Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 23 mai 2024
Antananarivo | 15h08
 

Culturel

Festival Angaredona 2007

Le groupe réunionnais avant la dernière fête du week-end

vendredi 14 septembre 2007 |  619 visites 

En collaboration avec Bato Fou, la scène de musique actuelle de La Réunion, le CCAC accueille un groupe qui y a actuellement le vent en poupe : Lindigo. Il tire son originalité d’un mélange peu répandu dans le milieu musical réunionnais : les textes et les mélodies, joués avec des instruments traditionnels du maloya, sont majoritairement inspirés de la culture malgache.

Les séries de concert continuent à éblouir dans le cadre du festival des musiques vivantes. Avant les deux concerts de clôture qui vont se tenir à Analamanga Park, le samedi et dimanche prochain, le groupe Lindigo va se propduire au Ccac avec en première partie, le groupe Tambours Gasy.

Lindigo a vu le jour en 1999 à l’île de La Réunion. La formation réunit de jeunes musiciens autour de l’auteur-compositeur et interprète Harry Araste.

A ses débuts, Lindigo a joué du maloya traditionnel. Puis Harry Araste, dont les grands-parents sont originaires de la Grande Ile, s’est personnellement enrichi de l’héritage de ses ancêtres et il a commencé à écrire ses premiers textes en malgache pour les interpréter au rythme du « salegy maloya ».

Il a déjà pas mal de disque à son actif. Entre autres, « Misaotra Mama » sorti en 2004, qui exprime le respect envers les anciens et leurs valeurs jusqu’à nos jours.

C’est une invitation au voyage dans les îles de la Réunion et de Madagascar. Les chansons en malgaches sont une mise en avant d’une tradition familiale. Puis, en 2006, le groupe a sorti « Zanatany ».

A travers son univers, Lindigo persiste dans son style « Afrique, Inde, Mada » pour emmener le public vers des paysages et des sonorités qu’il semble déjà connaître…

Réunionnais et malgaches

En première partie, Tambours Gasy de Tiana Ramarokoto dit Rainitelo va apporter une touche magistrale à ce concert.

Quand il a pris sous son aile des jeunes adolescents de son quartier qui avaient arrêté l’école, il a mené un long travail quatre ans durant. Il les a ainsi initié à la musique et formé aux percussions. Quelques-uns travaillent d’ailleurs dans son atelier car Rainitelo est aussi un fabriquant d’instruments de musique.

De ses voyages dans tout Madagascar, Tambour Gasy a ramené les percussions des différentes régions.

Cet ensemble de percussions, magistralement orchestré par Rainitelo, présente un mélange de sons subtils et variés. La complicité de ses membres met en évidence une exécution soignée et une synchronisation parfaite. C’est un mariage de rythmes de tous horizons, de la musique traditionnelle malgache, du hira gasy, antsa, salegy…D’ailleurs, ils ont déjà fait leur preuve lors du concert d’ouverture au Ccac même.

A noter qu’un album est en cours de préparation.

Recueillis par Daddy R.

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS