Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 8 décembre 2023
Antananarivo | 23h20
 

Economie

Transport aérien

Le conseil des ministres valide le plan d’affaires de Madagascar Airlines

vendredi 10 novembre

Le conseil des ministres a validé la mise en place du nouveau plan d’affaires, baptisé « Phénix 2030 » de la compagnie Madagascar Airlines.

Ce plan met l’accent sur la rentabilité et l’autofinancement à travers des emprunts et des prises de participation et ne fait nullement appel aux fonds publics, précise la direction de la compagnie. L’objectif étant de relancer et faire revenir la compagnie, à la rentabilité d’ici 2 ans.

Il y a quelques jours, Thierry de Bailleul, PDG de Madagascar Airlines, nommé il y a moins d’un an, a annoncé l’arrêt temporaire des vols internationaux pour se recentrer sur la desserte intérieure avec sa filiale Tsaradia. Le modèle d’exploitation long-courrier avec location d’avions en ACMI (location d’avion avec équipage inclus) et la cherté du kérosène ont causé des déficits impactant de manière significative la trésorerie et agissant comme le point d’entrée d’un cercle vicieux auquel il est quasi-impossible de se soustraire, a affirmé Thierry Bailleul. Il a parlé de 2,8 millions USD de pertes mensuelles pour la compagnie nationale. Une situation qui a conduit à l’impossibilité de régler les fournisseurs et des retards dans la livraison des avions.

Par ailleurs, Madagascar Airlines a signé un accord commercial de partage de code ou codeshare avec la compagnie Corsair pour ne pas couper la desserte de la France. La compagnie pourra vendre sur l’avion du partenaire sous son code avec les mêmes grilles tarifaires et avec les mêmes franchises bagages sur Paris. En effet, les A330 de Corsair sont pratiquement identiques à ceux utilisés par Madagascar Airlines en ACMI avec l’A330-200 d’Air Belgium.

Un autre fait marquant dans la gouvernance de Madagascar Airlines est le retour de Mamy Rakotondraibe à la tête du conseil d’administration de la compagnie. Ce dernier avait été contraint de céder sa place à Rinah Rakotomanga suite à des démêlés avec la justice en novembre 2022. Rinah Rakotomanga qui a démissionné de la présidence du conseil d’administration le 3 novembre dernier de son côté a accablé de reproches la direction de la compagnie. Elle accuse cette dernière de prendre de nombreuses décisions à l’encontre des intérêts de la compagnie et du personnel. La validation de ce nouveau plan de développement de Madagascar Airlines par le gouvernement est un revers pour Rinah Rakotomanga. Dans un long post sur Facebook où elle s’est étalée longuement sur sa démission, elle parlait de son refus à croire que ces décisions ont eu l’aval des hautes instances du pays, c’est-à-dire le gouvernement.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 10 novembre à 11:47 | MALIBUC (#9345)

    Quand on voyait le personnel aller gratuitement en Asie acheter des marchandises pour les Karana tous frais payés, on ne se pose plus la question de savoir si on transporte des passagers ou du fret !

  • 10 novembre à 15:08 | Turping (#1235)

    Il faut analyser la problématique de base en se posant la question ;
    - Pourquoi AIR MAD baptisé Madagascar airlines reste t’il toujours déficitaire ?
    -Au lieu de louer ,il faut consacrer un budget pour acheter un avion neuf et de pouvoir l’entretenir .Est-ce que c’est possible ?
    Rien n’est impossible quand on a une bonne gouvernance et les stratégies de compétitivité en commençant par éradiquer la corruption ,les détournement des deniers publics ,....au lieu de se lamenter .Un vazaha ,Thierry de Bailleul PDG ne pourrait pas faire le miracle si les gouvernants ne sont pas à la hauteur de fructifier la compagnie nationale comme symbole de la souveraineté .

    • 10 novembre à 15:31 | dirk_cab (#6503) répond à Turping

      Réponse
      Ces coûteux Airbus qui ont plombé Air Madagascar
      La compagnie aérienne, en difficulté financière chronique, a été condamnée à verser 46 millions de dollars à Air France, qui lui avait prêté deux A340 en 2012.

      Madagascar a été condamnée par le tribunal de commerce de Paris à verser 46 millions de dollars (environ 41 millions d’euros) à Air France. De quoi la clouer définitivement au sol.

      Soupçons de corruption
      e dossier s’annonce comme l’un des plus délicats à gérer pour le pouvoir malgache. Il y a d’abord une forte suspicion de corruption qui pointe sous l’analyse des coûts, car, comme le souligne David Rakoto, « quand on voit la somme payée pour ces Airbus alors que le prix sur le marché, à l’époque, était d’environ 27 millions de dollars de moins, on a forcément des soupçons ». En outre, ce litige est d’autant plus embarrassant pour l’Etat que le plan Emergence de Madagascar, voulu par le président Andry Rajoelina, accorde une importance particulière au secteur aérien.

      Rajoelina voulait faire plaisir à la France en lui rachetant 2 avions qui devaient aller à la "casse"
      Rajoelina voulait surtout détruire la Compagnie pour mettre à sa place une autre compagnie Tsaradia qui est devenu Madagascar Airlines.

    • 12 novembre à 20:36 | zana tany06 (#9886) répond à Turping

      Vous venez de dire la vérité. En effet les gouvernants ne sont pas du tout à la hauteur pour valoriser , sublimer , et veiller à la bonne gestion de sa compagnie. Déja n’oublions pas que AIR MAD à d’énormes dettes quelle devra honorer , le tribunal de paris à juger cette affaire et Mada à fait appel mais l’issue est certaine faudra payer les 80 millions d’euros .

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS