Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 23 septembre 2020
Antananarivo | 20h24
 

Politique

Congrès anticipé du TIM

La guerre de succession est ouverte

vendredi 6 juillet 2007 | Eugène R.

L’intervention du président Marc Ravalomanana qui a proposé la tenue d’un congrès national anticipé comme solution à la crise interne du TIM, a ouvert la course à la présidence de ce parti.

Le congrès national anticipé du parti « Tiako I Madagasikara » aura lieu après les Jeux des îles de l’Océan Indien du mois d’Août. C’est ce qui est sûr à partir des déclarations faites jusqu’ici sur cette crise qui fragilise ce parti au pouvoir. La guerre de succession à la présidence du parti majoritaire est ouverte depuis l’intervention du président fondateur Marc Ravalomanana qui voulait laisser les militants du parti trancher au cours de ce congrès national. La question est désormais de savoir si Razoarimihaja Solofonantenaina sera reconduit à la présidence du parti ou si une autre personnalité du TIM obtiendra la confiance des congressistes. A rappeller que Razoarimihaja Solofonantenaina a été élu à la présidence du TIM lors du congrès du 21 et 22 décembre 2004, après avoir assuré pendant deux ans l’intérim de Raharinaivo Randrianatoandro qui s’est retiré de la direction du parti pour des raisons de santé. Ce congrès national anticipé ne permet pas à Razoarimihaja Solofonantenaina de terminer son mandat de quatre ans qui devrait expirer en décembre 2008.

Beaucoup de présidentiables

Ce ne sont pas les personnalités qui peuvent assurer la présidence du parti qui manquent au sein du TIM. Jusqu’à présent, trois noms circulent comme étant des candidats potentiels à la présidence du TIM. Il s’agit de Rajemison Rakotomaharo (président du Sénat), de Yvan Randriasandratriniony (ministre auprès de la Présidence chargé de la Décentralisation) et de Hajanirina Razafinjatovo (ministre de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique). Si le premier bénéficierait du soutien des parlementaires (députés et sénateurs), le second pourrait obtenir l’appui de ses collègues au sein du gouvernement et des 22 chefs de régions qui sont sous tutelle de son département ministèriel. Le ministre Hajanirina Razafinjatovo a très peu de chance de remporter cette élection, de même que l’actuel président national qui ne serait plus candidat à sa propore succession. En tout cas, le dernier mot appartiendra au président fondateur Marc Ravalomanana qui aurait son propre candidat à cette élection. Le président Marc Ravalomanana donnera-t-il sa bénédiction à un autre « Tikoboy » pour succèder à ce « Tikoboy » qui ne fait plus l’unanimité des militants du TIM ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS