Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 16h39
 

Divers

Affaire du 20 mai 2010

Le BIANCO refuse tout amalgame

vendredi 28 mai 2010

Dans un communiqué transmis à la rédaction, le BIANCO regrette que certains soient tentés de chercher un lien entre les événements tragiques du jeudi 20 mai au Fort Duchesne et les revendications portant sur l’affaire des 500 millions d’ariary. Le BIANCO refuse ces allusions et les interprétations de ceux qui expliqueraient qu’à l’origine de la mutinerie de quelques éléments des FIGN se trouveraient les revendications des résultats des enquêtes sur cette affaire. Le BIANCO remarque que certains de ces agents ont fait partie de la Commission mixte d’enquête spécialement mise en place à cet effet et que les conclusions des travaux de cette Commission ont déjà été déposés auprès des autorités à la fin du mois de février 2010.

Tout en présentant ses condoléances aux familles des victimes des événements de ce jeudi 20 mai, le BIANCO attire alors l’attention du public sur la recrudescence des pratiques de corruption. « Seule la prise de conscience à la fois individuelle et collective permettra d’épargner la Nation d’un péril imminent, conséquence inévitable d’une corruption généralisée » renchérit le BIANCO. Il note : « porter des accusations et se rejeter les responsabilités n’apportent aucune solution. Il revient à tout citoyen - dirigeant, acteurs de la vie politique, meneurs d’opinion, membres des forces de l’ordre, journalistes…- de refuser et dénoncer la corruption sous toutes ses formes ».

La question qui se pose à l’opinion publique est de savoir où en est-on exactement car les seules informations connues sont que les enquêtes administratives ont été menées à terme et qu’il resterait les enquêtes judiciaires. Que la transparence soit effective !

Recueilli par Valis

2 commentaires

Vos commentaires

  • 28 mai 2010 à 09:42 | kotondrasoa (#3872)

    Les membres du FIGN qui ont appelés la population à les aider a revendiquer la vérité, par la voix du Colonel Raymond ont clairement parlé des 500 millions d’ariary, quoiqu la BIANCE dise.

    Si les résultats de ces enquêtes ont eu la suite qu’ils méritaient, la révolte de ces épris de vérité n’aurait pas éclaté.

    Et à voir la celerité avec laquelle les affaires relatives aux opposants sont traitées, il est admis qu’il y a une justice à 2 vitesses actuellement à Madagascar et celle incluant les membres de la hat semble la vitesse point mort (est-ce une vitesse ou une non-vitesse ?)

    Que le BIANCO s’offusque de l’amalgame m’importe peu, ce que la population veut savoir est :où en est l’enquête judiciaire relative aux 500 millions d’ariary ?.

    Et ce qui m’étonne aussi, c’est que l’autorité hiérarchique de bru ne savait même pas où ce dernier était le jeudi noir ! Comme s’il n’y avait plus de hiérarchie qui tient et que tout le monde peut faire ce que bon lui semble.

    Le nouveu Ministre des FA des pustchistes va avoir du pain sur la planche.

    • 28 mai 2010 à 10:42 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à kotondrasoa

      kotondrasoa

      Cette affaire de vrai-faux "GROS SOUS" a failli réussir pour déstabiliser le Gouvernement de la Transition.

      Pour moi,ce qui compte,c’est la maîtrise de la situation.

      Notre "ARMEE" ne manque pas des "HOMMES SAGES" qui résoudront leur problème interne.Que les politiques ou politicards n’essayent pas de soudoyer la Grande Muette pour déstabiliser l’Autorité en place.

      Seul souhait personnel :

      "Ne mélangeons pas les militaires avec les détenus politiques et du droit commun".

      D’autres commentaires personnels suivront.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS