à bon entendeur ,Salut ...Lé Kopé.

    • 26 janvier à 15:28 | Ibalitakely (#9342) répond à Shalom

      Ny kapoakam-bary hono ho ankelezin’ireto foza ireto [& ny mahagaga amin’ity sary aseho eto ity dia gony efa misy soratra @ teny malasy (...tsinjo...) no tonga eto ??], fa ry zareo ao Ambatolampy koa angamba atsy ho atsy tsy mahazo manao vilany mihoatra ny roa litatra ???????????? Dia ilay Andry tgv amin’io tsy sahy manisy resaka momba ny BDR & ny vôlamena mihintsiny. Dia ilay Sénat lazainy fa tsy ilaina [tsy alehonareo Université ve ?] tsy tgv no napetrany ho filohan’ilay Sénat fa olona diso fametraka palitao !!

  • 26 janvier à 11:26 | Turping (#1235)

    Le riz importé à 550arairy le kapoaka .
    - Il manquait le mot " brisures de riz ,bas de gamme importé destinées aux animaux ".
    - Ce qui est honteux ,c’est d’avoir constaté cette fierté honteuse très mal placée chez les dirigeants. Importer du riz par centaines de tonnes tous les ans et distribuer des vivres d’une façon aléatoire dans l’attente des aides et emprunts dont une grande partie est détournée ne vont résoudre les problématiques de bases pour clamer l’émergence .

    • 26 janvier à 12:23 | dominique (#9242) répond à Turping

      Bravos tout est dit et en pure vérité ; et exacte ..

    • 26 janvier à 12:34 | kartell (#8302) répond à Turping

      Oui, le pouvoir a raclé les fonds de stocks des pays producteurs en choisissant la quantité à une qualité minimale en privilégiant l’effet d’annonces à toute autre considération sanitaire ...
      Il est clair que le consommateur sera confronté à l’odeur de ce riz, à son aspect même si son prix reste séduisant pour remplir l’essentiel : des ventres affamés...
      Drôle de paradoxe pour l’un des producteurs emblématiques du riz qui doit aujourd’hui se contenter de rafler des stocks de seconde choix !...
      Résultat de décennies de gabegie d’une agriculture qui n’arrive plus à nourrir ses bras, qui n’offre plus son juste prix à une production locale pour des riziculteurs insécurisés, à un réchauffement climatique qui assèche désormais les rizières, aidées en cela par une déforestation grandissante...
      Bref, nous sommes en train de récolter ce que l’on a cessé de semer, une disette qui s’est muée en kéré dans le Sud en transformant un pouvoir pris à la gorge en nouvel humanitaire dont on peut se demander jusqu’où il sera prêt à poursuivre son effort pour tenter de rattraper un temps précieux perdu, spécifiquement lors d’une transition qui avait enfoncé le clou !...

    • 26 janvier à 13:04 | Isandra (#7070) répond à Turping

      Kartell,

      Décennies de gabegie ?

      En effet :

      Extrait de L’histoire inachevée de la régulation du marché du riz à Madagascar :

      1. Les causes de la crise

      10 L’Ariary a connu une dépréciation à partir de décembre 2003 (1 476 Ar pour 1 €), sa parité la plus (...) (contre environs 800 Ar auparavant)
      La manifestation la plus visible de la situation de crise du marché du riz en 2004 et début 2005 a été une augmentation substantielle des prix de détail, due à une combinaison de facteurs physiques et monétaires, externes et internes : un renchérissement important du riz sur le marché international ; simultanément, des intempéries cycloniques dans le pays qui ont tendu le marché en absorbant une partie des stocks nationaux ; et une dépréciation brutale de la monnaie malgache10 (Dabat et al, 2006). La crise a atteint son paroxysme à partir d’octobre en raison d’un manque physique de riz sur les marchés. Cette pénurie a généré une flambée des prix du riz local, largement au-dessus de leur niveau de parité avec le prix du riz importé (Jenn-Treyer et Magnay, 2005).

      Face à cet arbitrage des importateurs largement en défaveur du riz extérieur les premiers mois de 2004, l’État a diligenté une opération d’importation avec quelques opérateurs privilégiés et mis en place une politique des prix en subventionnant de fait l’importation de riz et administrant son prix de vente (3 500 francs malgaches, Fmg ou 700 Ariary, Ar) largement en dessous du prix d’importation. Cependant ce « riz gouvernemental » est arrivé tard et s’est avéré insuffisant, créant une situation de pénurie généralisée et la flambée des prix intérieurs."

  • 26 janvier à 11:45 | Besorongola (#10635)

    IMPORTER DU RIZ N’EST PAS UNE PROUESSE. TOUS LES Régimes SAVENT FAIRE CETTE DÉMARCHE.
    CE N’EST MÊME PAS LE RÔLE D’UN PRÉSIDENT D’ANNONCER ÇA. A QUOI ILS SERVENT LES MINISTRES ?

    Nous sommes le Mardi 7 novembre 2017 | Ny Aina Rahaga.
    Le riz produit localement est devenu un produit très rare sur les étales des marchés, que ce soit dans la capitale ou ailleurs comme à Ambilobe, dans le nord de Madagascar. La raison en est le faible rendement à la dernière récolte qui était prévue approvisionner le marché local. Actuellement à Antananarivo, le kapoaka du vary gasy se vend à 700 ariary tandis que le kilo à 2 400 ariary au minimum. Idem pour le riz makalioka. Selon les cultivateurs, cette faible récolte serait due à l’insuffisance de pluie, donc à la longue période de sècheresse qu’a connu Madagascar, mais également au changement climatique. En parallèle, le prix du riz importé est à 1 400 ariary actuellement. Un prix abordable pour les consommateurs qui ont préféré se tourner vers le riz importé maintenant. De même pour certains vendeurs et grossistes comme au marché d’Anosibe qui ont décidé de ne plus vendre que du riz importé. La différence se ressent pour les vendeurs dans le prix du sac, car si le sac de riz de 50 kilos importé se vend à 70 000 ariary actuellement, le sac de riz local de 50 kilos dépasse déjà les 100 000 ariary.

    500 tonnes de demande par jour
    Cette pénurie qui touche le riz local affecte énormément la vie des Malgaches. Encore qu’il est plus facile pour ceux qui habitent à Antananarivo de se procurer cet aliment de base. Car dans certaines régions, des familles ont décidé de réduire leurs consommations à deux repas de riz seulement par jour au lieu de trois. Au marché d’Anosibe, environ 1000 tonnes de riz importés approvisionnent le marché chaque jour, alors que la demande s’élève aux environs de 500 tonnes par jour. Selon le ministre du commerce Chabani Nourdine, l’importation de riz continuera à assurer les besoins de la Grande Ile en la matière. Le ministre avait déjà annoncé il y a quelques temps que l’Etat avait décidé avec des importateurs de passer à l’importation de masse comme solution. Annonçant l’arrivée de 30 000 tonnes de riz d’ici la fin de l’année. Hier 6 novembre 2017 , ce dernier a mis en garde certains importateurs qui seraient tentés de faire des rétentions de stocks. Ce qui risquerait de gonfler les prix également.

    Ce ne pas d’annoncer et fixer le prix à 550 Ar et d’imprimer vonjy tsinjo sur le sac qui est difficile mais de voir sur le terrain si ce prix est appliqué . Les spéculateurs de tout bord sont à l’affût dès qu’il y a une arrivée massive de riz importé alors arrêtez de vous vanter à chaque fois que Rajoelina est le seul capable de ceci ou de cela. Il existe même un président qui a fait mieux que Rajoelina !

    • 26 janvier à 12:10 | Turping (#1235) répond à Besorongola

      La problématique résiduelle ne s’explique pas sur la faible pluviométrie à géométrie variable ni l’ erreur de parallaxe mais plutôt sur l’absence d’une vraie politique basée sur l’agriculture ,et ce depuis l’ère Ratsirakiste .Tous les dirigeants qui se sont succédé depuis n’ont pas vraiment fait mieux .
      Par contre la politique basée sur l’insécurité s’est développée depuis car les "dahalo" pullulent comme tous les voleurs qui ne recherchent que les gains sur les appâts faciles .Ce qui explique cette dégringolade depuis bientôt 5 décennies . L’esprit : Mamboly ,voky tsy mamboly mangalatra devrait être banni . Et le pouvoir avec le dogme : se remplir d’abord les poches d’abord ;*,le déluge après moi. Beaucoup de pays africains sont partis loin pourtant depuis 60 ans .
      Normalement ,il y a 60 ans ,Madagascar était l’un des pays leader ,exportateur mondial du riz de qualité et de variétés .

    • 26 janvier à 12:19 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      CE N’EST MÊME PAS LE RÔLE D’UN PRÉSIDENT D’ANNONCER ÇA. A QUOI ILS SERVENT LES MINISTRES ?

      Hihihi ! Parce que Rajoelina ne veut pas recevoir une grande claque électorale, un billet de 8% pour l’envoyer au garage, comme Rajao.

    • 26 janvier à 12:28 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      Isandra.
      8% pour Rajao, tout le monde le sait !
      Mais attendons 2023 pour voir combien il va ramasser Rajoelina. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

    • 26 janvier à 12:50 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Une élection dans ou après ce genre de crise sanitaire et économique n’est guère en faveur du Président sortant, Trump en sait quelque chose, sans cette cette, il aurait gagné au la main l’élection.

      Néanmoins, l’avantage de Rajoelina, la présidentielle est encore dans 3 ans. Il a encore le temps pour faire oublier les impact de cette crise et de réaliser une grande partie des ses promesses : Des grands projets, des routes réhabilitées, des building sortant de terre, etc pour redorer son image et reconquérir les électeurs.

    • 26 janvier à 12:52 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      sans cette crise, il aurait gagné haut la main....

    • 26 janvier à 13:36 | vatomena (#8391) répond à Besorongola

      Le malheur du paysan malgache fait le bonheur du paysan d’Asie .Celui ci peut nous vendre à bon prix tout ses rebuts.Oui ,le malheur des uns peut faire le bonheur des autres
      Nb : Madagascar n’est pas le seul pays à souffrir du changement climatique qui se ressent jusque en France . Comment donc font les autres ? Nous on ne sait pas répondre ni faire ..à Rajoelina 1 de trouver la solution

  • 26 janvier à 11:46 | Besorongola (#10635)

    La pluie qui tombe vient de Dieu mais Rajoelina n’est pour rien !

  • 26 janvier à 12:00 | Isandra (#7070)

    ITONY IZAO SADY FANOMEZANA ASA NO FANATRARANA NY TANJONA FAHAVITAN-TENA ARA-TSAKAFO.

    "Ny tetikasa « titre vert » dia natao hametrahana ireo mpamokatra any amin’ireo faritra izay velomin’ny Governemanta, amin’ny lafiny fanohanana ara-toe-karena sy ara-tsosialy. Miovaova arakaraka ny tsy fahampiana sedrain’ny mpamokatra ny vahaolana naroso fa ny foto-kevitra iraisana dia ny fahavitan-tena ara-tsakafo sy ny famokarana maharitra izay hahafahana manohana ny tahirim-bola amin’ny fametrahana ireo famokarana tantanam-pianakaviana ireo, izay aroson’ny fandaharanasa FIHARIANA.

    Ny tetikasa dia miainga amin’ny famantarana ireo tany manana ireo toetra fototra ahafahana mampihatra ny fambolena sy ny fiompiana ka ahazoana tombony, toy ny fisian’ny rano, tany marina ary akaikin’ny tsena. Ny fisafidianana ireo mpamokatra izay hipetraka amin’ireo toerana ireo dia mifanaraka amin’ny ny drafi-panajariana ny velaran-tany.

    Tanjona ny hanomezana kara-tany maitso miisa 22 000 hatramin’ny taona 2023 amin’ny faritra 22 eto Madagasikara, ka tetikasa fitaratra 2 no atao laharam-pahamehana.

    Taorian’ny fitsidihan’ny filohan’ny Repoblika tany amin’ny tapany atsimo tamin’ny volana oktobra, izay nahitany ireo mponina marefo vokatry ny kere, dia napetraka ny tetikasa « titre vert d’Agnarafaly », ho an’ny velaran-tany 250ha, ao amin’ny kaominina ambanivohitr’Ifotaka, Distrikan’Amboasary Atsimo. Ny dingana voalohany hatao dia ny hitrandrahana 40ha, ka ny 24ha hatao saha fambolena, ny 6ha ho fonenana sy tobim-piompiana (osy sy akoho amam-borona), ny 10ha dia hatao kijana iombonana miaraka amin’ny famatsianarano madio sy rano fanondrahana amin’ny alalan’ny lava-drano. Tokan-trano miisa 120 no hahazo tombontsoa amin’izany.

    Any amin’ny faritr’I Vakinankaratra, ny tetikasa « titre vert d’Antsirabe », ho an’ireo tanora mpandraharaha moderina dia ampiharina amin’ny toerana 2. Ao Antsoatany, tany mahavokatra 39ha, miaraka amin’ny fototra ahafahana miaina, hozaraina 1ha/JEM, misy rano avy amin’ny lava-drano ary anaty tontolo tobim-piompiana efa tena mivelatra.Toerana natao ho an’ny voly soja sy voly katsaka, ary fiompiana akoho fakana nofo sy fanatavezana kisoa ary fambolena legioma. Ao Andranomanelatra, velaran-tany mamokatra miisa 2, an’i FIFAMANOR, mirefy 94ha, hozaraina 1ha/ JEM, misy lava-drano natao hiompiana ombivavy be ronono, azo ambolena vilona JUNCAO ny 50 ares/ JEM ary koa zaridaina fambolena legioma."

    • 26 janvier à 12:20 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Si votre démonstration est crédible , pourquoi assiste -t-on actuellement à une émigration massive des habitants du Sud vers d’autres contrées ?C’est tout à fait leur droit , mais nul ne voudra quitter sa région , ou son Pays , s’il y arrive encore à y vivre décemment .C’est aussi le cas des Andafy , qui continuent à aider leur Pays , malgré les ...distances qui nous séparent ." Mamy ny mody , saingy ny fitadiavana mahazaka maniraka " , ce qui se traduit par l’Amour du Pays ne peut pas nous cantonner à y rester , malgré les souffrances , et les exactions perpétrées par les tenanciers du pouvoir .

    • 26 janvier à 13:27 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      TANJONA, TANJONA, TANJONA, TANJONA....
      Hihihi !

  • 26 janvier à 12:10 | Isandra (#7070)

    CERTAINS NE VOIENT QUE LES PROJETS BETONS, ALORS QUE LES AUTRES PROJETS UN PEU EN SILENCE MAIS EFFICACE :

    Développement agricole et autosuffisance alimentaire - Madagascar se lance dans les serres de production :

    "Pour ce mois de décembre, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) a lancé un appel à manifestation d’intérêt international pour le recrutement d’une firme. Cette dernière se chargera notamment de la mise en place de quatre Centres communautaires de serres de production (CCS). « Avec l’installation de ces serres de production, Madagascar pourra produire des produits frais en toute saison que ce soient des fruits, des légumes ou encore des petites feuilles », a soutenu le ministère sur sa page officielle sur les réseaux sociaux. Une serre permet en effet de capter et de garder la chaleur du soleil. Ce surplus de chaleur facilite alors la culture de plus de légumes, plus particulièrement ceux qui craignent le froid ou ceux qui nécessitent plus de temps. Par conséquent, l’installation de ces serres de production favorisera le développement et la modernisation de la production agricole de la Grande île mais surtout l’atteinte de l’objectif d’autosuffisance alimentaire. « L’objectif de l’opération est de moderniser le système de production agricole afin d’augmenter notre compétitivité sur le marché international. Il s’agira de mettre en place un système de production et de conditionnement moderne qui assure le respect des normes et de la qualité, d’assurer le transfert de compétences y afférentes, d’améliorer l’accès aux marchés de haut de gamme des produits agricoles Vita Malagasy et promouvoir l’agriculture contractuelle : collecte, triage, conditionnement et mise sur le marché ; et enfin la création d’emplois » a indiqué le MAEP, dans son appel à manifestation d’intérêt.
    Il faut savoir que le Maroc est l’un des grands pays producteurs et exportateurs de fruits et légumes à destination de l’Europe. Le marché européen est très exigeant en termes de qualité et de quantité. L’utilisation des serres de production lui permet ainsi de se conformer facilement à ces normes. Ces serres sont alors utilisées dans la culture d’olive, produit phare du Maroc, mais aussi des agrumes et des tomates. En se lançant dans la mise en place de ces serres agricoles, l’île Rouge pourrait ainsi atteindre son objectif de devenir le grenier agricole de l’océan Indien. Tout dépendra alors de ce projet pilote. Ainsi, ces quatre centres seront installés dans les Districts d’Ambohidratrimo, d’Ambatondrazaka, d’Antsirabe II et de Tsiroanomandidy. Chaque CCS se composera d’un certain nombre de serres sur un total de 15 hectares. Les sites sont déjà identifiés au préalable.
    En tout cas, la firme sera sélectionnée sur la base de l’offre économiquement la plus avantageuse pour la partie malagasy. La soumission des dossiers sera clôturée le 07 janvier 2021."

    • 26 janvier à 12:13 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      DES PROJETS SUR PORJETS POUR PROMOUVOIR L’AGRICULTURE :

      "Cette période de sécheresse prolongée retarde le début de la campagne rizicole. Avec le soutien du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, les producteurs changent du tout au tout leur technique agricole pour rattraper ce retard.

      « Pour éviter une mauvaise campagne cette année, nous avons décidé de modifier les pratiques agricoles utilisées pour qu’elles s’adaptent mieux aux aléas climatiques actuels. Dans la Région de Vakinankaratra par exemple, pour rattraper le cycle de production, les riziculteurs font une culture semi-directe, notamment pour le maïs. Les producteurs sèment dans des pots pour les transposer ensuite dans les rizières au moment opportun », explique le directeur général de l’Agriculture, au sein du ministère. Cette pratique doit être vulgarisée dans les différentes Régions productrices. « Nous encourageons et soutenons aujourd’hui les autres techniques de culture consommant le moins d’eau. Dans tous les cas, en se basant sur les prévisions météorologiques, les pluies pour le premier trimestre de cette année, c’est-à-dire de janvier à mars, seront amplement suffisantes pour la campagne agricole. En attendant, nous multiplions les initiatives pour maintenir la cadence et éviter le retard pour la campagne rizicole de 2021 », rassure Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, vendredi dernier à Nanisana.

      Outre la diversification des techniques de culture, afin de minimiser l’impact de cette période de sécheresse, le ministère, en collaborant avec la Banque africaine de développement (BAD), étendra également les bénéficiaires du programme PROJERMO (Projet Jeunes Entreprises Rurales dans le Moyen-Ouest) sur huit autres Régions supplémentaires, autres que Bongolava et Amoron’i Mania, dans le but de réhabiliter toutes les infrastructures agricoles comme les canaux d’irrigation et de développer les techniques agricoles avec l’usage des semences à haute performance. « Face à la situation, les producteurs doivent redoubler d’efforts pour compenser les lacunes possibles causées par cette période de sécheresse »,conclut le ministre. En tout cas, ces impacts ne seront quantifiables qu’après le 15 février prochain."

    • 26 janvier à 12:16 | Maestro (#7313) répond à Isandra

      @ Isandra

      Ny Kaondrana Kaondrana ihany, Kaondrana Hatrany !!!!

      A manger
      Santé
      Education

      Faire milles choses à la fois c’est ne rien faire du tout, c’est juste de la danse du " Fitombenana " à la sauce Kaondrana.

      RDV à la Prochaine élection !!!!

    • 26 janvier à 14:08 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Dia hita tokoa olona samy hafa sy mifandimby ny olona kaondrana sy sagnana tao ambadik’ity solon’anarana isandra isanandro…

      Efa navoakan’ilay niasa omaly ity dika sy ala tahaka narosony eto ity andoany…

      Tanisain’i sagnana eto daholo izao tetikasa rediredy rehetra tsy mitondra vahaolana izao, fa ny mampihomehy, dia na izy tenany maka tahaka aza dia tsy mahafantatra akory fa tsy misy dikany sy tsy misy fanarahana fenitra ara-haitao akory anie ilay lahatsoratra nadikany…

      Raha tetikasa izany no tanisaina, angamba teto amin’ity Firenena ity hatrizay tsy mbola nisy tetikasa tena nipetraka sy voasoratra tsara ary manintona ohatra ny « boky mena » fony andro, saingy indrisy, tsy nisy tanteraka sy tsy nisy vokany akory fa nampiditra trosa miavosa fotsiny…satria tsy hay no tsy voafehy akory ny fanatanterahana azy

      Indro averina eto ny nambaranay omaly mikasika io lahatsoratra nentin’i sagnana io…

      Les con...neries ne cessent de s’amplifier alors...

      Semis en pots de maïs et...transposer dans les rizières au moment opportun ! Et c’est un DG qui parle de telles élucubrations !

      Et comment se fait-il que ce DG n’arrive pas à comprendre que les racines fasciculaires du maïs ne peuvent pas supporter un engorgement d’eau, même de manière temporaire ?

      Et l’autre, le monsieur en charge du secteur, qui raisonne en terme de quantité pour les besoins en eau ! Et oui, il n’arrive non plus à comprendre le monsieur que la satisfaction des besoins hydriques de la plantation se répartissent en fonction des stades de la végétation...

      Et que les besoins maximum de la phase de reproduction sont déjà dépassés il y a des semaines déjà lors de la pleine secheresse !

      De plus, le système de culture en semis direct ne se pratique pas du tout de cette façon et manière, encore une ineptie et mensonge sans honte ni scrupule !

      A force de côtoyer des révolutionnaires ignares, les gars sont devenus des dingues aussi ! alors ! Même pas une once d’honnêteté intellectuelle ! Quel bougres alors !

    • 26 janvier à 16:11 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      Semis en pots de maïs et...transposer dans les rizières au moment opportun ! Et c’est un DG qui parle de telles élucubrations !
      Et comment se fait-il que ce DG n’arrive pas à comprendre que les racines fasciculaires du maïs ne peuvent pas supporter un engorgement d’eau, même de manière temporaire ?

      Tena tsy mahazo resaka angamba le rangahy ity fa faly hitsikera fotsiny.

      Raha nisy rano ve teny tsy vary ihany no nambolena teo.

      Tsara marihina aloha fa resaka haintany(sécheresse) ny resahana eto. Ny mahatonga ny ministera hanao an’ity fomba fambolena manolo ny mahazatra ity dia mba entina hiatrehana ny tsy fisian’ny rano. Izany hoe rehefa maina izany ny tanimbary dia izay vao hatsatoka any irao katsaka nampaniriana tao anaty kapoaka ireo, fa tsy ilay tanimbary mbola feno rano iny, ny olana aza eto ny tsy fahampian’ny rano, izay tsy mety intsony hoan’ny vary.

      Mitovitovy ihany amin’ny fambolena ovy na voly hafa eny an-tanimbary avy ninjinjaina ihany io. Ritina ny tanimbary izay vao asaina sy volena an’ireny voly ireny, fa tsy hoe

    • 26 janvier à 17:52 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Rehefa kaondrana sy donendrina dia mangina fa lasa manala baraka tena fotsiny !

      Itony dia olona simba amin’ny fanetsiketsehana fitombenana ka mba mianakendry miresaka ny zavatra tsy voafehin’ny lohany akory…

      Vatana be bolongany fotsiny itony fa raha izay mba hoe atidoha mba hianatra na handinika dia mbola nofy ihany !

      « …Izany hoe rehefa maina izany ny tanimbary dia izay vao hatsatoka any irao katsaka nampaniriana tao anaty kapoaka ireo… » hoy ilay sagnana manoratra etsy ambony…

      Mba fantatr’ilay dondrona ity ve inona no karazan’ny tany misy eny antanimbary e ? Ireny no antsoina hoe tany dilatra sy tany misy fompotra ( sols tourbeux et sols argileux très compacts), ka rehefa maina sy nilaozan’ny rano izy dia lasa misintona ary mikarainkona tanteraka tsy vakin’ny fakan’ny zavamaniry intsony…maina ho azy daholo izay zavamaniry sendra azy amin’io fotoana io, izany no mahatonga ny hoe lasa fanaovambaolina ny tanimbary amin’ny maintany…

      Ny voly legioma atao eny antanimbary indray, dia ireny no voly avotra izay mbola hakarina aza ny toerana fambolena, atao « plate-bande » mba hanamainana ny tany sy tsy hiangonan’ny rano…ny fakana ny tsiron’ny tany tavela amin’ny roka eny amin’ny tanimbary no tena antony hanaovana izany eny…matoa atao eny ny voly avotra, dia tsy maina fa misy hamandoana ny tany, ary misy ny rano hanondrahana...

      Itony rehefa dondrona sy tsy misy apoaka dia mangina fa miteniteny foana fotsiny, any amin’ny fanetsehana fitombenana manovokovoka fa any no tsy misy iasana saina…

      Mazava ve ry sagnana isandra donendrina sy kaondrana a ?

      Copier/coller no mba hisolokiana eto lava, ny sainao efa votsa sy tarazon-dainga io efa tsy afaka intsony e ! any amin’ny fitombenana indray manararaotra, mazava ?

    • 26 janvier à 18:14 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      Ka izay no afantarana fa be théorie fotsiny ianao fa tsy midina any amin’ny fotony.

      Mitovy amin’ilay nolazainao indray io hoe efa tsy fotoana fanetsana intsony izao, tamin’ny voalohadohan’ny volana ity iny, kanefa hatramin’izao mbola betsaka ny manetsa nohon’ny fahataran’ny orana.

      Miala tsiny aminao, misy tanimbary tokoa eny ambany(lomaka hoy izahay Betsileo) izay matetika amoron-drano eny tsy dia tsara loatra amin’ny voly an-tanety tahaka ny katsaka sy ny tsaramaso, sns nohon’ny taharo ao anatiny be taniditra. Fa misy indray karazany ny tanimbary, izay tanety fotsin’izao no navadika ho tanimbary hitaritana rano, ka rehefa maina ilay izy dia mitazona ny maha tanety azy, ka azo ambolena izay voly an-tanety tianao hambolena eo.

    • 26 janvier à 18:30 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      Marina fa nya nareo ny fanambaniana no mandeha aloha.

      Fa na ahoana na ahoana, tsy maintsy efa nisy fanandramana natao tao io ary nahomby io izay vao sahy namoaka an’io ny ministera ny fambolena. Fa tsy hoe tombatombana hoatran’ny fanao nao eto fotsiny.

    • 26 janvier à 18:38 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Mitarogna fotsiny eto ilay sagnana be ity fa tsy misy fandinihina na kely akory aza, lasa manao « kalizy » fotsiy eto fa raha izay mba atidona hisaina dia tsy misy akory…

      Fa inona no zavamitranga ankehitriny ry ilay kaondrana ity a ?

      Zara fa misy ny orana dia maina ny tany ary ritra ny loharano, ary na ny tari-drano ankilahila aza dia tsy vita intsony…

      Ka raha toy izany no zavamisy anaty fahavaratra, dia inona no mbola voly avotra mbola tokony ho azo antenaina mandritry ny ririnina ry ilay dondrona ?

      Ary ny fambolena vary sy katsaka, dia voafetra ara-biolojika ny vanimpotoana faniriany hanome voa, rehefa dify ny fotoana dia tsy mety intsony na hamboly eo hanodraka eo aza ianao…

      Raha vao ny voa no latsaka ambolena amin’ny tany, na anaty pot io na amin’ny tany mivantana, dia manomboka io vanimpotoana io, rehefa feno ny hazavana sy hafanana ary rano, dia tonga ny fotoana mamelana…ka rehefa tsy feno intsony ny fepetra, dia mamelana izy fa tsy misy voa azo intsony…

      Ianao efa dondrona sy poak’aty, kaondrana mba mianakendry, dia miteniteny foana eto…

      Any amin’ny fitombenana manala vonkona fa raha izay zavatra ilaina fandinihina sy saina izany, tsy afaka intsony mihintsy ianao ry sagnana a !

      Mazava ve ?

      Ary ny tenako dia ao anatiny sy eny amin’ny fotony mihintsy, tsy zanatany fa tena tompontany, tsy nihindrana fa tena…Vohitra sy tambanivohitra mihintsy !

    • 26 janvier à 19:36 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      Tsy misy ampianarinao an’izany, fa ny antony anaovana azy amin’ny pot dia amin’izay tsy tara ny fotoana fitsiriany fa mahatratra tsara ny fotoana, raha tsy izany nafafy ihany. Tsy hitan’ny tombatombana izany.

      Atsatoka amin’izay ilay izy rehefa iny misimisy orana kely iny, mbola tsy tapitra anie ny fotoam-pahavaratra ry Ingahindriana ity, be théorie fotsiny fa tsy ampy fampiharana.

      Ny fiainana hoa tsy vitan’ny théorie be lava, ny fady no vitan’ny wawa, fa ny zavatra sasany mila midina eny an-tanety.

    • 26 janvier à 20:28 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Ny diarimpambolena mifandraika amin ny karazamboly aza tsy fantatr ilay sagnana dondrombelona ity, koa inona no mba ho fantatr ity atidohanao poak aty ity amin izay hairaha sy haitao amin ny fambolena ?

      Fa itony efa ny fitombenana no atao mavitrika ka aiza moa ny atidoha no hivelatra sy hiasa !

      Ny soratrao eto tsy mitory afatsy ny maha kaondrana anao !

      Fa angaha ny fambolena ity mitovy amin ny fitombenana ka azonao atao sy ampiasainao amin ny vanimpotoana rehetra !

      Sagnana be loatra mihintsy ianao ka lasa mampihomehy sisa !

    • 26 janvier à 20:36 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Voly katsaka hanaovana otribilona na " ensilage " sisa ry ilay kaondrana ity no mbola azo hambolena na hatsaika amin izao faran ny volana janvier izao a !

      Tsy manome voa intsony ny katsaka amin izao raha hamboly ianao na koa hanatsaika a !

      Itony efa kaondrana sy vendrana mbola miziriziry ihany anaty hagegena !

  • 26 janvier à 12:32 | lé kopé (#10607)

    Santé , Sécurité , Education , Infrastructures routières ,Eau et Electricité , telles sont les priorités du moment pour une vie décente .C’est la première phase de la Pyramide de Maslouw. Il est utopique d’espérer plus , si l’on n’a même pas de quoi se nourrir . C’est le strict minimum ,minimum syndical, mais le pouvoir en place ne peut pas les assumer .Il fut un temps , pas si lointain que cela , où tous ces besoins ont été assouvis . Mais pourquoi en sommes nous arrivés au ...Stade actuel ? Demandez à tous ceux qui ont aspiré à un changement . Le changement ...c’est maintenant .

    • 26 janvier à 13:55 | vatomena (#8391) répond à lé kopé

      Isandra :Encourager surtout le paysannat malgache à faire mieux que le petit colonat créole de la Sakay .comme autrefois--- Confier les terres du Bas Mankoky aux rescapés du Kéré au lieu de les accorder aux Emiratis !

  • 26 janvier à 13:11 | Besorongola (#10635)

    LUNDI NOIR 12 ANS JOUR POUR JOUR !

    VOAHOZONA NY TOMPON-ANDRAIKITRA ?

    https://madagate.org/reportages/manifestation/2940-antananarivo-26-janvier-2009-la-verite-historique.html

    • 26 janvier à 16:47 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Misoatra amin’ily lien, fa io no mampantsiahy anay rehefa mahita an’ireo vahoaka maro be ireo, fa revolution no nisy tamin’izany fa tsy fanonganam-panjaka, ary i Andry dia révolutionnaire, fa tsy lehiben’ny Putschiste arakan’ny aelin’ny sasany.

    • 26 janvier à 17:10 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      TANORA GASY VOADONA mafy ireo izao fa tsy TANORA Vonona intsony. Si c’est à refaire ils ne le feront pas sauf pour arroser l’arroseur de l’époque !

      Fa ireo vahoaka ireo no anisan’ny tena fadiranovana amin’izao fotoana izao !

    • 26 janvier à 17:58 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Fahitako azy, tena manao fijery lavitra ianao izany, fa tsy mahita ny fipetrakin’ny politika eto amin’ny tanana.

      Tamin’ny Rajao teo rizareo no tena kivy be, ny olona nantenain-kanirina no nampivandravandra.Nitsipa-doha lakana nitana, indrindra moa tamin’izy niara-nitondra tamin’ny TIM. 

      Fa ny tena orange na TGV kosa tsy mitovy fomba fisainana sy fijery amin’ireo rafozan-doza na mafy hatoka izay tia mitsingoloka izay ataon’ny sasany. Na dia tsy afa-po aza rizareo amin’ny zava-misy, dia fantany tsara fa misy antony ao :

      - Hitan-drizareo fa tena miasa mafy ny filoha,
      - Mirehareha mihitsy rizareo fa nahita fanafody isika Malagasy tamin’ny andron’ity fitondrana ity,
      - Mahita ihany koa rizareo, fa misy zava-bita azo raisina na dia teo aza ny krizy,...

      Raha mamaky ireo commentaires ao @ groupes na orange ireny ianao, dia tsapanao fa mbola tsy very velively ny fanantenana. Izahay koa eo hampahery an-drizareo amin’ireny eh ! Raha ireto be théorie complexe ireto tsy haharesy anay amin’iny terrain iny.

  • 26 janvier à 13:15 | Besorongola (#10635)

    PROJETS SUR PROJETS C’EST FACILE À DIRE...
    REALISATIONS SUR REALISATIONS CE SERAIT MIEUX !

    • 26 janvier à 13:30 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      TANJONA, TANJONA, TANJONA, TANJONA....PROJETS SUR PROJETS :PARTOUZE DE PROJETS !
      Hihihi !

  • 26 janvier à 13:44 | Vohitra (#7654)

    Rehefa tafiditra ny valanaretina Covid-19, ary napetraka ny amehana ara-pahasalamana, dia niditra tao anaty fihobohana ny maro tamin’ny Faritra teto amin’ny Nosy…

    Nihombo lasa lalimpaka ihany ny fahantrana miavosa sy ngidy niainan’ny maro fadiranovana teo amin’ny Malagasy, izay efa nisy sy nijaliana alohan’ny fihobohana ny volana marsa 2020…

    Nivarotra ny « vary mora » teny amin’ny Fokontany ny fanjakana…

    Avy eo, nozaraina indray tamin’ny fonosana ny vary ka tokantrano vitsy no afaka nisitraka izany…

    Avy eo, nozaraina tamin’ny gony milanja 50 kilao indray ny hoe « vatsy tsinjo »…

    Avy eo, nozaraina tamin’ny gony milanja 25 kilao indray ilay « vatsy tsinjo »…

    Dia izao indray, dia hoe amidy amin’ny vidiny 500 Ariary ny kapoaka eny amin’ny mpivarotra voafantina ny « vatsy tsinjo »…

    Ary efa ho telo volana izao, no efa nampanantena ity fitondrana ity fa hisy ny fanampiana ireo maro sahirana sy fadiranovana, ka nolazaina fa hisy ny antsoiny hoe « kaly tsinjo », izay sakafo amin’ny vidiny mirary 100 Ariary, apetraka eny amin’ireo toeram-piasakafoanana voafantina…mitovy amin’ilay « tsaky pop » nataon’ny Amiraly tany amin’ny taona 80 tany…aiza izany no tsy hita sy tsy misy akory fa nijanona ho angoantenda fampandriana adrisa toy ny mahazatra ?

    Lany andro mitsapatsapa sy manao andrana ity fitondrana ity, very fotoana amin’ny kabary ambony vavahady, ny 70 amin’ny olona 100 no mamboly vary eto antoerana nefa mbola tsy mitsahatra mihanaka ny mosary ankehitriny…

    Tsy hainy ary tsy fantany akory izany paikady sy lamina fampiroboroboana isampianakaviana ny voly vary izany…tetikasa tandrametaka sy tefy manta tsy misy fahombiazana azo antoka akory no entina handrebirebena vahoaka eto…

  • 26 janvier à 13:46 | kartell (#8302)

    Notre égérie de service ânonne un programme dont on se demande pourquoi il n’avait pas été proposé, hier ...
    Les bonnes intentions n’ont jamais rempli les ventres, ni donné du travail à ceux qui en cherchaient désespérément ...
    La solution proposée est la culture en poquet pour rattraper le temps perdu, obsession première d’un pouvoir qui, hier, s’offrait le grand plaisir d’en perdre pendant cinq ans !...
    Le vite fait, bien fait, bientôt inscrit dans la constitution ?’..

  • 26 janvier à 14:56 | Shalom (#2831)

    Tsetsatsetsa ts ytokony ho adino :

    Ary ahoana itony resaka volamena izay voalaza f’efa hatramin’ny tetezamita ary novelabelarin’ny minisitra tamin’ny androny teo amin’ny haino aman-jery.
    Kay ny bainin’i leiry no efa nanodikodina hatramin’izany ka nahatonga an’i Pr Zafy hitondra ny fitarainana teny amin’ny Fitsarana (saingy fitsarana fopla moa k’akory atao). Efa lasan-ko Razana iny i Pr fa mbola tsy hita ihany ny valiny sy ny tohiny.

    Teo ihany koa ireny resaka diamondra any Androy : Dia natao mihitsy ny tsy amahana ny olan’ny kere, dia ireo namporisihana ny vahoakan’Androy handao ny tanin’ny Razany ; naorina ny tobin’ny miaramila any amin’iny faritra iny hiambenana ny tany ahafahana mitrandraka mora ho azy ireo diamondra dia mody hoe ny RN13 no ho amboarina.
    Tsy ambakan’izany ny any Ambilobe (éthanol aho hoe éthanole) sy ny etsy Amparafaravola (dia mody ny RN44 sy ny seranam-piaramanidina no dedahina).

    Mbola hisy ihany ve ny sahy hilaza fa tsy misy antony sy tombotsoa tian-dry tsivanona latsahan’ny varatra tsy vanon-taranaka ireto trandrahana dia mody ahodikodiny amin’ny hoe asa hanapenana ny mason’ny Ambanilanitra ?

    Ary tsy lainga mihitsy ireo voalaza ireo matoa tsy sahy mikitikitika ireo milaza izany ny fitondrana.

    Raha ny fanadiadiako manokana dia mihaotra ny bonga ny rano ka tsy hay afenina koa dia manoy ny fitokanana etsy sy eroa i DJ tsy ampy solaitra fa tsy te hijery ny zava-misy satria tsy voafehiny intsony tahaka ny tamin’ny teteza-mita ny toe-draharaha.

    Ho avy ny foza iray tsy omby vava, ho kenda ao ireo ary ho hitsakitsahin’ny vahoaka ary ho viravirain’ny alika ny fatiny.
    Ho tonga tsy ho ela izany, tsy eken’i Zanahary ny fampijaliana toa izao ny Ambanilanitra.

    • 26 janvier à 16:44 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      Mba ilazao hoe rizalahy nilaza an’izany hoe aiza hono ny porofon’izany rehetra izany, fa tena mahaliana tokoa ilay raharaha. Finoanoam-poana hono ny mino zavatra tsy misy porofo mivaingana.

      Eto amin’ny tanana izao efa hataon’olona fihomehezana fotsiny ry Hanitra sy ry Del be sy ny namany ao amin’ilay miara-mavozo, miara-mandainga.

      Izao ozy izy Fleury R :

      https://www.facebook.com/serasera.madagasikara/videos/1038664003289958/

  • 26 janvier à 15:59 | Isandra (#7070)

    UN ALIMENT ALTERNATIF :

    "Le maïs, une filière prometteuse dans la région de Sofia

    "La région de Sofia, plus précisément le District de Mampikony connaîtra une hausse de production de maïs de 4T / ha cette année suite aux différents appuis apportés par le programme PROSPERER financé par le FIDA et sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

    Le programme soutient les petites entreprises en fournissant des semences IRAAT 200 et PANNAR 12, des engrais, du labour et l’orientation vers le marché. Le processus, c’est après l’identification des marchés par la Chambre de Commerce Internationale que le chef d’entreprise de la filière maïs procède à l’identification des producteurs qui bénéficieront par la suite d’une formation sur la technique de plantation et sur la lutte contre les chenilles légionnaires. Après la formation, une parcelle de démonstration a été mise en place dans le Fokontany Tsimijaly dans le District de Mampikony par l’Association et Groupement de Base composé de 20 membres dont 8 femmes et 12 hommes. Les résultats sont très encourageants car si avant 1ha produisait 1T de maïs, une production d’au moins 4T est prévu pour cette année.

    Pour le couplage OP/OM, nombreux producteurs du District de Mampikony approvisionnent déjà le marché comme la société LFL qui achète les maïs à 850Ar le kilo. Le Programme PROSPERER prévoit de produire 1.800T de maïs cultivé sur une superficie de 860ha et d’appuyer 430 producteurs pour l’année 2020."

    "15 hectares de superficie de production de semences ont été aménagés par le programme DEFIS, sous tutelle du MAEP et financé par le FIDA, à Agnarafaly, dans la commune d’Ifotaka, district d’Amboasary. 6 ha sont désormais cultivés en semences de maïs. Le site a déjà produit 5t de semences d’arachides, produits destinés aux Champs Ecole Paysan ou CEP appuyés par le programme.

    De plus, un « système de pompage solaire » sera installé et fonctionnel. 15 ha de superficies additionnelles seront également à aménager. En outre, 25 T de semences d’arachide et 8,5 T de semences de maïs seront, produites au CPSA, destinées aux PMS et CEP appuyés par le programme DEFIS. Ainsi, au total, 6800 exploitations agricoles familiales bénéficieront des semences améliorées dont 2100 sont gérées par des femmes et 1 800 des jeunes moins de 35 ans.

    Ce centre de production de semence est un site pilote et résilientes au climat du Sud (Androy et Anosy) de Madagascar. La production dans ce site consiste entre autres à démontrer qu’il est possible de pratiquer l’agriculture tout au long du fleuve Mandrare en adoptant les semences adaptées et les systèmes d’irrigation appropriés (irrigation gouttes à gouttes et irrigation par aspersion)

    Ce site de semences a été l’un des lieux visités par le Président Andry RAJOELINA avec le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Lucien RANARIVELO, lors de sa visite dans le Sud."

    • 26 janvier à 16:18 | Maestro (#7313) répond à Isandra

      @ Isandra

      Pour 4 tonnes il faut 2000000 litres d’eau !!!! Rien que ça.

      Rendez vous à la prochaine élection.

    • 26 janvier à 16:53 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Maestro,

      Il faut savoir, il faut arrêter, alors !

      C’est une semence, qui a besoin de moins d’eau,

      De toutes façon, ne vous inquiétez pas, ils ne vont pas les arroger avec l’eau de la Jirama.

    • 26 janvier à 18:56 | kartell (#8302) répond à Isandra

      Visiblement, ces semences préfèrent déjà tailler la zone que de profiter au pays si l’on en juge par cette petite annonce parue sur un site spécialisé :

      grossiste Recherche de client semence graine plant | 27/07/2019 23:05:23 | Semence mais IRAT 200
      bonjour à tous, je suis de madagascar et je suis nouveau membre nous disposant des semences de mais irat 200 certifié par service officiel de contrôle des semences et plants, nous souhaitons les vendre.
      quantités : 10 tonnes (800 euro la tonne)

    • 26 janvier à 19:10 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Comme à l’accoutumée, le sagnana enivré parle de ce qu’il/elle, l’ami d’André la Louisette, n’arrive pas du tout à cerner, il/elle est là juste pour copier/coller dans le but premier de mentir et désinformer...

      Ce n’est pas du tout le besoin hydrique de l’espèce qui est moindre, mais c’est la longueur du cycle de végétation pour la variété IRAT 200 qui est relativement courte...

      Une fois dans la période reproductive, les besoins hydriques restent invariables et doivent être honorés impérativement sous peine de compromettre la production de graines...

      Mais c’est hors de portée de la faculté cognitive de l’isandra sagnana...au point de devenir une torture mentale pour lui...

  • 26 janvier à 17:22 | Besorongola (#10635)

    BAVURES SUR BAVURES !
    ENCORE UNE AUTRE FORME DE "Partouze" SOUS RAJOELINA !

    Selon RFI, À Madagascar : trois morts lors d’arrestations pour défrichement dans une aire protégée
    Dim. 24 janvier 2021, 11:54 PM·

    Mercredi, dans le village enclavé d’Amparibolana, à environ 150 kilomètres au nord d’Antananarivo, la population s’en est prise à deux gendarmes et deux gardes forestiers venus interpeller des suspects de défrichement dans une zone boisée protégée. Dans un communiqué publié dimanche 24 janvier, la Commission nationale indépendante des droits de l’homme a appelé « au calme afin de restaurer une atmosphère apaisée ».

    Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

    Culture sur brûlis et coupes d’arbres. Depuis des mois, cette aire protégée aux alentours du village d’Amparibolana fait l’objet d’un défrichement intensif et d’un trafic de ressources, explique le directeur régional de l’environnement et du développement durable de l’Alaotra Mangoro, Marc Rajaonarivo.

    La fertilité des sols forestiers attire les villageois. « Ils cultivent du maïs et des haricots. Ce sont des gens pauvres. Mais derrière eux, il y a des exploitants qui les encouragent à couper des arbres, puis la population cultive à cet endroit en retour. De ce village, c’est facile de transporter les arbres vers la capitale. Ce sont des bandits venus du sud de l’île, qui ont été expulsés de leur région, qui organisent cette exploitation dans la forêt », précise t-il.

    Des hommes qui « dégradent l’environnement mais font aussi la pluie et le beau temps en matière de sécurité » dans cette zone enclavée, indique la gendarmerie. Ces derniers, appelés « zazamena » en malgache, sont payés par les habitants de la localité pour assurer la défense du village notamment, contre les voleurs de zébus.

    « Ce sont des migrants qui viennent du sud-est de Madagascar et qui se sont regroupés en une association pour pouvoir s’adonner à des abus. Ils disent garantir la protection des villageois. Ceux qui n’adhèrent pas à leur contrat sont victimes d’actes de banditisme. Donc les gens sont obligés de payer leur service en matière de sécurité », fait savoir le général Richard Ravalomanana, secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie

    D’après la gendarmerie et le directeur régional de l’environnement, ce sont les membres de cette milice qui ont tué d’un coup de sabre au niveau de la tête le gendarme et qui ont incité les villageois à s’en prendre à son collègue et aux gardes forestiers, mécontents que ces derniers viennent mettre un terme à leur exploitation dans la forêt. Les tirs de réplique du gendarme encore en vie ont fait deux morts dans la foule.

    « Depuis cela, tous les agents forestiers ont peur d’aller en mission pour faire des contrôles forestiers. S’ils sont capables de tuer un gendarme armé alors nous, agents sans arme, comment allons-nous nous protéger ? », s’inquiète le directeur régional de l’environnement de l’Alaotra Mangoro.

    Une enquête a été ouverte et 15 arrestations, notamment de personnes qui ont incité à la haine envers les forces de l’ordre, ont été effectuées depuis mercredi, indique la gendarmerie. Mais les auteurs du meurtre du gendarme n’ont pas encore été retrouvés, précise t-elle.

    « Devant le bain de sang qui suscite l’émoi et l’indignation à Amparibolana, le respect du droit à la vie par tous et pour tous, sans distinction de fonction ou de statut social est indiscutable », rappelle la Commission nationale indépendante des droits de l’homme dans son communiqué publié le 24 janvier 2021.

  • 26 janvier à 17:43 | Isandra (#7070)

    HS du jour :

    LGDI parle de l’Africa intelligence :

    "Africa Intelligence se définit comme le premier site professionnel sur l’actualité politique et économique en Afrique.

    L’adjectif premier est erroné car il n’est pas le premier au niveau de la date de création, ni au niveau du nombre de lecteurs. Il n’est certainement pas le premier en ce qui concerne la qualité. L’adjectif professionnel est fallacieux car l’équipe d’Africa Intelligence manque de professionnalisme. Cet argument est appuyé par le fait que les journalistes d’Africa Intelligence n’ont aucune rigueur journalistique puisqu’ils ne prennent pas la peine d’effectuer les recoupements qui s’imposent. Pour appâter les internautes, Africa Intelligence se targue d’offrir des informations exclusives. Cette quête d’exclusivité est malsaine car il s’agit d’une course effrénée au scoop et au buzz, qui aboutit à des mensonges. En vérité, même si Africa Intelligence se présente comme un site indépendant, ses journalistes sont des barbouzes chargés de protéger et promouvoir des intérêts français. Ce n’est pas un hasard si le siège social de la société Indigo Publications, propriétaire du titre Africa Intelligence, se situe à Paris et que les journalistes à son service sont tous français. Leur connaissance de l’Afrique est à la fois parcellaire et biaisée. Leur façon de s’acharner sur les autorités malgaches, à grand renfort d’allégations mensongères et de contre-vérités, prouve qu’ils sont au service de lobbies français et de la « Françafrique ». On retiendra qu’Africa Intelligence n’est pas un lanceur d’alerte, ni même un éveilleur d’esprit. Ce site est le relai de rumeurs qui circulent dans la Grande Ile quand il ne les fabrique pas. Sa tentative de déstabilisation par la propagation de fake news est flagrante."

    • 26 janvier à 17:48 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Au contraire c’est bien qu’ils soient français, ils ne sont pas partisanes !

    • 26 janvier à 18:40 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      .AMI OU PAS DES FRANÇAIS ?

      ... le siège social de la société Indigo Publications, propriétaire du titre Africa Intelligence, se situe à Paris et que les journalistes à son service sont tous français.

      Ah bon ! Rajoelina n’est plus ami des français ?
      Et pourtant Rajoelina à sa base arrière en France où il a été appuyé pour préparer son retour au pouvoir !

    • 26 janvier à 18:48 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      La plupart des journaux français sont réalistes, ils trouvent que Rajoelina n’est pas l’homme de la situation.

  • 26 janvier à 17:47 | Besorongola (#10635)

    GOLF, RAJOELINA SUIT LE PARCOURS DE TRUMP AMI DES RICHES !

    Des club-houses aux palais : comment les greens malgaches sont devenus l’antichambre du pouvoir

    Le Golf Club du Rova a accueilli en 2019 la dernière étape du Staysure Tour.
    Le Golf Club du Rova a accueilli en 2019 la dernière étape du Staysure Tour. ©Office de Tourisme de Madagascar/Twitter
    A rebours du reste de l’Afrique, où le golf est souvent perçu comme un vestige de la colonisation, les élites politiques et économiques malgaches aiment à se réunir sur les links de la Grande Ile. Le gouvernement d’Andry Rajoelina a su se saisir de cette institution parallèle pour se construire une base solide de supporters.

    • 26 janvier à 18:58 | Vohitra (#7654) répond à Besorongola

      Besorongola, bonsoir !

      Vous parlez de golf ? En, voici un sujet et un avatar de la part de l’homme qui aurait dû théoriquement s’occuper en première ligne dans la lutte contre le kere…

      Et pourtant…

      Vous vous rappelez de notre discussion d’autrefois à propos du prénom ?

      Début de citation…

      « Les amis du ministre Lucien Fanomezantsoa, Ranarivelo et les partenaires du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche sont-ils finalement venus à la réunion conviée à la salle de réunion du ministère ? Notre président lui-même, Lola Rasoamaharo, qui est pourtant l’un des fondateurs de la Fédération malgache du golf a préféré ne pas faire le déplacement. Tant l’invitation ne paraissait pas sérieuse pour ne pas dire farfelue.

      D’abord au niveau de la date, on a appelé les invités à la réunion pour le « mardi 04 novembre 2019 ». Malgré son âge avancé, le respecté « raiamandreny » Didier Ratsiraka ne s’est pas trompé sur le jour de son anniversaire, le clairvoyant ministre lui a signé une lettre comportant une erreur monumentale sur la date du rendez-vous.

      Ensuite, le ministre ne convoque pas une « réunion urgente de tous les partenaires du ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche » mais pour la promotion du …golf. Voici ce que rapporte notamment le ministre Ranarivelo : « le développement de l’économie de Madagascar est basé sur la participation active de tous les acteurs des trois secteurs (primaires, secondaires et tertiaires). Le tourisme est une des activités économiques les plus importantes pour Madagascar. Il est un des premiers pourvoyeurs de devises du pays et contribue à l’amélioration de la visibilité de Madagascar. Actuellement, le tourisme sportif connaît un essor considérable.

      L’organisation d’un tournoi international de Golf de haut niveau et professionnel, pour la première fois, va certainement contribuer à la promotion d’une autre image d’un Madagascar qui ambitionne de devenir un pays émergent. Conscient de la nécessité de la collaboration entre secteurs afin d’associer sport et économie, mon département a signé récemment un protocole d’accord de collaboration avec la Fédération Malagasy de GOLF. Ainsi, j’ai l’honneur de vous informer de la tenue d’une séance d’information sur les détails de ce protocole d’accord. Elle se déroulera en date du mardi 4 novembre 2019 à partir de 15H00 à la salle de réunion du Ministère à Anosy ».

      A priori, tout ce que la lettre dit est bien fondée. Seulement, c’aurait été plus compréhensible de la part d’un ministre du Tourisme et/ou des Sports mais non point d’un ministre du secteur primaire. Lucien Ranarivelo croit-il ses collègues Joel Randriamandranto du Tourisme et Tinoka Roberto des Sports incapables d’une telle initiative ? Sinon, y a-t-il mésentente entre ces trois membres du gouvernement ?

      En tout cas, les premiers commentaires de la classe politique et du milieu du golf déplorent qu’« au bout de neuf mois passé à la tête d’un super grand ministère, le ministre ne croit pas que l’émergence de Madagascar passera par l’agriculture, l’élevage ni la pêche mais plutôt par le golf ». On remarquera d’ailleurs qu’en dépit de l’alerte de la FAO et de l’Union européenne sur l’existence d’un million d’habitants en situation de crise alimentaire, aucune action n’est prise par ce ministère. Pareillement face à la sécheresse alors que ce ministère ambitionne d’augmenter de 500 000 T la production rizicole. Pire, on va remblayer 1000 ha de rizières à Ambohitrimanjaka sans que le ministère de l’Agriculture pipe mot sur les mesures de substitution.

      Dans le domaine de l’élevage, les puces d’identification des zébus annoncés par le président Rajoelina sont restés littéralement lettre morte. Tandis qu’au niveau de la pêche, le ministre Ranarivelo ne peut pratiquement rien faire devant les licences distribuées comme des petits pains moyennant on ne sait quoi par son prédécesseur, un certain Augustin Andriamananoro. La grande braderie est telle que les accords de pêche avec l’Union européenne ont piétiné et n’ont pas pu être signés jusqu’à présent, privant Madagascar de plusieurs millions d’euros au moment où la population meure de faim.

      Bref, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ne pouvait-il plus rien faire dans son tourisme que pour se rendre utile, il se tourne vers le golf ? D’après les informations recueillies au sein même de ce ministère, les DG et directeurs seraient rarement présents car souvent en tournée, « comme s’il n’y avait rien à faire au ministère ». Certains seraient partis en mission durant 10 jours au Maroc, pays touristique et golfiste par excellence. Etaient-ils envoyés là-bas pour pouvoir mieux éclairer le ministre sur le tourisme et le golf ? (un billet signé avec la plume acérée et percutante du regretté Ravelontsalama Salomon…paix à son âme)

  • 26 janvier à 18:37 | Jacques (#434)

    " Ce riz, importé par l’Etat malgache par le biais du SPM, a été reçu au niveau du port de Toamasina dimanche, par Andry Rajoelina en personne "

    Le bac-3 fait mieux que Rajao et ses bornes fontaine, il est présent partout où le gasy gogo pouvait être humilié sans se plaindre. L’argent et les experts sont là, le pays émergera d’ici 5 ans. S’ensuivirent alors les villes nouvelles, les Miami plage, les 50 000 logements par an etc... relayés par les conneries de CVO, l’inauguration d’un KFC, l’inauguration d’un hotspot wifi, la réception des engins de travaux routiers, la caravane pour le Sud, sans oublier les "masera" etc...Bref des fariboles comme toujours pour amuser ceux qu’on a abrutis et qu’on continue encore à abêtir tels ces enfants qu’on oublie ==>https://www.actutana.com/depeche/80-des-ecoles-a-madagougou-nont-pas-acces-a-leau/

    Quant au riz importé il n’y a pas de lézard là-dessus, Kartell, Turping et Lé kopé l’expliquent bien ci-dessus : du riz de très basse qualité, un certain marin pourri nous ont déjà fait le coup lors de ses "années de gloire", la plèbe n’aura pas son mot à dire, elle bouffera cette saleté de gré ou de force. À travers cette histoire de riz le bac-3 tente d’éloigner les bonnes consciences de celle du moment, c’est-à-dire cette importante quantité d’or sortie illégalement du pays et dont il n’en est sûrement pas étranger (https://www.actutana.com/les-seconds-couteaux-en-taule/).

  • 26 janvier à 20:28 | Rainingory (#11012)

    Aparté :
    Ra-Zano le journaleux sur madagate, met Lelièvre et sa bande en pâture dans l’affaire Radjan, ainsi qu’un certain Khamis comme partie prenante.
    Sauf que dans l’intervalle, le dit Khamis est surpris en excellente compagnie de Rajoelina sur un selfie qui circule sur les réseaux.. ça, si c’est pas compromettant ! et ra-Zano, il l’a pas vu venir !

  • 26 janvier à 21:21 | Rainingory (#11012)

    Forumistes sur le tard, bonsoir,

    Si ça, ce n’est pas hausser le fari-pahaizana des foza, Isandra ici surtout, Betoko un peu moins assidu (l’adepte de l’école buissonnière, tu parles), alors j’y comprends plus rien,

    qu’est-ce que vous ne leur apprenez pas les gars ? l’hydraulique, l’agriculture, le calcul arithmétique, l’orthographe, la physique..
    si avec tout ça leur niveau d’instruction ne remonte pas, un peu plus haut que le Bac-3, alors je tire mon chapeau..

    il faudrait que vous leur demandiez un écolage, quitte pour eux à amputer leur rémunération de tape-claviers ou leur pension de retraite ?

    • 26 janvier à 23:34 | Shalom (#2831) répond à Rainingory

      Rainongory,

      Raha hendry sy manan-tsaian izy dia mba nivaotra. Jereo anefa ny sorany tetsy ambony, averiko manarak’eto ataoko litera lehibe. Hoy ahoa mazana eto hoe "français académique foza" :

      26 janvier à 16:53 | Isandra (#7070) répond à Isandra ^
      Maestro,
      ... ne vous inquiétez pas, ils ne vont pas les ARROGER avec l’eau de la Jirama.

    • 26 janvier à 23:43 | Rainingory (#11012) répond à Rainingory

      🚿🚿🚿😁😆😂🤣😭

  • 26 janvier à 23:47 | Shalom (#2831)

    26 janvier à 11:16 | Isandra (#7070) répond à Shalom
    ... dia tsy ampy ny voka-bary eto an-toerana, miakatra be ny vidiny. Dia hoan’ny mpitondra mahay sy miahy ny vahoaka dia mamaha an’io olana io aloha no atao maika.


    Roa taona mahery kely ilay fitondrana no hoe nitondra.
    Mba nisy ve tao anatin’ny politika narosony fanampiana na politka mitombona momba ny fambolena sy ny fiompiana ho an’ny malagasy tantsaha ?

    TSIA, TSIA, TSIA !

    Kanefa ny mpisolelaka mpilelaka kaondrana dia mahasahy manoratra ny voalaza etsy ambony.
    Mba azony an-tsaina ve fa dia tena fampisehoana ny maha-kaondrana azy ny soratra nataony etsy ambony ?
    Dia ahoana ny tantsaha mpamokatra ? Tsy hisy hividy izany ny vokatra na angonin’ny mpanam-bola amin’ny vidiny varo-boba dia tsy varotany raha tsy aoriana be amin’ny vidiny mihaompampana ?
    Dia io fa mihodina ilay krizy sahala amin’ny faribolana vetaveta.

    Ny kaondrana kaondrana foana ary kaondrana mandra-pahafatiny.

  • 27 janvier à 07:29 | Shalom (#2831)

    @ 26 janvier à 16:44 | Isandra (#7070) répond à Shalom ^

    ...
    Mba ilazao hoe rizalahy nilaza an’izany hoe aiza hono ny porofon’izany rehetra izany, fa tena mahaliana tokoa ilay raharaha. Finoanoam-poana hono ny mino zavatra tsy misy porofo mivaingana.


    Itony no ilazako fa kaondrana ity mpanoratra ity.
    Fa tsy izy indrindra moa no mpitatatata eto hoe : ny porofo misy fa tadiavo !
    Izay ilay vatan-kazo kininina eo amin’ny masony fa tsy ho hitany mandrakizay.
    Kaondrana kaondrana foana, kaondrana mandrakizay.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS