Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 23 mai 2024
Antananarivo | 16h09
 

Education

Education

La mise en œuvre de la loi sur l’orientation générale de l’éducation en perspective

vendredi 10 février 2023 |  3123 visites  | Mandimbisoa R.

La loi sur l’orientation générale de l’éducation a été promulguée par le président de la République le 30 janvier dernier après la validation de sa conformité avec la Constitution par la Haute cour constitutionnelle (HCC), a révélé hier, en conférence de presse le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale. Le ministère se penche désormais sur la mise en œuvre. « Elle se fera étape par étape, progressivement, compte tenu de différents facteurs », a expliqué le responsable du ministère.

Les grandes lignes de cette nouvelle loi que les parlementaires ont adoptée sans aucun amendement au mois de décembre 2022, lors de la deuxième session parlementaire ordinaire de l’année consistent, entre autres, en la suppression des examens du Certificat d’études primaires élémentaire (CEPE) en classe de 7e et son remplacement par une évaluation nationale en classe de 6e. Ceci implique le prolongement des études du premier cycle en primaire : sept années dont une année obligatoire en préscolaire.

L’enseignement public obligatoire y est également fixé à 10 ans contre 5 auparavant. Il s’étale désormais jusqu’au collège qui sera réduit en trois années d’études, contre 4 auparavant. Puis, il y a aussi la possibilité de scolariser les personnes porteuses de handicaps dans les écoles formelles qui reste une étape très importante dans la question d’accès aux droits, dont le droit à l’éducation, de tous les citoyens.

-----

Le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, Théophille Rabenandrasana, a révélé que le plan de mise en œuvre des dispositions de cette nouvelle sera bientôt discuté au sein d’une structure nationale de concertation. La mise en place de cette structure serait déjà en cours. Elle sera pilotée par les trois ministères concernés par l’éducation et l’enseignement dans le pays à savoir le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ainsi que le ministère de Formation technique et professionnelle.

Concernant le financement de ces différentes réformes, le responsable du ministère indique que le gouvernement a déjà obtenu des promesses là-dessus, de la part des bailleurs, afin de concrétiser les initiatives liées au développement du système éducatif national. La Banque mondiale serait disposée à apporter son aide dans ce domaine. Le ministère de l’Éducation nationale prévoit par ailleurs d’adresser à ces bailleurs de fonds cette nouvelle loi promulguée afin qu’ils puissent découvrir ses tenants et aboutissants dans l’espoir de les convaincre à accorder davantage de financement.

En attendant, le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale a révélé qu’à partir de cette année, les examens officiels du CEPE et du BEPC seront gratuits. Aucun frais, ni droit ne sont plus perçus auprès des parents que leurs enfants soient candidats d’école ou candidats libres. La constitution des dossiers reste néanmoins à la charge des parents… Ceci semble alors être le début des réformes dans le système éducatif dans le pays bien que la nouvelle loi n’indique pas vraiment cette gratuite des examens.

13 commentaires

Vos commentaires

  • 10 février 2023 à 10:11 | arsonist (#10169)

    « La loi sur l’orientation générale de l’éducation a été promulguée par le président de la République le 30 janvier dernier » , dit cet article de presse !

    Hum ! ’’Un individu de niveau d’instruction bac-3 et orientation générale de l’éducation !"
    Quel pays !

    Tant qu’à faire , pourquoi pas un ’’mpanombin-kena« comme sefo chirurgien dans un hôpital »manara-penitra" !

  • 10 février 2023 à 10:40 | lé kopé (#10607)

    Ce régime a la particularité d’ignorer la continuité de l’Etat , en voulant être le Calife à la place du Calife . Car , l’ancien Ministre du gouvernement précédent avait déjà mis en place le programme scolaire Educatif (PSE) , validé par les bailleurs de fonds , et qui a été concocté par les têtes pensantes de l’époque . Et voilà qu’une nouvelle directive est mise en chantier , en effaçant d’un revers d’une main les travaux qui ont été déjà bien ficelés .
    En tout cas , Madagascar regorge de personnalités ayant les compétences requises , mais comme d’habitude , ce sont les usurpateurs qui tiennent le haut du pavé . Mais pour le moment , comme les routes sont dans un état délabré , on ne sait plus à quel Saint se vouer .

    • 10 février 2023 à 11:10 | vatolahy (#11348) répond à lé kopé

      les esclaves ,les milliers d esclaves de la reine et de la gens andriana ouvraient aucune route aucune piste .Avec le STO (dont les travailleurs recevaient un miserable salaire ,il est vrai )l administration coloniale creait un reseau routier qui subsiste encore en partie.Qui peut mieux faire ?

  • 10 février 2023 à 10:54 | MALIBUC (#9345)

    10 ans d’études requis.....hahahaha
    Quel enfant ira à l’école jusqu’ à 14 ou 16 ans alors qu’à la campagne des l’âge de 6 ou 7 ans on leur fait casser des cailloux ?
    Et puis qui sont les parents qui pourront payer leurs ecolages ?
    Foutaise encore une fois.
    Tout comme les 1000 bus qui ne peuvent pas rouler avec le carburant Gasy ! Hihihihi

    • 10 février 2023 à 13:43 | lé kopé (#10607) répond à MALIBUC

      Pas que les bus , mais aussi des avions de transport de troupes, pour remplacer celui qui n’a pas pu payer ses arriérés, et bien d’autres bévues incalculables. Et dire que l’on nous traite de mauvaise foi , alors que les exemples de promesses non réalisées font l’objet de railleries par toute la population , que c’est devenu une expression : « les élucubrations des noceurs de bal poussières ». Et comme il n’a aucune projection dans les affaires de l’Etat , et que les caisses sont vides , la célébration des Barea en est devenue une préoccupation Nationale , alors que 1,2 M de personnes souffrent de la famine , dans le Sud Ouest et le Sud Est de l’île . Où est la priorité ???

  • 10 février 2023 à 13:13 | pisokely (#9950)

    bonjour.
    ce qui m interpelle, c est la phrase « financement, promesse bailleurs de fond, loi promulguée adressée aux bailleurs de fond ».. avons nous donc perdu notre indépendance ? aussi pauvre que meme pour l education de nos enfants, on doit demander l aval des bailleurs de fond ? a ce rythme, il se pourrait qu on demandera aux bailleurs de fond une autorisation avant de concevoir un enfant, pour chaque couple ? nous avons tout perdu.

    • 10 février 2023 à 15:09 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à pisokely

      Assalaamo alaikoum
      Quelle honte pour notre pays avec nos dépendances à l’égard des PTF dans presque tous les domaines : élections, éducation, lutte contre la pauvreté et la défécation à l’air libre etc..n’est-ce pas ?
      En paraphrasant le livre rouge de DEBA le slogan pour développer notre pays doit être : « L’éducation comme base, l’agriculture, l’industrie et la technologie comme moteur » n’est-ce-pas ?
      Tant qu’on n’exige pas de diplôme pour prendre en main la destinée du plus grand nombre voire pour briguer des fonctions électives, à quoi ça sert d’investir dans ce domaine ?
      Tous ces pays qui se sont développés et émergés avaient investi, investissent et investissement encore et toujours sur l’éducation pour se maintenir et avancer n’est-ce pas ? La fuite de cerveaux en est la preuve vivante n’est-ce pas ? C’est le plus court chemin pour faire profiter son pays des investissements éducatifs des autres n’est-ce pas ?
      Notre politique éducative doit être au service de notre développement dans tous les domaines aussi bien dans l’espace (basé sur les potentialités de nos collectivités décentralisées des communes jusqu’à nos provinces sans oublier les régions ) que dans le temps ( nos besoins à court, moyen et long terme ) : Une adéquation formation emploi dynamique mais pas statique comme actuellement n’est-ce pas ?
      La contribution de tous est vivement souhaitée sur ce forum et dans la vie car la clé de notre développement donc ne confions pas cette clé sur le bon vouloir d’autrui.

    • 10 février 2023 à 15:14 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à pisokely

      Lire : i...nvestissent et investiront....

    • 10 février 2023 à 15:14 | Jipo (#4988) répond à pisokely

      Non seulement vous allez devoir mendier l’ autorisation de procréer, mais va falloir le justifier !
      Revenu salarié, enquête sociale et cesser de bai-er comme des lapins sans réfléchir à l’ avenir que vous allez donner à votre progéniture & la nation ?
      Quant à la majorité des sans dents, , il seront tous stérilisés chimiquement, pardon « vaccinés » pour leur plus grand bien et protection d’ intérêt général & national ...
      Pour lutter contre la famine, va falloir arrêter de pondre toutes ces bouches inutiles à nourrir .

    • 10 février 2023 à 15:51 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à pisokely

      Lire : ...car c’est !la clé de ...
      SOS, Jipo le roi de la dérision est de retour .

  • 10 février 2023 à 17:11 | Jipo (#4988)

    Pas si dérision que ça, des cas de stérilisation ont été constaté en Afrique et en Inde suite à des « campagnes « de vaccinations plus ou moins forcées , en Inde l’ OMS n’ a plus le droit de citer.
    N’ oubliez pas que l’ objectif de l’ oligarchie est de réduire la population mondiale, libre à vous de croire que c ‘est de la conspiration, ils veulent 10% de dirigeants ( Cf Soros, Gates & c/°) et 90% de consommateurs ! le great reset .
    Les dirigeants seront bien entendu leur progéniture ( qui auront accès aux grandes écoles)et les autres du bétail pardon main d’ oeuvre ubérisée, et pièces détachées disponibles à souhait .
    Un contrat social à la Chinoise, avec un revenu universel, pour ceux qui se comporteront en bon petits moutons et les autres ils pourront crever, de toutes façons ils s’ en foutent il y en a pléthore !
    pour vous dire que ma dérision n’ est pas si utopique votre honneur !
    Avec en prime la suppression de la monnaie, comme cela ils vous couperont les moyens à la première incartade : « démocratiquement bien sur » dans l’ intérêt et pérennité de la sécurité sociale ( populaire) .
    & ce n’ est pas du Chinoix !

  • 10 février 2023 à 18:35 | Kobbe (#11248)

    # LE MINISTERE DE L’EDUCATION : UN DES OUTILS DE NOTRE ASSERVISSEMENT
    Le Ministère de l’Education (Mineduc) est la base fondamentale de l’éducation nationale.
    Tandis qu’ailleurs 6-8 années suffisent pour terminer ses études primaires et secondaires, nous autres passons au minimum 12 années pour obtenir un certicat d’etudes secondaires (!). Jamais on a tant travaillé/etudié pour récolter si peu.

    Comme ‘’reforme’’, le Mineduc s’evertue à la suppression des examens du CEPE au lieu de changer un système éducationnel copié et irrelavant dans notre environnement spécifique : les particularités de la France sont-elles les mêmes que celles du Madagascar ? NON. Alors, on ne touche toujours pas le noyeau du problème : nous tous avions étaient éduqués selon le systeme d’éducation français, ainsi sommes-nous devenus des bouffons/ bouriques sur les notions concernant notre propre histoire mais des experts et portes-voix de l’histoire et culture française. Ceci depasse tout entendement humain.

    Notre danger vient immediatement de nos institutions. Avec un destin important de former/façonner la population présente et future pour le bien-être du Madagascar, le Mineduc est dès sa conception l’outil le plus important de notre aliénation et asservissement. Chers lecteurs, ce recit n’est ni radical ni radicalisé contre qui ce soit : c’est plutôt une réalité réelle dans laquelle nous vivons tous, une réalité que tout le monde connaît mais chichotte en douceeur sans en parler ouvertement. Simple exemple, nos diplomés connaissent presque rien de Radama Ier. ni de Ranavalona Ier. : mais apportez-les, comme dicté, le fable charlatan d’un Montesquieux ou un Bonaparte, ils vous feront des resultat plus excellents que l’excellence. Peuples, ne comprennez-vous pas qu’on vous en dorme !? Sous sa forme actuelle, le Ministère de l’Education est un des nos outils d’assujetissement : il doit être reinventé ou réformé, sinon qui’il disparasse.

  • 15 février 2023 à 16:38 | Doute22 (#11413)

    Toujours à parler sans rien savoir de la réalité...

    La loi sur le système éducatif était obsolète, il faudrait le lire pour le savoir...

    Il faudrait également aussi faire un peu plus de recherches pour savoir pourquoi 10 ans est la meilleure des options qui s’offrent à Madagascar. Êtes-vous des chercheurs, des pédagogues, pour savoir réellement pourquoi ils ont rallongé les années du primaire ?

    Ce changement a été basé sur des investigations et des consultations qui ont durées des années pas sur un coup de tête. Ce sont des travaux depuis 2002. Et pour ceux qui parlent du PSE, la loi qui vient de sortir est tout simplement la légalisation du PSE... le changement de calendrier, du système éducatif, du nombre d’années obligatoires. Soit on défends le PSE avec la loi soit on ne défend juste pas le PSE.

    L’idée est de voir au-delà du bout de votre nez. L’éducation n’est pas une question de 2 à 5 ans c’est un travail dynamique qui prépare les adultes de demain. Et non, ce n’est pas de l’égoïsme ou de la malveillance envers les campagnards que de vouloir rallonger les années obligatoires, ça s’appelle la rétention scolaire

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS