Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 septembre 2020
Antananarivo | 19h23
 

Culturel

Colloque international sur les relations Nord-Sud

La musique du Sud bloquée faute de moyens financiers

jeudi 15 novembre 2007 | Daddy R.
Bako Rasoarifetra est inquiète quant à l’avenir de la culture malgache.

Le développement de la culture ne cesse d’être au centre de discussion. Quel que soit le produit en question, le moyen reste toujours un enjeu très difficile à surmonter. Mais c’est surtout dans l’hémisphère Sud qu’on ressent cette grande absence de canaux de distribution.

Sans parler de l’inexistence de « professionnels » qui peuvent bien jouer leur vrai rôle, la grande question qui se pose est si les musiques du Nord et du Sud sont sur le même pied d’égalité au niveau du marché international.

Si l’on considère la musique dans sa dimension culturelle, chaque style en vaut bien un autre. Donc, en principe oui, les musiques du Sud et du Nord sont sur le même pied d’égalité. D’ailleurs, la convention sur la diversité culturelle œuvre vers l’égalité des produits artistiques notamment la musique. Ce paramètre est parmi les instruments fondateurs du droit international de la culture (à consulter sur le net). Mais sur le plan commercial, la perspective n’est plus la même.

Comme l’a expliqué Bako Rasoarifetra, Enseignant-chercheur à l’Université d’Antananarivo, « … dans la réalité, les musiques des deux hémisphères ne sont pas identiques. La musique du Sud dont la création et la diffusion sont les plus menacées par l’absence des moyens financiers et les insuffisances des circuits économiques. Elle ne peut, à cause de ce handicap, rivaliser avec la musique du Nord ».

C’est vrai qu’actuellement, il existe une autre forme de marché qui donne plus d’opportunité à la musique du Sud classifiée « world music » mais ce n’est qu’une « forme », proprement dite, car elle se positionne comme étant juste une gamme exotique parmi tant d’autres sur le marché.

« Plusieurs actions sont menées pour pallier à cette forme de « discrimination » involontaire. Par exemple, le programme Afrique, en créations de l’AFAA (Agence Française d’Action Artistique) qui soutient la création artistique et favorise son accès aux circuits de distribution internationaux », a continué Bako Rasoarifetra.

Des réseaux qui essaient de mettre à la disposition des artistes une plateforme pour se démarquer. Malheureusement, des scènes dont ce sont surtout les « nordistes » qui jouissent de leur existence en se contentant d’apprécier la « richesse » et la « valeur » musicale du Sud.

« C’est vrai que ces réseaux assurent l’appui à la professionnalisation des opérateurs culturels. Tels le MASA (Marché du Spectacle Africain) qui est déjà un tremplin pour la promotion de l’art du Sud et est de plus en plus fréquenté par les pays du Nord », affirme cette enseignant-chercheur à l’Université d’Antananarivo.

Ressemblance entre les musiques du Nord et du Sud

Selon toujours Bako Rasoarifetra, « il n’est pas possible de faire une comparaison entre la musique du Nord et celle du Sud. La convention sur la diversité culturelle adoptée par l’Unesco le 20 Octobre 2005 (à consulter sur le net) évoque justement cette diversité basée sur les différences intrinsèques entre cultures ».

A chaque pays, sa culture, ce qui caractérise la valeur de cette « richesse » pour chaque hémisphère. Une diversité culturelle que chacun cherché à préserver mais en même temps, essaie de promouvoir. Une situation qui exclut d’emblée la ressemblance.

« Il n’y a pas de culture qui se ressemble donc la musique ne peut pas se ressembler qu’elle vienne du Nord ou du Sud », a affirmé l’enseignant-chercheur. « Il peut exister des correspondances au niveau du genre (musique sacrée, profane, vocale ou instrumentale,…), au niveau du style , caractéristique d’une époque et au niveau de la forme, manière dont l’œuvre est constituée mais à chacun sa culture », a-t-elle conclu.

Beaucoup reste encore à dire et chacun est responsable de ses actes. Quoi qu’il en soit, ce sujet parmi tant d’autres sera débattu lors du colloque sur les rencontres Nord-Sud qui se tiendra du 16 au 17 Novembre à Antananarivo.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS