Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 23 mai 2018
Antananarivo | 04h25
 

Politique

Session extraordinaire

La révision constitutionnelle avant les lois électoraux

mercredi 27 décembre 2017 | Ny Aina Rahaga

La tenue d’une session extraordinaire vers le début de l’année 2018 pour l’adoption des textes électoraux est évidente selon le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy. A titre de rappel, ces textes électoraux devaient passer devant les deux chambres durant la session budgétaire qui s’est terminé il y a quelques semaines. Malheureusement, les textes après leurs élaborations ont été retenu par l’Exécutif pour soit disant être corrigés. Et jusqu’à maintenant, nul ne sait où en sont ces textes. Pourtant, que ce soit au niveau des acteurs nationaux ou internationaux, l’on insiste à ce que ce cadrage juridique soit mis en place le plus tôt possible. Dans un souci d’égalité entre ceux qui seront parmi les candidats. Aussi, si la session extraordinaire se tient, le cadre juridique des élections devront être une priorité sinon les seuls textes qui passeront au niveau du Parlement. Cependant, plusieurs dignitaires du régime et barons du parti présidentiel sont revenu sur la question de la révision constitutionnelle dernièrement. Une révision constitutionnelle qui a créé énormément de polémique et de protestation, jugé inopiné en fin de mandat du régime actuelle. La question serait toutefois encore d’actualité. Le projet de révision devrait de ce fait aussi passer devant le Parlement lors de la prochaine session extraordinaire et pourrait même prendre la priorité sur le cadrage juridique des élections. Le but de cette révision constitutionnelle serait, selon les indiscrétions, d’écarter légalement certains adversaires potentiels de l’actuel président de la République, notamment Andry Rajoelina, en augmentant l’âge requis pour être candidat. Loin du souci des statuts des fokontany sur lesquels le régime avait basé ses arguments en faveur de cette révision.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 27 décembre 2017 à 09:56 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Peu importe ce que le régime veut faire, seul le résultat compte et il sera battu dans tous les cas de figure : On est tous confiant.

    • 27 décembre 2017 à 10:58 | poiuyt (#584) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Garder la population dans son état d’illettrés, d’immaturité, d’ignorants ; pour le modeler, le désinformer ; lui enlever la volonté de manifester. Aujourd’hui, les valets des étrangers se pensent libres de prendre toutes les initiatives pour gouverner à vie, en gardant la tête du peuple sous le niveau de l’eau. Le travail fut ordonné par l’étranger, à la demande du Joël à qui nous devons tous dire merci. Et à ses parents. Le kéré ? rien à cirer.

      Tels un Poutine, si le peuple n’y prend garde, ces gens-là sont capables de modeler leurs lois pour rester là jusqu’à leur putréfaction. Quand ceux-là sont ignobles, le poutine est noble : il réussit à garder la tête du peuple sur l’eau, et à garder toutes les pattes des vautours étrangers à l’extérieur, tout en réussissant à s’enrichir personnellement.
      Ceux-là sont des gens qui portent le patriotisme haut, ayant bradé la patrie mille fois, notre patrie, aux étrangers. Il faudra que cela cesse, et que l’on nous rende Madagascar entier.

      J’ai dit.

  • 27 décembre 2017 à 10:26 | Stomato (#3476)

    >>La révision constitutionnelle avant les lois électoraux<<

    J’aurais préféré qu’il soit écrit :

    La révision constitutionnelle avant les lois électorales !

    Mais j’ai quand même compris le sujet de l’article.

  • 27 décembre 2017 à 13:26 | Jipo (#4988)

    A présent que le budget est voté pour l ’exclusive bonne marche des intérets des intéressés, le reste , n’ a que peu d ’importance, avoir peur du rat zoel, prouve la témérité de notre honoris causa made in China !
    Vouloir se maintenir au pouvoir pour continuer à inaugurer des futilités, montre une détermination qui force l’ admiration , à s’ obstiner à mettre en pratique les théories prétendues apprises au Canada & gratifiées en Italie ...
    Devant les faits et particulièrement le résultat (au singulier) que l’ on pourrait qualifier de archi nul, pour ne pas dire inexistant, se représenter est un acte citoyen des plus patriotique, voir : moindre des choses d’ un élu responsable, ne l’ a-t-on pas élu sur l’ édifiant bilan économique sous le rat zoel ?
    Voilà qu’ hery nous récidive la rebelote , un hotely gasy nommé : soupy tsara...

  • 28 décembre 2017 à 08:59 | SNUTILE (#1543)

    L’adoption des textes électoraux, le cadre juridique des élections, la révision constitutionnelle, doit être le même que la dernière élection car il n’a pas eu de proposition avant le mi-mandat présidentiel de 1 ou 2 ans le délai maximal logique, par la commission ou les commissions permanents * qui sont les gardiens « relais » du bon fonctionnement en continue du moteur législatif gouvernemental.
    A 11 mois des élections, est-ce qu’il n’y a pas à ficeler et ordonner les dossiers administratifs de chaque administration pour la passation du pouvoir ? Il y a toujours qui ne comprend rien à la politique : ordonner le pays par le Bilan à rendre.
    * http://www2.assemblee-nationale.fr/15/commissions-permanentes

  • 5 janvier à 07:55 | FANANTENANA (#10145)

    La révision constitutionnelle, c’est tout simplement un signe de faiblesse du régime Rajaonarimampianina. Après avoir violé des différents articles dans la constitution, ce régime veut maintenant légaliser cette violation, en utilisant tous ses moyens. Mais, la population en générale n’en veut plus de ce régime traitre et incompétent. Les Malagasy n’attendent 2018 que l’éléction de leur vrai president

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 113