Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 15 décembre 2019
Antananarivo | 19h30
 

Enseignement

La rentrée universitaire 2010-2011 bien incertaine

samedi 29 janvier 2011 | Valis

Le début de l’année universitaire 2010-2011 est encore incertaine bien que les enseignants regroupés dans le SECES aient décidé de suspendre leur grève et de reprendre les activités pédagogiques. Il s’agit pour le SECES d’achever d’abord l’année universitaire 2009-2010 ; la suite dépendra de la determination de l’État à observer scrupuleusement certaines conditions sine qua non aux yeux des enseignants qui ont clôturé leur congrès ce vendredi 28 janvier à Ankatso – un congrès qui a duré trois jours.

Les principales revendications ou conditions à remplir pour l’ouverture de l’année universitaire 2010-2011 sont :

  • que le budget de fonctionnement pour toute l’année universitaire de l’université de Madagascar soit prêt ;
  • que soient inclus les salaires des personnels administratifs et techniques. À noter que ce mois de janvier 2011, les salaires des personnels administratifs et techniques ont subi des retards de plusieurs jours. Ils devaient percevoir leurs salaires le 20 du mois mais le 28 janvier 2011, ils n’ont reçu que des promesses de la part du ministère ;
  • que soient inclus les bourses des étudiants.

Selon le SECES, les perturbations passées au niveau de ces éléments du budget perturbent le bon déroulement des activités pédagogiques dans les universités. Aussi réclame-t-il la ponctualité, le respect de la parole donnée et des accords conclus pour que ne surviennent pas en cours d’année, des désagréments dans le déroulement de l’année universitaire.

Le congrès du SECES s’est également penché sur les conditions nécessaires pour pouvoir améliorer l’enseignement universitaire. Tout s’est encore ramené aux moyens et aux équipements pour assurer la qualité de l’enseignement.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 29 janvier 2011 à 20:53 | meloky (#637)

    Les parents des étudiants et les peuples, en général, doivent avancer une loi pour sanctionner le SECES (non seulement le SECES mais tous les fonctionnaires), qui conditionnent leurs services pour la nation en leur faveur et interêt personnel !

    Où sont-elles la notion de patriotisme, la consceince professionnelle, et le professionalisme !!!

  • 30 janvier 2011 à 10:56 | ikoto (#4912)

    Comme le peuple malgache est toujours balloté durement dans ce navire en "crise" nous n’arrivons plus à nous retrouver ! Tout le monde se plaint à cause de l’incompétence des politiciens à résoudre une "crise politique" ! Tout est ne crise, tout soufre et le pays commence à "imploser" !

    Sanctionner les membres du SECES et les fonctionnaires est une idée bien puérile, excusez ma droiture, car pour sanctionner ces syndicalistes il faut porter des requêtes auprès des tribunaux, et quelles seraient ces requêtes ? L’exercice de leur droit syndical ! Soyons sérieux, n’importe quel "corps" peut revendiquer quelque chose, ce n’est ni un crime ni répréhensible par la loi ! Seulement il revient aux "autorités compétentes" de prendre leur responsabilité pour examiner les revendications, d’amorcer un dialogue et d’arriver à une conclusion heureuse pour tout le monde !

    Le SECES, ne l’oublions point, a soutenu le putsch militaire du 17 mars 2009, s’est plié aux désirs de M. Andry Rajoelina et ce dernier leur a promis un meilleur traitement qu’au temps de M. Ravalomanana, raison pour laquelle M. Tongavelo Athanas membre influent du SECES est nommé Ministre de l’Enseignement Supérieur aux grandes joies des membres du SECES dont M. Armand Rasoarimanana ! N’en déplaise à ce monsieur. Il paraît que ce dernier, un célèbre professeur de paléontologie aurait fait don à M. Ravalomanana d’un fossile de dinosaure et ce dans l’espoir d’être nommé ministre ; or cet espoir aurait été déçu qu’il aurait soutenu M. Andry Rajoelina et qu’il aurait accusé M. Ravalomanana d"avoir fait substituer (en terme courant : voler) ce fossile d’une très grande valeur. Toujours se sentant le mail aimé de tous les régimes qui se sont succédés à Madagascar il pousse le SECES à tout faire pour éliminer M. Tongavelo Athanase !).

    De son côté M. Andry Rajoelina a promis monts et merveilles à toutes les parties, dont le SECES, les divers syndicats, qui l’ont soutenu. Or, quand M. Andry Rajelina s’est aperçu assez tardivement qu’il ne pourra honorer ses promesses il n’a fait que le dos rond devant tout ce beau monde ! En plus il s’est montré encore plus cynique !

    A mon humble avis, certain fonctionnaires ne devront pas jouir du droit de grève à l’instar des militaires, des soldats, des policiers, des sapeurs-pompiers. Bref, tout corps de métier auquel dépend la sécurité, a stabilité social doit être exempt de droit de grève, par contre les membres de ces corps de métiers doivent jouir d’un traitement très conséquent mais il leur doit être exigé une formation de très haut niveau, une technicité "hors de pair" et surtout une intégrité de toute épreuve ! Je pense aux mebres de la magistrature, aux médecins, mais je ne crois pas que les corps enseignants n’en font pas partie mais ceci ne voudra nullement dire qu’ils peuvent être traités comme des "corvéables à merci", ils ont droit à l’estime et à la considération de la nation pur une très simple raison : aux instituteurs, aux enseignants et aux professeurs reviennent le mérite de former os progénitures et une génération qui a subi des mauvaises formations ne présage rien de bon pour l’avenir de cette nation ! Actuellement nous subissons le cotre-coup denla mauvaise politique culturelle de la II° et de la III° républiques : un simple D.J. doublé d’un businessman sans scrupule est devenu PRESIDENT en la personne de M. Andry Rajoelina ! Et actuellement il est en passe de faire avaler un couleuvre au peuple malgache : faire acceter au peuple la plus mauvaise constitution d’une république se disant être en quête de la plus moderne démocratie du monde !

    ikoto

  • 30 janvier 2011 à 17:22 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Dettes,

    Selon Rodolphe RAMANANTSOA,Ministre de l’Energie,le 06 (six) universités sont redevables de 60 000 000 000 Ariary (60Milliards ariary) envers le JIRAMA,suite à de nombreuses factures d’eau et d’électricité "IMPAYES" depuis 2008.

    FAUT-IL PREVOIR UNE ENTREE UNIVERSITAIRE AVANT EPURATION DE LEURS DETTES ???

    IL FAUT SANCTIONNER LA MAUVAISE GESTION,pour donner des exemples.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS