Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 12 décembre 2019
Antananarivo | 13h33
 

Culturel

Enseignement supérieur

La recherche, de nouveau mise en valeur

vendredi 5 avril 2013 | Andrianjohary Noroelisoa

Des étudiants-chercheurs ont organisé, avec le ministère de l’Enseignement Supérieur, une exposition sur la recherche scientifique au Tahala Rarihasina Analakely. Cet évènement a eu lieu les 03 et 04 avril pour faire connaître la stratégie nationale pour la recherche scientifique à Madagascar. Les étudiants organisateurs viennent de six universités du pays.

Le ministère de l’Enseignement Supérieur a tenu à participer à l’évènement pour redorer l’image de cette discipline, selon le ministre Etienne Hilaire Razafindraibe. « L’Enseignement Supérieur est connu pour les interminables grèves. Il participe ainsi à un évènement d’une envergure éducative pour changer cette image et, principalement, pour faire connaître à tout étudiant l’importance de la recherche », déclare-t-il.

Huit différentes associations dans le domaine de la recherche scientifique ont également contribué à l’exposition. Plusieurs domaines de recherche ont ainsi pu être mis en exergue. Il s’agit des recherches dans le domaine environnemental, maritime et agronomique.

La recherche scientifique aura son importance grâce à cette porte ouverte, selon toujours le ministre. La mise en évidence des résultats des recherches constitue en effet l’objectif de cet évènement. S’ensuit l’utilisation de ces résultats dans le quotidien, ce qui mettra en exergue l’intelligence et la compétence des étudiants malagasy.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 5 avril 2013 à 15:30 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour,
    C’est la base du développement durable et un investissement sûr surtout si on favorise l’innovation au lieu de l’invention même si cette dernière est incontournable mais pas encore à notre portée.
    Il faut exploiter au maximum les brevets d’inventions qui tombent dans le domaine public (accessible à tous sans frais après un délai de 20ans).

    • 6 avril 2013 à 08:55 | niry (#210) répond à plus qu'hier et moins que demain

      A voir le nombre de commentaires, ici, le sujet ne passionne malheureusement pas les foules. On ne parle pas des trains qui arrivent à l’heure. Belle initiative, en tout cas, quand on sait qu’on ne peut faire de recherche sereine, que dans un cadre serein.. on en est encore très très loin

    • 6 avril 2013 à 12:56 | Stomato (#3476) répond à niry

      Le sujet ne passionne pas les foules ?
      C’est à la fois normal et fondamentalement anormal.

      Normal car LE malgache "moyen" veut la jouissance immédiate de tout ce qu’il convoite. Par opposition à LA malgache moyenne qui est capable de planifier ses actions.
      Normal aussi car du point de vue du pouvoir en place, éduquer les foules c’est scier la branche sur laquelle il s’est établi.

      Fondamentalement anormal car tous les pays aujourd’hui "riches", les pays émergent compris, ont tous fait des efforts pour l’enseignement et l’éducation de leurs peuples.
      Dire que cela ne peut se faire que dans un cadre serein n’est pas faux, mais c’est ignorer que même durant les conflits les plus graves l’enseignement continuait, et dire cela pour Madagascar c’est encore une fois se chercher des excuses mal à propos.

  • 6 avril 2013 à 09:48 | androy (#1704)

    - Les étudiants chercheurs Malagasy devraient faire des recherches fondamentales sur la composition chromosomiques de leurs dirigeants successifs qui ont mis a mal l’avenir de leur pays, entre autre ce dernier pouvoir putshiste initié par ce jeunot trafiquant notoire de bois de rose dénoncé par "Global witness"

  • 7 avril 2013 à 20:57 | rabri (#2507)

    Le retour sur investissement de la recherche scientifique à Mada (s’il est financé par le fonds propre malgache) sera toujours NUL tant qu’on reste avec les lignes politiques conduites depuis plusieurs années à Mada (= depuis que nous sommes sous le joug de ces bailleurs étrangers).

    Pourquoi ? parce que tous les projets mis en place ne dépendaient que d’eux. On connait le chantage devenu universel : "Vous n’aurez pas le financement voulu si vous ne suivez pas ce qu’on vous propose", et cela quelque soit le bailleur (international ou bilatéral). Partant de là, tous les résultats des recherches locales restent au fond du placard et n’ont aucune chance d’être appliqués. Bien évidemment, nos dirigeants successifs étaient complices parce que l’ARGENT DE L’ EXTERIEUR ETAIT DEVENU ROI.

    Quelle est peut être la solution si on veut que nos recherches scientifiques contribuent réellement à notre croissance économique un jour ? l’avènement d’un CONSEIL SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE au sein du pouvoir exécutif qui aura les mêmes rôles que les conseils politiques. Ce Conseil Scientifique influent aura à la fois :
    - un droit de véto pour tout projet qui ne va pas dans le sens de l’intérêt général sur tous les plans (technique, social, économique et environnemental ) même si le financement étranger est là
    - un rôle dans la proposition de nos priorités et nos orientations en matière scientifique répondant aux besoins du pays

    • 8 avril 2013 à 08:34 | Stomato (#3476) répond à rabri

      Commentaire génial comme d’habitude !!!

      ((= depuis que nous sommes sous le joug de ces bailleurs étrangers).)

      Evidemment c’est de la faute de l’étranger !

      (On connait le chantage devenu universel : « Vous n’aurez pas le financement voulu si vous ne suivez pas ce qu’on vous propose », et cela quelque soit le bailleur (international ou bilatéral).)

      C’est vrai que les étudiants malgaches n’ont pas bénéficié de beaucoup de bourses d’études auprès de pays aussi différents que variés !

      (Bien évidemment, nos dirigeants successifs étaient complices parce que l’ARGENT DE L’ EXTERIEUR ETAIT DEVENU ROI.)

      Ah, il y a quand même l’affirmation d’une certaine responsabilité locale !

      (- un droit de véto pour tout projet qui ne va pas dans le sens de l’intérêt général sur tous les plans (technique, social, économique et environnemental ) même si le financement étranger est là)

      C’est le modèle type de la politique dirigiste qui prévaut depuis l’indépendance, non ?

      (- un rôle dans la proposition de nos priorités et nos orientations en matière scientifique répondant aux besoins du pays)

      Les besoins du pays ont été définis dès l’aube de l’indépendance : donner à la progéniture des "élites" le moyen de fuir l’avenir incertain du pays et les mettre à l’abri de préférence dans le giron de Reny Malala.

    • 8 avril 2013 à 09:52 | androy (#1704) répond à Stomato

      - d’après le rapport de la Banque mondiale, 200 millions USD de bois précieux ont été exportés par la Grande île en 2009. Toutefois, seulement 20 millions USD ont été encaissés par le gouvernement

      - Vous cherchez un financement ??? vous avez là de quoi financer les étudiants.

      - Hélàs, le (pseudo) tribunal actuel , la magistrature corrompue dans son ensemble préfèrent jugés des voleurs de poules, ou mieux les petits gasy qui ont détourné qq milliers d’ariary pour assurer la survie de leur famille. ceux là sont punis SEVEREMENT .....

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS