Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 15 novembre 2019
Antananarivo | 02h13
 

Politique

Politique

Le TIM se déclare officiellement parti de l’opposition

mercredi 3 juillet | Arena R.

Conformément aux dispositions de la loi N°2011-013, notamment en son article 2 alinéa 2, je soussigné, Marc Ravalomanana, président fondateur du parti Tiako i Madagasikara, déclare par la présente l’appartenance du parti que je représente à l’opposition définie par les dispositions générales de la même loi ». Cette déclaration a été faite et enregistrée auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation hier. Le parti Tiako i Madagasikara (TIM) prend ainsi position officiellement et se déclare comme un parti de contre-pouvoir.

Marc Ravalomanana viserait-il le poste de Chef de l’opposition ? En tout cas, selon la loi, après chaque élection législative, les groupes politiques remplissant les conditions exigées par la la loi et qui se déclarent officiellement d’opposition désignent d’un commun accord un Chef de l’opposition officiel. A défaut d’accord, le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme Chef de l’opposition officiel. Si le Chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée nationale »

Olga Ramalason, secrétaire général du TIM, qui a accompli les procédures de cette déclaration hier au Ministère de l’intérieur a assuré que le TIM ne se déversera pas dans une opposition bête, mais dans une opposition objective. Le parti entendrait ainsi jouer son rôle de « contre-pouvoir et d’équilibre de pouvoir ».

61 commentaires

Vos commentaires

  • 3 juillet à 09:41 | I MATORIANDRO (#6033)

    Tsy mety tsony ny fanaovana zany antoko mpanohitra izany @ zao vanim-potoana izao indrindra ao anatiny.

    Kilalao vetaveta be no tian’ny ankilany atao.

    Na tsy misy mpihaino aza de averina ihany fa ny fametraham-pialana faobe @ maha solombavambahoaka ihany ny maha tsara endrika ny atoko TIM.

    Avelao ry zareo hanao izay tiany atao ao de ho hitantsika ny tohiny.

    Ny fifidianana ben’ny tanana eto Antananrivo renivohitra no kotreho tsara.

    Averina ihany fa tsy misy dikany ary tsy misy lanjany ny filalaovana ny maha antoko mpanohitra ao anatiny na dia voalazan’ny lalàna aza izany.

    Manahy aho fa tsy ho avotra intsony ty antoko ty.

    Samia velonaina.

    • 3 juillet à 10:25 | betoko (#413) répond à I MATORIANDRO

      Ilaina ny antoko mpanohitra raha tsy izany dia l’ASA "dictature" s’y "pensée unique tôt NY any Corée du nord na any Chine
      Râ toa ka Ra8 noho chefon’ny toko mpanohitra moa vé tsy azo injehana any amin’ny HCJ izy ?

    • 3 juillet à 11:13 | I MATORIANDRO (#6033) répond à I MATORIANDRO

      Betoko fozaorana man iem an.

      Mpihatsaravelatsihy tsy vanona ianao. Efa hainao tsara fa mandeha any @ zany didy jadona zany nareo zao fa zany hoe mitentsina taimboraka koa ny masonao ka mitelina izay maloto aroson’inandra.

      Manamafy ny fitondrana jadona ny fisisihan’ny TIM hanao antoko mpanohitra ary manome vahana izany fihetsika satria tsy matotra ary tsy mazava sy kitoatoa ny zava-misy rehetra hatramin’izao ora iresahantsika izao.

      Mamono tena ny TIM ary ho faty ho azy izay tena hetahetan’dry belzeboba toa anao ary iriny fatratra tokoa.

      na zany aza de :

      Samia velonaina.

    • 3 juillet à 11:24 | lanja (#4980) répond à I MATORIANDRO

      tsara ihany ny hevitrao kanefa izany mametrapialana faobe izany dia tsy ahamenatra ny mpitondra @ izao velively fa vao maika ho araraotiny, fitondrana mitovy @ t@ mandatehezana miaro ny tolompiavotana , na ny tany URSS fahiny , na Corée avaratra sns no ataony eto , tsy hisy ny fifandimbiasana raha tsy misy korontana, jereo fa mbola tsy lany aza ry zareo efa miantsy ady, mampiseho vangy , koa vao maika avela higalabona tsy hisy hiteny, farafaharatsiny mba afaka milaza hevitra tsy anaty ao setroka bombe lacrymogène izay mahatakatra ny fitaka sy ny zavatra maloto.

    • 3 juillet à 11:41 | I MATORIANDRO (#6033) répond à I MATORIANDRO

      @ lanja
      tsy haiko na za no tsy mahay manazava hevitra fa na zany aloha de tsy azo azvaina eto daholo koa ny resaka heno sy mba fantatra mahakasika ny fikan’reto olona napetraky ny hcc reto fa de aleo dray ary ho hita eo e.

      Tsy mifandatsa satria tiako loatra ny fomba fiasa sy fisainan’i Dada. Miara miombona alahelo fotsiny rehefa midona @ rindrina.

      Samia velonaina.

    • 3 juillet à 12:41 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Matoriandro,

      "Mamono tena ny TIM ary ho faty ho azy izay tena hetahetan’dry belzeboba toa anao ary iriny fatratra tokoa."

      Ary raha mitohy izao atsonjay atao amin’ny Guy R izao, dia haingana be mihintsy izany.

      Ry Razarapierre aza tsy mety manao kravaty mena izany,...TIM taratasy.

    • 4 juillet à 10:33 | Jo Brandon (#9919) répond à I MATORIANDRO

      @ Isandra :

      Ô r’Inandra a, fa angaha ny fanaovana kravaty mena no midika inona ?
      Izay ilay fotom-pisainana kongoroty fa mipoitra foana. Mpisolelaka ianareo dia manao kravaty Oranz foana. Dia ny Filohan’ny Repoblika dia mbola manao an’ilay "V" amin’ny rantsan-tànana iny foana izay famantarana ny foza orana, sady mbola manao oranz koa izy. Nefa anie ka efa Filohan’ny Malagasy rehetra e !
      Tsy anananareo tokoa ilay atao hoe : honnêteté intellectuelle" sy ny "éthique politique".

    • 8 juillet à 08:21 | Nix777 (#10681) répond à I MATORIANDRO

      Tsy endrika ny atoko TIM no tanjona, fa ny fampandrosoana an’ i Madagasikara. Mirefarefa be amin’ny tany sy fitiavan-tena ny fijerevana fotsiny ny tombontsoan’antoko.

      Afaka tsara maneho ny heviny ho fampandrosoana ny antoko mpanohitra, amin’ny fanarahana tsara ny lalam-panorenana. Ary tombony ho azy izany amin’ny fanabeazana ny olom-pirenena.

      Ho tafita amin’ izay anie Madagasikara !

  • 3 juillet à 10:24 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Quelle reactivité !
    Une entorse au moramora séculaire et endémique ...

  • 3 juillet à 10:29 | Vohitra (#7654)

    Bonjour a tous,

    Une opposition bete, c est quoi au juste ?

    Est ce que cela signifie que le parti TIM veut jouer les roles d une opposition contructive de facade comme ce qu avait fait le parti AKFM du temps de la premiere Republique ?

    Bref, le TIM s oppose par rapport a quelle politique du regime actuel ?

    • 3 juillet à 11:25 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Que ce soit du cote de l opposition que du cote du regime au pouvoir, une lacune en matiere de ligne ideologique reste une realite, et je doute fort que la politique liberale voire ultraliberale pronee par Ravalomanana du temps ou il etait au pouvoir puisse federer la population a se regrouper derriere son parti TIM.

      A moins qu un virage a tendance patriotique teintee de nationalisme est en vue ?

  • 3 juillet à 10:38 | Marylyn (#10429)

    La place de l’opposition officielle est toujours vacante jusqu’ici . Le pluralisme peut être un atout si l’on est conscient des enjeux et des défis à relever, mais il peut également être un obstacle au développement si les luttes de sièges prennent les-devant ; il faut bien mettre ça dans le cerveau des opposants !!!

    • 3 juillet à 10:52 | betoko (#413) répond à Marylyn

      Si on regarde ce qui se passe au sein de la mairie de Tana ,les opposants ont beau rouspéter sur divers sujets brûlants ,cela n’avait aucun résultat
      Je me souviens de ce que disait Ra8 quand il était au pouvoir "Ceux qui ne sont pas avec nous sont nos ennemis " Fin de citation

  • 3 juillet à 11:00 | Isandra (#7070)

    Pourquoi Ravalo veut il à tout prix être chef ? Pour l’immunité parlementaire ? Pourquoi ?

    • 3 juillet à 11:25 | betoko (#413) répond à Isandra

      Bien sûr que s’il devenait le chef de l’opposition il aurait le même statut qu’un député selon la loi et fort possible qu’il sera intouchable

    • 3 juillet à 11:52 | Jacques (#434) répond à Isandra

      Le fils de mon voisin, un élève en classe de 3ème, a tout de suite compris. Né en France mais intéressé par ce qui se passe au pays de ses parents.

      Isandra, elle, n’a rien compris du tout. Le Tim qui se déclare dans l’opposition (c’est comme ça à babakotoland, il faut se déclarer...) mais Isandra a noté autre chose : Ra8 qui veut à tout prix être chef. Grave.

      Pour vous, Isandra :

      https://www.koolsaina.com/marc-ravalomanana-declare-officiellement-tiako-madagaskara-opposition/

    • 3 juillet à 11:53 | Jacques (#434) répond à Isandra

      Et le betoko qui se met à la remorque, bien sûr.

    • 3 juillet à 12:31 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Jacques,

      Vous faites semblant d’être naïf ou,...!

      Qui ne sait plus que le TIM est l’opposant dont Ravalo est le propriétaire,même un enfant de 4ans, normalement, il ne devait plus avoir besoin de déclarer officiellement quoi que ce soit, mais, ils ont fait cette déclaration officielle dans un but précis.

    • 3 juillet à 12:34 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Jacques,

      L’opposant number one et naturel de ce régime,...

    • 3 juillet à 13:31 | Jacques (#434) répond à Isandra

      " Qui ne sait plus que le TIM est l’opposant dont Ravalo est le propriétaire,même un enfant de 4ans, normalement, il ne devait plus avoir besoin de déclarer officiellement quoi que ce soit, mais, ils ont fait cette déclaration officielle dans un but précis. "

      Isandra, pour une fois essayez d’être moins abrutie. Ra8 est le fondateur du Tim, il n’en est pas le propriétaire. Le Tim n’est pas "l’opposant" comme vous le dites, le Tim vient de se déclarer dans l’opposition face à la future majorité à Tsimbazaza, encore faut-il que l’objectif soit avalisé. Et pourtant ce n’est pas difficile à comprendre.

      "Jacques, L’opposant number one et naturel de ce régime,... "

      Et si vous arrêtez un peu de blablater.

    • 3 juillet à 19:33 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Jacques,

      Il faudrait que vous vous informiez davantage à propos de TIM et son fonctionnement, vous comprendriez peut être que la façon dont Ravalo dirige ce parti, c’est une façon d’un propriétaire,...il décide tout et tout seul,...et compte à transmettre comme un héritage sa direction à sa femme et ses enfants.
      .

  • 3 juillet à 11:10 | Anton (#8594)

    Chef de l’opposition avec un groupe qui représente à peine plus de 10 % c’est de la bouffonnerie !
    Le parti entendrait ainsi jouer son rôle de « contre-pouvoir et d’équilibre de pouvoir » ; ...là ça devient carrément clownesque !
    Il ne manque plus, pour ajouter au ridicule, que Ra-8 se fasse désigner député...

    • 3 juillet à 12:14 | Jacques (#434) répond à Anton

      Bonjour Anton (#8594),

      On ne sait pas encore qui sera le chef de l’opposition, pour l’heure on n’a que la déclaration du Tim. C’est au Tim ensuite de choisir qui sera son chef à Tsimbazaza, pas forcément Ra8 comme vous tentez de l’insinuer. D’ailleurs les Indépendants, eux aussi, pour peu qu’ils se considèrent comme éventuels réfractaires à la future majorité, pourront aussi y prétendre s’ils le veulent.

    • 3 juillet à 12:24 | sariaka rakoto (#10677) répond à Anton

      Pffff.............et un président qui est élu par à peine 10% de la population "MALGACHE"

    • 3 juillet à 14:04 | Anton (#8594) répond à Anton

      Cher Rakoto
      Je vous invite à revoir vos chiffres ; peut-être étiez-vous mal réveiller ou embrumé ...voire chagrin !
      Sans nullement contester que le nombre de votants a été faible par rapport aux inscrits, il est aisé de constater que votre posture est erronée (voire ridicule)
      Sachant également que le candidat élu a quand même obtenu davantage de 526 000 voix de plus que son concurrent, ; un petit calcul [élémentaire] suffit à déterminer le % de chacun par rapport aux inscrits et -pour un petit coup de pouce- que le score en pourcentage du second est inférieur de 5.38 % à celui du vainqueur !
      Comme je suis magnanime pour vous simplifier encore la tâche je vous communique, en détail, le résultat complet :
      Inscrits : 9 913 599
      Votants : 4 767 887 - Blancs et Nuls : 120 102
      Suffrages exprimes : 4 647 785 ; 97,48 %
      Taux de participation : 48,09%
      RAJOELINA Andry Nirina : 2 586 938 ; 55,66 %
      RAVALOMANANA Marc : 2 060 847 ; 44,34 %

      J’espère ainsi en vous ’mâchant’ vraiment le travail que la tâche ne sera pas trop ardue (..) et que, je n’en doute, pas vous allez ainsi trouver !
      Cordialement

    • 3 juillet à 15:33 | Anton (#8594) répond à Anton

      Bonjour Jacques
      Je n’insinue rien du tout, que dit l’article (et la loi), je cite :
      Marc Ravalomanana viserait-il le poste de Chef de l’opposition ?
      En tout cas, selon la loi, après chaque élection législative, les groupes politiques remplissant les conditions exigées par la la loi et qui se déclarent officiellement d’opposition désignent d’un commun accord un Chef de l’opposition officiel.
      A défaut d’accord, le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme Chef de l’opposition officiel.
      Si le Chef de l’opposition officiel n’est PAS un parlementaire, il bénéficie d’OFFICE du statut de député et siège de DROIT au sein de l’Assemblée nationale.
      Donc à moins qu’il ne renonce expressément et/ou qu’il privilégie le poste de maire d’Antananarivo à la place de sa femme (bien que je crois qu’il existe dans les tuyaux que le fils soit candidat) il est légitime de présumer que Ra-8 siégera bien à l’assemblée nationale (avec tout ce qui se rattache au statut et notamment, au premier chef, l’immunité)

    • 3 juillet à 15:40 | sariaka rakoto (#10677) répond à Anton

      Très cher Anton

      Euh.................."Parler amène à réfléchir mais il vaut mieux commencer par réfléchir avant de parler".
      Donc je maintiens ce que j’ai dit , Madagascar compte exactement 25 647 250 habitants (chiffre de 2019). En faisant un petit calcul (si ce n’est pas trop vous demander !!!!!) on retrouve bien ce pourcentage.

      Au plaisir !!!

    • 3 juillet à 17:27 | Jacques (#434) répond à Anton

      @ Anton (#8594),

      " Donc à moins qu’il ne renonce expressément et/ou qu’il privilégie le poste de maire d’Antananarivo à la place de sa femme (bien que je crois qu’il existe dans les tuyaux que le fils soit candidat) il est légitime de présumer que Ra-8 siégera bien à l’assemblée nationale (avec tout ce qui se rattache au statut et notamment, au premier chef, l’immunité) "

      C’est votre point de vue, je le respecte. Pour ma part, je préfère ne pas spéculer. On en reste donc là.
      Au plaisir.

    • 4 juillet à 10:36 | Jo Brandon (#9919) répond à Anton

      Hi hi hi ! Mais vous êtes victime de votre propre Loi, celle que vous avez fait voter durant la Transition. Kkkkkkkkkk ! Quelle honte ! Vraiment Anton, t’es Bac-7 ou quoi ?

  • 3 juillet à 12:10 | betoko (#413)

    Jaques
    Et alors où est le problème ? Ra8 voulait sauver sa peau ,on ne compte plus le nombre de plaintes contre lui au tribunal dont deux greffiers voulaient les faire disparaître l’année dernière

    • 3 juillet à 12:21 | Jacques (#434) répond à betoko

      betoko, je sais que vous ne pourrez laisser Ra8 tranquille, votre rancœur à son égard ne s’étant toujours pas estompé. On cause ici du Tim qui se déclare dans l’opposition dans la future assemblée à Tsimbazaza. Point barre. Essayez un peu de comprendre la conjoncture même si cela est hors de votre portée.

    • 3 juillet à 12:23 | Jacques (#434) répond à betoko

      Rectif : estompée et non estompé.

  • 3 juillet à 12:51 | Isambilo (#4541)

    Le problème est qu’il faut avoir en face de soi une politique à combattre.
    Le peu que j’ai lu de la fameuse Initiative pour l’Emergence de Madagascar se réduit à poser des questions banales.
    Pour le moment Rajoelina se promène et c’est Ntsay qui gère l’utilisation des voitures de l’administration.

  • 3 juillet à 13:12 | Shalom (#2831)

    Na inona na inona ataon’ny Filohan’ny TIM dia raisin’ny mpomba ny mpanongam-panjakana tamin’ny 2009 ho vy mahamay foana ka ahitana tsiny etsy sy eroa. Tsy misy resaka ny amin’izany fa ny toe-tsaina sy ny fitaizana antsika tsy mitovy. Rahoviana no mba hivaotra ny toe-tsainan’ny mpiray tanindrazana ?

  • 3 juillet à 13:36 | vatomena (#8391)

    HORS SUJET __Pour la documentation de Lysnorine ,Betoko ,Tsidinika,
    Survivre au massacre
    19 juin 2019 - À lire Lire Livre du mois Livres0 commentaires // 58 Views // N° : 113

    Faïza vit à Moroni et fait toujours les mêmes cauchemars : « l’un, une case qui brûle quartier de l’Abattoir à Majunga, l’autre un émeutier les yeux injectés de sang qui la poursuit avec une machette. » Même éveillée, l’horreur passée reste présente : « Il lui revenait des scènes de Majunga avec des petits enfants découpés au bord des chemins. »

    Faïza est une « Sabena », surnommée ainsi comme les autres Comoriens et Comoriennes exfiltrés de Madagascar quand, en 1976, ils avaient été victimes d’une vengeance faisant des centaines de morts. Emmanuel Genvrin le raconte vers la fin de son nouveau roman, Sabena.

    « La nuit fut un enfer. On entendait des suppliques : “ Malilo, malilo – pardon, pardon ”, des cris et des hurlements, on voyait la lueur d’incendies. Des bandes de pilleurs ratissaient le quartier. Ils s’exclamaient : “ Maty le voalavo – à mort les rats ! ” C’étaient des jeunes, torse nu, le front ceint d’un bandeau rouge, armés de bâtons, de sagaies, de machettes et de fers à béton. »

    Pour échapper à un enfer qui promettait de se prolonger, seize mille personnes furent évacuées vers Mayotte et les Comores. Parmi elles, Faïza, seize ans, rescapée d’un massacre dont sa mère avait été victime. L’adolescente, au moment de quitter Madagascar, prend conscience de ce qui constitue son identité – il ne s’agit pas de ses origines comoriennes : « En montant dans l’avion, Faïza constata que son pays était bel et bien Majunga, qu’elle était malgache, qu’autour d’elle personne n’avait jamais mis les pieds à Moroni et qu’elle deviendrait pour toujours une Sabena. pour d’autres et et pour moi meme....

    ""— Actes criminels dans la lignée de mars 1947

    • 3 juillet à 14:11 | betoko (#413) répond à vatomena

      Et alors qu’est ce que je dois faire et vous aussi ?
      Pourquoi vous ne parlez jamais de l’indigénat et aussi les horreurs de beaucoup de colons dans tout Madagascar même après 1960 ?

    • 3 juillet à 14:14 | Tsisdinika (#3548) répond à vatomena

      Vatoumène, hors-sujet, vous l’êtes tout le temps. Inutile de le préciser.

      Connaissez-vous au moins la genèse de cette émeute anti-comorienne de Mahajanga, cher monsieur ? Vous n’en avez pas la moindre idée.

      Actes criminels dans la lignée de mars 1947 ? Parce que chez vous, quand on massacrait des Allemands ou leurs collaborateurs, cela s’appelle de la Résistance mais quand chez nous, on se débarrasse d’intrus qui croient avoir droit de propriété et sur les terres et sur les hommes, c’est un acte criminel ? Et la réponse disproportionnée qui s’ensuivit, vous en dites quoi ? C’est quoi le tarif : la vie d’un vazaha contre 100, 1000, 10000 vies Malagasy ?

      Trouvez autre chose.

    • 3 juillet à 14:26 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Les colons ne sont plus là .Les routes sont impraticables . Il n’y a plus d’AMI.Le riz vient à manquer . La nuit reste noire . Alors faute de petits colons à massacrer ,les malgaches s’entretuent.On n’ose plus sortir la nuit . En 47 les malgaches ne se barricadaient pas la nuit venue .Les Dahalo ont beau jeu .Ils enlèvent ce qu’il y a de plus sacré !Le troupeau de zébus...et des officiers de l’armée sont compromis.C’est à savoir...
      Tous les hors sujets m’interessent aussi s’ils m’apportent une connaissance . On ne peut tout savoir . Partager est un plaisir
       :

    • 3 juillet à 14:32 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Betoko — je n’ai pas été informé de méchants colons qui abattaient leurs ouvriers ,les découpaient avec le antsy et jetaient les morceaux humais aux crocos.Pour les sénégal non plus . Avez vous en tete le martyr de Botovasoa à Vohipeno ?
      Avec un autre hors sujet je pourrais vous informer sur la mise à mort de ce saint homme
       :

    • 3 juillet à 18:42 | Isambilo (#4541) répond à vatomena

      Comment arrivez-vous à mettre sur le même plan un soulèvement contre la colonisation et une agression contre les Comoriens ?
      Pour ce qui est des colons, renseignez-vous un peu plus. La plupart étaient à peine instruits, souvent d’une hygiène discutable et racistes. Même Gallieni ne les supportait pas. Heureusement pour eux, Debré a mis en place le Bumidom.

    • 3 juillet à 19:29 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Isambilo : c’est ce que je disais auparavant : Ces petits colons mal instruits ,déracinés , avaient pourtant réussi à faire de Madagascar la perle de l’océan indien ; A la Sakay ,c’étaient des yab ,des petits blancs des hauts sans instruction , qui avaient fait de la Sakay un modèle de production ;Aujourd’hui ,avec 22 millions de bras disponibles ,Madagascar n’est plus une perle mais une horreur humanitaire pour qui les aides humanitaires ne suffisent pas .
       :

    • 3 juillet à 19:34 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Isambilo : Les points communs entre la rebellion de 47 et les massacres de Majunga.sont la sauvagerie et le racisme
       :

    • 3 juillet à 21:48 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Tsidinika : au temps de la monarchie quand les merina étaient constamment en guerre avec les sakalava,il est vrai qu’apres la bataille on faisait un commerce des morts . Les cadavres étaient rachetés pour etre transportés par les esclaves jusqu’au tombeau ancestral . Pour une plus grande rentabilité ,les cadavres pouvaient etre vendus par morceaux . C’était comme cela Avant...
       :

  • 3 juillet à 13:40 | ratiarison (#10248)

    Marina ny Anao nama " MATO...!! aleo tsy misy fa hataon’ny SASANY fanalan’andro FAHATANY ! hafa ny tamin’ny 1ere REPOBLIKA****nisy ny mpanohitra ara-tantara fa tsy voasoratra tao amin’ny CONSTITUTION ny 1ere Repoblika !! ny ankehitriny resaka ny MPIVAROTR ’ANANA sy wawawwwwwwa sy ny MPANGETOTRA an-tsena no betsaka ! Jereo sahady inty vavan’ilay VONGANY -BETOKO sy ISANDRA kely saina samy DONDRONA anankiroa , dia mbola ho avy koa IREO FORONGONY-Foza orona sy tgv ary ny IRD sy ny MPISOLELAKA sy MPIJAPY train mitady strapotin ao amin’ny fitondrana JEREONAREO anie IREO depioté milaza azy ho INDEPENDANT-ireo e ?? Marina ny ANAO ra-MATORIANDRO na aleo mijanona TIM point à la ligne izay no heveriko fa METY tsy misy antony CONSTITUTION nataon’ny MPANOGAM-PANJAKANA io *********** samy tsara

  • 3 juillet à 15:03 | betoko (#413)

    Vatomena
    Vous n’étiez pas informé ou vous ne voulez pas être informé Et les massacres des soit disant insurgés dans des wagons et locomotive à Moramanga et les tortures en Algérie et l’affaire du pont de Neuilly en 1961 ?

    • 3 juillet à 15:24 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Pour les wagons de moramanga ,ça c’est connu . On a voulu classer cet épisode parmi les trois crimes de guerre perpétrés par une arme légale au début de la rébellion.1,Moramanga ,2, le lacher d’avion de 6 sorciers par un pilote buveur et danseur du Caveau,3) l’exécution de prisonniers dans la prison de Mananjary- C’étaient des actes de vengeance plutot que des actes de guerre

      Les tortures en Algérie ont été reconnues . Ce qui a été oublié en dehors des massacres perpétrés par le Fln sur d’autres algériens réticents comme à Melouza (300 égorgements ) ce sont les coupures du nez pour les fumeurs ou d’oreilles ,ou de lèvres pour ceux qui restaient fidèles à la France .Mais la figure emblématique de la torture fut celle de Hacçène la torture . Il fut l’inventeur du supplice de l’hélicoptère. A lui seul ,il mit à mort 2 500 jeunes algériens. La lutte entre le FLn et le MLA à Paris pour la levée des cotisations auprés des travailleurs algériens aura fait des centaines d’autres. victimes . Les corps sont restés le plus souvent introuvables . Ils étaient jetés dans les bassins de ciment encore liquides pour la construction des immeubles .

  • 3 juillet à 16:03 | Milaza (#10526)

    Le TIM et Marc RAVALOMANANA mérite d’être opposant d’après sa défaite en plusieurs fois, parce qu’il n’y pas de place politique approprié au mentalité des pro-TIM actuellement

    • 4 juillet à 11:00 | Jo Brandon (#9919) répond à Milaza

      @ Milaza :

      D’abord " défaite en plusieurs fois " ne se dit pas en français. C’est une faute.
      Toutes les informations en provenance de la société civile et des observateurs internationaux ou nationaux reconnaissent une chose : il y a eu fraude massive. Donc, ceux qui ont été défaits auraient dû être vainqueurs et vice versa. Alors, ne parlons pas encore de défaite.

      Pour le moment, 84 députés sur 151 sont IRD. Soit 55,63 %. Mais seuls 40 % des Malgaches ont voté ( c’est grave et à tenir en compte, dixit le Président de la HCC ). Donc , 22,25 % seulement de toute la population ont voté IRD. L’IRD et les Oranz ont-ils gagné une victoire ? Ma foi NON, car aux yeux des Malgaches ils sont minoritaires.

  • 3 juillet à 17:06 | diego (#531)

    Bonjour,

    Qu’est-ce que cela veut dire parti de l’opposition, dans un pays qui prend le chemin de dépolitisation du pays ?

    Situation préoccupante pour l’avenir, entretenue par ailleurs par les leaders politiques malgaches qui ont fait les avocats d’organisation des élections dans un pays qui n’a plus des processus électoraux et les moyens financiers et matériaux de financer ses propres élections.

    Officiellement, les élections sont terminées. Elles ont validé et confirmé la perte de Souveraineté de Madagascar. Pour les élus, il n’y a que les grands investissements étatiques, diminuant la dépendance de l’Etat et des Institutions malgaches aux Institutions étrangères et internationales, qui pourraient aider à reconquérir cette souveraineté.

    Les trois pouvoirs sont en place, Exécutif, Législatif et Judiciaire. Et il y a une majorité, me semble-t-il, à l’Assemblée Nationale. On peut donc s’attendre à ce que le pays soit gouvernable, et sera gouverné.

    Pour Madagascar, depuis 15 ans, la réalité est la même, en attendant ce que le régime actuel est capable de faire, et veut et a envie de faire :

    - l’Etat Malgache n’a pas fait un seul grand investissement étatique.

    Et quelles sont les réformes que ce régime veut conduire, a capable de conduire jusqu’au bout avec sa majorité ?

    Air Mad et son partenaire Air Austral ont pris une décision économique pour sauver la haute saison, et elles ont annoncé les coûts. Une décision pour sauver une saison, peut-être financièrement pénalisante à court terme mais qui va être certainement payante sur le long terme. Il y a donc une politique économique à long terme de la Direction. Et on peut constater, qu’il n’y est pas l’ombre des dirigeants et des responsables politiques malgaches dans cette décision d’Air Mad-Air Austral, une bonne raison de croire forcément que ladite décision serait la bonne pour les entreprises.

    On va savoir si le régime et sa majorité sont capables et ont le courage de prendre une décision semblable pour le pays et sa population.

    Pour l’instant, sans opposer et comparer un drame humain dans le Sud et le foot, le régime semble clairement indiqué, le foot lui serait plus important, plus proche de son cœur. Heureusement pour le Sud, l’EU ne lui oublie pas.

    Quel est et sera le grand Investissement étatique que le régime Rajoelina veut et souhaite conduire, un seul, pas deux ou trois, pour couronner le quinquennat ?

    Pas un seul président n’a réussi à proposer un seul grand investissement depuis 15 ans, dans un pays où plus que la moitié de la population ont moins de 30 ans et autant sont pauvres, et le pays occupe le 4e rang des pays les plus pauvres au monde.

  • 3 juillet à 19:49 | Isambilo (#4541)

    Vatomena,
    Ne jouez pas au petit malin. Qui est sauvage et qui est raciste dans les 2 cas ?

    • 3 juillet à 21:08 | vatomena (#8391) répond à Isambilo

      Isambilo : On peut etre l’un et l’autre ! perso , je vois la sauvagerie dans la façon de tuer et de maltraiter le cadavre ennemi
      .
      Exemple dans la région de Namorona :’’j’ai moi meme donné l’ordre de tuer Fibaque ,Rainikamisy et les ouvriers de MrPanard. Pourquoi ? parce que ce sont des vazaha et des Padesm . Un des assaillants f,Botobitaka ,fait le récit de cette nuit du 2 Avril 1947.’’J’ai tiré Fibaque hors de sa case et lui ai donné un coup de sagaie à la nuque . Les autres lui donnèrent des coups de sagaie sur tout le corps . Nous découpames le corps en morceaux pour les jeter dans la Namorona . Puis vint le tour de de Rainikamisy ,le magasinier Betsiléo de la coopérative . Je lui ai donné un coup de sagaie aux reins et je lui ai dit :voilà ta part car tu n’as pas voulu adhérer à notre parti le MDRM et le cadavre subit le meme sort que le précédent ;"
      Autre exemple à Vohilava : Ce fut alors le massacre dont Joseph Ralaivio décrit le résultat avec une fascination horrifiée :’’ hommes et femme découpées au couteau ,sagayées ,le crane fracassé ,éventrés, aux cuisses coupées . Certains ont meme étaient découpés en morceaux . On ne les reconnaissait plus comme etres humains....Des blessés ,des prisonniers ,il n’y en avait pas . Tous étaient morts . Le refus du tombeau aux vaincus s’exprima à Vohilava sous la forme d’une interdiction d’enterrer les morts . Ce sont donc les sangliers et les chiens qui s’en chargèrent ; Les deux seules victimes européennes étaient une pauvre veuve,Madame Heyman,employée comme maitresse de couture de la mission catholique et sa fille agée de huit ans ;’’

      Autant d’actes de sauvageries que nous nous complaisons à juger comme libératoires !

    • 3 juillet à 21:55 | Isandra (#7070) répond à Isambilo

      Vatomena,

      Si les présumés sauvages ont commis des actes de sauvagerie, c’est à encore pardonnable à cause de leur ignorance, par contre, s’il s’agit des actes de sauvagerie commis par des gens censés apporter et prêcher la civilisation, c’est mille fois impardonnable et abominable, du fait qu’ils sont en connaissance de cause.

      Il est aussi mille fois abominable d’infliger cet acte de sauvagerie aux vivants, que aux morts, du fait que les morts ne savent plus rien et ne sentent plus rien, contrairement les vivants.

      "L’épisode le plus barbare de la répression de 1947 - celui du train de Moramanga - en donne la mesure. Le 5 mai 1947, aux alentours de minuit, les militaires reçoivent l’ordre de tirer sur trois wagons plombés où sont enfermés 166 Malgaches. L’armée était convaincue que les insurgés préparaient un coup de force pour libérer les Malgaches. Par miracle, 71 prisonniers survivent. Incarcérés, torturés, affamés, ils sont exécutés le 8 mai, sans autre forme de procès. Un unique rescapé, laissé pour mort, racontera plus tard son calvaire et celui de ses camarades."

    • 3 juillet à 22:05 | Isandra (#7070) répond à Isambilo

      Vatomena,

      Il est inutile de vous rappeler ici, l’acte abominable, le largage par avion des gens vivants. Mettez-vous une minute à leur place pour jauger le degré de l’atrocité de cet acte.

  • 3 juillet à 22:14 | vatomena (#8391)

    Isandra — La France a reconnu loyalement que l’affaire de Moramanga était un crime de guerre .Les coupables n’ont jamais été identifiés ;Selon moi ce fut une vengeance des tirailleurs sénégalais attaqués dans leur casernement quand ils étaient endormis ; Tout homme civilisé craint la mort et se défend quand il est attaqué surtout s’il est militaire . Les officiers ont su calmer la colère sénégalaise en quelques jours . Discipline . Aucun cadavre rebelle ne fut jamais découpé en morceaux et jeté en pature aux chiens .Toute civilisation doit se défendre contre une montée des sauvageries

    • 3 juillet à 22:24 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Ce fut le largage du haut du ciel de six sorciers par l’aviateur Fontanges ,une tete brulée ,un noceur . Des le lendemain ,il fut extradé . Il s’était vanté de son crime.de sa folie . Certains ont prétendu que ce crime lui avait eté soufflé par le père de Didier Ratsiraka alors en service à Moramanga . Comment savoir si cela était vrai . Les habitants des villages ont prétendu que du ventre des sorciers ainsi jetés du ciel de gros serpents sont sortis de leur ventre et se sont glissés dans la foret . Faut il y croire ?

  • 4 juillet à 08:22 | vatomena (#8391)

    A relire les témoignages ,les dépositions faites aupres des enquéteurs, il apparait de plus en plus que la rébellion de 1947 fut plus une Curée générale qu’une révolution sur la cote Est ; Les petits colons furent massacrés ,les cadavres furent mutilés sous les cris de joie ,les danses,les libations de la foule . Tout fut emporté : le mobilier ,la lingerie ,la batterie de cuisine ,les chaussures ,les bijoux,les jouets des enfants .Et puis les feux de joie : la maison qui brule !
    Sur les 44 condamnations à mort prononcées par le tribunal militaire 8 seulement furent exécutés et 15 sur les quelques 160 peine capitales des cours criminelles . des 1957,la totalité des condamnes de l’insurrection fut libérée . Voilà....

  • 4 juillet à 11:54 | lysnorine (#9752)

    Fanampin’ ireto FANONTANIANA-VALIN-TENY manaraka ireto naterak’ilay resaka diso toerana ("hors sujet") etsy aloha [vatomena 3 juillet 2019 à 13:36], dia misy fanambarana vavolombelona vitsivitsy arosonay atsy aoriana tsara HITADIDIAN’ny taranaka ankehitriny sy ny ho avy ny HABIBIANA nataon’ny Fanjakana frantsay mpanjanaka teto Madagasikara tamin’ny hoe fikomiana tamin’ny 29 Martsa 1947. Nasehonay vao haingana teto ny hevitry ny « mpikomy anankiray tany Anosibe An’ala, nanao raharahan’ "agent de liaison", RAOELISON Ernest :

    « Efa tafavoaka tany an’ala ny olona vao nahalala fa hay FITAKA sy LAINGA fotsiny ireny nolazaina taminay namakiana ny tabataba tany Moramanga ireny.

    « Ireo nolazaina sy nampanantenaina nandritra ny herintaona dia tsy nisy zavatra marina, ary TSY NY MALAGASY NO NIKOMY fa ireo olona VOAKARAMAN’ny KOLONIALISTA no nampikomy ny olona » [tamin’ny anaran’ny depiote Ravoahangy sy Raseta, ary ny M.D.R.M.]
    « RAOELISON Ernest, Mikomy Anosibe-Anala, ao anatin’i RAKOTONIRAINY Joseph, Ny Marina momba ny M.D.R.M, Collection "Antson’ny Nosy", Printy Iarivo, 2 bis Lalana Galliéni, 1966, p. 109. [Zahao :lysnorine 26 juin 2019 à 12:13 répond à Behantra ao amin’ny « Fête de l’Indépendance-3 000 militaires, 200 voitures et 2h de défilé », mardi 25 juin 2019, https://www.madagascar-tribune.com/3-000-militaires-200-voitures-et-2h-de-defile.html#comment401493].

    1) betoko 3 juillet 2019 à 14:11 répond à vatomena ^
    « Pourquoi vous ne parlez jamais de l’INDIGÉNAT et aussi les HORREURS de beaucoup de colons [?]

    2) betoko 3 juillet 2019 à 15:03 |
    « Et les massacres des SOIT DISANT INSURGÉS dans des wagons et locomotive à MORAMANGA ;[?] »

    3) Tsisdinika 3 juillet 2019 à 14:14 répond à vatomena
    « Actes criminels dans la lignée de mars 1947 ? »

    4) Isambilo 3 juillet 2019 à 19:49 | (#4541)
    « Vatomena,
    « Ne jouez pas au petit malin. Qui est SAUVAGE et qui est RACISTE dans les 2 cas ? »

    « 5) | Isandra 3 juillet 2019 à 21:55 répond à Isambilo ^
    Vatomena,

    « Si les présumés sauvages ont commis des actes de sauvagerie, c’est à encore pardonnable à cause de leur ignorance, par contre, s’il s’agit des ACTES DE SAUVAGERIE COMMIS PAR DES GENS CENSÉS APPORTER ET PRÊCHER LA CIVILISATION, c’est mille fois impardonnable et abominable, du fait qu’ils sont en connaissance de cause.[...]

    « "L’épisode le plus barbare de la répression de 1947 - celui du train de Moramanga - en donne la mesure. Le 5 mai 1947, aux alentours de minuit, les militaires reçoivent l’ordre de tirer sur trois wagons plombés où sont enfermés 166 Malgaches. L’armée était convaincue que les insurgés préparaient un coup de force pour libérer les Malgaches. Par miracle, 71 prisonniers survivent. Incarcérés, torturés, affamés, ils sont exécutés le 8 mai, sans autre forme de procès. Un unique rescapé, laissé pour mort, racontera plus tard son calvaire et celui de ses camarades." »

    « 6) Isandra 3 juillet à 22:05 répond à Isambilo ^
    « Vatomena,
    « Il est inutile de vous rappeler ici, l’acte abominable, le largage par avion des gens vivants. »

    - Ny tantaran’Itpkl. RAKOTOVAO Martin, notsoahana avy amin’ny « Mémoire, Prison civile Antanimora. 21 Août 1947 », nosoratany fony izy nogadraina teny Antanimora, talohan’ny fitsarana azy (22 Jolay-4 Ôktôbra 1948).

    Sekretera nisahana ny fitantanan-draharahan’ny MDRM (secrétaire administratif) Itompokolahy Rakotovao Martin. Voaheloka ho faty tamin’ny 4 Ôktôbra 1948 izy dia nogadraina tany am-pitan-dranomasina. Tafaverina teto an-tanindrazana tamin’ny Jona 1960, taorianan’ny fanambarana ny fiverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara tamin’ny 26 Jona 1960. Io tantaran’ny famonoan’i BARON, direkteran’ny Sûreté générale, azy io dia hita koa ao amin’ny :

    1) Procès dit des parlementaires malgaches
    Sténotypie des débats
    Audience de l’après-midi du 9 août 1948
    RAKOTOVAO Martin...sy

    2) Stibbe Pierre (Me) , Justice pour les Malgaches, Éditions du Seuil, Paris, 1954, pp. 48-53.

    Hoy indrindra i Me Stibbe : « La déposition de Rakotovao Martin ("un jeune homme de vingt-sept ans, fils et petit-fils de pasteurs, ancien instituteur") fut capitale , car ce sont ses "AVEUX" qui permirent de justifier l’arrestation des députés Ravoahangy et Rabemananjara et du Conseiller de la Répiblique Raherivelo [le 12 avril 1947], en violation de leur immunité parlementaire. (p.48).
    (Hotohizana)

    • 4 juillet à 12:04 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Ny habibian’ny « colonialistes civilisés » sy ny « 29 Martsa 1947 » : ny nampijaliana an’Itpkl. Rakotovao Martin.
      (Tohiny)
      Toy izao ary no fitantarany ny nataon’i "France civilisée, pays des droits de l’Homme" taminy.

      « Mon arrestation

      « Le vendredi 4 avril vers 18 heures, le Commissaire de Police Hécamp sur un mandat d’arrêt de la part de M. Vergoz est venu à mon domicile à Antaninandro Ste Marie pour procéder à la perquisition et m’arrêter. Après la perquisition faite le lendemain 5 avril, au cours de laquelle des pièces furent saisies (photos et lettres) le commissaire m’a conduit sous escorte à l’Hôtel de ville, commissariat du 1er arrondissement. Du samedi 5 au dimanche 6 avril j’étais DÉTENU à l’Hôtel de ville. Le lundi 7 avril, on m’a fait passer devant le juge d’instruction M. Vergoz.

      « Le Juge d’Instruction avait lu mon inculpation d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État avec Andriantsifahaona et consorts... il a délivré contre moi un mandat de dépôt et fus ensuite amené à la prison civile Antanimora et gardé en cellule du 7 au 11 avril 1947.
      « Enquêtes et instructions

      « Le vendredi 11 avril vers 14h 30, le Commissaire de Police sénégalais Gaeba (?Sambar ?) sur un ordre manuscrit de la part de la sûreté générale est venu me chercher à la prison civile Antanimora, ainsi que le nommé Rakotonirina Stanislas, tandis que ce dernier fut conduit au Juge d’Instruction, je fus amené à la Sureté (sic) générale.

      « Arrivé à la Sureté (sic) générale vers 14h 45 je fus immédiatement conduit au bureau de l’adjoint au Directeur, et on m’a dit d’attendre d’abord au corridor Après quelques minutes d’attente je vois sortir de son bureau M. Baron, Directeur de la Sûreté générale, m’ayant vu , il demanda mon nom c’est ensuite qu’il m’a dit de le suivre à son bureau et il me présente le Pasteur RATREMA. Je réponds que Ratrema est le chef de section d’Ankadifotsy, mais M. Baron réplique vivement que c’est faux, Ratrema a-t-il dit est le chef suprême du PANAMA et que c’est lui, continua-t-il, qui a amené ses adhérents à se révolter. Je fus donc complètement étonné de cette explication que je viens d’entendre pour la première fois. Après il m’a fait attendre de nouveau au corridor ; c’était (là ?) que j’ai pu remarquer pendant au moins une heure que TOUS LES INCULPÉS QUI SORTENT DU BUREAU DU DIRECTEUR ONT TOUS LEURS VISAGES BLESSÉS et la démarche pénible par suite de coups et blessures qu’ils ont subis. J’ai observé tout particulièrement la TÊTE du Pasteur RATREMA et celle du médecin RAJAONARIVO PLEINES DE BLESSURES et les yeux tout rouges de sang. Après avoir vu toutes ces scènes horribles, on m’avait ramené dans la salle du secrétariat où je devais attendre mon enquête.

      « Brusquement vers 18h 30, M. Baron pénétra dans la salle où l’on m’avait mis et me dit d’aller vite à son bureau. Et de là jusqu’à son bureau, IL NE CESSA DE FRAPPER MA TÊTE PAR UN NERF DE BŒUF et de ME DONNER DES COUPS DE PIED PAR DERRIÈRE tout en M’INJURIANT par des mots grossiers.

      « Mon enquête commença vers 18.45, en présence de Mme PULVÉNIS sténo-dactylo du Directeur.

      « Le Directeur débuta par me parler que la réunion du 27 mars était SECRÈTE et qu’il déclara que JE DEVAIS TOUT ACCEPTER AFIN D’ÉVITER LES TORTURES.

      « Je répondis qu’étant le plus jeune employé salarié du bureau je sais et déclare avec sincérité que CETTE RÉUNION N’ÉTAIT PAS DU TOUT SECRÈTE mais régulière comme d’habitude et TOUT ce qui a était fait et décidé au cours de cette réunion FUT BIEN ENREGISTRÉE (sic) au PROCÈS VERBAL (sic) tenu régulièrement par RABEANTOANDRO [sekretera jeneraly lefitra tamin’ny Birao foiben’ny M.D.R.M. sady vao voafidy conseiller provincial -ny province de Tananarive], et je déclare que le procès verbal est exact.

      « Ne me laissant plus continuer l’explication M. Baron m’a fait passer à la SALLE DES TORTURES qui se trouve juste À CÔTÉ DE SON BUREAU. Là il m’avait FRAPPÉ PAR UN NERF DE BŒUF pendant un QUART D’HEURE environ, et il a appelé un SÉNÉGALAIS nommé JEAN à continuer à me FLAGELLERE. Après cette torture il m’a dit de TOUT ACCEPTER car sinon je risquerais des TORTURES PLUS AFFREUSES encore. Mais je persiste que je ne veux pas dire que la vérité celle qui est mentionnée au procès verbal et auquel je me réfère.

      « Irrité à l’excès M. Baron retrousse les manches de sa chemise et recommence la MÊME TORTURE avec plus de violence et appela un second policier nommé GEORGES. Il avait ordonné aux deux policiers de LIER TRÈS FORTEMENT MES DEUX BRAS PAR DERRIÈRE et MES DEUX MAINS FURENT PRESSÉES PAR DES TENAILLES EN BOIS , refusant toujours d’accepter les faux textes qu’il a voulu m’imposer.

      « M. Baron a ordonné aux deux policiers de me faire PLONGER LA TÊTE DANS UN BIDON D’ESSENCE REMPLI D’EAU FROIDE. Ma tête fut complètement plongée dans l’eau et cela dura jusqu’à ce que j’allais m’évanouir, et [après ?] cette plongée les deux policiers enlevent (sic) mes deux pieds en l’air. APRÈS CHAQUE PLONGÉE, JE REÇUS ENCORE DES COUPS — Cette torture fut répétée à très grand nombre, car chaque fois que je nie à sa dictée, je subis la même torture.
      (Hotohizana)

    • 4 juillet à 12:15 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Ny habibian’ny « colonialistes civilisés » sy ny « 29 Martsa 1947 » : ny nampijaliana an’Itpkl. Rakotovao Martin.
      (tohiny)

      « Ramené à son bureau, c’est déjà environ minuit, je vois devant la table du Directeur assis sur le fauteuil à gauche, un nouveau monsieur à l’air très influent avec grosses lunettes blanches et à voix tres basses (sic) s’adresser à moi et me prier de TOUT ACCEPTER, et il me DICTE les textes qui suivent :
      - la RÉUNION du 27 mars à Soarano était SECRÈTE.
      - le nommé RAKOTO FRANÇOIS ÉTAIT VENU POUR RECEVOIR DES ORDRES car Fianarantsoa était prêt.
      - le TÉLÉGRAMME rédigé par Rabemananjara est CONVENTIONNEL pour ne pas éveiller l’administration et que c’est un ORDRE DE RÉVOLTE .
      - Rabemananjara fit l’EXPOSÉ et les DÉTAILS DE L’ATTAQUE avec l’aide des groupements secrets JINA et PANAMA.
      - qu’un GOUVERNEMENT était CONSTITUÉ, DIRIGÉE PAR RAVOAHANGY, SCONDÉ PAR RABEMANANJARA RAHERIVELO et quelques conseillers provinciaux et que RASETA S’OCCUPERA DES AFFAIRES EXTÉRIEURES affaires extérieures.
      - que ce plan était déjà élaboré par les trois députés AVANT LEUR DÉPART pour la France et qu’ils sont AIDÉS PAR LES COMMUNISTES de France.
      « Malgré les tortures j’ai essayé de m’expliquer en disant que :
      - notre réunion n’était pas secrète
      - que ce télégramme n’était pas conventionnel et que c’est un appel au calme.
      - qu’au cours de cette réunion il n’a jamais été question de révolte et l’on n’avait (pas) parlé de ces sociétés secrètes JINA ou PANAMA et que le M.D.R.M. n’a jamais constitué un gouvernement. Seules (sic) des questions concernant les travaux de l’assemblée provinciale ont été discutées.

      « Mais cette explication fut vaine, de NOUVELLES TORTURES FURENT INFLIGÉES CONTRE MOI, C’EST ALORS que je demandais pardon et des TRAITEMENTS PLUS HUMAINS ET DIGNES DE LA FRANCE . VOILÀ LE TRAITEMENT DE LA FRANCE dit M. Baron.

      « On m’a fait passer de DE NOUVEAU DANS LA SALLE DE TORTURE et a été plongé et replongé dans le bidon. Finalement, les deux sénégalais ont tiré mon corps, pieds en l’air en montant et descendant le petit escalier en ciment qui se trouve dans cette affreuse petite salle.

      « Complètement exténué, JE FUS donc malgré moi, FORCÉ D’ACCEPTER LES FAUX TEXTES DICTÉS PAR LE DIRECTEUR ET LE NOUVEAU MONSIEUR .

      « Ces textes ne contiennent que des MENSONGES PUREMENT INVENTÉS POUR CHARGER LES PARLEMENTAIRES MALGACHES ET INCRIMINER LES DIRIGEANTS DU M.D.R.M. car je me souviens encore la phrase que ce monsieur à grosses lunettes blanches m’avait dit ce soir là : "Il faut que tu t’inclines, tu es encore jeune et ne te fais pas esquinter pour rien IL FAUT QUE TU CHARGES RAVOAHANGY ET RABEMANANJARA POUR SAUVER TA PEAU, d’autres vont charger le Dr Raherivelo et consorts, quand l’occasion s’y prêteront (sic)."

      « Après ces abominables tortures que je n’ai jamais vues depuis mon existence je suis forcé d’accepter. C’est environ vers 4h 30 du matin que M. Baron a ordonné aux policiers de défaire la ligature, car j’allais signer les textes forcés — LES TRACES DE CETTE LIGATURE SONT ENCORE BIEN VISIBLES. —
      Toutes les journées du samedi et du dimanche je n’ai pu rien manger par suite de mon état.

      « Le samedi 12 avril vers 14h 30, alors que j’étais encore endormi, le Directeur de la Sureté (sic) m’avait éveillé et dit de le suivre. Il m’a fait introduire brusquement dans son salon et quel fut mon étonnement car je fus présenté par M. Baron devant M. VERGOZ juge d’instruction, M. MABA, PROCUREUR de LA RÉPUBLIQUE et M. OTTAVY SUBSTITUT du procureur. Les trois messieurs étaient en train de prendre l’apéritif. M. Baron me demanda qui sont ces messieurs.— Je réponds ce sont les juges. C’est ensuite que M. BARON DÉCLARE QUE MA DÉPOSITION FORCÉE EST L’EXPRESSION DE LA VÉRITÉ, après cela il m’a fait ramener au secrétariat.
      La nuit de ce même jour, vers 22 heures je fus encore éveillé pour aller au bureau de l’adjoint. Là j’ai vu le Dr RAMAHENINA RANAIVO [pharmacien]. M. Baron m’a demandé si le Dr assistait à la réunion à laquelle je répondis oui : M. Baron a ensuite ACCABLÉ DE COUPS sur le VISAGE du Docteur. J’ai vu également Robert lapidaire debout au corridor attendre son malheureux tour.

      Le dimanche 13 avril vers 23 heures, je fus encore éveillé et amené au bureau de l’adjoint et fus sommé par M. Baron pour maintenir ma déclaration d’hier, entre temps j’ai entendu quelqu’un GÉMIR dans le bureau du Directeur, brusquement la porte qui sépare les deux bureaux fut ouverte, c’est le député RABEMANANJARA ESSOUFLÉ et essuyant encore sa figure tout mouillée qui se trouve devant la porte, c’est devant cette scène terrifiante que M. BARON M’A FORCÉ DE MAINTENIR MA DÉCLARATION. Ensuite il a INJURIÉ LE DÉPUTÉ en ces termes : « tu n’es plus un député tu es une merde » — et il a fermé la porte et m’a fait ramener au secrétariat....

      Par suite des mauvais traitements, on m’a fait coucher sur le ciment sans matelas et couverture pendant ces dix-huit jours — je fus atteint d’une forte fièvre et fus hospitalisé à l’Hopital (sic) colonial de Soavinandriana du 2 au 7 mai.

      Sorti de l’Hopital, je fus encore reconduit à la Sureté (sic) générale. Etant très faible et en pleine convalescence Mme PULVÉNIS secrétaire de M. Baron M’A FORCÉ DE DIRE QUE LES TROIS DÉPUTÉS ONT UN CODE PRIVÉ. Et le soir je fus ramené à la prison civile d’Antanimora...
      — Ce mémoire sur les tortures que j’ai subies fut déjà remis à Me Stibbe le 18 mai 1947...
      Prison civile Antanimora 21 Août 1947
      Rakotovao Martin
      en détention préventive à la prison civile
      Tananarive

      (Hotohizana)

    • 4 juillet à 12:27 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Ny habibian’ny « colonialistes civilisés » sy ny 29 Martsa 1947 : MANAKARA, 31 Martsa 1947
      (Tohiny)

      Vantany vao nahafantatra ny fipoahan’ny fikomiana ny depiote Ravoahangy sy Rabemananjara ary ny Conseiller de la République Raherivelo, dia nanameloka azy tanteraka ary nanantitrantitra fa tsy ny M.D.R.M. velively araka ny tonga dia nanendrikendrehan’ny Radio sy ny colonialistes azy dieny ny Alahady 30 Martsa. TSY NAVELAN’ny haut-commisaire de COPPET hanambara izany tamin’ny RADIO ny depiote raha nihaona taminy ny Talata 1 Aprily. Antitranterina tsara eto fa faly dia faly erỳ ANEFA izy sy ny « colons » raha nanao fanambarana tahaka izany ho an’ny Vahoka Malagasy ny depiote Ravoahangy sy Raseta tamin’ny 3 Jolay 1946, talohan’ny hiaingany ho any Frantsa, NAMPORISIKA ny vahoaka tsy hitokona tsy hiasa ary hilamina mandrakariva, ka NISY VOKANY tsara tokoa :
      « Message des députés à leurs compatriotes,
      radiodiffusé le 3 Juillet 1946

      À tous les Malgaches de l’Île,

      Chers compatriotes,

      Avant notre départ de Madagascar, notre chère Patrie, nous tenons à vous adresser cet appel : Restez calmes, ÉVITEZ LES TROUBLES parce que le désordre n’engendre jamais aucun bienfait. Rien ne s’accomplira sans la tranquillité et la paix. Ensuite, n’oubliez pas les propos et les discours que nous avons souvent tenus : IL FAUT TRAVAILLER avec ardeur et FAIRE PRODUIRE beaucoup ce pays....
      Pour ce qui est du travail, nous n’éprouvons aucune répugnance vis-à-vis de personne, car nous sommes PRÊTS À MARCHER ENSEMBLE ET FRATERNELLEMENT AVEC LES FRANÇAIS qui sont ici et veulent collaborer avec nous...C’est un crime vis-à-vis de la Patrie que de rester oisifs parce qu’il en résultera pour notre pays : pauvreté et perdition.

      Travaillez donc, chers compatriotes....
      Du travail résulte le progrès du corps, de l’esprit et de l’âme.

      Voilà la VÉRITABLE INDÉPENDANCE...

      Noho io FANDAVAN’i de Coppet io izay MAZAVA HO AZY FA TSY MISY ANTONY MITOMBONA mihitsy AFA-TSY ny faniriana ny hitohizan’ny fikomiana angaha, dia nampanao peta-drindra eran’ Antananarivo izao fanambarana izao ny depiote roa lahy ny Alarobia 2 Aprily :

      « Ry Vahoaka Frantsay sy Malagasy
      « Mahavaky fo sy mampahalahelo tokoa ny vonoan’olona mahatsiravina tany Manakara sy Moramanga. Manondrika ny lohanay amim-panajana eo anoloan’ireo voa tsy fidiny ary miarak’ory amin’ireo fianakaviany noho izany.
      « Tianay atao antso avo eto fa tsy marina velively ireo filazan’ny gazety sasany miampanga ny Parti M.D.R.M. sy ny députés ho fototry izao zava-doza mihatra amin’i Madagasikara izao.
      « Antenainay fa ny fitsarana dia hampibaribary ny fahamarinana rehetra ka tsy ho simban’izao toe-javatra izao ny firaisana misy amin’ny Frantsay sy ny Malagasy ao amin’ny Union Française.
      « Koa dia aoka handrasantsika amim-pahatokisana sy amim-pahamarinana ny fifafaran’ity raharaha mampahory ity.
      « Ravoahangy sy Rabemananjara
      Députés
      Tananarive, 2 Avril 1947
      « Imprimée à l’Imprimerie Antananarivo Soarano, affichée le 3 avril par Rakotovao Martin après dépôt légal au Commissariat central. »

      MANAKARA, Alatsinainy 31 Martsa
      - Araka ny taratasy nalefan’ny vehivavy vazaha iray nonina tao Manakara, ho an’ny gazety boky Marchés coloniaux, dia vahoaka marobe notaomin’ny KAMIAO (!) no tonga teny amin’ny seranam-piaramanidina hoe hitsena an-dRavoahangy sy ny Amerikanina. Kanjo nony hitan’ izy ireo fa tsy izany no izy dia notifirin’izy ireo tamina basy fohy, HONO, ny fiaramanidina. Namaly ireo mpitifitra ireo tamin’ny basy maro vava ny miaramila avy ao amin’y fiaramanidina, ka maro ny maty sy ny voababo.

      Manakara, 4 avril
      C’est lundi [31 Mars], vers onze heures, que le premier avion survola Manakara…L’avion a été reçu par une foule de gaches arrivés par CAMIONS pour attendre ceux qu’ils croyaient être Ravoahangy et des Américains. Dès qu’ils ont reconnu leur méprise, ils ont ATTAQUÉ (!) l’avion avec des mousquetons (!) auxquels des MITRAILLETTES ont répondu. Les militaires sont descendus avec leurs armes et ont fait du BEAU TRAVAIL : des morts, des prisonniers NOMBREUX sont restés entre leurs mains. (Marchés coloniaux, 3e année, n°75 du samedi 19 avril 1947).
      (Hofaranana)

    • 4 juillet à 12:46 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Ny habibian’ny « colonialistes civilisés » sy ny 29 Martsa 1947 : MANAKARA, 31 Martsa 1947 sy MANANJARY 2 Aprily 1947
      (Tohiny sady farany)

      Nanamafy izany koa ny tatitra nataon’ny ny manamboninahitra Frantsay iray, tamin’ny 3 Aprily 1947, ary nomarihina fa IZANY « FANEVA MDRM » IZANY no nialoha lalana an’ ireo hoe andiam-pikomy tonga teny amin’ny seranam-piaramanidina ireo ary dia nifarana ny hariva ny « FANADIOVANA » ny tanàna.

      « un détachement aéroporté a été envoyé le 31 mars par 3 junkers. À l’arrivée des avions, une importante bande de rebelles, DRAPEAU du MDRM EN TÊTE, s’est avancée CROYANT À L’ARRIVÉE DES AMÉRICAINS. Cette méprise a permis de faire aussitôt de NOMBREUX PRISONNIERS. Le détachement a ensuite entrepris l’occupation et le NETTOYAGE DE LA VILLE, opérations se terminant le soir du 31 (Duval Eugène-Jean , La Révolte des Sagaies, Madagascar 1947, L’Harmattan, Paris, 2002, p. 99).

      Hoy kosa ny vavolombelona Malagasy iray momba ny nanaovana JINJA FARY io Alatsinainy 31 Martsa io ny VAHOAKA NASAINA « NITSENA » ny FIARA-MANIDINA hoe Amerikanina IZAY NIPETAHANA FANEVA nisy soratra M.D.R.M., tahaka ny KAMIAO voalaza etsy aloha :

      « Ce qui se passait à Manakara »
      « 31 mars 1947 à 10 heures : arrivée de trois avions amenant des militaires SÉNÉGALAIS ET MALGACHES, au nombre d’environ 70, accompagnés de sous-officiers et d’officiers, TOUS PORTANT DES ARMES MODERNES. SUR CES AVIONS ÉTAIENT FIXÉS DES DRAPEAUX AVEC LES INITIALES M.D.R.M. En sortant des avions les passagers appelaient les gens en disant : "Venez à nous, car voilà les avions américains qui nous ont transportés pour sauver les Malgaches" – Mais hélas : LORSQUE LES GENS FURENT EN GRAND NOMBRE, ON LES MITRAILLA, HOMMES et FEMMES , PETITS et GRANDS, et beaucoup furent ainsi tués. Les survivants s’enfuirent et on tira encore sur eux. [Fonds Me Pierre Stibbe, Bibliothèque de Documentation internationale contemporaine (BDIC), Nanterre, France]. »

      TENY MIDINA, nalefa TALOHAN’ny 29 Martsa, avy amin’ny MPITARIKA ny JINA tao MANAKARA, izay nitampify tao anatin’ny sampan’ny M.D.R.M. nijoro teo an-toerana, no nanainga ny vahoaka ho eny amin’ny seranam-piaramanidina MANAKARA io Alatsinainy 31 Martsa maraina io, hitsena ny depiote M.D.R.M. sy ny miaramila Amerikanina tonga hanampy ny fikomian’ny Malagasy . Efa nisy fanomanana CAMIONS angaha izany nitaterana ny sasany taminy satria nilahatra nandeha an-tongotra ny ankamaroany araka ny filazan’ny vavolombelona maro.

      MANANJARY 2 Aprily 1947

      Malagasy 53, ka nisy vehivavy enina, nosamborina tany Mananjary fa nahiahiana ho mpikomy, no naripaky ny tifitra safo be mantsina nataon’ny miaramila sy ny voanjo mitam-piadina nampitombo hery azy ireo tao amin’ny FONJA nitanana ireo nogadrana ireo ny Alarobia 2 Aprily. Lehilahy 25 sy vehivavy 21 kosa no najedaka tao amin’ny trano nisy ny LADOANY ary sahabo ho 60 teo hoe eo tao amin’ny TRÉSOR. Olona iray tafavoaka velona fa niery tao anatin’ny vata vy fitehirizam-bola no afaka nitantara ny zava-nitranga. « Nahatratra iray centimètre, hono, ny rà tao amin’ny biraon’ny Trésor, hoy ny mpitantara. » (RAKOTOMALALA Joëlson, Zava Nafenin’ny 29 Marsa 47, Boky fahatelo, Madprint, 1983, p.46). Avy hatrany dia noroahina nankany Frantsa ilay mpitsara sahy niampanga izany (Ernest POISSON).

      « À Mananjary, le 2 avril, cinquante-trois patriotes dont six femmes, arrêtés comme simples suspects, sont assassinés en masse dans la prison civile par les troupes françaises renforcées par les colons en armes. Vingt-cinq hommes et vingt et une femmes sont massacrés dans le bâtiment des douanes : parmi eux, un professeur d’’école régionale, un de ses élèves âgé de 13 ans, une fillette de 14 ans, des anciens combattants mutilés de la guerre 1939-1945. Une soixantaine d’autres personnes sont massacrées dans le bâtiment du trésor. Il y eut un seul survivant qui avait eu l’idée de se dissimuler dans le coffre-fort et qui a pu raconter les conditions dans lesquelles s’est effectuée la tuerie. Un magistrat, M. Ernest Poisson, qui eut le courage de dénoncer ces faits, fut immédiatement chassé de Madagascar. » (Pierre Boiteau , Contribution à l’ histoire de la nation malgache, Éditions Sociales, Paris, 1958 pp.387, 388).

      Farany momba ireo voanjo kiriolona nonina tamin’ny faritra vakin’ny ony Faraony naripaka sy norobain’ireo nitonona ho M.D.R.M. tao Ambila dia averinay ny nosoratanay vao haingana :

      « Ny Voay be mpanjaka » tany - Jules CASTELLANI, député sady mpamboly kafe, sy RUHEMAN no tokony ho nikamenoman’ilay zaza navelan’ny mpanjanan-tany satria ny mpikaraman’adiny izy ireo, ANDROVY nampisandohany ho mpikomy MDRM tao AMBILA sy ny faritra manodidina azy, namono sy nandroba ireo fianakaviana tamin’iny toerana iny : Nianiany natao SORONA hanendrikendrehana sy hamelezana ny MDRM ». [lysnorine 26 juin 2019 à 12:13 répond à Behantra ao amin’ny « Fête de l’Indépendance 3000 militaires, 200 voitures et 2h de défilé », mardi 25 juin 2019, https://www.madagascar-tribune.com/3-000-militaires-200-voitures-et-2h-de-defile.html#comment401493
      Ary koa AHAZOANY ONITRA TSY HITA VELIVELY noho ny fandravan’ireo VOAKARAMANY ireo ihany ny fananany. Tsarovana fa dieny tamin’ny 7 Jolay 1947 dia nangataka fanampiana vonjy maika nitentina 100 TAPITRISA FCFA ho an’ny « tra-boina » ny depiote DUVEAU, izay nampakarin’ny depiote CASTELLANI faingana ho 500 TAPITRISA tamin’ny 27 Desambra 1947 ka lasa... 850 TAPITRISA tamin’ny farany (loi du 30 décembre 1947.
      Betsaka no mbola azo lazaina momba ny fahabibian’ny colonialistes Frantsay « civilisés » teto Madagasikara (izay tsy mikasika velively ny vahoaka Frantsay !).

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS