Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Politique

Législatives du 23 septembre

La semaine de vérité pour les candidats

lundi 30 juillet 2007 | Eugène R.

La date du 14 Août approche, cette semaine sera decisive quant à la confection non pas des listes électorales, mais des candidats à présenter par les partis politiques à l’élection du 23 septembre.

Cette semaine qui vient de s’ouvrir s’annonce decisive quant aux candidatures à l’élection légilsative du 23 septembte prochain. En effet, les noms des candidats que les formations politiques aligneront à cette course à Tsimbazaza devraient être connus cette semaine, pour pouvoir respecter la date limite du dépôt de candidature (14 Août) auprès du CAVEC. « Ce n’est pas facile de trouver 127 candidats. », a laissé entendre un membre du bureau politique du TIM. Du côté de ce parti au pouvoir, c’est la course contre la montre. Après Betroka (région Anosy), c’est Tsiroanomandidy (région Bongolava) qui a récemment accueilli le mini-congrès régional du TIM. Un mini-congrès qui permet en même temps au bureau politique du parti de dénicher les candidats à présenter à l’élection du 23 septembre.

Par ailleurs, trois membres du bureau politique du TIM dont Mahafaritsy Samuël Razakanirina, Yves Aimé Rakotoarisoa et Raharinaivo Randrianantoandro, étaient à Morondava vendredi dernier. Ils y ont rencontré les militants de base du parti de la région de Menabe, dirigés par les ex-députés Lova Adrien, Jean Tri Gatera et Rostand André. Le sénatrice TIM de Morondava Naike Eliane a brillé par son absence lors de cette rencontre alors qu’elle n’évoluerait plus au sein du CRTIM.

Optimisme et exclusion

Bien que les barons du TIM se lancent déjà dans la pré-campagne à travers ces mini-congrès, les partis d’opposition se trouvent encore au stade des négociations et des tractations en vue d’une grande coalition contre le parti au pouvoir. La semaine dernière, des rapprochements ont eu lieu entre des partis politiques et les plateformes de l’opposition dont la plateforme pour le « Non » qui regroupe quatre grands partis politiques, notamment le Leader-Fanilo de Herizo Razafimahaleo, le PSDUM de Jean Lahiniriko, le MTS de Roland Ratsiraka et l’AREMA de Pierre Houlder Ramaholimasy ; l’Union des Forces Nationales (UFN) du pasteur Richard Andriamanjato et de José Rakotomavo ainsi que l’USDM de Mara Niarisy. « Le résultat de ces rapprochements sera connu cette semaine. », a souligné un membre de l’opposition. Lui qui a fait comprendre qu’il n’y a pas de raisons qui pourraient constituer des obstacles à la mise en oeuvre du mot d’ordre « tous contre le TIM ». En tout cas, force est de constater que si la performance de cette coalition des partis d’opposition serait compromise par manque des moyens financiers, celle du TIM le serait par ces dissensions internes du parti qui obligerait le CRTIM à présenter ses propres candidats. Ce qui sera certainement le cas, à entendre Didier Rakotoarisoa (un dirigeant du CRTIM) qui a vivement condamné la manoeuvre tendant à exclure des listes des candidats du TIM, les reformateurs du parti.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS