Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 18 avril 2021
Antananarivo | 19h41
 

Economie

Conjoncture économique

Le gouvernement fixe le prix du riz à 550 ariary le kapoaka

samedi 5 décembre 2020 | Mandimbisoa R.

Le gouvernement a décidé de fixer à 550 ariary le « kapoaka » du riz. Cette décision qui devrait s’appliquer dans l’immédiat a été prise à l’issue d’une rencontre entre le Premier ministre, quelques membres du gouvernement, les représentants des exportateurs et des détaillants et le gouverneur de la Banque centrale. L’objectif est de limiter le risque d’explosion sociale causé par la hausse vertigineuse et incontrôlable du prix du riz sur le marché.

Depuis plusieurs jours, voire des semaines, dans le marché de gros de riz d’Anosibe, la boite d’environ 350 grammes de riz ou « kapoaka » coûte 700 ariary, le kilo à plus de 2 100 ariary et le sac de 50 kilos à plus 100 000 ariary. Le ministère chargé du commerce avait déjà remarqué que ce sont les détaillants qui pratiquent surtout cette hausse. Une hausse visiblement intenable pour la majorité des Malgaches qui sont encore affaiblis par plus de six mois de confinement, sans travail, alors que leur pouvoir d’achat est très faible.

Les principales causes de la hausse actuelle du prix du riz en sont l’insuffisance de la quantité de riz importés alors que Madagascar traverse la période de soudure où l’offre est plus faible. Par ailleurs, la production locale est encore faible, malgré l’efficacité vantée du projet Papriz II du gouvernement japonais avec le ministère chargé de l’agriculture de Madagascar et la production qui s’est élevée à près de 5 millions de tonnes cette année. Mais il y aurait également la hausse du prix du riz au niveau international qui impacte fortement le prix du riz dans le pays.

Pour assurer le maintien de ce prix fixé par le gouvernement, une importation de 100 000 tonnes de riz a été envisagée avant la fin de l’année. La veille de cette réunion, en marge d’une cérémonie d’inauguration auprès de l’Office de la radio et de la télévision malgache (ORTM) jeudi, le Premier ministre, Christian Ntsay, a indiqué que « Tous les efforts ont déjà été effectués pour que la monnaie nationale, l’ariary, gagne en valeur. Voilà pourquoi, il n’est plus tolérable », a-t-il dit, d’expliquer la hausse du prix du riz par la dépréciation de la monnaie malgache par rapport aux autres devises étrangères est en cause.

Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, de son côté, va multiplier les opérations de contrôles de prix sur le marché. Le chef du gouvernement a déclaré lors de cette réunion avec les parties concernées que les spéculations abusives des prix et la rétention des stocks ne seront plus tolérées.

Concernant la production locale, la multiplication des surfaces rizicoles à travers les différents assainissements des surfaces cultivables possibles, et l’utilisation de nouvelles techniques qui sont adaptées au climat figurent parmi les solutions qui pourraient permettre d’augmenter davantage la production. Cela correspond d’ailleurs dans la mise en œuvre du « Velirano » du chef de l’État, Andry Rajoelina, sur l’autosuffisance alimentaire.

114 commentaires

Vos commentaires

  • 5 décembre 2020 à 09:05 | Dadabe (#9116)

    Auto-suffisance...

    L’article du jour, consacré à la fixation du prix du kapoaka de riz par le gouvernement, va sans doute faire jaser... Chacun le sait, le forum possède en son sein de très nombreux économistes d’une grande neutralité. On lira donc cela avec attention. Enfin, peut-être...
    En attendant, quand on fixe le prix du riz ou de la vanille (deux exemples parmi d’autres), on tourne le dos à l’émergence dans un monde moderne et ’’globalisé’’, qu’on le veuille ou non. Voici donc revenu le temps des vieilles recettes à la Ratsiraka. Ça promet !
    En fin d’article, il est rappelé que Petitkhon 1er a inscrit parmi ses ’’velirano’’ l’objectif de l’autosuffisance alimentaire. Bien, bien...
    Moi, qui ne comprend évidemment rien à la politique ni à l’économie, je me demande surtout si l’ex-Dj ne devrait pas commencer par être un peu moins ’’suffisant’’. Ce serait un bon début...

    PS - Cela dit, revenons à mes petits billets plus ou moins doux que vous n’êtes absolument pas obligés de lire, of course.

    • 5 décembre 2020 à 09:06 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Les adieux du Pangolin

      Quelques courtes heures après avoir vainement tenté de me convaincre qu’il demeurait dans une case, sur un rocher des Seychelles, la ’’mite railleuse’’ a cessé d’émettre, le 1er décembre à 01h35 du matin. Faut dire que l’émission n’était pas toujours audible... Bien entendu, établir un lien de causalité entre ces deux non-événements serait très exagéré.
      La ’’mite railleuse’’ a donc précisé : ’’il est temps que j’aille vers d’autres occupations plus terre à terre’’. Hum... parce que passer son temps à critiquer la Macronie, sur un site malgacho-malgache, n’est évidemment pas terre à terre, c’est ça ?
      Et de conclure par un ’’veni, vidi, gratias ago tibi’’ qui sentait bon les ’’huit ans de latin’’ dont se targuait Paulo le zéro démasqué de MT.com. Attendons, maintenant, de deviner sous quel(s) pseudo(s) ce phénix renaîtra, un jour ou l’autre.

      PS - Tout cela est bien puéril, non ? Oui, sans doute. Mais Narcisse, avec son QI d’huîtres et sa vocation de ’’défenseur des damnés de la Terre’’ qui se régale de ’’cuisses de nymphes" quand d’autres ont le ventre vide, fait ce qu’il peut pour se rendre intéressant. Ben oui...

    • 5 décembre 2020 à 09:07 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Charbon ? Oui, mais fossile !

      Jeudi 3 décembre à 19h24 puis hier à 11h22 et 11h44, Anticaste a évoqué un sujet intéressant : ’’Une ligne de chemin fer entre la sakoi et la cote a existé dans les années 30/40 pour exporter le charbon ! Sur place le tracé existe toujours et le port naturel en eau profonde aussi !’’. Et Anticaste ajoute : ’’L’exploitation du charbon de la Sakoi pourrait être le début d’un développement incroyable pour ce pays !’’.
      Bon, le débat est ouvert... En attendant, voici ce que j’ai déniché sur le site français Persée (une vaste bibliothèque numérique consacrée aux sciences). Il s’agit de quelques lignes issues des Annales de Géographie (t. 37, n°207, pp. 284-285), datant de 1928 (!) et traitant du bassin houiller de Madagascar (par Jean Célérier). Lien ci-après :
      https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1928_num_37_207_9341
      Certes, le charbon n’a pas bonne presse et Madagascar n’a pas le poids de la Chine pour se permettre d’ignorer les cris d’orfraie des bonnes consciences environnementales de l’hémisphère Nord. Mais, quelques petites centrales au charbon pourraient tout de même être bien utiles pour électrifier Madagascar, bien que cela soit moins ’’rentable’’ pour quelques importateurs de produits pétroliers...

      PS - Cris d’orfraie... Une petite expression assez chouette. Non ?

    • 5 décembre 2020 à 09:08 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      L’irradié du forum radote

      Le principal effet de la radiation ionisante, du moins chez les êtres normaux, consiste en un bon petit cancer de la thyroïde qui, à relativement court terme, aboutit à la mort. Chez quelques rares sujets au sexe indéterminé et aux moeurs très douteuses (surtout en politique), la radioactivité provoque aussi une sorte d’euphorie puérile à la limite du caprice : ’’j’veux ma centrale, j’veux ma centrale !’’, radote alors l’irradié plus ou moins radieux. Vous voyez le genre...
      Sur ce forum, nous disposons d’un exemple à ne surtout pas suivre : Isandra, of course, qui, hier à 12h36, a cru nécessaire de rappeler : ’’au niveau de l’électrification, moi, je préconise le nucléaire (c’est mon avis personnel, je l’ai évoqué pendant le forum IEM, mais, cette résolution n’a pas été adoptée par la majorité,...)’’. Échec, donc. Que voulez-vous, même la petite idole royalement charismatique mais au postérieur frétillant n’ose pas proférer de telles âneries, c’est dire !
      Alors, soyons clair Isandra, ton avis ’’personnel’’ on s’en fout ! Et un frappadingue de ton espèce n’évoque rien, même lors d’un forum de l’IEM. Non, il écoute, il applaudit, il ne comprend pas tout et après il récite par coeur. Donc, ta centrale tu ne l’auras pas. Jamais. C’est comme ça. Le genre humain en a plus que marre des dégénérés et autres grands débiles de ton genre. Ok ?
      Finalement, je vais oublier les coups de fouet en public. Noël approche et je suggère une distribution de chocolats au polonium pour tous les fozas. C’est plus ’’sweet’’ et cela pourrait être diablement efficace, surtout chez les diabétiques, non ?

      PS - En passant, signalons que le polonium est 100 fois plus dangereux que le cyanure. Faut demander à Poutine s’il a quelques stocks disponibles. Et, pour ceux qui ont encore un peu de mémoire, hommage à Alexandre Valtérovitch Litvinenko...

  • 5 décembre 2020 à 09:10 | Dadabe (#9116)

    Du sexe dans les amphis...

    Jeudi 3 décembre, cette fois à 19h30, Kartell, faisant référence à RFI, a soulevé un beau gros lièvre bien embarrassant : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201203-madagascar-des-accusations-de-corruption-sexuelle-visent-l-enseignement-sup%C3%A9rieur . La corruption a l’art de s’immiscer partout. Même sous les jupes !
    On espère donc une prise de position claire et forte de la ministre de l’Éducation nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala (ex-directrice des études juridiques de la Présidence de la République).
    Allez, comme on est sympa, on accorde un ’’délai impératif de cinq semaines’’ à la grosse tête bien pleine du gouvernement pour régler ça. Mission possible, non ? D’autant que son Cv est en béton, selon l’Express. Du béton armé, comme pour le Colisée, quoi.

    PS - Une émergence réussie ne saurait ignorer les petites cochonneries qui se passent dans les coulisses des amphis. Faux diplômes ou promotion canapé ? A vous de choisir...

    • 5 décembre 2020 à 09:11 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Partouze chez l’ambassadeur...

      La Tribune du mercredi 2 décembre parlait d’une autre pandémie, celle du VIH : ’’Le nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA ne cesse d’augmenter à Madagascar pourtant l’existence de la maladie semble être oubliée. 6.800 personnes suivent actuellement des traitements contre le VIH contre 2.800 en 2014, mais le nombre de porteurs est estimé à 35.490, selon le Conseil national de lutte contre le SIDA (CNLS), dans son rapport publié le 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le SIDA’’.
      Heu... Si je comprends bien, la situation malgache concernant cette Mst est beaucoup plus grave que celle de la Covid19, alors ? On ne nous dit rien !
      Sur MT.com, cela n’a donné lieu qu’à quatre petites réactions de trois forumiste... Kartell a donné sa pertinente analyse, comme d’hab’, et Turping a ajouté : ’’Tout ce qui relève des MST (maladies sexuellement transmissibles ) doit être enseigné au Collège ,Lycée’’. Les autres forumistes, eux, étaient pris par des sujets remontant à la nuit des temps...
      Voici trois ou quatre ans, ici même et sur le même sujet, j’avais suggéré une information très claire auprès des jeunes. Cela m’avait attiré les foudres d’Isandra qui me traitait de débauché !!! C’était l’Isandra d’avant, celui des prêches imbuvables dont l’obscurantisme faisait écho à celui du défunt Rambo. Passons...
      Au fait, avez-vous appris la ’’mésaventure’’ du député européen hongrois József Szájer, un fidèle du très conservateur Viktor Orban ? Le vendredi 27 novembre, à Bruxelles, ce quinquagénaire qui n’a jamais assez de mots durs pour maudire les homosexuels a participé en plein confinement à une partouze d’homos, avec d’autres diplomates. Sexe, alcool et drogue... L’homme a voulu fuir par les toits, en petite tenue (très petite tenue...).
      Bref, lui et ses potes font ce qu’ils veulent, of course. Mais ils seraient bien avisés de ne pas trop donner de leçons aux autres. A mourir de rire ou de honte...

      PS - J’attends toujours la distribution gratuite de préservatifs dans les lycées, discothèques et autres lieux de rassemblement des jeunes, Colisée compris. Chers jeunes, nos enfants, n’écoutez pas les coincés du bas-ventre et sortez couverts !

    • 5 décembre 2020 à 09:12 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Un peu de détente...

      Les occasions de rire ne sont pas très nombreuses. Aussi, ne nous gênons pas et relisons cette mémorable sortie de Nez-Gros, hier à 12h11. Ne manquant jamais une occasion de délirer à tout propos (et le plus souvent hors de propos), voici que notre Négro de service affirme : ’’Centralien, polytechnicien, HEC, Harvard, MIT, ce sont nos drames. tant que vous suivez le cursus scolaire de vos maîtres , vous ne serez jamais sortis de votre pauvreté. L’Afrique et Madagascar doivent inventer ses propres écoles sup, adaptés à notre culture et notre manière de raisonner. L’Afrique a été la source de tout, il doit faire sa propre renaissance , et reprendre à diriger le monde’’.
      Passons sur la syntaxe, une fois encore, et notons que les théories ’’afrocentristes’’ mal digérées par Nez-Gros sont à la fois source de fous-rires et révélation d’un état ’’psy’’ qui ne fait pas rire. C’est grave docteur ? Heu, oui... plutôt.

      PS - ’’reprendre à diriger le monde’’, précise l’illuminé, dopé au toka gasy. Ah bon ? C’était quand, déjà ?

    • 5 décembre 2020 à 09:13 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Et si on parlait d’autre chose ?

      Perdre son temps (et le temps, c’est de l’argent, boudiou !) à dégoiser sur les bienfaits ou les méfaits de la colonisation est une des activités préférées de certains forumistes. Quel que soit le sujet initial, le jeu consiste à vouer les colons aux gémonies ou à faire du Malgache un ’’minus habens’’. A chacun sa petite marotte, me direz-vous. Certes mais j’ai les généralités en horreur...
      Et puis tout cela est d’un ennui ! Tout cela est tellement bricolé, revisité, interprété, mélangeant le vrai et le faux, ignorant les contextes et les données sociales, économiques, démographiques, culturelles, géopolitiques, nationales ET internationales, etc.... Comment analyser un fait de 1920 à l’aune des réalités de 2020 ? Un siècle plus tard, la ’’récupération politique’’ est évidemment très aisée. Elle est surtout idiote et absolument inutile. D’ailleurs, le peuple malgache s’en contrefiche. Lui, il veut manger, être soigné et instruit. Il veut vivre en sécurité, ’’hic et nunc’’, et il pense au futur de ses enfants.
      Oui, pourquoi ne pas regarder un peu plus vers l’avenir ? Pas bête, hein ?

      PS - Pour mettre à l’aise les bornés du forum, je le concède : 60 ans plus tard, tout est de ma faute de vazaha, ma grande faute etc... J’assume et n’en pense pas moins. Ça va, comme ça ? Contents ? On peut passer à autre chose, alors ?

    • 5 décembre 2020 à 14:35 | lé kopé (#10607) répond à Dadabe

      Le droit de cuissage dans les Universités locaux existent bien depuis belle lurette . C’est la nature humaine , qui dès que les bipèdes ont un poste de responsabilité , ils deviennent tout de suite séducteurs, et beaux garçons .La Faculté de Médecine d’Antananarivo a été le théâtre de plusieurs intimidations et chantages sexuels , surtout pour la gente Féminine durant le règne du Flibustier ,dont le Doyen , et certains Professeurs en ont été les auteurs .Cette pratique a toujours été un secret de Polichinelle pour les étudiants de l’époque , et les heureuses "élues" sont actuellement en poste , après avoir été bien "aidées" durant leur cursus .Tous ces profiteurs sont pour la plupart partis vers d’autres cieux , mais continuent ils encore à poursuivre leurs méfaits avec Belzébuth ?De toute façon , ces procédés existent toujours , et ce dans tous les domaines , mais ce sont les personnalités qui changent , au gré des changements de régime . "Que celui qui n’a pas fauté nous lance la première pierre ".

    • 6 décembre 2020 à 12:17 | kartell (#8302) répond à Dadabe

      @ Dadabe

      Vous soulignez avec justesse les innombrables contradictions du régime en place qui jongle maladroitement entre libéralisme de pacotille ( Miami plage, Colisée) et un petit retour en arrière d’un discret parfum des années 80 ( prix plancher riz ou vanille)...
      En fait, le régime se voudrait libéral mais siffle un temps mort des qu’il s’agit de sauver les meubles endémiques...
      Tout cela est on ne peut plus contradictoire dans la mesure où d’un côté on impose un prix plancher au riz tandis qu’on impose un prix endémique à la vanille dont on peut se demander sur quels critères ce prix factice se justifie !...
      La crise de l’énergie pose aussi des questions de bons sens dans la mesure où de nombreux projets sont en profonds décalages avec une réalité qui semble ne pas être prise en considération...
      L’énergie hydroélectrique en fait partie en tenant compte de précipitations très saisonnières qui ne permettent pas un fonctionnement régulier des centrales sans oublier la forte teneur en matière en suspension dans l’eau qui agit au moment du turbinage comme de véritables agents abrasifs endommageant conduites forcées et turbines à être remplacées plus fréquemment ...
      Le projet d’usine fournisseuse d’éthanol dont la matière première est constituée de maïs ou de blé dans un pays où l’insuffisance alimentaire ne guette plus mais est devenue très active !...
      L’impression qui prédomine est une absence totale de vision d’avenir d’un pouvoir qui recherche l’événementiel au pragmatisme en transformant son mandat en un show perpétuel au détriment d’un travail de fond au service d’un bien public inexistant ..
      Le temps de réponse a un changement d’orientation de la planète à concevoir une société plus circonspecte vis à vis d’une consommation hier débridée ne semble guère remis en cause par un pouvoir, droit dans ses bottes et dans ses convictions, aujourd’hui, obsolètes, en conduisant le pays à davantage de sacrifices encore !...
      La frénésie a tenté de rattraper le temps perdu est désormais un objectif inatteignable dans une totale confusion d’une politique « vite fait, bien fait « qui aggrave et qui creuse davantage encore au lieu de compenser..
      Tout est biaisé à l’image de cette pandémie, qui, au lieu de donner libre cours à une certaine modestie, aura été l’objet d’une fanfaronnade au service exclusif d’un placebo dont la notoriété n’aura pas franchi les limites insulaires...
      Néanmoins, le show se poursuit, comme si, de rien n’était, à se demander si toute critique ne serait pas devenue une atteinte à la sûreté de l’état dans un pays où l’opposition rase les murs tant par son absence que par son inconsistance...
      Du pain béni pour un pouvoir qui affiche avec délectation sa connivence avec l’église, étrangement silencieuse et complice à la fois, celle qui croit savoir mais qui ne dit mot ...
      Le scénario imaginé par le pouvoir est à marche forcée parce qu’il a évincé toute résistance ou contestation à son action « divine »conçue par un seul homme entouré d’un staff qui évènementialise ses projets jusqu’aux moindres détails à savoir la tenue appropriée du chef d’orchestre aux circonstances de chacune de ses présences sur le terrain...
      On pourrait ainsi remplir des pages de ces remarques dénonçant un trompe-l’œil permanent du pouvoir d’autant que la rumination est érigé en fait culturel au pays du replay permanent où les hommes au pouvoir se vole la place mais appliquent les mêmes remèdes endémiques dont le dernier vaut son pesant d’or : le fumeux Covid-organics qui ne guérit que les Malagasy !..
      Au pays du khat qui endort les consciences et apaise les ventres affamés, la place est désormais libre pour tous les affabulateurs qui croient détenir une vérité qui pourtant leurs échappent ou qu’ils dévoient au nom d’un complotisme dont un Trump psychopathe s’est repu pour être président ...
      Pendant ce temps « roule ma poule » dans le pays du kéré et du Miami plage dans un mélange où l’on a fait de ses insuffisances et de ses forfanteries un programme politique d’émergence !..

  • 5 décembre 2020 à 09:15 | Dadabe (#9116)

    Histoire orange

    La couleur complémentaire de l’orange est, tenez-vous bien, le... bleu ! Bon. Mais Wikipédia précise aussitôt : ’’Si vous souhaitez obtenir un orange, vous devez utiliser un jaune et un rouge qui ne contiennent aucune trace de bleu’’. Ah bon ? Un rouge recyclé passe encore mais le jaune, il vient d’où, lui ? Comment, dites-vous, c’est un jaune venu de Chine ? Sérieux ? Ouahh... La politique c’est vraiment trop compliqué.
    Au début, j’avais naïvement pensé que Petitkhon 1er s’était inspiré de la ’’Révolution orange’’ des Ukrainiens, en 2004. Et puis, l’autre jour, mes deux petites souris adorées m’ont donné l’explication la plus plausible : l’orange est la couleur de Casimir ! Mais si, rappelez-vous, ’’L’Île aux enfants’’. La quarantaine bien avancée, le dinosaure puéril et un tantinet psy(chédélique...) avait comme plat préféré le gloubi-boulga (à base de riz importé, de vanille verte et de caviar russe)... Casimir, un simplet assez mignon, quoi !
    Question orange, donc, je préfère me délecter de clémentines de Corse. C’est la pleine saison et elles sont délicieuses ! Que voulez-vous, dans la vie, il n’y a pas que les cuisses de nymphes, n’est-ce pas ? Bref, je vous laisse l’orange, un peu acide et même vulgaire. Et puis, c’est surtout plein de... pépins (passés, présents et à venir !).

    PS - Hier, au marché, ma tendre amie a enfin trouvé des litchis de Madagascar. Ceux de La Réunion étaient très bons mais chers. Ceux-ci (je parle des trois ou quatre que mes petites souris ont daigné me laisser...) sont un peu moins sucrés mais de belle taille et nettement moins chers. Enfin une bonne nouvelle !

    • 5 décembre 2020 à 09:16 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Jawohl, mein general !

      Le roitelet aime bien les généraux, du moins ceux qui le protègent. Il a bien appris la leçon du marionnettiste Ratsiraka : ’’Je te fais général, tu as le gros salaire, la voiture, le chauffeur et même la femme du capitaine, je ferme les yeux sur tes grosses magouilles (avec ou sans Sprinter Mercedes...) mais tu me fiches la paix !’’. Cela se tient. Cela s’appelle de la politique pourrie, de la gouvernance nulle, de la dictature au petit pied, mais cela se tient. A l’époque du ’’Boky mena’’, cela a fonctionné. Mais tout a une fin et, normalement, cela devrait se terminer face à un peloton d’exécution. A suivre, donc...
      Pendant ce temps-là, le peuple se meurt ou gronde. Manquer d’eau, d’électricité, de nourriture, et ne pouvoir compter que sur une tisane orange pour se soigner, voilà qui fait sensiblement monter la température. Sur ce forum, on devine bien la fébrilité des ’’pro-fozas’’ qui se disent innocents comme l’enfant qui vient de naître. En réalité, comme tout nourrisson qui se respecte, ils se font dessus ! Y’a pas, ça sent mauvais...

      PS - Les Malgaches sont gentils, patients, un peu timorés, aussi. Mais il y a des limites à tout. D’où ce proverbe : ’’Faut pas pousser le Malgache dans les épineux, il n’a plus de culotte !’’.

    • 5 décembre 2020 à 09:17 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      En attendant la mise à mort...

      Merci, Arsonist, de nous avoir proposé l’autre jour un petit lien sur le violoniste Gautier Capuçon, interprétant depuis le sommet de la Tour Eiffel un étonnant et très bel "Hymne à l’amour’’ d’Édith Piaf. Je vous renvoie la balle, à vous qui aimez Paris et à tous les forumistes que la haine n’a pas encore rendus sourds, ni aveugles...
      https://www.youtube.com/watch?v=LSFO4evMb84
      Place, cette fois, au talent du violoniste Renaud Capuçon, frère aîné du violoncelliste Gautier. Ici, Renaud interprète le thème du film ’’La liste de Schindler’’ de Steven Spielberg (film retraçant un épisode de la Shoah). Cette musique composée par John Williams fut créée, si je ne m’abuse, par le violoniste Itzhak Perlman. Ce dernier musicien, tout à fait exceptionnel est l’un des cinq meilleurs violonistes au monde ! Juif polonais vivant à New York, il souffre depuis sa petite enfance d’une sévère poliomyélite. Il a su (lui et ses parents) sublimer ce handicap et consacrer sa vie à la beauté. Un bel exemple à méditer, non ?
      Allez, soyons fous ! Quand on aime on ne compte pas, n’est-ce pas ? Voici donc la version de la ’’Liste de Schindler’’ par Itzhak Perlman (le Los Angeles Philharmonic est dirigé par Gustavo Dudamel). En dépit de l’admiration que j’éprouve pour les frères Capuçon, je préfère le ’’son’’ de Perlman qui joue sur un fabuleux Stradivarius de... l’an 1714 !. https://www.youtube.com/watch?v=cLgJQ8Zj3AA
      A Paris, l’Orchestre National de France placé sous la direction de François-Xavier Roth, fut sans conteste l’un des temps forts du ’’Concert de Paris’’ donné depuis le Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel. Ce 14 juillet 2018, en prélude au traditionnel feu d’artifice de la Fête nationale française, le concert gratuit fut suivi par 500.000 spectateurs (sans compter quelque 2,6 millions d’autres, en direct sur France 2)...
      Je ne doute évidemment pas que, toute pandémie oubliée, la prochaine Fête nationale malgache offrira aux 3 ou 400 spectateurs du Colisée une affiche bien bétonnée. Ainsi, entre deux saynètes de l’Histoire malgache revisitée (on peut dire aussi révisionniste) et quelques pas de danse d’une troupe Hira Gasy à l’incontestable pouvoir soporifique, un combat de gladiateurs serait du plus bel effet. Avec des mises à mort réelles ! Du moins si César le souhaite car, à la vue de la première goutte de sang, il est craindre que l’ancienne et charismatique petite reine des nuits de Tana n’aille une fois encore se réfugier à l’ambassade de France. Ce qui, avouez-le, serait du plus mauvais effet un jour de Fête nationale, cette fois malgache. Bref, pas facile d’être bi ! Je veux dire binational, natürlich !

      PS - Au fait, comment peut-on traduire en malgache le célèbre : ’’Ave Caesar, morituri te salutant’’ ? Et ceux qui vont mourir dans le Grand Sud, par exemple, seront-ils encore de ce monde pour assister au triomphe ? Je m’interroge. Allez, bisous à tous (sauf, etc...)

    • 5 décembre 2020 à 10:28 | elena (#3066) répond à Dadabe

      - je me pâme, je me pâme. Merci Dadabe pour vos chroniques jubilatoires.

      - je me marre, je me marre.
      Il faut remercier Isandra de continuer tous les jours à rendre ridicule son idole, et le ridicule ne tuant pas, le groupe des courtisans serviles nous fera rire encore longtemps.
      4 décembre à 15:31 | Isandra (#7070)
      "Rajoelina est maintenant devenu, un chef chevronné qui a l’art d’affronter plusieurs crises, malgré le peu de moyens à sa disposition.
      Il devrait être un modèle pour les dirigeants des pays riches qui commencent à perdre le pédale face à une seule crise"

    • 5 décembre 2020 à 22:08 | arsonist (#10169) répond à Dadabe

      Dadabe !

      Ce samedi j’ai écouté n fois chacune des deux interprétations du morceau de musique sur le thème du film "Liste de Schindler" dont vous avez donné ci-dessus les liens pour les écouter.

      (i) J’ai beaucoup apprécié l’intreprétation de Monsieur Renaud Capuçon.
      Les émotions que le film essaie avec succès de montrer me sont perçues à nouveau grâce au son obtenu par le talent et la la virtuosité de Monsieur Renaud Capuçon avec son bel instrument.
      Un 14 juillet sous la Tour Eiffel, en plus.
      Il y a de quoi émouvoir un amoureux de Paris.

      (ii) L’interprétation de Monsieur Itzahk Perlman avec son Stradivarius 1714 est tout simplement sublime.
      L’émouvante histoire personnelle de l’artiste, l’intrigue [peut-être le mot "sujet" est plus approprié] du film "Liste de Schindler" , le Stradivarius : l’accumulation de tout cela ... vous vous rendez compte !

      (iii) Mais ce samedi, après écoute et ré-écoutes des deux interprétations, j’ai décidé de ... ne pas choisir. J’aime les deux.
      Bof ! J’avoue : j’ai tendance à perdre sans faire exprès mon objectivité scientifique quand il s’agit d’arts et de sentiments humains.
      Ben ! Que voulez-vous, chacun a ses défauts personnels.

      Conclusion sans appel :
      Merci à Dadabe de me faire, sans le faire exprès je présume, constater à nouveau en moi ce défaut de d’objectivité que je traîne depuis toujours peut-être [je ne sais même plus !] .

  • 5 décembre 2020 à 09:32 | Isandra (#7070)

    C’est une décision prise après les discussions avec tous les acteurs de cette filière. C’est leur façon de faire qui rend efficace toute la décision et la mesure de ce régime . Ils discutent avec les pétroliers, les opérateurs touristiques, avant d’ y décider quoi que ce soit.

    Les dirigeants de certains pays devraient les copier, car eux, ils ont dû mal à faire respecter leur décision, c’est éternelle méfiance entre eux et leur population.

    Bon, le plus important ici, notre gouvernement se soucie de sa population et qu’il intervient à temps avant que la situation s’empire.

    Rajoelina est devenu un spécialiste de la crise, son art d’affronter plusieurs crises est renforcé et plus développé.

    • 5 décembre 2020 à 11:26 | ANTICASTE (#10704) répond à Isandra

      Isandra pauvre fille perdue pour l’humanité ,
      Vos écrits récents !
      "Rajoelina est devenu un spécialiste de la crise, son art d’affronter plusieurs crises est renforcé et plus développé."

      Et ensuite :"Rajoelina est maintenant devenu, un chef chevronné qui a l’art d’affronter plusieurs crises, malgré le peu de moyens à sa disposition.
      Il devrait être un modèle pour les dirigeants des pays riches qui commencent à perdre le pédale face à une seule crise"

      Bon la méthode Coué a ses limites !
      A vous lire ,tous les grands de ce monde ,Biden ,poutine ,Merkel,Xi jimping (qui connait bien les fous de la grande Ile ) vont affluer pour boire les paroles du supposé "maitre du monde "
      Rappelez nous ,donc les hauts faits d’armes de portée nationale voir internationale de sa majesté Razoel 1 er !
      Sortis du célèbre COVICS PRGANICS, qui ne soigne rien ni personne et de la famine du sud Malagasy ,je ne vois rien !
      Il y a bien les fameux vélirano présidentielle qui sont a la portée d’un maire d’une ville moyenne et encore construire des radiers n’est même pas le job d’un responsable de ce niveau !
      Si il y a bien la chute de l’ariary qui doit être proche des 4700 pour un euro et je ne vois rien d’autre !
      je ne parle pas non plus des délestages jirama ,qui reviennent en force et autres joyeusetés gasy habituelles
      Peut être avez vous été bercée trop près d’un mur lors de votre tendre jeunesse !Votre tête heurtant le mur a chaque mouvement du berceau ,cela expliquerait votre étrange manque de neurones viables !
      Je compatis ainsi à votre infirmité ,qui chose bizarre ,semble se transformer en maladie contagieuse et se transmet a tout un tas d’idiots congénitaux du même acabit que vous (les foza)
      Transmettez ainsi mes amitiés a M Ravalomanana ,grand spécialiste des maladies locales qui je l’espère reprendra la direction de l’hôpital psychiatrique qu’est devenu ce pays

    • 5 décembre 2020 à 15:03 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Dada ...EB,
      Je suis épaté par vos informations qui viennent du Pays , en parlant des Sprinters appartenant aux ...Généreux , mais à d’autres hauts dignitaires de ce Pays , mais surtout à la bi...Nationalité qui règne en haut lieu , et qui devient de plus en plus reconnus par les "guetteurs" de l’actualité People. En tout cas je me régale de votre style d’écriture , qui est enrichie d’une culture irréprochable . Je vois qu’en matière de musique , vous êtes inaccessible , mais en est il de même en matière sportive . Cela me rappelle l’émission "la tête et les jambes " , où l’invité principal a été Laurent Fabius . Bon Week End .

    • 6 décembre 2020 à 12:38 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Anticaste,

      Imaginez si Rajoelina était doté même moyens colossaux que les dirigeants de ces puissances, centaines de milliards, et n’ayant en face qu’une seule crise, Madagascar serait déclaré le pays plus préformant face à cette crise.

      Avec centaines de millions(décaissées complètement ), regarder le résultat. On fait partie de pays qui s’en sortent bien face à cette crise, nous avons droit de félicitations de l’OMS, tandis que certains sont encore dans la pleine crise jusqu’à aujourd’hui.

  • 5 décembre 2020 à 09:49 | Rainingory (#11012)

    5 décembre à 09:27 | Isandra (#7070)

    Elle se lève aux aurores (heure française donc 07:27) la naze pour sortir des conneries pareilles, juste pour être là la première à commenter un nouvel article, un samedi de surcroît !

    Sauf que c raté, le dadabe est passé par-là 🤭🤭🤭😆😆😆

    — -
    foza bashing 🧹🧹🧹

  • 5 décembre 2020 à 10:58 | Shalom (#2831)

    Quelques commentaires :
    « … intenable pour la majorité des Malgaches qui sont encore affaiblis par plus de six mois de confinement, sans travail, alors que leur pouvoir d’achat est très faible. »
    Commentaire :
    Quel pays au monde n’a pas subi cette situation ? Et quel pays au monde ne l’a pas anticipé en prenant les bonnes décisions …


    « Les principales causes de la hausse actuelle du prix du riz en sont l’insuffisance de la quantité de riz importée alors que Madagascar traverse la période de soudure où l’offre est plus faible. »
    Commentaire :
    Est-ce un cas nouveau ou vivons- nous cette période de soudure tous les ans ? Et pourquoi parle-t-on de l’insuffisance de l’importation ? La preuve de l’immaturité de ces politiciens véreux pour prioriser leur choix politique : construire des stades, un colisée, des laboratoires etc … au lieu de prendre par les cornes les sujets de l’agriculture et de l’élevage depuis le début de ce mandat, il y a déjà deux ans.


    « … la production locale est encore faible »
    Commentaire :
    Justement parce que ce n’est pas la priorité du pouvoir.


    « … la production qui s’est élevée à près de 5 millions de tonnes cette année. Mais il y aurait également la hausse du prix du riz au niveau international qui impacte fortement le prix du riz dans le pays. »
    Commentaire :
    J’ai cru que ce pouvoir connait bien la règle du libéralisme que ses adeptes prônent sans honte.


    « Pour assurer le maintien de ce prix fixé par le gouvernement, une importation de 100 000 tonnes de riz a été envisagée avant la fin de l’année »

    Commentaire :
    Le vrai libéralisme nouvelle école, le pouvoir fixe les prix de la vanille, du riz, des litchis etc ... !
    C’est le « velirano » d’auto-suffisance alimentaire promis par DJ kilasy T9.

    • 5 décembre 2020 à 23:44 | lysnorine (#9752) répond à Shalom

      Re Shalom 5 décembre à 10:58

      « « Pour assurer le maintien de ce prix fixé par le gouvernement, une IMPORTATION de 100 000 tonnes de riz a été envisagée avant la fin de l’année »

      Fanontaniana : Mbola itony orinasa sy mpandraharaha itony ihany ve no ho mpiandraikitra izany fanafarana vary 100000T izany, ary any PAKISTAN ihany ve no mbola hanafarana zy ?

      - « ny orinasa : K.K Rice Mills Ltd, Jhulay Lal Parboileb Rice Mill, SM Entreprises, Girdharilal Manghwani, Kangore Traders ary ny orinasa Meskay and Femte. »

      - ny mpandraharaha Pakistanis : « D. Rai sy G. Paryani, M. Dodai, J. Manghwani, A. Kumar sy A. Ummati, ary S. Abbasi »

      Zahao :

      GazetyTiatanindrazana, 07/03/2019 (efa maty ny rohy nandikana ny lahatsoratra : https://www.tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=36590

      « Vary avy any PAKISTAN Manjaka ny kolikoly, POIZININA NY MALAGASY »

      Raha ny angom-baovao marim-pototra natao dia manodidina ny 320 taonina ny vary nohafarantsika avy any Pakistan tamin’iny volana febroary iny, saingy NY ANTSASA-MANILAN’IREO DIA EFA SIMBA (brisures) hatrany amin’ny 25% avokoa.

      Misy an-jatony taonina koa aza efa TSY AZO HANINA intsony raha ny LALÀNA ANY PAKISTAN satria manana fahapotehana 100% mihitsy sy lokoina mavomavo na menamena, izay sakafo NATOKANA HO AN’NY BIBY, NEFA MBOLA AONDRANA ETO AMINTSIKA ihany ka afangaro amin’ireo vary lazaina fa tsara. Mitampi-maso ny fanjakana Malagasy mandritra izany satria manjaka ny kolikoly. Raha io angom-baovao marim-pototra io ihany dia misy ORINASA ENINA eo no tena mpanao azy io ETO AMINTSIKA izay any Pakistan ny foiben’izy ireo, dia ny orinasa K.K Rice Mills Ltd, Jhulay Lal Parboileb Rice Mill, SM Entreprises, Girdharilal Manghwani, Kangore Traders ary ny orinasa Meskay and Femtee. Tsy vitan’izay fa saika MITSOAKA NY FANDOAVAN-KETRA eto amintsika ireo orinasa ireo amin’ny famonoana ny orinasa teo aloha ary manangana orinasa vaovao indray AMIN’NY ANARANA TERATANY MALAGASY, saingy ny tompony tsy miova fa mbola ireo teratany Pakistais ihany ao ambadika, izay misy an’Atoa isany D. Rai sy G. Paryani, M. Dodai, J. Manghwani, A. Kumar sy A. Ummati, ary S. Abbasi. Ankoatra izay dia misy teratany Malagasy, olom-panjakana ary olom-boafidy teo aloha, mpiray tendro amin’izy ireo amin’izao fanadiovam-bola hafahafa amin’ny fitsoahana fandoavan-ketra amin’ny fanovana anarana ny orinasa fanafarana vary eto amintsika izao, ka sady mihinam-bary natokana ho an’ny biby raha ny lalànan’ny varotra Pakistanais ny Malagasy, no TSY TAFIDITRA IHANY KOA NY VOLAM-PANJAKANA amin’ny alalan’ny hetran’ny tombombarotra azo amin’ny vidim-bary tokony haloan’izy ireo eto amintsika. TSY VOALOHANY ITY TRANGA ITY fa efa nisy tra-tehaka ny vary simba tao Toamasina saika mbola HAPARITAKA AMIDY ERAK’I MADAGASIKARA .
      Rakoutou

  • 5 décembre 2020 à 11:34 | Yet another Rabe (#4812)

    Bonjour à tous,

    Vaccin ou pas vaccin ?

    Pour en revenir au sujet du jour, c’est bien le résultat de l’incurie depuis plusieurs années.

    Pas suffisamment de production locale, on a suffisamment de la surface cultivable, mais les agriculteurs n’ont jamais été incités à produire. Il faut un peu comprendre ces derniers il y a :

    - l’insécurité et celà ne date pas d’hier, j’ai connu l’époque post 1972 au moment de la récolte du riz sur la plaine du Betsimitatatra.
    A cette époque, la nuit il y avait les vols des plants de riz mûr sur pied et le fokonolona faisait des rondes pour surprendre les voleurs, maintenant les voleurs ont évolués en dahalo armés

    - l’ évacuation de la production rizicole et autres produits sur des routes pourries qui font le bonheur des intermédiaires qui gagnent le plus, et le malheur du producteur qui ne gagne qu’une louchée de riz dans l’affaire.

    Conséquence : importation (ben quoi il faut que les copains coquins d’importateurs gagnent leur vie, c’est valable pour le riz mais bien sûr pour le pétrole et autres PPN), et on tape sur le grossiste et détaillant dans la chaîne terminale de la vente par imposition d’ un prix fixe en oubliant que la spéculation résulte de la loi universelle de l’offre et de la demande.
    Et bien entendu, tout le marché formel deviendra du marché noir où les prix seront incontrôlés et astronomiques

    On revient au charbon (de la Sakoa) mais on n’ira pas au charbon pour l’extraire.
    Le charbon de la Sakoa n’est pas intéressant mais alors pas du tout pour les importateurs de pétrole.
    Pour eux il vaut mieux :
    - importer du pétrole raffiné (conséquences : mort de la raffinerie de Toamasina, La Jirama et les particuliers en font les frais au sens littéral et éclairé du terme)
    - faire le transport routier du pétrole pour utiliser leurs camions (conséquences : Le transport ferroviaire périclite, la RN 2 est une des routes les plus pourries du Pays)

    Peut être que camions qui actuellement transportent du pétrole, transporteront dans pas si longtemps de l’eau pour abreuver la population dans ce pays qui brûle au sens presque littéral du terme, avec toutes ces forêts qui disparaissent dans le feu.
    Un autre marché lucratif pour les fozas de ce pays en perspective, Que Dieu nous en garde.

    Conclusion : Quand la cervelle d’un foza en chef se trouve dans un trémoussant popotin qui ne cherche qu’à excréter du fric, il est normal que la fierté soit très mal placée.

    Cordialement
    YaR

    • 5 décembre 2020 à 13:35 | Yet another Rabe (#4812) répond à Yet another Rabe

      Errata :

      "Importer des produits pétroliers raffinés" au lieu de "Importer du pétrole raffiné"

  • 5 décembre 2020 à 12:10 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Quand on ne sait pas faire, il est évident que vous ne pouvez rien faire…et quand vous ne pouvez rien faire, on peut toujours apprendre comment faire…et quand on refuse d’apprendre, vous ne serez pas à la hauteur d’apprécier les conséquences des décisions que vous aviez prises…et quand vous persistez à laisser aux autres de prendre les décisions qui s’imposent à votre place, il est clair que vous serez à la merci des conséquences des décisions que les autres avaient prises…et si les conséquences de ces décisions sont contraires aux intérêts de la majorité de la population, des boucs émissaires seront les victimes expiatoires désignées pour être livrées en pâture à l’opinion publique par voie de manipulation…et ainsi de suite, la roue tourne…l’essentiel pour lui, c’est de détenir le pouvoir de faire tourner la roue…

    Il disait qu’il avait consacré cinq années pour apprendre, et d’avoir formulé par la suite une vision permettant d’assurer un avenir prospère pour le pays et ce faisant, de changer la tournure de l’histoire et effacer les écueils ayant emmené le pays vers le débâcle…et en rien de temps, c’est le drame qui arrive…après l’insuffisance alimentaire, c’est la malnutrition chronique, et maintenant, c’est la famine…

    De la vision vers les décisions, dans une chronologie imparable pendant 24 mois, les écueils s’amoncèlent :

    • Obstination pendant des mois à vouloir remblayer des rizières pour y construire des infrastructures

    • Incitation de la population à manger des pâtes alimentaires et du maïs à la place du riz

    • Promotion de la culture de l’Artémisia à la place du riz en misant sur la rentabilité économique de sa production

    • Création d’une société d’Etat dénommé « State Procurement of Madagascar » pour assurer l’importation de riz et sa distribution auprès des opérateurs privés dans le pays, ainsi que la régulation de l’approvisionnement des marchés locaux…

    • Priorisation de la construction à travers le pays par le biais du budget de l’Etat de nouvelles infrastructures sportives et culturelles ainsi que des aires de loisirs, au lieu de la promotion de la riziculture familiale dans tout le pays (existence actuelle de plus de 70 % de population rizicultrice et qui consomme 80 % de sa production rizicole…)

    • Contrôle et fixation de prix à l’étal pour le riz au détriment de l’opportunité réelle d’amélioration de la productivité et de la rentabilité de la filière rizicole en tant que secteur de pointe à titre de levier pour la relance économique de la production

    • Intervention étatique néfaste et indésirable qui ne peut que favoriser la création d’un circuit illicite de commercialisation au noir qui ne profitera qu’à des opportunistes aventuriers affairistes en fragilisant encore plus la filière existante en état de léthargie…

    • Absence de visibilité ni sur l’approvisionnement du marché ni sur la valorisation du potentiel de production ni sur l’intégration d’une politique rizicole dans les perspectives de développement du monde rural absorbant 70 de la population du pays

    Mais finalement, qu’est-ce qu’il avait vraiment appris pendant ces cinq années ?

    Qu’est-ce qu’on pourrait encore espérer de sa part puisqu’il n’est même pas capable d’apprécier les conséquences de ses propres décisions ?

    Mais comment peut-il encore se permettre de faire confiance à ses deux valets qui ne font que lui tromper et le mener en bateau depuis longtemps, dès le début, à coup de flatterie et actes de révérence démesurée à son égard pour cacher leurs incompétences manifestes sans aucune mesure, notamment celui du commerce et de l’agriculture, qui sont incapables de s’attaquer à la cause principale de la problématique fondamentale de la filière riz dans le pays, qui reste invariable depuis le règne d’un flibustier ?

    Bref, il suffit de lire les activités définies lors de la création de cette société étatique, SPM, une société anonyme, pour comprendre les étendues d’une élucubration à grande échelle dans une économie libérale…

    « …L’ importation de produits de première nécessité et de carburant/ combustibles. La distribution de ces produits sur tout le territoire Malagasy, par l’ optimisation optimum des circuits de distribution existants ou à créer, couvrant l’ ensemble du territoire malgache. La prise de participation dans toutes personnes morales, de nature à faciliter la réalisation de l’objet social. Plus généralement toutes opérations industrielles, commerciales, financières, civiles, mobilières ou immobilières, pouvant se rattacher directement ou indirectement à l ’objet social ou à tous objets similaires, connexes ou complémentaires. En tant que besoin, la Société peut faire appel à des professionnels par le biais d’ un appel à manifestation d’ intérêt… ».

    Rien que de preuves de l’impéritie d’un pouvoir révolutionnaire…sans idéologie mais pourvue de démagogie propre aux populistes…

  • 5 décembre 2020 à 12:20 | ANTICASTE (#10704)

    Il n’a aucune raison pour que la chute de l’ariary s’arrête !
    Les fondamentaux qui ont provoqués cela sont toujours là ,à savoir la chute des exportations des produits miniers et l’arrêt totale de la fréquentation touristique !
    En effet ces deux secteurs économiques étaient pratiquement les seules sources (officielles )en devises de ce pays !
    Le renchérissement du cout des importations et notamment celles du riz , étant la conséquence de la dévaluation de l’ariary !
    Je sais c’est un peu nébuleux mai c’est l’exacte vérité !
    Le gouvernement pour lutter contre la chute de sa monnaie n’a plus qu’une solution qui est de racheter massivement sa monnaie avec des devises étrangères ,ce qu’il a fait partiellement mais pas suffisamment (voir l’article ou le PM explique que tout a été fait pour enrayer la dépréciation de l’ariary, ce qui est faux !)
    Défendre sa monnaie c’est accepter de dépenser des millions d’euros ,de dollars, de yuans ,sans retour sur investissement immédiats !
    Les sommes engagées par le gouvernement Malagache n’étant pas suffisantes ,après une timide pause dans la chute ,la courbe va repartir vers le bas ?car comme expliqué plus haut ,les fameux fondamentaux sont toujours là !
    DE PLUS les oréens du nord cryptocommunistes au pouvoir en ce pays veulent reprendre à leurs compte les solutions antédiluviennes de contrôle des prix qui vont accélérer la crise !
    Ce sont ces méthodes qui ont aggravés les choses a Mada dans les années 70 80 !
    Le peuple comme d’habitude par la raréfactions des produits alimentaires ,devenus trop chers, va payer la note ,comme d’habitude !
    Et c’est bien l’impéritie et le manque de professionnalisme du présida charlatan actuel qui est la cause première de tout cela !
    Celui-ci trop occupé à passer sa vie dans les avions en direction de la France pour visiter sa famille et a ergoter sur ses vélirano complètement inadaptés a la crise économique en cour est le responsable premier de ce nouveau merdier !

  • 5 décembre 2020 à 12:33 | dominique (#9242)

    C’est pour quelle date le prix de la boite de riz a 550 Ary ????? Quand les poules aurons des dents ou que Isandra arrêtera de sortir des conneries aussi grosses qu’elle ???? allez voir sur les marchés de Sambava rien est a vendre a moins de 800 et voir même 1000 pour du très bon la boite !!! a 550 c’est les cailloux qu’on vous vendra a ce prix , il arrivent a sortir vraiment n’importe quoi sur le site et je voudrais bien voir un seul contrôle , incroyable ...

  • 5 décembre 2020 à 12:54 | Isandra (#7070)

    Ces prix sont aussi chers, parce que la majorité des Malagasy ont de revenus bas, mais, si on compare aux autres pays, c’est encore moyen cher :

    Combien le prix du riz ailleurs ?

    « En général, pour s’offrir un kg de riz à Paris cela revient à 1.73 €. Ce prix étant une moyenne, il peut diminuer jusqu’à 1 € et grimper jusqu’à 3 € selon les périodes de l’année. Ce prix pour un kilogramme de riz est supérieur au prix pratiqué en France (+3%). »

    1kg revient à 7.800 ariary, alors qu’ici 2.450 ariary, le maximum 3.150 Ar, 0,50 à 0,70 euros.

    Si vous gagnez un revenu RMI ici à Mada, ce prix n’est pas encore aussi cher

    • 5 décembre 2020 à 13:35 | Rainingory (#11012) répond à Isandra

      Isandra,
      démasquée..

      d’abord vous auriez pu citer la source de votre copier-coller, je viens de le faire sur Google et ça donne exactement le même résultat :
      https://www.combien-coute.net/riz/ile-de-france/paris/#:~:text=Alimentation%20%3A%20prix%20d’un%20kilo,en%20France%20(%2B3%25).

      Ensuite, c’est pas la peine d’écrire "RMI ici à Mada", il n’y a que les gens qui vivent en France qui ont le réflexe de dire :
      - RMI ;
      et
      - Mada.
      Vous êtes démasqué(e) !!!

    • 5 décembre 2020 à 13:36 | ANTICASTE (#10704) répond à Isandra

      Isandra pauvre fille,
      Les pauvres ,affamés ,n’ont que faire de savoir si le prix du riz est moins cher a paris ou ailleurs !
      On vient les raisonnements imbéciles de cette caste qui a provoqué cette crise par incompétence et lubies idéologiques !
      J’espère pour vous et votre famille que vous n’habitez pas trop loin d’Ivato !
      Celle là ,aussi mal gérée par votre gourou de seconde zone, risque bien de vous péter a la gueule !
      L’expérience ubuesque du retour aux valeurs "ancestrales" n’aura pas duré plus de 10 ans et c’est justice !
      Quelle monnaie pour le pays le Franc Malgache ,le dollar ou le Yuan !
      Le Franc CFA est accroché à L’euro comme le Fmg le sera ,non ?

    • 5 décembre 2020 à 16:38 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Isandra ,
      Je vous ai souhaité beaucoup de courage dans mon Post hier , car votre ambition est démesurée , pour ne pas dire insurmontable .Pour vous dédouaner , vous avez parlé de 8 mois de difficultés pour cause de Covid .Soit ! Vous voulez donc que l’on vous donne 8mois de plus , pour accomplir vos promesses (Velirano) ?Pourquoi pas un mandat , puisque c’est ce que vous avez décidé depuis votre accession au pouvoir .Malheureusement , vous avez oublié les cinq années de transition . Ne me parlez pas de gouvernement d’union Nationale , car ceux qui ont pris part avec votre régime ne sont que des Tocards , qui ont retourné leurs vestes ; il en est de même pour les CT et CST d’opérette qui n’ont fait que s’enrichir sur le dos de la "Bête ".Pour terminer , vous m’avez demandé si j’étais sincère dans mon encouragement ?Pour seule réponse , je vous dirai que personne , je dis bien personne ne voudrait souhaiter que son Pays se trouve dans l’abîme . Vous ne nous croirez pas , mais c’est le but majeur de nos interventions quotidiennes ! On aurait aimé voir nos compatriotes vivre décemment , comme dans les autres Pays , et je peux vous assurer que les "Andafy" , que vous haïssez , sont prêts à rentrer au Pays pour aider , avec un salaire minimum , si les règles de jeu sont claires et honnêtes !
      PS / D’après vous , nous avons un PR qui a surmonté plusieurs crises à la fois , alors que les dirigeants des grands Pays (USA,France ...)n’arrivent pas à s’en sortir . Selon vos critères , on va bientôt avoir un prix nobel à Madagascar , mais nobel en ...quoi . Il ne manquera plus que la qualification . Je ne parlerai pas comme les autres qui sont mauvaise langue qui ont parlé de Sans qualité ... Cela n’engage que ceux qui les ont proférée .
      Par contre , la réfection de la RN 42, desservant l’Isandra et Ikalamavony serait un grand signe de votre efficacité .Merci pour les locomotives de la FCE , on attend les Wagons ...

    • 5 décembre 2020 à 21:01 | ASSISE (#10453) répond à Isandra

      Na ianao lehilahy mitapy na ianao vehivavy mitapy. Vendrana.

      Sao heverinao fa solika cadillac io koa hoe mora na lafo satria ianao mikirakira Euro na Dôlara ?

      Efa mpamosavy ianao rehefa tsy nampidininao ny solika anefa ny mason’izao tontolo izao nampidina ny azy, satria nidina tanteraka ny vidin’ny solika.

      Ny mpamokatra io vary io dia tsy iza fa anisan’ireo 80-90% anatin’ny fahantrana tanteraka eto amin’ny Tanindrazana iombonana ka alohan’ny werawera be, aza dia nandra loatra fa manimba ny anaranao ilay resaka, asio Emmergence io 80-90% io fa io no tena mila izany.

      Ny 2hetsyAr isam-bolana aza tsy vitanao raikitra ho an’ny rehetra anefa tsy karama mahavelona akory io 2hetsy io. Emmergence Jerusalem ?

      Raha tianao handroso "emmergence" Madagasikara dia amidio @ io 1,7Euro io ny vary. Ohatra entinao io ka dia manentana anao aho "MBA ANDRAMO" fa TGV ny emmergence.

      Dia aza mba nandra intsony, efa manaotao fahatany, mbola manoratsoratra fahatany koa, gaigy ?

      Toro-hevitra omeko anao, efa nanangana STC maorisiana gasy ihany ianareo, rehefa manafatra vary ianareo dia ny vokatra malagasy hafarana. Io vokatra io hatao "subventionné" dia mividy mora ny olona ary mba mivarotra @ vidiny sahaza ny 80-90%. Emmergence 200%

      Raha importateur no hanao an’io "manafatra" io, dia ianao sy ny mpanafatra no emmerger TGV 100%.

      Anao ny safidy.

    • 6 décembre 2020 à 12:46 | dominique (#9242) répond à Isandra

      Abrutie qui compare toujours tout a la France ; as tu seulement remarqué que Madagascar est un assez gros pays producteur et que la France ne produit pratiquement rien du tout ; Demeurée .. et en plus le pouvoir d’achat français est bien supérieur a Madagascar , elle est complètement abrutie par sa tisane cette félée

  • 5 décembre 2020 à 13:11 | Isandra (#7070)

    Quelles solutions à long terme ?

    Ce régime met comme objectif d’ici 2023, l’autosuffisance alimentaire, pour ce faire :

    - L’aménagement de 100.000 terres agricoles,
    - La construction des barrages d’irrigation,
    - L’augmentation de rendement, en formant les paysans et en éparpillant les techniques modernes,
    - La mise en place de la politique incitative pour attirer des investisseurs dans ce domaine,
    - La mise en place des projets pour inciter les jeunes à se lancer dans l’agriculture professionnelle, Fihariana, Titrevert, Fandroso, etc

    Etc,
    Tous ces points sont la majorité ont été déjà débutés, certains sont décalés à cause de cette mise en point mort forcé pendant 8 mois de notre machine de développement et économique.

    • 5 décembre 2020 à 13:28 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      « Concernant la production locale, la multiplication des surfaces rizicoles à travers les différents assainissements des surfaces cultivables possibles, et l’utilisation de nouvelles techniques qui sont adaptées au climat figurent parmi les solutions qui pourraient permettre d’augmenter davantage la production. Cela correspond d’ailleurs dans la mise en œuvre du « Velirano » du chef de l’État, Andry Rajoelina, sur l’autosuffisance alimentaire. » La conclusion de MT.

      Sans cette crise sanitaire, cette année, nous aurions pu diminuer maximum nos importations de riz.

      Malheureusement, cette crise frappe partout, aucun domaine n’a été épargné comme aucun pays n’est épargné. Certains pays sont frappés en plein fouet, 13% de récession, 120 Milliards de nouvelles dettes concernées le COVID, plus de 700.000 de nouveaux chômeurs , etc

    • 5 décembre 2020 à 13:43 | ANTICASTE (#10704) répond à Isandra

      Isandra pauvre fille ,
      La crise économique actuel doit se gérer dans les jours et, les heures qui viennent !
      Vos plans sur la comète arrivent bien trop tard !
      Il est encore d’abandonner ces vélirano délirants et de sauver ce qui peut l’être encore !
      Faudra pas dire que l’on ne vous a pas informer !

    • 5 décembre 2020 à 14:18 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Encore cette devergondee et ses recitations interminables...

      Face a un probleme et afin d y apporter la solution, il est imperatif d’apporter les reponses aux questionnements :

      - Pourquoi ?

      - Comment ?

      - Avec quoi ?

      - Ou ?

      - Avec qui ?

      - Pour arriver a quoi ?

      - Quand ?

      Mais la recitation repetee en boucle par la devergondee ne permet pas de repondre a ces questions...car elle est incapable de comprendre le fond et la nature de ce qu elle ne cesse de clamer...

      A ce niveau, ce n est plus de la betise, c est de la folie pure et simple...

    • 5 décembre 2020 à 14:50 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à Isandra

      La nouvelle trouvaille pour tous les maux des malagasy "cette crise sanitaire"...

      Et malgré tout : famine, sécheresse, éclairage à la bougie, mon prezida est le plus fort, le plus beau et le plus inteliza de tous les grands de ce monde...

      Est-ce que les malagasy sont tous aussi idiots ???

    • 5 décembre 2020 à 15:48 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      - On n’est plus dans la cours d’une amphi où celui qui a la théorie longue et complexe est applaudi plus que les autres, mais, dans une cours du pouvoir où vous serez jugés sur les réalisations de projets qua vous avez conçus, sur vos actions.

      - La différence entre un homme de théorie comme vous et un homme d’action comme Rajoelina,

      Vous vous attardez sur les points et virgules et les procédures théoriques et restez éternellement dans la phase de conception, d’ici peu dans la phase d’évaluation, pour permettre de corriger un peu.

      Eux, ils se consacrent plutôt beaucoup plus leur temps dans la phase des réalisations et évaluations.

      Ces projets sont passés dans l’étape de réalisations,...mais, non plus, dans la phase de conception, ni d’ajustement.

    • 5 décembre 2020 à 16:48 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Isandra et ses debilites sans limite...

      N importe qui, disons les ruses et crapules, pourront ecrire sur le papier une vision pour son pays en quelques jours...

      Et avec une enivree du genre isandra, a coup de copier coller, elle serait capable d en produire en quelques heures...

      Mais pour les realistes et pragmatiques, et qui savent tres bien le contexte de depart, les reponses adequates a ces sept questionnements sont incontournables et inevitables...

      c est ce qui fait la difference entre un aventurier du genre foza, et l experience d un vrai politicien concepteur motive par le patriotisme et le desir d apporter sa contribution...

      Et depuis le 19 janvier 2019, le gouvernement de foza n a jamais ete capable de produire un Plan de Mise en Oeuvre de sa vision...rien que du saupoudrage et actions sporadiques du genre tape a l oeil...

      Et il n y a rien d etonnant quand on apercoit que la plupart des soutiens et appuis du calife foza sont pareils a cette taree et debile isandra...

      Malmene par les crises et les problemes, les foza et son gouvernement ne font plus que du pilotage a vue, reagissent au cas et aleas qui apparaissent...

    • 6 décembre 2020 à 13:05 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vohitra,

      Si la littérature peut développer un pays, ça se sache, la lune reste à sa place, personne n’a jamais joué avec, la fiction reste dans son mode imaginaire, malgré que tout cela fait rêver bon nombre.

      Ce sont les projets pragmatiques réalisés qui développent un pays.

      La phase de la conception de l’IEM (plus de 300 pages) est déjà dépassée, on est en phase de réalisation. On n’est pas capable d’écrire de littérature, mais, on est capable d’écrire un projet de société.

  • 5 décembre 2020 à 14:01 | Besorongola (#10635)

    LES FRANÇAIS PEUVENT S’EN PASSER DU RIZ MAIS PAS LES MALGACHES.

    Les français consomment en moyenne 5 kg de riz par an, loin derrière la Birmanie (188 kg/habitant/an), le Vietnam (155 kg/habitant/an) et la Chine (90 kg/habitant/an).
    Le riz est l’aliment de base des malgaches. La plupart des ménages consomment du riz trois fois par jour et la consommation moyenne est de 138 kg/hab/an en milieu rural et 118 kg/hab/an en milieu urbain. Principale culture vivrière, le riz occupe une place prépondérante dans le secteur agricole.

    Arrêtez de comparer l’incomparable. Fixer un prix par l’Etat est comme un coup d’epee dans l’eau dans une Économie pauvre et ouverte. C’est plus qu’une gesticulation et plus grave méconnaissance profonde du système de marché. Importer en grande quantité pour doper le marché est une fausse bonne solution La vraie solution réside dans LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE CLAIRE POUR DONNNER PLUS DE POUVOIR D’ACHAT À LA POPULATION.

    • 5 décembre 2020 à 16:00 | Stomato (#3476) répond à Besorongola

      >>La plupart des ménages consomment du riz trois fois par jour et la consommation moyenne est de 138 kg/hab/an en milieu rural et 118 kg/hab/an en milieu urbain. <<

      Il serait bien de préciser que manger du riz trois fois par jour est réservé aux ménages très aisés.
      Ménages du genre de ceux qui gravitent autour du prince adoré par Isandra.

      Pourquoi Isandra ne compare-t-elle pas le prix d’une prothèse dentaire a Antalaha par rapport au prix d’une prothèse dentaire à Blois ? En espérant qu’il y ait un dentiste et un prothésiste à Antalaha.
      Il est possible de prendre Sambava ou Foulpointe pour cet exercice de com paraison.

  • 5 décembre 2020 à 14:02 | Shalom (#2831)

    Mampalahelo mahavalaketraka ny mahita itony sarin’olona tsy mahatsinjo ny loza efa eto an-tokantranon’i Madagasikara ka ny 2023 no tanisaina.
    Tena Gaigy Vendrana tokoa.

    Eo ihany izany fa dia miandry ilay ampamoaka ny Ambanilanitra.

    • 5 décembre 2020 à 14:45 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      Tahak’izany rehefa mitondra, indrindra fa mpitondra mahatsinjo lavitra, sady mamahan’ny olana misy ankehitrin’ny no manao taka-davitra amin’ny vahaolana maharitra. Fa tsy hoe ny anio ihany.

      Ny resaka ampamoaka hoa vy rehefa hoavy.
      Tahakan’ny hoe efa tamin’ny taona firy ianao no niala teto, kanefa firy taona aty aoriana vao tsy mpiasam-panjakana intsony sns

  • 5 décembre 2020 à 14:06 | Shalom (#2831)

    Eo ny vidim-bary, ny kere, ny rano ...
    Ary dia mbola miverina indray ny resaka valan’aretina. Nosintonina tao amin’ny "Moov" :

    "Antsiranana est le nouveau foyer de l’épidémie de coronavirus. Près de quatre-vingt-dix porteurs du virus sont sous traitement dans cette ville.
    Le risque d’une deuxième vague de l’épidémie de coronavirus à Antsiranana devient sérieux. L’effectif des nouveaux porteurs du virus de Covid-19 a, fortement, augmenté au Nord, en l’espace de deux semaines. "

    Hisy indray ny tsivalahara hilaza fa ny "mafy hatoka" ireo. Aiza ilay tangena manasitrana a !

    • 5 décembre 2020 à 21:10 | ASSISE (#10453) répond à Shalom

      Ny "Mafy hatoka" ihany no mahazo manao ndôlôlôsy @ andro tsy mahazo mivorivory.

      Iza indray ity "mafy hatoka" ity @ izao ?

      Aza mba nandra ihany ô ?

      Ny vahoaka mihesona koa tsy lany.

    • 5 décembre 2020 à 21:10 | ASSISE (#10453) répond à Shalom

      Ny "Mafy hatoka" ihany no mahazo manao ndôlôlôsy @ andro tsy mahazo mivorivory.

      Iza indray ity "mafy hatoka" ity @ izao ?

      Aza mba nandra ihany ô ?

      Ny vahoaka mihesona koa tsy lany.

  • 5 décembre 2020 à 14:31 | Besorongola (#10635)

    Rajoelina se targue capable de contruire une piscine olympique de norme internationale en 180 jour mais il est incapable de donner des charrues lava lela, des tracteurs, des terres cultivables aux planteurs de riz.
    Il existe 8 million d’ha de terrres cultivables qui n’attendent qu’être mises en valeur à Madagascar et pourtant un peu plus de 3 million d’ha seulement sont exploitées.
    Il est bien beau de dirje que l’autosuffisance alimentaire fait partie du Velirano mais le plus important c’est de savoir comment. Tous les présidents successifs ont annoncé la même chose... Réunir tout le monde après les feux de brousses, hausse du prix du riz, sécheresse partout est trop facile mais il est temps maintenant de montrer de quoi il est vraiment capable car tous les éléments sont entre ses mains... Toutes les institutions sous sa contrôle alors il n’a plus d’excuse. La crise du covid-19 atteint tous les pays du monde mais pas uniquement Madagscar mais ce pays a le privilège de recevoir des millions et des millions d’aides mais Rajoelina, qui est un homme de spectacle mais pas d’Etat, préfère investir sur des infrastructures d’amusement et de loisir que les outils de travail veritabkes créateurs de vraie richesse et d’emploi.

    • 5 décembre 2020 à 16:02 | Stomato (#3476) répond à Besorongola

      >>Rajoelina se targue capable de contruire une piscine olympique de norme internationale en 180 jour<<

      Aura-t-il assez d’eau pour la remplir sans priver toute la ville pendant une semaine ?

  • 5 décembre 2020 à 14:51 | arsonist (#10169)

    L’Imerina et la riziculture.

    "Izaho sy ny vary dia iray ihany !" [Traduction libre : "Le riz et moi sommes un !"],
    avait dit un des plus grands souverains de l’Imerina.

    (i) Les fokonolona, dirigés par l’un des prédécesseurs de ce souverain de l’Imerina, avaient détourné une grande partie des eaux d’une rivière pour arroser suffisamment la grande plaine juste au sud d’Antananarivo aménagée en rizières.
    Depuis, cette rivière qui avait été privée alors d’une partie de son eau est alors appelée "Sisaony" [Traduction libre : "Le Reste de la Rivière"]

    Est-il besoin d’expliquer pourquoi cette grande et vaste plaine qui s’étend à l’ouest d’Antananarivo est appelée "Betsimitatatra"[Traduction libre : "Grande étendue dépourvue de canalisation"] ?
    Pour faire court : parce que l’eau qui arrose les rizières aménagées par les fokonolona dans cette plaine n’est pas drainée par des canaux, mais resurgit du sol en saison humide.

    (ii) Faut-il rappeler aussi que du temps de ce souverain l’Imerina cité au début de ce texte, les Merina colonisaient des régions du Betsileo et y bâtissaient, entre autres choses, des habitations juste à coté des vastes zones qu’ils pouvaient aménager en rizières.
    Ledit souverain de l’Imerina avait un objectif vital : vaincre la famine.
    Il est dit qu’il était un as de la riziculture.

    [Un regret : le néologisme "fokontany" est apparu dans les années 1970 ; ce nouveau vocable a rogné et a fait perdre une bonne part du sens plein originel du concept "fokonolona", dont les règles non écrites (suite à un kabary) étaient ancrées intuitivement dans la conscience et la mémoire collectives des habitants d’un même quartier dans la ville, et surtout d’un même village à la campagne ; concept favorisant très avantageusement la riziculture]

    [Référence : Concernant l’organisation et les règles des fokonolona, ceux qui lisent le gasy peuvent trouver des renseignements précis sur le sujet à la page 426 du "Takelaka notsongaina", tome II, Siméon Rajaona]

    (iii) En Imerina, il y avait deux sortes de riz de saison. J’ignore si c’est toujours le cas de nos jours.
    a) Le "vary aloha" ["riz d’avant"] que l’on peut définir comme "riz d’hiver". Il est semé fin avril - début mai. Donc moissonné en fin décembre - début janvier.
    b) Le "vary vakiambiaty" ["riz de floraison de l’ambiaty" (ambiaty : une plante uitilisée en cosmétique)] est semé en septembre, début du printemps austral. Donc moissonné en avril : début de l’automne austral.

    Un dicton merina : "Tsara ny vary aloha, saingy tsy mahavita taona" [le riz d’hiver est bien, mais ne suffit pas pour boucler l’année].

    Et justement, la période dite "de soudure" va du jour où les réserves de vary aloha sont épuisées jusqu’au jour des premières moissons de vary vakambiaty.
    C’est-à-dire, dans le temps allant de fin janvier à début avril.
    Nous redoutions beaucoup cette période.

    Actuellement, la période de soudure n’est plus ce qu’elle était.
    Puisque maintenant elle semble aller d’octobre à avril, voire à mai en raison des changements climatiques.
    Evidemment, le nombre de bouches à nourrir s’est accru de façon exponentielle.
    Mais ce n’est évidemment pas la seule et unique raison de cette allongement démesuré de la période de soudure.
    Il y a bien d’autres raisons socio-structurelles.

    Au lycée J-J. Rabearivelo, Madame Le Bourdiec, une excellente prof’ d’histgéo, avait fait découvrir, chiffres à l’appui, à ses élèves que Mada était l’un des pays au plus fort taux de croissance de population sur la planète.
    Mais les gamins juste au milieu de leur adolescence étaient loin de s’imaginer les futures conséquences de ce constat sur la vie des populations de leur pays.

    (iv) Alors, en sus du vary aloha, que préconisait ledit grand souverain de l’Imerina pour nourrir ses sujets durant la période de soudure ?
    Il leur disait [page 441, "Takelaka notsongaina", tome II] de cultiver du manioc, des patates douces, du maïs, des haricots, de l’arachide, des pommes-de-terre (si ! si !), des potirons, des ’saonjo" !

    PS : Un bonjour amical à Dadabe. Toujours un plaisir de vous lire.
    Un jour peut-être, qui sait ? je découvrirai le vrai village d’Ilaka, celui de votre chère et tendre.
    Je connais depuis mon enfance les restaurants ["hotely gasy", au bord de la RN7]. Car j’accompagnais alors l’équipe de foot dirigée par mes parents pour affronter à Fianar l’équipe de la Ville-Haute de l’époque.
    Plus tard, je travaillais pendant quelques mois à Fianar, et dans mes allers-retours Tana-Fianar-Tana, je faisais très souvent une halte dans ces "hotely gasy" d’Ilaka.

    • 5 décembre 2020 à 17:08 | lé kopé (#10607) répond à arsonist

      Finalement , nos trajectoires étaient presque " parallèles ", car entre le Lycée Rabearivelo , avec Max et Shalom , le trajet Tana Fianar avec votre séjour passager dans cette vile , les club de Foot de l’époque , (ville haute ou ville basse, L’Olimpique...), nos souvenirs se confondent . Et dire que notre Pays a fini dans cet abîme . Je vous parle d’un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître ... On avait de l’eau , de l’électricité , les routes étaient excellentes (on faisait Tana Fianar en 6H et demi ), il y avait la sécurité (je faisais le Taxi Brousse Tana- Fianar la nuit, pendant les vacances scolaires au lycée , sans... permis),on avait les meilleurs profs Coopérants ; on pouvait se soigner gratuitement , et on faisait du sport comme loisirs , car on n’avait pas d’autres moyens pour s’évader, à part les illustrés Akim et Zembla , Blek le roc , et le capitaine Miki , pour améliorer notre Français . Bref très loin de ce qu’endure la jeunesse d’aujourd’hui ... Nostalgie , quand tu nous tiens !

    • 5 décembre 2020 à 17:38 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      # lé kopé

      Il est même possible que nos routes se sont croisées .
      Mais nous ne nous en sommes pas aperçu.

    • 5 décembre 2020 à 19:07 | Yet another Rabe (#4812) répond à arsonist

      Bonsoir Arsonist,

      Merci d’élargir ma culture générale dans le sens le plus universel qui soit :

      - La culture au sens rizicole du terme avec l’explication pour une meilleure compréhension du sens des mots : Betsimitatatra, Sisaony, vary vakiambiaty, vary aloha et les citations de ce sage et visionnaire souverain de l’ Imerina

      - La culture au sens musical en nous faisant apprécier l’exécution d’oeuvre par des virtuoses comme Gautier Capuçon ( lui il a dit : "Moi et mon violoncelle, c’est mon prolongement un plus un égal un)

      Cordialement
      YaR

    • 6 décembre 2020 à 10:57 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      # YaR

      Merci pour votre post !
      Vous devez savoir, YaR, que les assoiffés de savoirs, dont moi bien entendu, profitent bien aussi de vos apports perso sur ce forum.
      Ce qu’apportent ces posts-là sont précisément comme des bouffées d’air frais dans l’atmosphère confinée des routines causées soit par les auto-promotions et répétitives fanfaronnades de certains , soit par les lourdes propagandes ridicules et excessives [donc insignifiantes selon Talleyrand] postées par d’autres.

      Il y a des intervenants dont je ne regarde même plus les posts.
      Il y en a d’autres dont je regarde en diagonale les posts.
      Par contre, je lis et même relis attentivement et avec beaucoup d’intérêt tous les posts de ceux que je tiens en très haute estime.

    • 7 décembre 2020 à 05:12 | jeanclaude (#11090) répond à arsonist

      Bonjour .
      Merci pour ce commentaire-article bien écrit et très instructif : c’est tellement rare !!!

  • 5 décembre 2020 à 18:05 | Besorongola (#10635)

    COMMENT UN SI PETIT PAYS COMME L’ANGLETERRE EST PARVENU À LUTTER CONTRE L’INSUFFISANCE CEREALIERE.

    Les enclosures en Angleterre se caractérisent par le passage d’une simple agriculture de subsistance à base céréalière à un type d’économie associant élevage et cultures fourragères. L’enclosure consiste à mettre fin au système de l’open field en clôturant les parcelles, en procédant à des remembrements et en partageant les commons. Affranchis des contraintes de l’exploitation communautaire traditionnelle, les enclosures permettaient de disposer de surfaces individualisées favorables aux nouvelles techniques et aux nouveaux assolements en visant le profit maximal. Le mouvement d’enclosure a commencé à la fin du Moyen Âge. Il touche le quart des terres au XVIIe siècle. Entre 1727 et 1815, le Parlement vote plus de 5 000 lois (acts) qui autorisent les enclosures (Les Enclosure Acts portent sur 20 p. 100 des terres). Les parcelles sont encloses soit par accord amiable entre les parties concernées, soit par une loi d’intérêt privé. Les enclosures permettent une augmentation des rendements de 10 à 15 p. 100. Dans les Midlands, le cheptel double. Mais l’effet ne doit pas être surestimé. Au XVIIIe siècle, le rythme annuel de la production agricole augmente de 0,4 p. 100 en Angleterre, à peine plus que celui de la France. Le coût social des enclosures fait l’objet d’un débat. On les rend responsables d’une prolétarisation du paysan anglais, contraint de quitter sa terre. En fait, les enclosures ont souvent mobilisé de la main-d’œuvre. Mais elles favorisèrent les gros farmers au détriment des cottagers qui perdirent des droits d’usage.

    — Francis DEMIER

    Tous ces millions de km de valam- parihy occupent des milliers de km carré de surface cultivable. A l’instar de L’ENCLOSURE MOVEMENT en Angleterre, pourquoi pas raser tous le VALAM-PARIHY ?

    • 5 décembre 2020 à 18:26 | nez_gros (#10715) répond à Besorongola

      @besorongola, encore un aliéné mental diplômé de l’ecole de Jules Ferry, Je n’en peux plus..
      gros je vais t’expliquer les delires , t’as capté ou pas ?

      - L’Angleterre est un pays du nord, peu de cultures puissent y être cultuvés... t’as capté le delire ou quoi ?
      - Madagascar du nord au sud , tu peux tout cultuver, le riz Par exemple :
      - De Sambirano, en passant par Marovoay, ambatondrazaka, betsimitatatra, sahambavy, bezaha, etc... on peut cultuver le riz ... pour 25 millions de Madagascar... sans vouloir raser quoi que ce soit...

      Les Tsako, les Balahazo, les Bageda, les Ovy , pareil gros... t’as capté ou pas, les surfaces existantes suffisent...

      Les Malgaches respectent la nature... on ne rase rien... ameliorons nos terres agricoles existantes...
      t’as capté gros ou pas ? ...
      et surtout ne sois pas aliéné diplômé de l’ecole de Jules ferry...

    • 5 décembre 2020 à 20:30 | Shalom (#2831) répond à Besorongola

      @ Besorongola : efa nieritreritra ny fanesorana ny valamparihy tokoa ny fokonolona sasany. Mahagaga fa misy foana ny voavidy tia kely ka tsy manaiky ny lanin’ny dinam-pokonolona.
      Toe-javatra nisy teny Ambohimanarina, Ambohidrapeto sy Ambohitrimajaka izany taona maro lasa izay io fikasana hanambatra ny tanimbary io.
      Ny fianakavian’itompokolahy Ramanamahefa sy Radôma tetsy Ambohimanarina no nanao io soso-kevitra io saingy ny mpomba ny fitondrana tamin’izany no tsy nanaiky satria tsy tafiditra tao anatin’ny volavola fitondrana ilay tambatra izy ireo.

  • 5 décembre 2020 à 18:44 | Besorongola (#10635)

    Nez-gros !

    L’Angleterre pays du Nord, peu de culture....
    Objection, les pays du Nord bien arrosés sont propices aux cultures de céréales. Allez faire un tour entre l’ Allemagne et la France et tu verras que des champs à perte de vue produisent du maïs, du blé et des vignobles...
    J’ai hérité de 3 rizières de mes parents et en étant en France les récoltes me rapportent entre 20 et 25€ /an... Alors que si les paysans de ma région s’ entendent pour mettre ensemble leurs terres, on pourra utiliser des tracteurs, et des charrues lava lela pour améliorer la rentabilité et en finir avec les outils rudimentaires comme les ANGADY !

    • 5 décembre 2020 à 19:19 | betoko (#413) répond à Besorongola

      Je suis né paysan , mes arrières grands parents et mes grands parents étaient paysans .Avec des petites rizières, il est impossible de labourer les rizières avec des tracteurs , nous avions essayé et en manœuvrant avec des angady, à deux ou à quatre, les bottes de terre sont plus grosses qu’avec un tracteur ou une charrue et le rendement est plus intéressant
      Là où nous avons besoin d’un tracteur c’est pour les rizières qui se trouvent sur la route qui mène à Ivato par exemple car c’est facile d’accès et les superficies â cultiver sont très grandes contrairement aux petites rizieres
      Lé kope
      Ne comparer pas incomparable , l’époque que vous venez de citer Madagascar n’était pas aussi peuplés comme aujourd’hui et là vie était plus facile et il n’y avait pas encore la mondialisation et surtout qui avait financé tout cela et il n’y avait pas autant de corruption et nos exportations étaient bien surveillées
      C’était aussi l’application de plan Marshall , nous aurions pu nous en sortir , hélas le régime socialiste avait tout détruit

  • 5 décembre 2020 à 19:16 | Besorongola (#10635)

    Les Malgaches respectent la nature... on ne rase rien... ameliorons nos terres agricoles existantes...dixit nez gros. Mais comment ?
    On ne touche à rien, on ne rase rien mais on a envie de progresser... La vraie RÉVOLUTION qui marche ne porte pas de couleur mais c’est celle qui améliore réellement le niveau de vie des ruraux. La révolution orange de Rajoelina a juste servi de déloger Ravalo mais pas plus. C’était une révolution de salon où les puchistes livrent à une guerre d’intérêt personnel que populaire
    Osons faire un grand pas en avant disait Ravalo et je suis OK avec lui. Il a ouvert des routes à Tana en rasant des milliers de TRANO GASY et ça a bien marché. Alors c’est une question de volonté politique mais nous savons tous que Rajoelina est un homme de spectacle mais n’a aucune envergure d’un homme d’Etat.
    Je croyais le Nez gros de service était progressiste mais non, pour Nez gros, c’est comme ça, on ne touche à rien. On conserve en l’état la pauvreté

  • 5 décembre 2020 à 19:34 | Besorongola (#10635)

    Betoko
    La Révolution signifie transformer en profondeur ce qui est en place et mettre une autre manière. Les psy savent comment reconnaître un fou eh bein C’EST CELUI QUI PERDISTE À GARDER UNE MÉTHODE QUI NE MARCHE PAS...
    Quand je propose le remembrement des terres agricoles c’est dans LE BUT D’AVOIR PLUS DE SURFACE pour pouvoir mecaniser la culture.. Ainsi les lopins de terres actuels ne devraient plus exister.. ’un seul tracteur avec charrue lava lela ne nécessite pas 40 personnes et autant d’angady pour labourer 10 ares de rizières comme maintenant.

    • 5 décembre 2020 à 21:03 | vatomena (#8391) répond à Besorongola

      Pour faire hurler tous les Isandra de la grande ile ,je dirai :La colonisation aura été une révolution ,un changement total dans la profondeur du pays.L’Indépendance tombée entre les mains de saltimbanques aura été une régression fatale.Comment sortir du piège de la régression ...

    • 5 décembre 2020 à 21:13 | vatomena (#8391) répond à Besorongola

      Pour faire hurler tous les Isandra de la grande ile ,je dirai :La colonisation aura été une révolution ,un changement total dans la profondeur du pays.L’Indépendance tombée entre les mains de saltimbanques aura été une régression fatale.Comment sortir du piège de la régression ...

  • 5 décembre 2020 à 20:14 | Shalom (#2831)

    Raha nihaino sy nijery ny fahita-lavitra MBS ny tena tamin’ny alarobia 2 décembre, ilay fandaharana "Resaho aloha" dia tolagaga mandre ny voalaza tao.

    Tsaingoka vitsivitsy :
    - Viva dia orin’asa tsy ara-dalàna

    - i DJ kilasy T9 dia tsy nanaiky raha tsy azy ny praiminisitra sy ny ati-tany raha noraisin-dRivo Rakotovao ny fitantanana. Nanaiky tsy fidiny ny iraisam-pirenena satria natahotra ireto nantsoina hoe "fitaovam-piadiana mahery vaika" nampidirin’i DJ kilasy T9 an-tsokosoko teto an-tanindrazana

    - Ny fitokanana ny sekoly manara-penitra ny 1 novambra, dia niteny ilay minisitra nikabary hoe : misy sivana atao ho an’ny mpianatra miditra amin’ny sekoly manara-penitra.
    O ! ry malagasy, fa sendra izay mpitondra mpamosavy toa izao ve ianao ? Dia ahoana ny zanaky ny Ambanilanitra ?

    - lasa faha 3 amin’ny faran’ny tany mahantra i Gasikara raha faha dimy teo aloha (f’iza no mitondra ?)

    Ny tena nanitikitika ny saiko dia ny filazan’izy mirahalahy hoe : izay rehetra resahina momba an’i Madagasikara amin’izao fotoana, na inona na inona DIA OLANA AVOKOA.
    Indrisy fa tena marina tokoa izany.

    Very hasina ve ny tany ? Voaozona ve ny tanin’ny Razana ? Sa sendra ny fitondrana tsy nahazo tso-drano isika ? Samy izy daholo hoy aho. Ambava homana am-po ...

  • 5 décembre 2020 à 20:28 | betoko (#413)

    Besorongola
    Andry Rajoelina était élu président de la republique démocratiquement et c’est votre droit de ne pas être d’accord Vous avez comme Donal Trump
    Quelle route Ra8 avait ouvert à Tana, ? Ce dont je me rappelle il avait démoli des maisons du côté de l’alliance française car la route était trop petite et déjà les habitants qui habitaient dans ce quartier savaient qu’un jour ou l’autre leurs maisons seront démolis, idem pas loin de la clinique adventistes ont toutes les maisons ont été rasées de temps de Hery Rajaonarimampianina
    Et combien d’entreprises Ra8 avait détruites car il déteste que quel qu’un osé le concurrencer , est ce que Andry Rajoelina avait détruit une seule entreprise car celle ci aller le concurrencer ?NON

    • 5 décembre 2020 à 20:40 | Shalom (#2831) répond à betoko

      Pourquoi DJ kilasy T9 a-t-il autorisé que les Magro actuels soient démantelés ?
      Pourquoi des sociétés privées voulant exploiter l’artemisia n’arrivent pas à avoir d’autorisation ?
      Pourquoi les demandes de fabrication et d’exploitation de l’éthanol n’ont jamais reçu de réponse depuis bientôt 2 ans ?

  • 5 décembre 2020 à 21:19 | Besorongola (#10635)

    Betoko.
    Quand je roule sur une nouvelle route à Tana que je n’avais pas vue quand j’habitais la bas je demande toujours quel régime a ouvert cette route et 2 axes principals m’ont frappés, celui d’Ankorondrano vers Ankazomanga jusqu’à Bekiraro par Ravalo et celui qui part d’Ankorodrano vers Ivato par Rajao (Andranobevava izy izay ratsy diso aho). Je n’ai pas entendu une seule route ouverte pendant la Transition... Mais par contre l’hôtel de ville, le kianja Maki et l’hôpital à Andohotapenaka parail t il est de Rajoelina. Des travaux dans by pass était en travaux et c’est de Rajao.

    • 5 décembre 2020 à 21:22 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      Lisez plutôt... Des travaux dans by pass était en cours en janvier 2019 et c’est de Rajao.

    • 5 décembre 2020 à 23:23 | Turping (#1235) répond à Besorongola

      Besorongola ,
      Un axe : au masculin ,donc 2 axes principaux (on dit ). C’est juste une petite remarque sans vous vexer .
      - .En constatant les travaux faits concernant les constructions de routes ,les travaux effectués notamment depuis l’indépendance ,il n’y a pas eu d’avancement réel en la matière .
      - Un pays qui avance ,doit construire au moins 1000km de route par /an .Même si la route ne se mange pas ,l’acheminement des productivités agricoles a besoin des constructions de routes .

    • 5 décembre 2020 à 23:46 | Turping (#1235) répond à Besorongola

      Le syllogisme ...

  • 5 décembre 2020 à 22:10 | arsonist (#10169)

    # Dadabe

    Ce samedi j’ai écouté n fois chacune des deux interprétations du morceau de musique sur le thème du film "Liste de Schindler" dont vous avez donné ci-dessus les liens pour les écouter.

    (i) J’ai beaucoup apprécié l’intreprétation de Monsieur Renaud Capuçon.
    Les émotions que le film essaie avec succès de montrer me sont perçues à nouveau grâce au son obtenu par le talent et la la virtuosité de Monsieur Renaud Capuçon avec son bel instrument.
    Un 14 juillet sous la Tour Eiffel, en plus.
    Il y a de quoi émouvoir un amoureux de Paris.

    (ii) L’interprétation de Monsieur Itzahk Perlman avec son Stradivarius 1714 est tout simplement sublime.
    L’émouvante histoire personnelle de l’artiste, l’intrigue [peut-être le mot "sujet" est plus approprié] du film "Liste de Schindler" , le Stradivarius : l’accumulation de tout cela ... vous vous rendez compte !

    (iii) Mais ce samedi, après écoute et ré-écoutes des deux interprétations, j’ai décidé de ... ne pas choisir. J’aime les deux.
    Bof ! J’avoue : j’ai tendance à perdre sans faire exprès mon objectivité scientifique quand il s’agit d’arts et de sentiments humains.
    Ben ! Que voulez-vous, chacun a ses défauts personnels.

    Conclusion sans appel :
    Merci à Dadabe de me faire, sans le faire exprès je présume, constater à nouveau en moi ce défaut de d’objectivité que je traîne depuis toujours peut-être [je ne sais même plus !] .

    • 5 décembre 2020 à 22:56 | Shalom (#2831) répond à arsonist

      arsonist, raha ny fijeriko azy dia nandalo tao amin’ny "Rue de Madrid" ianao.
      Lilly Laskine na i Pierre Jamet ve mbola tao tamin’ny andronareo ?

    • 6 décembre 2020 à 10:03 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Ce n’est pas moi qui suis musicien.
      Je n’ai été que membre actif de l’association des parents d’élèves du conservatoire que mes enfants avaient fréquenté chacun 11ans de suite.
      Au-delà de la formation qu’ils ont déjà reçue ils auraient dû passer professionnels.
      Par choix ils sont restés amateurs.
      Ils ont choisi chacun une profession selon leurs goûts perso, mais hors musique.

  • 5 décembre 2020 à 22:46 | Shalom (#2831)

    5 décembre à 14:45 | Isandra (#7070) répond à Shalom ^
    "...
    Ny resaka ampamoaka hoa vy rehefa hoavy.
    Tahakan’ny hoe efa tamin’ny taona firy ianao no niala teto, kanefa firy taona aty aoriana vao tsy mpiasam-panjakana intsony sns"


    O ! Re olona e ! Inona no lazaina hoe ampamoaka amin’ny soratr’ity sary olona ity ?

  • 6 décembre 2020 à 00:35 | Turping (#1235)

    Pour stopper ce fléau dû à la hausse des prix ,il ne faut pas chercher loin sans étudier forcément la théorie keynésienne . L’inflation galopante ne fait qu’empirer la situation ,alors que le "salaire " stagne . La base alimentaire des malagasy c’est le riz alors que la consommation du riz devient inaccessible aux ménages les plus modestes et faibles ,c’est scandaleux .
    - Ce sujet se réitère fréquemment sans que les gouvernants donnent réellement de solution efficace pour relever le défi .
    - Déjà ,si Madagascar importe 40 à 50% de ses besoins ,ce qui est le cas, l’auto-suffisance est loin d’être atteinte pour nourrir sa population .Et encore quelle qualité de riz importe t’on ? des brisures de riz destinées aux cochons ! ?Non ,les malagasy ne sont pas des cochons .
    - Donc ,pour pallier à ce problème lié à une hausse de prix exponentiel ,il faudrait adopter une politique "agricole " visant à augmenter la productivité .Or, cette politique n’existe pas à part les rafistolage et constriction des stades "manarapenitra" alors que la population du sud souffre du kere (la famine ).
    - En moyenne l’Afrique produit 2,2 tonnes à l’hectare contre 4,5 en Asie ,quasiment le double .
    Le Japon ,un partenaire de longue date des pays africains en matière riziculture ,souhaite aider l’Afrique à produire 50 millions de tonnes de riz d’ici 2030 et cherche à rivaliser avec la Chine en Afrique .C’est intéressant si Radomelina et sa clique recherche au moins à trouver une solution ... Logiquement ,l’émergence mais non pas l’immergence avec les propos masturbatoires devrait passer par adopter les actes basiques (faire nourrir sa population ).
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20190829-japon-doubler-production-riz-afrique-11-ans-ticad

    • 6 décembre 2020 à 00:37 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire : construction....mais non constriction .

    • 6 décembre 2020 à 11:19 | ANTICASTE (#10704) répond à Turping

      Turping,
      Toujours tes pratiques masturbatoires comme un nombre certains de tes amis ,ah l’orthographe et la syntaxe !
      Pour le fond c’est toujours et souvent la défonce des portes ouvertes ,les gens crèvent de faim et on s’étonne qu’il n’y a pas de politique agricole en ce pays et qu’il faut attendre l’aide des japs !
      Consternant mais bon tu t’améliores un peu ,faut seulement que tu t’insurges !
      Insurgez vous ,insurgez vous ,cela fait des années que le père pedro martèle ce mot d’ordre ,vous (collectivement) n’avez pas encore compris !
      Faut dire c’est un vazaha et on ne l’écoute pas ,même s’il a raison et c’est bien cela le drame !
      Il vaux mieux écouter Ratsiraka ou Rajoel, eux sont Malagasy !
      Ils vous conduisent dans le mur avec des politiques irraisonnées et ubuesques mais ils sont gasy ! La connerie a l’état pure ,les cons restent des cons !

    • 6 décembre 2020 à 22:23 | Turping (#1235) répond à Turping

      Le castré ,
      Justement il se sentait visé par ces propos masturbatoires qui le concernent ,pffff.
      Inintéressant ,sa façon d’abord les choses .Pov Nok comme disait le feu Basile .

    • 6 décembre 2020 à 22:25 | Turping (#1235) répond à Turping

      D’aborder les choses ...

    • 6 décembre 2020 à 23:03 | Turping (#1235) répond à Turping

      Le castré comme d’habitude et ses semblables sont forts pour les critiques mais n’ont pas de solutions à apporter.
      - On parle de kere (la famine )ici .Me semble t-il ,il y a une solution proposée pour améliorer la productivité en suivant la méthode asiatique car les asiatiques sont aussi des consommateurs de riz .
      - Il y a eu un débat allant dans ce sens dans la rubrique de l’éditorial concernant le kere et la famine .Je parlais de l’insuffisance en eau potable sur le continent africain et la solution que les gouvernants devraient apporter( ....) .Le castré comme d’habitude se fâchait .
      - Le comportement de ce vil colon attardé ,derrière cette façade se cache la haine contre le merina . Ces propos ,en dénonçant le pouvoir en place ,n’admet pas non plus que des solutions soient données et apportées par les malagasy même .Pauvre castré et Taré ,je pèse bien mes mots !
      - Le C.ouillon n’est pas obligé non plus à répondre à mes posts .....il ne l’a jamais compris !

  • 6 décembre 2020 à 07:11 | diego (#531)

    Bonjour,

    Il serait irresponsable de la part du gouvernement de laisser les secteurs privés de contrôler le prix du riz.

    Le riz est une denrée qui doit être considérée comme un des plus importants des intérêts nationaux.

    Par conséquent, c’est une denrée qui doit être impérativement contrôlée par l’Etat, point !

    La problème ici n’est donc pas l’intervention du gouvernement, mais ce serait son non intervention.

    L’erreur que le gouvernement et les responsables politiques malgaches pourraient commettre serait de croire que l’économie du pays serait assez solide, et d’espérer l’arrivée d’une correction.

    Le gouvernement ne peut pas compter sur la loi de la demande et la loi de l’offre pour espérer une telle correction.

    Et on n’est pas sur un terrain idéologique, encore moins sur un choix de modèle économique, interventionniste, libéral. Le pays peut avoir ce débat dans une campagne électorale.

    Aujourd’hui, le pays fait face à une crise économique et qui va continuer à s’aggraver, le gouvernement doit donc intervenir.

    En plus d’une pauvreté structurelle, le plus grand défi pour le pays est une certaine difficulté à évaluer les priorités au plus haut sommet de l’Etat et chez les élus.

    Mal évalués, même les petits problèmes deviennent très vite des obstacles insurmontables. Et tous les problèmes ont des caractères d’urgences.

    Cela signifie exactement que l’Etat, les Institutions et les élus ne fonctionnent pas bien, en tout cas moins performants.

    Rajoelina et son gouvernement sont donc condamnés à réagir vite et plus important encore, doivent trouver les moyens financiers pour venir en aide d’une population dont la majorité est visiblement en détresse depuis des années.

    Personne ne s’habitue à la pauvreté !

    Rajoelina et le gouvernement semblent ne pas très bien comprendre en fait comment lutter contre la pauvreté, et ils sont toujours en retard....

    • 6 décembre 2020 à 10:39 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Diégo,

      Ce que vous venez de décrire et défendre est la pratique du régime Arema de Ratsiraka qui avait abouti à la désorganisation des circuits de production et la perte de la productivité dans les activités rizicoles (de la production à la commercialisation)…

      C’est le marché qui devra déterminer les structures de prix en fonction de la chaîne de création de valeur de la spéculation, et ce sont les acteurs au sein de la filière qui devront assurer la fonctionnement normal du mécanisme du marché.

      L’Etat intervient uniquement en mettant en place les régulations qui lui permettront d’assurer la fluidité du marché d’une part, et d’autre part, de collecter les ressources attribuées à son niveau et autorisées par les dispositions du Code Général des Impôts et définies dans les lois des finances…

      Chacun des maillons de la chaîne de la filière devra être libre de défendre ses intérêts et qui puisse lui permettre de rentabiliser et ses activités et sécuriser économiquement la reproduction de ses modèles et normes d’activités.

      D’autres structures peuvent aussi apporter les éclairages et compétences dans ce sens selon les regroupements des intervenants dans la filière, notamment la Chambre d’Agriculture pour les paysans, et la Chambre de Commerce pour les intermédiaires commerciaux…

      Du temps du régime Arema, c’est l’Etat qui intervenait tout le long de la chaîne, en spoliant les producteur par le biais de l’imposition des prix, démotivant ainsi les producteurs à produire plus qu’ils n’en consomment…et obligeant ces dernier à céder la production auprès des sociétés d’Etat telles Somacodis, Roso, avec des prix presque bradés selon les démagogies politiques du régime socialiste…et favorisant aussi la production rizicole par le biais de la coopérative familiale Procoops de l’Amiral qui avait accaparé des terrains partout, et en utilisant les ressources étatiques pour des intérêts privés (tracteurs de la société d’Etat AAA, financement par les banques d’Etat, réalisation des activités par des fonctionnaires de l’Eta…), et en vendant après la production auprès des sociétés d’Etat sans qu’il y ait de calcul économique permettant de rentabiliser la production car c’est l’Etat qui intervient à la fois dans le système…dans la production, en passant par la collecte, et pour créer un monopole d’Etat dans la commercialisation…en laissant et abandonnant les paysans qui étaient considérés uniquement comme des ouvriers travaillant au service des intérêts de la révolution rouge et des révolutionnaires kléptocrates…

      Dès lors, le riz est devenu depuis un produit stratégique, une arme politique au mains des dirigeants, une denrée permettant de manipuler les élections, de soutirer des ressources de l’Etat, d’accaparer les moyens de l’Etat, de créer des notables politiques aptes à manipuler le paysannat, de créer des paysans prolétaires au service des causes révolutionnaires…

      Quelles étaient à l’époque les conséquences immédiates de cette pratique des crapules de la République des années révolutionnaires de l’Amiral ?

      Un exode rural massif…et l’abandon des rizières qui ne permettaient plus de nourrir même les paysans…et la pénurie et la queue dans les Fokontany dès quatre heures du matin...

      Il n’est pas étonnant si vous, Diégo, qui défend mordicus les interventions étatiques dans la filière…car c’était la pratique de l’Arema…c’était l’époque dorée de la confusion néfaste entre Etat et régime, entre la fonction publique et les intérêts privés, entre la volonté d’un roi socialiste-marxiste des tropiques et ses sujets soumis à ses caprices et volontés…

      A l’époque, il avait eu aux charges du ministère de l’agriculture des grands barons de l’Arema, tels Simon Pierre, Ramelison Yves (frère de Ngovitra), Andrimanohisoa Nelson (cousin de Androanoelisoa Théophile), et Andrianoelison José…

      Chassez le naturel, il revient au galop…

    • 6 décembre 2020 à 11:45 | ANTICASTE (#10704) répond à diego

      Vohitra,
      Cela ne fait pourtant pas longtemps(40ans) qu’une crise du même type s’est abattue sur ce pays !
      Ils ont déjà (ceux qu’ils l’ont vécus) tout oubliés, c’est consternant de connerie !
      Ces politiques erratiques depuis 40 ans ,seulement motivées par l’enrichissement personnel des décideurs sont la cause première de cette crise !
      Les entendez vous ce matin gloussez sur le yaka faut qu’on ! C’est sur que ce pays avec de tels comportements n’a pas le cul sortis des ronces !

  • 6 décembre 2020 à 09:29 | Shalom (#2831)

    Fampitahana fomba fiasa momba ny valan’aretina civid-19 :

    - covid-organics : fitondrana malagasy, tamin’ny voalohany mody nozaraina avy teo dia tsy maintsy vidina raha te ahazo

    - vaccins any Lafrantsa : maimaim-poana, ny fanjakana no miantok’azy


    Rehefa hanao fampitahana na fakan-tahaka ihany, maninona no tsy ny tahak’itony no tahafina ?

  • 6 décembre 2020 à 12:04 | Rainingory (#11012)

    Hors-sujet, le Koba Gasy.

    Si vous avez une petite demi-heure pour savoir ou pour se rappeler la fabrication du fameux Koba Gasy de Talata-Volonondry (je m’en délecte toujours mais cette fois-ci j’étais curieux de voir comment c’est fait), voici l’explication issue de l’émission GASY FOMBA (ça date un peu mais c’est pas grave) de EDENA Elia.
    Gavez-vous-en, c’est succulent 🥧🍰🥮

    Au-delà du culinaire, pour ceux qui s’intéressent au Teny Malagasy, vous apprécierez aussi certainement le parler de la présentatrice, elle fait ça façon Kabary. C’est un art que j’adore et que je suis à travers l’écoute de sachants comme Ankoay Mikolohasina Andrianarisoa de l’émission (toujours en cours) HAsina.VOhitra.TAntara.FOmba.
    Vous devriez vous y mettre 😉

    Bon dimanche à tous.

    • 6 décembre 2020 à 12:17 | ANTICASTE (#10704) répond à Rainingory

      A chacun ses préoccupations !
      Certains crèvent de faim avec des prix du riz trop cher pour beaucoup et d’autres cherchent des recettes pour se gaver !
      Déjà qu’ Isandra passent ces journées a nous abreuver de bêtises et d’inepties monumentales !
      La cour est pleine ,n’en jetez plus ,merci !

    • 6 décembre 2020 à 12:45 | Rainingory (#11012) répond à Rainingory

      ANTICASTE,
      1) si vous aimez pas, la ferme, chacun dit ce qu’il veut ici, point barre !
      2) je n’ai jamais critiqué vos élucubrations de je-vous-regarde-de-loin-restez-dans-votre-merde-de-malgache-à-madagascar, genre suis bien à l’étranger et démerdez vous.

    • 6 décembre 2020 à 12:51 | Rainingory (#11012) répond à Rainingory

      Faudrait que le frustré des castes vienne ici visiter un peu le sujet de ce forum qu’est Madagascar et qu’il goûte aux sosisy gasy d’Itaosy, ça lui adoucira et le palais et la verve

  • 6 décembre 2020 à 15:13 | arsonist (#10169)

    L’Imerina et le fihavanana.

    (i) Lors des jours et des mois qui ont juste suivi le coup d’état de 2009, des Africains continentaux, sûrs leurs paroles, avaient déclaré sans ambages qu’ils allaient réconcilier les Gasy entre eux au "nom du "fihavanana" [ils l’avaient dit textuellement].
    Je n’en croyais pas mes oreilles.
    Comment ces gens-là pouvaient-ils connaître le "fihavanana" sans avoir jamais vécu dans une société qui l’applique comme règles de vie individuelle et sociale ?
    Et d’abord le "fihavanana" ne se vit pas sans le "fokonolona" [je n’ai pas dit "fokontany"], comme le poisson ne vit pas sans eau.
    Alors comment peut-on connaître le fihavanana sans vivre avec le fokonolona ?

    (ii) Inutile de tourner autour du pot : le fihavanana et le fokonolona sont partie intégrante de la culture et des us et coutumes merina [j’ai bien écrit "merina", et pas autre chose].
    Et les Bibi Fricotin qui fricottent toute leur vie avec les vils colonialistes attardés des "y a bon banania" , quand ils se moquent du fihavanana, je les rapproche de ceux qui criaient "Sieg Heil !", avant de finir honteusement écrasés par ceux-mêmes à qui ils avaient cherché querelle.

    (iii) Le concept fihavanana a été un sujet de nombreuses conférences données par des "grands noms" de la culture merina.
    Mais plus il y eut des conférences données sur ce sujet, plus le brouillard s’épaissit autour.
    Pas étonnant ! C’est toujours le cas lorsque les sujets sont complexes.
    Un professeur titulaire au Collège de France, rue des écoles Paris 5e, avait conseillé à son auditoire du jour de revenir à l’état originel de base du problème, lorsque ce dernier atteint un degré difficile ou complexe.
    Et il a ajouté : la plupart du temps cela fonctionne.
    Comme ce professeur était un chercheur [qui avait déjà trouvé des choses très intéressantes, lui, et avait été plusieurs fois officiellement récompensé pour], je vous donne la référence suivante pour aller à la "source" du concept fihavanana.

    (iv) Vous trouvez à la page 437 du "Takelaka notsongaina", tome II, Siméon Rajoana, le kabary [discours] par lequel un des grands souverains de l’Imerina avait exposé à ses sujets les règles de fonctionnement de ce qu’il avait appelé "fihavanana" ; ainsi que le "firaisan-kina" [solidarité], l’idée qui va avec.
    Le mot "fokonolona" revient souvent dans le texte de ce kabary : ce qui est normal puisque le fokonolona est le vivier du fihavanana.
    L’orateur avait dit ce jour-là : "Aleo halan’Andriana toy izay halam-bahoaka : fa ny halan’Andriana indraindray no hita, fa ny halam-bahoaka miara-monina !"
    [Traduction libre : "Un motif de grief du roi contre vous est moins grave qu’un motif de grief du vahoaka contre vous : car vous ne voyez le roi que quelquefois, par contre vous vivez tous les jours au sein du vahoaka"]

    P.S. : Dans le kabary juste à côté de la page que vous consultez selon la référence ci-dessus, vous lisez cette belle citation du même orateur aussi :
    "Tsy mba olombelona no fahavaloko ! Fa ny mosary no fahavaloko !"
    ["Mon ennemi n’est un humain ! Mais mon ennmi est la famine !"]

    • 6 décembre 2020 à 17:37 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      "Mon ennemi n’est PAS un humain !"

  • 6 décembre 2020 à 18:46 | diego (#531)

    Bonjour,

    Les deux grandes questions de l’économique reste et ne change pas et ces questions ne changeront pas d’une idéologie à une autre, d’un pays à un autre, aux changements de gouvernement et même du régime politique :

    - comment les choix des agents économiques déterminent-ils ce qui est produit, comment et pour qui ?

    - quand la poursuite de l’intérêt individuel sert-elle l’intérêt social ?

    Quels bien et services produit-on, comment et pour qui ? Et comment produit-on ?

    En Europe, en Amérique, au Japon, en Chine, en Russie....dans les pays riches, sous-développés, les dirigeants doivent répondre a ces deux questions.

    Maintenant Comment produit-on ?

    Les dirigeants et les responsables politiques savent, en tout cas, j’aimerais croire, que les ressources productives qui servent à produire les biens et les services s’appellent les facteurs de production. On peut facilement les distinguer :

    - la terre, le travail, le capital et l’entrepreneuriat.

    Plus précisément, tsy hisavoandanitra ny resaka, pour qui produit-on ? Les gens, l’Etat, les entreprises vendent les services des facteurs de productions qu’ils possèdent :

    - la terre, rapporte une rente ;

    - le travail, rapporte salaire ;

    - le capital, rapporte un loyer ;

    - et l’entrepreneuriat rapport un profit.

    Répondons maintenant à la question, qu’est-ce que l’économique ?

    Toutes les questions économiques ont pour origine notre propension à désirer davantage que ce que nous pouvons obtenir.

    Pour sortir rapidement les gens de la pauvreté, il faut que le gouvernement met en place une politique agressive de création d’emploi. En sachant bien que l’emploi n’est pas une chose qu’on traite en soi, beaucoup des politiciens ont tendance à le faire.

    L’emploi est le résultat d’une situation économique. Pour l’améliorer, il faut que la conjoncture appelle les dirigeants des entreprises à augmenter leurs effectifs. C’est donc un problème d’économie d’entreprise, d’investissements, et de recherche.

    Question terre à terre pour des familles Malgaches, est -ce que leur niveau de vie leur permettre d’acheter 500a ny kapoaka, souvent une famille avec trois ou quatre enfants, voir plus ?

    Évidemment, la réponse est non !

    Comment améliorer le niveau de vie des Malgaches. En améliorant le PIB du pays. C’est à dire, en améliorant, à travers des investissements, la valeur marchande de la totalité des biens et services finals produits au cours d’une période donnée :

    - que produit-on à Madagascar ?

    Madagascar est un pays rural, la tradition y occupe une grande place, à mutation lent donc, mais le gouvernement sait parfaitement bien que c’est un pays à vocation agricole.

    Il faut donc, à mon sens, mettre en place une politique agressive d’investissements pour l’agriculture, sortir de l’agriculture de survie, qui cible en premier lieu le marché local....l’augmentation de production ferait mécaniquement baisser les prix....sortir de la pauvreté passe forcément par un ventre plein !!!...notamment pour les enfants.....ny voky no maharaka ny namany. Tout cela n’est pas dogmatique....il ne faut surtout pas.

    Maintenant, on ne peut pas parler sérieusement de l’économie en passant au dessus, ou ignorant l’état dans lequel se trouve l’Etat et les Institutions du pays et aussi la Société Civile, les fonctionnaires, les syndicats, et les six Provinces et leurs élus respectifs.

    Beaucoup des politiciens, élus et des citoyens malgaches croient et raisonnent comme si l’économie malgache est aussi ordonnée, performante et que l’économie des pays occidentaux. L’économie parallèle occupe une grande place dans les pays sous-développés, cela n’aide pas au développement et à solidifier l’Etat en fait.

  • 6 décembre 2020 à 18:56 | diego (#531)

    Bonjour Vohitra,

    Je vous ai lu.....

    Un, si vous vouliez critiquer la politique économique de Ratsiraka, il faudrait à mon sens avoir la décence de s’adresser à lui.

    Deux, je n’ai rien compris de ce que vous essayez de me faire comprendre, économiquement.

    C’est quoi ?

    J’ai dit, à mon sens le riz est une denrée qui doit être considérée comme des intérêts nationaux.

    Vous en êtes d’accord ou pas, cela ne me regarde pas.

    Je sais des familles Malgaches ne mangent pas à leurs faim et vivent dans la pauvreté.....

    Les discussions se situent à ce niveau me semble-t-il.....

    • 6 décembre 2020 à 19:35 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Diégo, bonsoir

      Ce n’est pas dans mes habitudes de tourner autour du pot, encore moins de se lancer dans des manœuvres dilatoires…

      Mon post supra se résume tout simplement à préciser que :

      1. L’intervention de l’Etat par la fixation du prix à l’étal n’est pas du tout bénéfique à la filière rizicole, à tous les maillons de la chaîne de valeur

      2. Que l’Etat devra limiter les rôles qui lui soient dévolu dans la régulation pour la fluidité du marché (système de transport et formalisation des activités des acteurs) ainsi qu’à la mise en place de procédures et pratiques, transparentes et légales, permettant la collecte des impôts et ristournes, et enfin, la gestion et valorisation des patrimoines et des ressources du bien commun (foncier, ressources en eau)

      3. La facilitation des transferts de connaissances et l’adoption de nouvelles technologies incombe aussi à l’Etat étant donné qu’un grande majorité de la population intervienne dans ce secteur

      En somme, laisser les acteurs de la filière riz gérer leurs activités en toute liberté dans le cadre d’une économie favorisant la promotion du secteur privé compétitif et respectueux du cadre légal de l’exercice de leurs activités…et en cas de déséquilibre de la situation de l’offre sur le marché, une collaboration franche et transparente avec les acteurs dans la filière est l’approche la plus appropriée…

      Et surtout…de ne plus politiser le riz en tant que denrées stratégiques permettant de renforcer l’exercice de la puissance publique et la domination politique…comme du temps de la révolution socialiste dirigé par l’Amiral…

    • 7 décembre 2020 à 19:20 | Lefona Again (#10319) répond à diego

      @vohitra
      Tout reprocher à l’Etat est synonyme de populisme. D’où tenez-vous cette manie de résumer les problèmes qui paralysent ce/un pays entre le/un pouvoir et le/un peuple ?
      Oubliez-vous les intermédiaires ? Oui, ceux qui au final, peuvent ralentir, neutraliser voire anéantir toute initiative d’un gouvernement !
      Bizarrement ces derniers ( intermédiaires ), vous les mettez dare-dare dans le même panier que le GVT, pour prétendre parler au nom du peuple, et dans cas, vous faites un déni sur la puissance du lobbying, et pire encore vous renforcez la force de frappe du "bizna" !
      C’est bizarre de parler à quelqu’un qui ne connait pas son vrai ennemi !

    • 7 décembre 2020 à 20:46 | Vohitra (#7654) répond à diego

      @ si pire encore...

      Quand on ne sait pas le fonctionnement d une chaine de valeur agricole, il est preferable de rester a l ecart...

      Ici, l evidence s impose encore comme je vous l avais deja dit la derniere fois...

      L Etat n est pas destine a gerer une filiere agricole...a moins que le porteur de javelot vit a Bielorussie ou en Coree du Nord...ou dans le cadre d un programme de Fonja mamokatra chez les matons...

  • 6 décembre 2020 à 20:27 | arsonist (#10169)

    Question dont la réponse serait intéressante à savoir :
    La production vivrière actuelle de l’Imerina suffirait-elle à assurer l’autosuffisance alimentaire de cette région ?
    [Cette question n’est pas totalement de la politique fiction (à éviter absolument), puisque l’Imerina atteignit déjà son autosuffisance alimentaire dans le premier quart du 19e siècle]

    • 6 décembre 2020 à 23:50 | Turping (#1235) répond à arsonist

      Arsonist ,
      Du 19ème siècle au 21 ,la population de l’Imerina a quintuplé ou sextuplé ....
      - Donc ,le raisonnement par récurrence mais non fictive demande une production vivrière intense qui demande une surproduction répondant à la démographie actuelle .
      Depuis quelle année ,n’êtes-vous retourné à Mscar ? Car beaucoup de rizières ont été remblayées même du côté de by pass etc......La solution à la question posée se repose aussi sur le rendement .
      Un post sur le lien que j’ai posté plus haut ,donne en partie la solution sur le rendement .

    • 7 décembre 2020 à 00:13 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      # Turping
      Les anciennes rizières de Tana ont été remblayées.
      On avait commencé à aménager en rizières les "baiboa" jamais encore exploitées du Moyen-Ouest de l’Imerina à la deuxième moitié du 20e siècle.
      En superficie de rizières l’Imerina avait alors gagné beaucoup plus.
      Le pouvoir PSD avait appelé cela ODEMO [Opération du Développement du Moyen-Ouest]
      Même l’AGRAAR (allemand) et l’IFAGRARIA (italien) y prenaient part activement. En sus de la Coopération de la France, bien sûr.

    • 7 décembre 2020 à 00:36 | Turping (#1235) répond à arsonist

      Arsonist ,
      En plus ,la gouvernance Foza et ses prédécesseurs depuis l’ère Ratsirakiste ne se sont réellement souciés sur la politique "agricole " et les rendements sans pesticides .
      - Malgré cette extension au 20 ème siècle ,il s’est avéré qu’au fil des ans , les karana ,les étrangers s’accaparent des terres arables qui deviennent leurs propriétés privées . Donc beaucoup de malagasy se retrouvent démunis de leur terre après l’expropriation terrienne .Théoriquement , si les asiatiques ont cette opportunité pour exploiter les espaces vitaux ,il y a une surproduction vivrière .
      Le pire dans dans cette histoire ,c’est d’avoir constaté que Madagascar n’appartient plus aux malagasy de souche en général ,.....les terres sont bradées aux plus offrants(la corruption étatique et domaniale ) .

    • 7 décembre 2020 à 00:44 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Ma question était :
      La production vivrière actuelle du territoire merina serait-elle suffisante pour assurer l’autosuffisance alimentaire de l’Imerina ?

    • 7 décembre 2020 à 01:01 | Turping (#1235) répond à arsonist

      Plus précisément ,la production vivrière sur le territoire imerina ne suffit pas à l’autosuffisance de l’Imerina, il y a pénurie . Déjà ,en les productions sont insuffisantes car les producteurs merina essaient de faire un effort pour fournir aussi les autres régions ,....
      - Fait constaté sur cette insuffisance ,les prix s’envolent en constatant l’inflation galopante .
      Remarque : le prix d’un kilo de tomate au marché d’Andravoahangy est deux fois moins cher qu’à Tamatave qui ne produit pas assez ou pas du tout ....J’ai vu sur place cette comparaison .
      A tout cela ,s’ajoute l’inflation ayant la répercussion sur le pouvoir d’achat .
      Pour conclure : sur Tana , on ne peut pas acheter non plus ce qu’on veut comme au temps d’Antan .

    • 7 décembre 2020 à 01:06 | Turping (#1235) répond à arsonist

      Par contre au supermarché ,genre Shopi ,casino ,Cora ,leader price etc......les produits importés destinés aux riches ou ceux qui aiment la vie bling -bling pullulent et remplissent les magasins .

  • 6 décembre 2020 à 23:19 | Rainingory (#11012)

    Brèves du soir,
    6 indo-pakistanais+1 interprète se sont fait gauler à l’aéroport de Nosy Be avec 3,8 kg d’or cachés dans l’espace batterie de leur ordi. C’est un réseau aguerri pour trafiquer vers Dubaï.

    • 7 décembre 2020 à 00:15 | Shalom (#2831) répond à Rainingory

      A Madagasikara, tout est partagé entre les "karana" : le petrole à tel, le riz à tel autre, l’or pour un dont le nom se termine par "y" etc ...
      Et les malagasy, bien que cette dénomination se termine aussi par "y" : délestage, kere, ordures, covid-19 etc ...?
      Et qu’en dit DJ kilasy T9 ?

    • 7 décembre 2020 à 11:09 | ASSISE (#10453) répond à Rainingory

      Nihidy daholo ny varavarana, Ivato sy Toamasina.

      Misaotra an’izay nanokatra an’i Nosy Be, manao vola "BE" ny mpanao volamena dia very lavitra "BE" ny BFM.

      Tratra isan’andro ireo tsy fantatra anarana. Mahagaga mihintsy no tsy hanambarana ny anaran’ireo mpanao ratsy tratra eto amin’ity firenena ity.

  • 6 décembre 2020 à 23:40 | Besorongola (#10635)

    « Madagascar doit commencer à émerger avant le 10 janvier 2021 »
    Deadline posée par le Président de la République aux Ministres du gouvernement.

    « Les projets de l’IEM et les velirano non entamés à cette date ne pourront plus être réalisés sous ce mandat » selon le Président.

    Du coup les Ministres défaillants seront eux aussi remerciés dans la foulée.

    Mais ils sont où les cerveaux ? Bah les vrais cerveaux menent tranquillement leur vie hors de Madagougou, avec un salaire qui leur permet de vivre dignement, et avec de l’eau et de l’électricité 24/7/365. Ils s’occupent tout aussi tranquillement de leur avion de chasse, de leurs finances personnelles et de leurs placements immobiliers.

    Ils sont très bien là où ils sont
    Bref, ils mènent une vie calme, milamina et mirindra, ils sont très bien là où ils sont et n’ont aucune envie de goûter à votre soupe de vieux crabes madagougouesque là… Et ne venez pas leur agiter la fibre patriotique sous leur nez, quand on voit de quelle manière vous avez salo*pé le « patriotisme » ces 12 dernières années.

    Tous les gens que je connais n’ont plus aujourd’hui qu’une envie : se barrer de cet enfer endémique à la première occasion. Tous.

    Sinon je constate qu’on va encore aller faire de la lèche auprès des bailleurs de fonds ? Il y a 2 ans on nous avait pourtant seriné sur les plateaux TV que l’on n’avait pas besoin de ces bailleurs et que Madagougou pouvait se suffire à lui-même ? Encore une promesse creuse ?

    On vous en a seriné des choses dites donc. Mais comme vous les avalez bien aussi …

    Facebook Twitter Partager Actu Tana.

  • 6 décembre 2020 à 23:46 | Besorongola (#10635)

    SAUVR QUI PEUT MAIS DE PRÉFÉRENCE AVEC LES VALISES BIEN PLEINES.!

    Madagascar : Un trafic d’or démantelé par la PAF

    La police des frontières de Nosy Be a annoncé la prise de 3,6 kilos d’or en partance vers Dubaï.
    Par B.A - Publié le Dimanche 6 Décembre 2020 à 08:56 Zinfos 974.

    Madagascar : Un trafic d’or démantelé par la PAF
    Le chef de la PAF de l’aéroport de Nosy Be a annoncé hier la découverte de 3,6 kilos d’or, dissimulés dans 6 ordinateurs portables. Les ordinateurs étaient ceux d’Indo-Pakistanais, qui s’apprêtaient à embarquer de l’aéroport de Fascene, à destination de Dubaï. Selon le chef de la PAF, les trafiquants n’en seraient pas à leur coup d’essai.

    • 7 décembre 2020 à 00:07 | Turping (#1235) répond à Besorongola

      Besorongola et Rainingory ,
      - Tous ces trafics d’or saisis ne représentent que la partie émergée de l’iceberg . Depuis quelques années ,il y a eu au moins des tonnes d’or exportées en catimini ....
      - Interdiction de rire : Au moins si ces quantités infinitésimales saisies vont dans les coffres de la banque centrale de Madagascar ,ce qui n’est pas sûr ,il y aura un petit avancement pour que la terre ancestrale malagasy ne devienne un désert latérique dépourvu de ses substances .Hélas !
      - Pourtant ,un pays qui détient le plus de réserve en or ,a plus de chance de fortifier son économie . Les accords de Bretton WOODS ,sur l’étalon or /dollar joue toujours un rôle important pour les devises (import/export ) en dehors l’Euro.

    • 7 décembre 2020 à 00:09 | Turping (#1235) répond à Besorongola

      Latéritique...

  • 7 décembre 2020 à 00:59 | Rainingory (#11012)

    Turping, Shalom,
    On n’a que les yeux pour pleurer si on se mettait à compter ce qui nous a été volé à ce jour 😭, perso, je ne veux même pas m’y mettre à ce comptage, je ne suis pas maso.
    Par contre, est-ce qu’on peut espérer en sauver encore quelques unes de nos richesses, minières, environnementales, en souveraineté, en honneur.. je suis de plus en plus sceptique même si je me dis qu’il faut continuer à y croire à ce nouveau matin pour notre Pays 🙏🇲🇬

  • 7 décembre 2020 à 09:46 | lysnorine (#9752)

    INAPPLICABILITÉ DES LOIS DU MARCHÉ pour les PRODUITS DES ACTIVITÉS DES DIFFÉRENTS SECTEURS DE L’AGRICULTURE.
    Re diego 6 décembre à 07:11
    « Il serait IRRESPONSABLE de la part du gouvernement de laisser les secteurs privés de contrôler le prix du riz...La PROBLÈME ICI n’est donc pas l’intervention du gouvernement, mais ce serait son NON INTERVENTION.... »
    & Vohitra 6 décembre à 19:35 répond à diego ^
    « 1. L’INTERVENTION DE L’ETAT par la FIXATION DU PRIX à l’étal n’est PAS DU TOUT BÉNÉFIQUE à la filière rizicole, à tous les maillons de la chaîne de valeur
    « 2. Que l’Etat devra limiter les rôles qui lui soient dévolu dans la régulation pour la FLUIDITÉ DU MARCHÉ ...
    « En somme, laisser les acteurs de la filière riz gérer leurs activités en toute liberté... »

    La loi de l’offre et de la demande en matière de produits des activités agricoles ne s’est jamais appliquée dans les économies développées qui ont toujours SUBVENTIONNÉ à grande échelle aussi bien les prix à la PRODUCTION que les prix à la CONSOMMATION.

    L’ exemple de l’EUROPE :

    – « SOUTIEN à l’agriculture »
    https://data.oecd.org/fr/agrpolicy/soutien-a-l-agriculture.htm

    Le SOUTIEN À L’AGRICULTURE est défini comme la VALEUR MONÉTAIRE ANNUELLE des TRANSFERTS BRUTS À L’AGRICULTURE des consommateurs et des contribuables découlant DES MESURES D’AIDE À L’AGRICULTURE, quels que soient leurs objectifs ou leurs incidences économiques.
    Cela englobe
    . l’estimation du soutien total (EST), mesuré en pourcentage du PIB,
    . l’estimation du SOUTIEN AUX PRODUCTEURS (ESP), mesuré en pourcentage des recettes agricoles brutes,
    . l’estimation du SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS (ESC), mesuré en pourcentage de la consommation de produits agricoles, et
    . l’estimation du soutien aux services d’intérêt général (ESSG), mesuré en pourcentage du soutien total.

    Le SOUTIEN à l’agriculture est aussi exprimé en TERMES MONÉTAIRES , en MILLIONS USD et MILLIONS EUR. Reflet du soutien accordé au secteur agricole dans sa totalité, l’EST cumule le soutien aux PRODUCTEURS (ESP), le soutien aux CONSOMMATEURS et le soutien aux services d’intérêt général (ESSG).

    Les TRANSFERTS aux producteurs agricoles sont mesurés au départ de l’exploitation et comprennent LE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ, LES PAIEMENTS BUDGÉTAIRES et le manque à gagner fiscal.

    L’ESC, qui correspond aux TRANSFERTS AUX CONSOMMATEURS DE PRODUITS AGRICOLES, est mesurée au départ de l’exploitation. Si elle est négative, elle mesure la charge pour les consommateurs (taxe implicite) imputable au soutien des prix du marché (majoration des prix), dont les effets compensent et au-delà l’ABAISSEMNENT DES PRIX À LA CONSOMMATION INDUIT PAR LES SUBVENTIONS À LA CONSOMMATION .

    L’ESSG comprend les TRANSFERTS LIÉS AUX MESURES QUI CRÉENT DES CONDITIONS PROPICES AU SECTEUR AGRICOLE PRIMAIRE Par le développement d’institutions, d’infrastructures et de services publics ou privés. Il prend en compte les mesures dont le secteur agricole primaire est le principal bénéficiaire, mais n’intègre aucun paiement versé aux producteurs à titre individuel. Les transferts entrant dans l’ESSG n’ont aucun effet direct sur les recettes ou les coûts des producteurs agricoles, ni sur les dépenses de consommation.

    – Politique agricole commune : comment ça marche ?
    https://www.touteleurope.eu/actualite/politique-agricole-commune-comment-ca-marche.html
    Synthèse 24.02.2017 Vincent Lequeux

    Aujourd’hui, la Politique agricole commune (PAC) repose principalement sur UN SYSTÈME DE SOUTIEN AUX REVENUS DES AGRICULTEURS, auquel s’ajoutent des outils de gestion et des mesures en faveur du développement rural.

    Dès le TRAITÉ de ROME de 1957, la Communauté assigne cinq objectifs à l’agriculture européenne. Aujourd’hui encore, la Politique agricole commune a pour but (art. 39 TFUE) :

    "d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production, notamment de la main-d’œuvre" ;

    "D’ASSURER AINSI UN NIVEAU DE VIE ÉQUITABLE À LA POPULATION AGRICOLE, notamment par le relèvement du revenu individuel de ceux qui travaillent dans l’agriculture" ;

    "DE STABILISER LES MARCHÉS", EN ÉVITANT NOTAMMENT LA SURPRODUCTION, MAIS AUSSI EN LUTTANT CONTRE UNE TROP GRANDE INSTABILITÉ ET VOLATILITÉ DES PRIX ;

    "de garantir la sécurité des approvisionnements" ;

    "D’ASSURER DES PRIX RAISONNABLES DANS LES LIVRAISONS AUX CONSOMMATEURS".

    Les instruments de la PAC

    La PAC est par organisée autour de grands mécanismes, aujourd’hui séparés en deux "piliers". LE PREMIER PILIER CONCERNE LE SOUTIEN DES MARCHÉS ET DES REVENUS AGRICOLES, DONT LE SYSTÈME D’AIDES AUX AGRICULTEURS CONSTITUE LA MAJEURE PARTIE ; le deuxième pilier est la politique de développement rural...

    1er pilier : SOUTIEN DES MARCHÉS et des revenus agricoles

    Les AIDES DIRECTES aux agriculteurs représentent aujourd’hui le principal instrument de la PAC (environ 70% du budget). Elles ont été introduites par la réforme de 1992 et visent à donner aux agriculteurs un revenu minimal garanti...

    Une ORGANISATION COMMUNE DES MARCHÉS AGRICOLES (OCM) régit la GESTION des MARCHÉS, les normes de commercialisation des produits et les exportations et les importations de l’UE. Subventions à l’exportation, INTERVENTION PUBLIQUE et stockage, AIDES À LA PRODUCTION, quotas... complètent le système d’AIDES DIRECTES dans certains secteurs et/ou lors de crises économiques, sanitaires ou climatiques affectant les prix ("filet de sécurité"). Par exemple, une enveloppe de 698 millions d’euros avait été débloquée en faveur de l’élevage et les fruits et légumes face à l’embargo russe en 2015-2016....

  • 7 décembre 2020 à 10:09 | vatomena (#8391)

    Nb ..Le malheur du paysan //Seules les grandes entreprises agricoles s’enrichissent du travail de la terre. La plupart des paysans ,aujourd’hui , en France vivent dans la pauvreté.Revenu moyen mensuel : 600 à 700 euros .Le taux de suicide annuel est impressionnant. un suicide compté tous les 3 jours .Dans l’histoire de l’humanité la paysannerie a toujours été maltraitée ,humiliée ,dépouillée.Le seul moment en France où le paysan s’est senti bien ,c’est durant la dernière guerre, au temps du rationnement alimentaire .La pratiqué généralisée du ’ marché noir ’ sans l’enrichir apportait du bien etre dans la ferme

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS