Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 17 septembre 2021
Antananarivo | 19h08
 

Economie

Filière pois du Cap

Le « Menamaso » en regression

lundi 27 août 2007 | Adrien R.

La filière pois du Cap renaît de ses cendres après avoir été, depuis longtemps handicapée par le phénomène « menamaso » ou « pink eye » selon les anglophones. En marge des trois jours de salon qui s’est terminé le 25 août dernier à Morondava, il a été annoncé que 80 tonnes de nouvelles semences indemnes de « menamaso » sont à la carte et la production sera récoltée vers le courant du mois de septembre et octobre prochains.

Cette nouvelle donne est à mettre sur le compte d’une recherche conduite par la FOFIFA chez un groupement de producteurs de pois du Cap au sein de la région du Menabe. Le PSDR a contribué pour le financement du projet.

A rappeler qu’à cause de l’existence du syndrome « menamaso » entachant la semence, les grains de pois du Cap produits dans la région de Menabe, voire dans d’autres régions productrices, sont considérés comme étant en mauvaise qualité.

De cette conséquence désastreuse, on n’est pas en mesure de subvenir aux 4000 à 5000 tonnes de la demande annuelle des îles voisines de l’Océan Indien en matière de pois de cap.

80 tonnes de semences indemnes

Avec ces 80 tonnes de semences de pois du Cap contrôlées et indemnes, une belle opportunité s’ouvre pour la relance de la filière, et surtout pour satisfaire la demande de l’Ile de la Réunion et de Maurice. A noter que ces derniers temps, une pénurie de pois du Cap plane sur le marché mauricien, ce qui l’oblige à importer à partir de l’Australie.

A signaler que l’échange commercial et technologique « FIVE » a vu la participation de 6 grands opérateurs acheteurs-exportateurs de grains secs et 52 producteurs, étant donné que les grains secs et la pêche constituent les filières-phares de la région Menabe.

Comme le salon a privilégié le contact de marché et de partenariat entre les producteurs et opérateurs, on a y relevé 60 tonnes de demande en pois du Cap à pourvoir immédiatement de la part de des opérateurs acheteurs, et 30 tonnes par mois à partir du mois de septembre prochain.

Quant aux producteurs, leur offre en pois du Cap se chiffre à hauteur de 110 tonnes. Pour le MCA-Madagascar qui parraine la manifestation, le succès constaté à l’issue de la manifestation répond exactement à sa mission visant à mener le monde rural vers l’économie de marché.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS