Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 25 juin 2018
Antananarivo | 20h35
 

Politique

Société civile

Le Sefafi sort son 16è recueil intitulé « Espérer contre toute espérance »

vendredi 2 mars | Ny Aina Rahaga

Le Sefafi (Sehatra fanaraha-maso ny fiainam-pirenena) ou Observatoire de la Vie publique présentera aujourd’hui le 16ème recueil des communiqués du Sefafi pour l’année 2017. Un recueil intitulé « Espérer contre toute espérance » qui est loin d’être ambigüe. « Tiré de l’épitre de Saint Paul aux romains (4 ; 18), le titre de ce recueil ne se limite pas à son sens religieux. Il évoque plus largement les sentiments profonds d’une population ballotée par des idéologies contradictoires, malmenée par leurs dirigeants successifs et conditionnée par une information à sens unique. On ne connait la sanction : Madagascar est le seul pays qui se soit appauvrit depuis son indépendance en 1960 alors qu’il n’a connu ni guerre, ni conflit intérieur ni catastrophe naturelle majeure », peut-on lire dans l’avant-propos de ce recueil de textes de l’une des organisations de la Société civile les plus influentes de la Grande ile.

Le Sefafi au cours de l’année 2017, a maintes fois soulevé les disfonctionnements entravant le développement du pays. Notamment l’imbrication malsaine de la religion et de la politique dans un Etat qui se veut pourtant laïque, les entorses multiples à la Constitution dont l’absence à ce jour de la Haute cour de justice (HCJ), le verrouillage de l’information et les restrictions aux libertés d’expression et de manifestation. Malgré tout cela, l’espoir est donc permis selon le Sefafi. « Face à ces nombreuses dérives, le Sefafi persiste à croire que la bonne gouvernance est toujours possible, et qu’une saine pratique de la démocratie n’est pas utopique. Cette conviction constitue le socle sur lequel repose notre espérance commune  », déclare-t-elle. En somme, l’espoir est encore permis mais reste conditionné par un changement radical de pratique en matière politique.

11 commentaires

Vos commentaires

  • 2 mars à 09:43 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Voici quelques citations qui en disent long sur notre situation :

    « Les maux qui dévorent les hommes sont le fruit de leurs choix ; et ces malheureux cherchent loin d’eux les biens dont ils portent la source » Pythagore (582 à 500 av JC)
    « Si l’invraisemblable arrive, c’est donc que ce qui est invraisemblable est vraisemblable » Aristote (384 à 322 av JC)
    « Le bien ne suffit pas à assurer le bonheur, mais le mal suffit à assurer le malheur » Aristote (384 à 322 av JC)
    « L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit » Aristote (384 à 322 av JC)
    « L’ambition est le dernier refuge du raté » Oscar Wilde
    « L’opinion publique n’existe que là où il n’y a pas d’idées » Oscar Wilde
    « Il n’y a que deux sortes de gens vraiment attrayants : ceux qui savent absolument tout et ceux qui ne savent absolument rien » Oscar Wilde
    « Deux hommes intelligents, d’idées opposées, trouvent beaucoup plus de choses à se dire que deux c.o.n.s appartenant au même parti. » San Antonio

    • 2 mars à 09:57 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Sans oublier évidemment la suivante :

      « Un politicien ne peut faire carrière sans mémoire, car il doit se souvenir de toutes les promesses qu’il lui faut oublier. » San Antonio

    • 2 mars à 12:05 | poiuyt (#584) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Aristote (384 à 322 av JC) : « L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ».

      Quelle est celle qui affirme tous les jours de MT ?

  • 2 mars à 09:45 | Gérard (#7761)

    garder l’espoir, espérer un changement qui réduise la corruption et prenne en compte 25 millions de personnes
    ce message doit être répété inlassablement
    tout comme doivent être diffusés, inlassablements, les textes qui décrivent la triste situation actuelle et sa genèse, ce que je faits au risque de lasser, bien sûr

    www.dial.ird.fr/media/ird-sites-d-unites-de-recherche/dial/documents/publications/doc_travail/2014/2014-21

    www.dial.ird.fr/media/ird-sites-d-unites-de-recherche/dial/documents/publications/doc_travail/2013/2013-13

  • 2 mars à 12:17 | Gérard (#7761)

    il est « amusant » de voir que, si l’on en juge par le nombre de commentaires sur ce forum, les réflexions du Sefafi, et de la société civile en général , intéressent peu de monde !
    ils ne font pourtant que décrire inlassablement les maux qui feront bientôt de Madagascar LE pays le plus pauvre du monde
    à coté de cela les « jeux du cirque » entre les 3 principaux acteurs qui n’ont pratiquement rien à dire tellement ils se ressemblent, tellement ils œuvrent pour les mêmes intérêts, passionnent toujours autant les foules !
    les distributions de casquettes et de teeshirts (et de mallettes pour les plus chanceux !) seront elles toujours aussi décisives pour l’avenir de ce pays ?

    • 3 mars à 09:04 | saricine (#2893) répond à Gérard

      Bonjour Gerard

      C’est normal que ça n’intéresse pas beaucoup de monde :
      Premièrement : il font les mêmes refrains depuis au moins 40 ans, un peu de renouveau de ligne directive peut-être ? Trop catho ?

      Deuxièmement : L’image du Père Urfer devrait peut-être enlevée de toute sortie médiatique de cette entité, c’est pas parce que c’est un vazaha, c’est surtout par rapport à son obédience ou vision politique : c’est un adversaire de Ra8 et qui a soutenu le putsch 2009, et enfin selon toujours ses « elites « du sefafi : il ne faut pas confondre religion et politique et surtout ne pas confondre intérêt personnel et l’interêt general.
      Je ne pense pas que le Père Urfer , ait un but politique personnel, peut-être qu’il pense beaucoup plus sur le social la pauvreté des malgaches ou aussi il croit pouvoir apporter ses contributions au développement du pays. Mais n’oubliez pas , son image gêne bon nombre de gens

  • 2 mars à 13:04 | arsonist (#10169)

    Le problème c’est que la SEFAFI est d’obédience catho gasy . Et pas n’importe laquelle , mais celle-là même qui était partie prenante au coup d’État. Alors , il vaut mieux s’en méfier .

  • 2 mars à 13:14 | Mihaino (#1437)

    Personnellement , il fut un moment où j’étais déçu , découragé, désemparé , dégoûté par la politique et les politiciens comme bon nombre de nos compatriotes mais lorsque j’ai vu que de nouvelles têtes , des femmes patriotes et compétentes ,de jeunes élites ont osé se porter candidats à la magistrature suprême , je suis convaincu par le titre « Espérer contre toute espérance ».Il est normal que le SEFAFI observe , analyse et propose des solutions à nos gouvernants sans intérêt personnel mais pour l’intérêt du Pays . J’ai toujours lu les recommandations du SEFAFI et ses membres n’ont eu de cesse de tirer les sonnettes d’alarme .Toutefois,force est de constater que nos dirigeants font la sourde oreille et continuent leurs mauvaises habitudes de gouverner .« Mieux vaut quitter les chemins battus » dit-on .
    J’ai lu dans un quotidien célèbre que les dés sont pipés pour cette élection de 2018 . Si cela s’est avéré , notre belle île connaîtrait encore une véritable instabilité donc une autre crise politique , économique ,sociale...A qui profite le crime ??
    Enfin , le problème de TIKO , triple A, et le gouvernement actuel devrait être résolu entre les deux partis au lieu de s’éterniser .Que les ministères concernés contrôlent aussi toutes les industries installées chez nous si elles respectent l’environnement afin d’éviter les « 2 poids, 2 mesures » !

  • 2 mars à 16:13 | LOVAXEL (#10217)

    à Arsonist
    obédience catho gasy ?
    pas n’importe laquelle ?
    une franc-maçonnerie catholique ?

  • 2 mars à 18:43 | ratiarivelo (#131)

    Fandanin’ANDRO ny an’IREO***hatramin’izao tsy hita izay zava-bita fa ny WWWAAAAWWWAA no betsaka !! samy tsara !

  • 3 mars à 00:36 | reviv (#9830)

    Vous dites, « le sefafi catho gasy...... »

    Peut-être, pourquoi pas, mais rien n’est moins sûr,
    en tout cas si l’on en croit à ce qui est écrit ( ou dit) :

    « Le Sefafi au cours de l’année 2017, a maintes fois soulevé les disfonctionnements entravant le développement du pays. Notamment l’imbrication malsaine de la religion ......... »

    le plus important est, je pense, de dénoncer à vive voix les dysfonctionnements de l’état et son implication à faire avancer les idées de la bonne gouvernance.

Publicité



Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 414