Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 11 août 2022
Antananarivo | 03h30
 

Société

Travail des enfants

La commune d’Antehiroka n’est pas indifférente

lundi 18 juin 2007

Dans le cadre de la célébration du 12 juin, Journée Mondiale de Lutte contre le Travail des Enfants, l’association « Sarobidy » en partenariat avec le BIT/IPEC (Bureau International de Travail/ Programme International pour l’abolition du travail des enfants) a organisé une manifestation qui a pour objectifs de sensibiliser, de prévenir l’introduction dans le monde du travail des enfants, de retirer de tout travail les enfants de moins de 15 ans et d’encourager la scolarisation et la formation professionnelle.

A cet effet, un carnaval a été organisé le 15 juin 2007 à partir du 9 heures du matin dont voici le trajet : départ du Centre « Sarobidy » Ambohijanahary, en passant par Amboaroy, Mamamba, Ambohibao pour se terminer dans la cour de la Commune Antehiroka

Contribuer au revenu du ménage

A Antehiroka où la précarité règne en maître, les familles n’ont pas suffisamment de moyens pour envoyer leurs enfants à l’école. Les problèmes sociaux tels que l’alcoolisme, la maltraitance, entre autres, sont des facteurs défavorables pour l’épanouissement de ces enfants et ont une répercussion notable sur l’enfant en tant que tel, sa vie, ainsi que son avenir.

Les enfants doivent souvent travailler d’une façon ou d’une autre pour contribuer au revenu du ménage. Le travail des enfants au niveau de cette commune prend la forme de travail informel tel que le ramassage des ordures ménagères, le transport des briques, la fouille des rebuts des zones franches à proximité, le lavage des voitures, ainsi que les petits commerces (charbon de bois, cacahuètes).

L’achat des vêtements ou des fournitures scolaires représente un gros investissement pour la famille. En conséquence, pour survivre la plupart des enfants défavorisés d’Antehiroka, travaillent et arrêtent ou négligent leurs études.

L’association Sarobidy à l’œuvre

Ainsi Sarobidy a apportée sa contribution pour prévenir et réduire le nombre des enfants travailleurs ou menacés de travailler dans la commune d’Antehiroka et ses environs : la mise en place d’un centre d’accueil de proximité, l’encouragement de la scolarisation et les formations professionnelles.

Les enfants, issus de familles très pauvres, retirés ou menacés par les pires formes de travail des enfants ont été pris en charge et bénéficieront des appuis pour leur éducation et des soins médicaux.

La prise en charge du développement de l’Enfant est un devoir collectif relevant le respect des droits humains fondamentaux, impliquant la responsabilité de tout à chacun et la solidarité internationale.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS