Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 28 juin 2022
Antananarivo | 23h54
 

Economie

Exploitation forestière

Le nombre des professionnels en baisse

lundi 18 juin 2007 | Nivo T. A.

Le nombre des exploitants forestiers réduit comme une peau de chagrin. S’ils étaient 271 auparavant, actuellement il ne reste que 6 dans tout le territoire national. Selon les explications de la présidente du SNIERM (Syndicat national des exploitants forestiers de Madagascar), Mme Rose Razanarisoa, cette baisse sensible du nombre des exploitants forestiers est due aux dispositions prises par le ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts pour améliorer le secteur forestier. Ainsi, la délivrance du permis d’exploitation se fait par voie d’adjudication alors qu’auparavant cela dépendait de l’offre et de la demande. Actuellement, le ministère concerné commence à faire l’offre par voie d’adjudication pour les exploitants forestiers professionnels.

Vue la réduction sensible du nombre des exploitants, les besoins en produits forestiers sont énormes. Ce qui favorise l’exploitation illicite.

Reboisement obligatoire

Toutefois, le regroupant les exploitants professionnels prend sa responsabilité pour lutter contre l’exploitation illicite. La présidente de ce syndicat a indiqué que le fait d’être exploitant forestier requiert une certaine responsabilité dont le paiement des redevances forestières, des redevances en nature (contribution à la réhabilitation des routes, des écoles ou équipements des établissements scolaires) dans sa zone d’action. Les exploitants forestiers sont obligés de procéder à un reboisement par an afin de pérenniser les produits forestiers.

Le SNIERM a été créé, non seulement pour améliorer les conditions cadres des exploitants forestiers mais aussi afin de contribuer au développement régional par l’exploitation durable et rationnelle et de promouvoir le reboisement pour le futur. En contrepartie de l’exploitation sur un terrain de 150 ha, par exemple, l’exploitant forestier est obligé de mettre en terre des plantes sur un terrain de 5 à 8 ha par an. Ces activités entrent dans le cadre de la protection de l’environnement.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS