Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 28 mai 2022
Antananarivo | 11h12
 

Coopération

Le PNUD et Madagascar main dans la main

vendredi 21 mars 2014
Le Président Hery Rajaonarimampianina et Madame Helen Clark.

Helen Clark, administrateur du PNUD, réputée pour être une des femmes les plus influentes au monde, et le président Hery Rajaonarimampianina ont discuté de la politique de transition et du programme de développement du pays. Ils ont regardé ensemble comment Madagascar et le PNUD pourraient davantage renforcer leur coopération.

En ce qui concerne la politique de transition, Hery Rajaonarimampianina a promis que les élections communales prévues pour le mois d’octobre seraient organisées par la Commission électorale nationale indépendante de la transition (CENIT) avec le concours du PNUD. Le communiqué officiel relatif à cette rencontre qui s’est déroulée le 17 mars 2014 à New-York n’a pas expressément évoqué le problème de la nomination du Premier ministre même si d’autres sources indiquent que le Premier ministre sera nommé par le président à son retour au pays et avant qu’il ne se rende à Bruxelles auprès de l’Union européenne. En revanche, interrogé par la presse internationale, le président avoue n’avoir pas encore de nom en tête mais dit que si les groupes parlementaires à l’Assemblée nationale ne s’entendent pas, il désignera un Premier ministre.

Quant au programme de développement, l’administrateur du PNUD, Helen Clark et le président Rajaonarimampianina ont admis que le pays fait face à un énorme défi : celui de répartir les dividendes de la démocratie. « Ill faut redoubler d’efforts pour remettre le pays sur la voie de la croissance et du développement durable », a déclaré Helen Clark. Elle espère qu’avec une situation politique enfin stabilisée, Madagascar et ses partenaires pourront désormais se concentrer sur les questions de développement, ce qui devrait permettre une évolution rapide de la situation de la pauvreté pour ces 80% des personnes qui vivent avec moins de 1 dollar par jour.

La réconciliation nationale pour le développement durable

Pour sa part, le président Hery Rajaonarimampianina a partagé sa vision pour le développement durable et inclusif de Madagascar. Un développement basé sur la réconciliation nationale. « Le développement ne peut être durable ou inclusif si les causes profondes des conflits, y compris les disparités entre les régions et les inégalités dans la répartition des revenus ne sont abordées » a-t-il indiqué.

Il a en outre poursuivi en déclarant que la première étape de cette stratégie à long terme sera la composition du gouvernement, mais qu’il prévoit également une consultation publique à grande échelle en ce qui concerne la réconciliation nationale (voir article par ailleurs) ainsi que la décentralisation économique qui, selon lui, est un moyen essentiel de réduire les disparités entre les régions. Il a également mentionné que l’amnistie pour les prisonniers politiques est en cours de discussion.

Une table-ronde en deux parties

L’administrateur Helen Clark a promis l’appui du PNUD pour la prochaine table ronde des bailleurs de fonds, avec l’espoir d’un retour rapide du Fonds Monétaire International et d’autres, y compris des investisseurs privés à Madagascar. Le président Rajaonarimampianina a souligné qu’il a l’intention de tenir la table ronde en deux parties - la première pour les donateurs / partenaires « traditionnels » tels que l’Union Européenne, la Banque mondiale, le FMI et les Nations Unies pour répondre aux besoins immédiats ; puis une deuxième étape environ trois mois plus tard, qui sera plus globale et inclura le secteur privé.

Par ailleurs, le Président a révélé que la dette de Madagascar est relativement faible (2 milliards de dollars) et qu’il vise l’investissement du secteur privé dans les secteurs des mines, du tourisme et de l’agriculture, entre autres.

Le Président a conclu en soulignant que le PNUD appuie le gouvernement dans l’élaboration d’une stratégie de relance de développement intérimaire de 18 mois qui va immédiatement servir de plan de développement transitoire et aider le gouvernement à faire le plaidoyer auprès des partenaires. L’élaboration d’un plan à long terme suivra dans une seconde étape.

Le défi est donc lancé pour la relance qui devra être palpable dans 18 mois.

Recueilli par Bill

4 commentaires

Vos commentaires

  • 21 mars 2014 à 14:04 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Communales en octobre 2014 !
    Un décrêt présidentiel pour la mise à jour des listes électorales, pour les régionales et les communales.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 21 mars 2014 à 14:12 | meloky (#637)

    Quant a la situation actuelle, " Tsy tokony handihy fa mbola tsy afa-tavony" !!!!

  • 21 mars 2014 à 14:36 | Vohitra (#7654)

    La photo là, c’est le quatrième lit d’un diacre ou quoi ? tena gasy petaka mihintsy izaho ity marina !

  • 21 mars 2014 à 16:29 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Est-ce qu’il dispose encore du temps pour les réaliser ?
    Avec sa manière de gérer ce donné insaisissable et renouvelable à perpétuité mais en apparence seulement (un lendemain sans fin), il va arriver un moment où il se rendra compte qu’il soit trop tard pour bien faire.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS