Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 28 juin 2022
Antananarivo | 00h08
 

Economie

Flambée du prix du riz

Le parti Grad-Iloafo propose le « stock régulateur »

jeudi 6 septembre 2007 | Alphonse M.

150 000 tonnes. C’est le tonnage du riz importé par la Grande Ile chaque année en provenance de Thaïlande, de Pakistan ou du Vietnam. En clair, la production locale n’arrive pas à subvenir aux besoins des consommateurs malgaches, malgré les déclarations mirobolantes des autorités. Du coup, les spéculations vont bon train et les prix du riz flambent. Sur le marché local, le prix du riz n’est plus à la portée des bourses de la majorité des Malgaches. A l’heure actuelle, le kilo du riz blanc dépasse largement la barre fatidique de 1 000 Ariary alors que le pouvoir d’achat de l’ensemble de la population ne cesse de s’effriter. En conséquence, cet aliment de base est devenu de plus en plus un produit de luxe.

Devant cette situation, l’Etat n’a pris aucune solution durable. Les autorités ne font que constater les dégats, car bon nombre des Malgaches ne mangent plus à leur faim faute de moyens. Par contre, le parti Grad-Iloafo, en lice aux prochaines législatives anticipées a avancé une proposition concrète pour pouvoir stabiliser le prix du riz. Aussi, le secrétaire général national de ce parti, Hery Rakotobe, lors d’un point de presse à son domicile à Ambohidahy, a suggéré au gouvernement d’importer du riz en vue de créer un
« stock régulateur », mais non pas un « stock tampon », comme à l’accoutumée.

Le riz à Ar. 900 le kilo...

Après avoir analysé le prix sur le marché international et l’appréciation de la monnaie nationale, le Grad- Iloafo a affirmé que le prix du riz aux consommateurs ne devrait pas dépasser les 900 Ariary le kilo. Ce parti fondé par Rabetsitonta et le professeur Willy Léonard en juillet 1991 a confirmé devant les journalistes que la mise en place du « stock régulateur » mettra fin aux diverses spéculations au niveau de la filière riz. Le vice-président du Grad, Herimanana Razafimahefa a dévoilé à la presse que ses élus à la Chambre basse vont exiger l’inscription sur le budget national, l’enveloppe financière allouée à l’achat de ce type de stock. Dans ce même ordre d’idée, le staff dirigeant de ce parti politique a également signalé que Madagascar est, presque chaque année, victime des cyclones dont les pertes humaines et matérielles sont considérables. Raison pour laquelle, il a suggéré de ne plus considérer les cyclones comme un « cataclysme naturel », mais ils devraient-être gérés comme un « phénomène naturel ». C’est dire que des mesures concrètes et permanentes devraient-être mises en place pour éviter le pire. En tout cas, tout dépend de la volonté politique des dirigeants. Herizo Razafimahaleo et le Leader Fanilo en savent quelque chose. Voici déjà plusieurs années que Herizo Razafimahaleo ressasse son procédé d’importation sélective de riz pour endiguer la flambée des prix du riz et à la fois encourager la production locale mais en vain.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS