Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 5 juillet 2020
Antananarivo | 00h50
 

Scanner

La fable du pêcheur mexicain

samedi 16 août 2008 | RAW

Dans un petit village mexicain, un Américain avise un pêcheur en train de faire la sieste et lui demande :
- Pourquoi ne restez-vous pas en mer plus longtemps ?
Le Mexicain répond que sa pêche quotidienne suffit à subvenir aux besoins de sa famille.
L’Américain demande alors :
- Que faites-vous le reste du temps ?
- Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme, je vais voir mes amis, nous buvons du vin et jouons de la guitare. J’ai une vie bien remplie.
L’Américain l’interrompt :
- Suivez mon conseil : commencez par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices, vous achèterez un gros bateau, vous ouvrirez votre propre usine, vous quitterez votre village pour Mexico, puis New York, d’où vous dirigerez vos affaires.
- Et après ? interroge le Mexicain
- Après, dit l’Américain, vous introduirez votre société en Bourse et vous gagnerez des millions.
- Des millions ! Mais après réplique le pêcheur.
- Après vous pourrez prendre votre retraite, habiter un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme, passer votre soirée à boire et à jouer de la guitare avec vos amis.

par Alfred Gras, dans Fragilité de la puissance. Se libérer de l’ emprise technologique.

Nous nous sommes permis de partager cette fable pour la simple et unique raison que la société malgache risque de courir après l’ombre du bonheur capitaliste et de perdre ainsi son "fanahy". Le "fanahy" que le Père Raymond Saint Jean essaie de décortiquer dans la rubrique société de votre journal. Quelque part on s’interroge sur la raison d’être même de la vie.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS