Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 juillet 2018
Antananarivo | 18h34
 

Education

Education nationale

« Le ministère n’envisage pas de reporter les examens »

mercredi 20 juin | Vavah Rakotoarivonjy

« Jusqu’ici, le ministère n’a pas envisagé de reporter les examens ». C’est ce qu’un haut responsable du ministère de l’Education nationale a répondu aux déclarations faites par les syndicalistes sur l’éventuel report des examens si les enseignants ne recommenceront pas à enseigner à partir de lundi prochain. « Il n’y aura pas d’année blanche, les examens officiels vont avoir lieu », rassure cette source autorisée.

« Il faudra tenir compte de nombreux paramètres avant qu’on puisse décider du report ou non des examens officiels », explique ce haut responsable du ministère de l’Education nationale. Le cas des écoles privées devrait en être particulièrement considéré. Tout le monde s’accorde à dire qu’il serait difficile pour le ministère de sanctionner les parents d’élèves de ces écoles en reportant les examens alors qu’ils ont toujours payé les frais de scolarité de leurs enfants. D’ailleurs, dans les écoles privées, qui dit examens reportés, dit frais de scolarité supplémentaire.

Entre la colère des parents d’élèves des écoles privées et l’intransigeance des syndicalistes, le ministère de l’Education nationale ne peut que négocier pour tenter de répondre autant que possible aux revendications des enseignants, sauf qu’il y a des requêtes qui ne relèveraient pas de la compétence directe du ministère de l’Education nationale. Ainsi, une cellule de crise a alors été mise en place la semaine dernière, non seulement pour calmer la tension, mais aussi pour résoudre cette interminable crise.

Celle-ci regroupe les représentants des syndicats, les techniciens du ministère de l’Education nationale et ceux du ministère des Finances, parce que les revendications reposent avant tout sur les questions d’indemnité, donc d’argent. Elle étudie toutes les possibilités permettant de dénouer cette crise et notamment les revendications des syndicalistes. Cette cellule serait déjà à pied d’œuvre. Une nouvelle réunion des membres de celle-ci devra avoir lieu demain, jeudi. A terme, elle devrait établir une feuille de route que les protagonistes devront scrupuleusement respecter.

Comme le nouveau ministre de l’Education nationale, Gatien Horace l’a dit lors de sa prise de fonction, le ministère cherche par tous les moyens à résoudre les problèmes des enseignants. Il aurait misé sur la reprise des cours dans l’immédiat. Une fois que les enseignants reprendront l’enseignement, « l’objectif principal est d’intensifier les rattrapages pour les élèves en classe d’examens », explique notre source. Mais pour ce faire, toutes parties prenantes de cette crise devront s’activer, car la fin de l’année scolaire est programmée le 4 août prochain. Les examens du CEPE auront lieu le 14 août et ceux du BEPC, le 3 septembre.

Pour enfin rassurer les parents d’élèves, notre confie que la version finale des sujets d’examens du CEPE est déjà prête pour impression. Les enseignants en charge de ces sujets vont très bientôt « mis en quarantaine » pour assurer la confidentialité des sujets. Concernant les épreuves d’éducation physique et sportive du BEPC, elles devront avoir lieu bientôt pour ceux qui n’ont pas encore pu le faire. Ce sont surtout les circonscriptions scolaires qui s’en chargeront.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 20 juin à 10:08 | Nalisoa (#10185)

    Chaque fois qu’il y a des mouvements dans le pays, c’est les élèves sont toujours les victimes.
    juste un petit mot pour vous les enseignants, ne prenez en otage l’avenir de nos enfants !

    • 20 juin à 11:10 | Eloim (#8244) répond à Nalisoa

      En revanche, c’est l’Etat qui prend indéfiniment en otage les enseignants avec ses promesses d’ivrogne. Ceci n’est autre que le fruit de l’énigme sur « l’oeuf et la poule » ! c’est pour cette raison qu’on ne va pas se précipiter d’organiser cette élection qui ne résout rien à rien. Nos problèmes ne se résument plus sur le cadre politique mais compliqués surtout avec des retombées socio-économiques. En résumé, Madagascar est MALADE sur tous les plans c’est la raison pour laquelle il est tombé si bas.
      Pourquoi ne pas prendre un peu de recul pour voir comment allons-nous en sortir ?

  • 20 juin à 14:05 | Toutoun (#10298)

    Les élèves sont l’avenir du pays ! Leurs éducations tiennent une grande importance pour le développement. Alors quoi qui se passe, il ne faut jamais sacrifier leur avenir !!!

  • 20 juin à 16:07 | tsirah (#10314)

    cette fois-ci le ministère a confirmé qu’il n’y aurai pas d’année blanche cette année et que les examens se dérouleront comme prévu

  • 20 juin à 16:11 | sasa (#10303)

    Dans le cas des faits, les étudiants devraient déjà étudier parce que le ministère essaie de trouver une solution

  • 20 juin à 16:43 | jayo (#10317)

    c’est évident si les ministères pensent aux élèves qui sont en classe d’examen car ils ne devraient pas être perturber malgré la situation du pays

  • 22 juin à 14:21 | Toutoun (#10298)

    Ce n’est pas la crise d’aujourd’hui qui sera l’obstacle de l’éducation à Madagascar ! Il faut toujours mettre en tête que les enfants Malgaches doivent étudier tranquillement !!! l’Etat devra sévère sur ce sujet !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 261