Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 19 août 2022
Antananarivo | 00h48
 

Lu ailleurs

Jean-Eric Rakotoarisoa sur RFI

La candidature d’Andry Rajoelina, « un problème de crédibilité »

vendredi 10 mai 2013

Par Christophe Boisbouvier

A Madagascar, la crise est rouverte. En janvier, Andry Rajoelina avait décidé de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. Et quatre ans après le coup d’Etat de 2009, beaucoup de monde était soulagé. Mais vendredi dernier, coup de théâtre : le numéro un de la transition malgache a fait volte-face. Il sera finalement candidat à l’élection du 24 juillet. Le professeur Jean-Eric Rakotoarisoa enseigne le droit constitutionnel à l’université d’Antananarivo. Il revient sur cette crise politique interminable.

RFI : Avez-vous été surpris par la volte-face d’Andry Rajoelina ?

- Jean-Eric Rokotoarisoa : Oui. D’autant plus qu’il y a déjà eu la communication officielle de la liste des candidats qui ont déposé leur dossier. Le 28 avril son nom n’y figurait pas. Donc, on s’est évidemment quand même étonné de voir son nom parmi ceux admis à être candidats à la présidence de la République.

Pour justifier cette volte-face, Andry Rajoelina dit que c’est son adversaire, Marc Ravalomanana, qui a rompu, le premier, le contrat de janvier dernier, en se présentant à l’élection via son épouse. Qu’en pensez-vous ?

- Ce n’est pas un bon argument ! Ce sont quand même deux personnes différentes ! Marc Ravalomanana, c’est Marc Ravalomanana. Sa femme, c’est sa femme ! Il ne faut pas utiliser ce genre d’argument pour justifier sa candidature. Le problème maintenant, c’est sa crédibilité. Il y a déjà eu le problème du reniement de signature à Maputo. Là, il a promis qu’il ne serait pas candidat. Comment croire en lui désormais ? S’il maintient sa candidature et qu’il fait campagne, tout ce qu’il va dire ne vaudra rien ! Personne n’y croira !

Pensez-vous, comme certains, que tout cela n’est que prétexte, que dès le jour où il avait dit qu’il n’irait pas, il avait décidé d’y aller ?

- Je ne pense pas. Je pense que c’est sans doute la candidature de Lalao Ravalomanana qui a été le déclic qui l’a fait changer d’avis. Mais je crois qu’il est en train d’hypothéquer son avenir politique avec cette volte-face.

Malgré cette candidature de Rajoelina, les pays de la SADC, la Communauté de développement d’Afrique australe, continuent d’appeler les Malgaches à voter le 24 juillet prochain. Est-ce que c’est une bonne réaction ?

- Il y a quand même un impératif. La population attend ces élections depuis quatre ans sans voir de solution, le processus est suffisamment engagé. Le maintien de l’élection présidentielle peut se comprendre, mais par contre, la candidature d’Andry Rajoelina risque de poser un problème de crédibilité au niveau de la Cour électorale spéciale, notamment pour la proclamation des futurs résultats de l’élection présidentielle.

Justement, cette Cour électorale spéciale, c’est la cour qui a validé la candidature Rajoelina. Si c’est la même cour qui arbitre la future élection, est-ce que les résultats seront crédibles ?

- Je pense que non, parce que, on a quand même mis en place cette Cour électorale spéciale pour restaurer le processus électoral à Madagascar. Mais cette première décision la décrédibilise aux yeux de l’opinion publique. Et les réactions sont négatives au niveau de tous les citoyens. Si on garde cette Cour électorale spéciale, il y aura un problème de crédibilité des résultats. Il faut revoir les conditions de candidature. La Cour électorale a juré d’appliquer la loi. Si on applique la loi, les candidatures que vous évoquez ne sont pas possibles !

Est-ce que beaucoup de Malgaches se résignent à l’idée qu’il y ait une présidentielle avec Andry Rajoelina et sans Marc Ravalomanana ?

-  Je crois que pour la majorité des Malgaches, l’essentiel est qu’il y ait des élections. Peu importe les candidats, au-delà de Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina, il ne faut pas oublier que la grande majorité de la population n’est ni pour l’un, ni pour l’autre. Et si on a véritablement des élections libres, transparentes, il se peut qu’il y ait des surprises.

Une conférence nationale organisée par le Conseil des Eglises chrétiennes, propose aujourd’hui de dissoudre, non seulement cette cour, mais toute la transition, et de reporter les élections. Qu’est-ce que vous pensez de cette initiative ?

- Cette initiative arrive un peu tard. Les résolutions sont bonnes, mais elle aurait dû être prise en 2009, pas en 2013, à trois mois de l’élection présidentielle. Donc je pense qu’il faudrait quand même aller aux élections, pour qu’on ait, quand même, des dirigeants légitimes, parce que, jusqu’à maintenant tout le monde s’autoproclame porte-parole du peuple. Je crois qu’il faut arrêter ça et qu’il faut voir le rapport de force politique réel à Madagascar, cette fois-ci avec des gens réellement représentatifs, mais pas autoproclamés.

Cette conférence a réuni de nombreux partis, mais on n’y a pas beaucoup entendu les représentants de messieurs Rajoelina et Ravalomanana. Est-ce que son rapport final ne risque pas de rester lettre morte ?

- Oui, ça risque de rester lettre morte. Tout dépend de la capacité de lobbying des Eglises. Mais ce n’est pas la première fois qu’on organise ça. Depuis 2009, on n’arrête pas les conférences nationales, les assises nationales… Il y a des problèmes de représentativité à Madagascar. C’est pour ça que je dis qu’il faut quand même qu’on aille aux élections, pour qu’on sache qui sont ceux qui ont réellement une base populaire.

Mais si vous vous résignez à des élections où le sortant peut se présenter, est-ce qu’elles ne risquent pas d’être fraudées ?

- C’est justement le risque, à cause de cette maladresse de la CES. Je pense qu’elle n’aurait jamais dû accepter une candidature hors délai. C’est quand même le b-a.-ba d’un processus électoral. Là, on est divisé sur un nouveau problème : le maintien ou non des élections. Si vraiment on n’arrive pas à organiser l’élection présidentielle, il faut organiser les élections législatives. Donc, avoir un gouvernement basé sur une majorité parlementaire.

Et est-ce que l’armée ne se retrouve pas en position d’arbitre ?

- Elle pourrait se trouver en position d’arbitre, mais à ma connaissance, elle est elle-même divisée en plusieurs factions. Donc, on est loin de l’apaisement, on prend plutôt le chemin contraire.

19 commentaires

Vos commentaires

  • 10 mai 2013 à 08:46 | I MATORIANDRO (#6033)

    Ny ahy tonga dia tsoriko ny resaka.
    - Rehefa betsaka fotsiny ny olona mandeha mifidy dia tsy ho lany mihitsy i ffat.
    - Rehefa betsaka ny olona mifidy an’ilay laharana faharoa ary betsaka ny elanelan’ny vatony amin’izay aoriany dia sarotra ny hangalarana vato.
    - Raha misy tokoa izany hala-bato izany dia ho ratsy ny ho tohin’ny tantara satria mety hisy hieritreritra tokoa ny ekipan’iffat fa azo hangalarina ny vato any @ faritra lavitra andriana any fa saingy izao eto Antananarivo foana no manomboka ny sakoroka ary sarotra ny ifehzana azy ka tandremo ny fihetsika sao dia hifoteran’ny rambony eo e ! Samia velon’aina.

    • 10 mai 2013 à 09:02 | marco (#6803) répond à I MATORIANDRO

      Marina ny anao MATORIANDRO.
      Aleo handeha ny fifidianana, fa efa dodona ny vahoaka.Mahatoky ny fahendren’ny vahoaka malagasy aho, ary mino aho fa tsy ho voavidin’ny "spectacle gratuit" na ny "teeshirt" bojo intsony ny safidiny. Raha misy te hizara vola moa amin’ny "propagane", hoanina ihany fa vola adatompo, tsy adalatompo loatra fa volambahoaka ihany ireny, ka aleo hiverina amin’ny vahoaka.
      Raha ny halabato indray, aza matahotra fa efa vonona ny mpanaramaso iraisampirenena.Tsy adala akory izy ireo ka hanatobaka ny volany amin’ny fifidianana feno halabato.

  • 10 mai 2013 à 09:02 | iarivo (#5822)

    Un dicton ne dit-il pas "qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire ?"

    Si nous ne pouvons plus appliquer intégralement les propositions du FFKM, nous pouvons encore nous en inspirer pour mettre en place des conditions nécessaires pour que le processus électoral se déroule dans de meilleures conditions et déjà ébaucher un véritable programme de résorption de cette crise dès l’après élection.

    Le FFKM, la société civile et tout autre éléments des forces vives peuvent et doivent trouver un consensus pour identifier, inventorier, solutionner et gérer les points critiques posant malaise à la vie politique, économique et sociale à Madagascar.

    Pas demain ou après-demain mais AUJOURD’HUI, maintenant !

    Une Charte civique et de bonne moralité, par exemple, pourrait déjà être défini consensuellement et appliqué à l’ensemble des candidats présents et futures (présidentielle, législative, ...) en complément des lois existantes (loi sur les partis, code électoral, ...)

    À définir consensuellement un calendrier à respecter impérativement pour une réexamination de la Constitution pour la valider définitivement ou non, et cela qui que ce soit le nouveau Président de la République élu.

    Etc , etc., etc. ...

    Petit à petit, pierre après pierre, nous pouvons mettre en place des Institutions justes et fortes auxquelles chaque élu ou futur élu devrait s’y contraindre.

    • 10 mai 2013 à 09:13 | manga (#6995) répond à iarivo

      Merci Iarivo, mais la seule chose qui me laisse à désirer c’est que pour la première fois dans vos écrits, Ra8 n’a pas été cité. Continuez, vous êtes proche du but, et je vous encourage comme la nuit porte conseil.

    • 10 mai 2013 à 13:30 | jack-no (#1477) répond à iarivo

      Iarivo, déjà le fait que la CES a validé la candidature (peut importe les conditions de son dépôt) de rajoelina, ces élections sont régies par la Constitution de la IV° République.

      Dans cette Constitution, il est bien prévu aux articles 161 & 162, les conditions de révisions.

      jacques

    • 11 mai 2013 à 16:19 | niry (#210) répond à manga

      iarivo, je vais, pour une fois, paraphraser Jannot de madagate : vos propositions sont totalement anachroniques !! mauvais timing et anachroniques !!! vous auriez dit ça, il y a 2 ans, voire encore il y a 10mois, j’aurai applaudi des 2 mains. Là, vous êtes totalement en décalage avec votre FFKM déboussolé et vraiment décidé à ne pas laisser échappé sa proie vahoaka gasikely tsy mahay. c’est comme si vous essayiez maintenant de nous vanter les vertus des DVD à l’heure du bluray. Vous êtes has been. Avadiho ny pejy.

  • 10 mai 2013 à 10:04 | kakilay (#2022)

    Beaucoup de choses à dire sur cet interview.

    1 - On ne change pas une équipe qui nous fait gagner.

    Commentaire du pt :
    Je sais que vous n’êtes pas contents :
    mais que le candidat qui serait capable de faire démissionner ou de changer la CES se lève :
    s’il est un homme ou une femme d’ailleurs !
    Et vous avez dit : Candidat à la présidence ?
    Candidats : où sont vos forces ?

    2 - Des souhaits, oui ! : je vous les permets. Cela ne vous engage en rien, comme cela ne m’engage en rien. Et tout le monde est content !

    3 - Lors de cette élection : une loi bafouée est l’expression de MA souveraineté. Une loi bafouée est la preuve de votre impuissance : et vous le savez.

    4 - Moi, je peux pt en public ? Et VOUS ?

    5 - Lors de cette élection : toute triche sera dénoncée. Pour les sanctions, pénalisations, revenez après les élections. De toute façon, le dernier mot appartiendra à la CES.

    Vous n’avez rien compris encore ?
    tant mieux pour moi,
    et tant pis pour vous.

    Allons au élections vous dis-je :
    " pour qu’on sache qui sont ceux qui ont réellement une base populaire."
    c’est moi,
    par délégation de ma souveraineté à la CES
    qui désignera
    "ceux qui ont réellement une base populaire."

    Vous voulez jouer au jeu démocratique ?
    eh ben : jouons !
    Et que le plus pt gagne !

  • 10 mai 2013 à 12:51 | Rablue2 (#6225)

    Interview vraiment à lire pour les pseudo analystes politique du forum car au moins on a une réponse d’un éminent juriste affirmant que le Mari coe sa femme a chacun ses propres droits civiques et pénaux indépendant l’un l’autre.... Bref !!!

    • 10 mai 2013 à 13:48 | MILAMINA (#4588) répond à Rablue2

      Pas besoin d’être un juriste pour savoir qu’en politique Lalao est une autre personne que Marc Ravalomanana...

    • 10 mai 2013 à 15:02 | I MATORIANDRO (#6033) répond à MILAMINA

      Tena marina izany. 1era annee en droit dia mahalala an’izany ary milaza mazava tsara fa imprescriptible ny anarana. Ny an’ny sasany moa fampandihizana fitombenana no nangalany doctorat ka tsy mahagaga raha miteniteny foana eny imasom-bahoaka ! I lery milatsaka io zany dia mety ho i annick rajaona no soloany tena. Mapme tokoa reto olona mitondra fanjakana amin’izao reto radede a ! Samia velon’aina

    • 10 mai 2013 à 15:04 | Rablue2 (#6225) répond à MILAMINA

      MILAMINA,allez expliquer ça aux autres excités car c’est très difficile pour certains une telle logique...

    • 10 mai 2013 à 15:05 | I MATORIANDRO (#6033) répond à I MATORIANDRO

      Mbola miampy koa aza hoe principe d’ inaliénabilité.

    • 10 mai 2013 à 17:10 | iarivo (#5822) répond à Rablue2

      Voilà le genre de réflexion qui veut faire prendre les gens pour des nigeauds si ce n’est pas des imbéci/es !!!

      Et nous revenons toujours à cette obstination de vouloir toujours opposer les personnes plutôt que la politique, la stratégie, les idées ...

      Et que j’oppose (ou compare) marc ravalomanana à Andry Nirina RAJOELINA ...
      Et que j’oppose (ou compare) Lalao RAVALOMANANA-RAKOTONIRAINY ...
      Et que j’oppose (ou compare) bidule à machin ...

      Mais franchement, il n’est pas nécessaire d’avoir le Bac +25 ou de sortir de Polytechnique pour comprendre que Lalao RAVALOMANANA-RAKOTONIRAINY est là pour servir de cheval de Troie afin de réintroduire marc ravalomanana sur la scène politique malagasy !

      Lalao RAVALOMANANA-RAKOTONIRAINY n’a quasiment jamais fait de politique durant sa vie alors pourquoi subitemen vise-t-elle ainsi la magistrature suprême ?

      Est-ce que le Saint-Esprit serait-il descendu sur elle ou alors marc ravalomanana lui aurait transmis le virus de la politique lors d’un coït derrière ou en-dessous de l’autel d’un temple à Johannesburg ???

      Lalao RAVALOMANANA-RAKOTONIRAINY n’est qu’un pion, une marionnette au service et aux ordres de marc ravalomanana, elle est là pour préparer le retour de l’ancien président évincé et rien d’autre !

      Si elle s’était véritablement intéressé à la politique, elle n’aurait pas attendu l’ouverture du registre des inscriptions à la candidature pour l’élection présidentielle en avril 2013, elle se serait déjà manifesté et descendu sur la scène politique depuis plusieurs mois, voir plusieurs années !

      Et bien bien non, elle est là parce que marc ravalomanana s’est retrouvé dans l’impossibilité de se présenter en personne, alors ce dernier avait besoin de quelqu’un de proche pour être certain que les bijoux de famille ne quitteraient pas la ... famille !

      On a tant fantasmé sur ve forum et ailleurs qu’Andry Nirina RAJOELINA était le pion, la marionnette de la Francafrique, de la France, de Nicolas SARKOZY, des "karana" et dé je ne sais quoi encore ...

      Et bien maintenant c’est Lalao RAVALOMANANA-RAKOTONIRAINY qui est le pion, la marionnette de marc ravalomanana qui cherche a récupérer le pouvoir pour pouvoir récupérer ses biens mal acquis !

    • 10 mai 2013 à 17:29 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à iarivo

      Et Iarivo qui a un bac + 99 a trouvé tout ça tout seul ... ça mérite des applaudissements !!!

    • 10 mai 2013 à 18:52 | kakilay (#2022) répond à iarivo

      Il ne faudrait pas confondre le droit,
      et vos appréciations politiques.
      Sinon c’est la porte ouverte
      à n’importe quoi.

      D’un côté,
      il y a Mme Lalao,
      elle a ses droits inaliénables.

      De l’autre,
      nous avons vos analyses politiques.
      Et c’est votre droit d’en faire...

      Mais,
      vos analyses politiques,
      dans le genre "cheval de troie"
      ou autres,
      ne vous donnent pas droit
      d’enlever des droits
      à Mme Lalao.

      La stratégie d’un club de football
      ne lui enlèvera jamais
      le droit de jouer le football.
      Au contraire, dirait l’Autre

      Que dit le droit ?
      Et c’est tout...
      Et tout reste n’est qu’abus de pouvoir...

    • 11 mai 2013 à 16:27 | niry (#210) répond à kakilay

      tsy takatry i iarivo ngé zany différence zany é ! Même si vous l’agrémentez d’exemple comme le droit de faire des gâteaux et l’appréciation de son talent culinaire.. Tsy takany zany.
      Iarivo ne sait pas faire la différence entre avoir le droit de s’exprimer et dire n’importe quoi..
      mais j’ai beau multiplier les exemples.. tsy takany zany. Mbola kely loatra izy (mais il ne s’en rend même pas compte..)

  • 10 mai 2013 à 15:43 | nirina (#7023)

    A mon avis Andry Rajoelina avait mesurer le risque de ne pas deposer (imposer) sa candidature.
    Il court un tres grand risque, il est obligé de se presenter.
    Je remet mes commentaires du 13 mai 2009.

    Andry Rajoelina sera candidat a la future élection présidentielle

    (1) Andry Rajoelina ne participera pas à la prochaine élection présidentielle
    (2) Andry Rajoelina ne serait pas candidat a la future élection présidentielle

    Bonne nouvelle ou pas ? Je ne sais pas parce que les deux déclarations ne sont pas équivalentes. Elles sont presque contradictoires.

    Voyons de pres la difference entre les deux declaration :

    1. Dans la premiere declaration Andry Rajoelina restera en dehors de toute activité pendant la prochaine élection présidentielle. C’est a dire qu’il n’interviendra en aucune circonstance jusqu’a l’entrée en fonction du nouveau Président de la République élu et il quittera le pouvoir comme si rien ne s’était passé entre temps. Nous verrons plus tard la suite possible de cette déclaration.
    2. La deuxieme déclaration precise que Andry Rajoelina ne déposera pas sa candidature. C’est a dire il ne sera pas sur la liste des candidats pour la presidence de Madagascar. Mais ne dis rien du tout sur ce qu’il va faire avant, pendant et apres la future élection présidentielle.

    Les deux déclarations n’ont pas la meme contenu. Je suis tellement surpris que les rédactions des médias ne se sont pas demandées quelle a été la vrai déclaration de Andry Rajoelina, comme si c’est la meme chose.
    Les médias ne se sont pas demandé est ce que Andry Rajoelina a la possibilité (politique) de ne pas participer (selon la 1-ere déclaration) a la prochaine élection présidentielle. Je me doute bien. C’est une phrase de communication (de forme) plutot que de fond.

    Dans quelles conditions Andry Rajoelina aura la possibilité de ne pas participer ?

    Une déclaration pareille ne peut se faire que dans la démocratie ou le chef au pouvoir a été élu par la voie d’une élection. Dans le cas d’un coup d’état le chef au pouvoir sortant joue toujours avec sa peau. Je ne dis pas que ca va se produire, mais Andry Rajoelina aves ses conseillers sont assez intelligents pour mesurer les risques de quitter le pouvoir. Apres un coup d’état, apres un changement anticonstitutionnelle il est impossible de quitter le pouvoir sans peur de perdre sa peau. L’histoire a montré mainte fois que dans les cas pareil ou bien c’est l’exil ou bien le risque d’etre poursuivi par les evenements. A mon avis Andry Rajoelina n’a pas la possibilité de ne pas participer à la prochaine élection présidentielle, il encourt trop de risque, il le sait tres bien.

    Dans quelles conditions Andry Rajoelina ne serait pas candidat a la future élection présidentielle ?

    Andry Rajoelina ne serait pas candidat si les élections auront lieu avant la possibilité de changement de la constitution. C’est plus positif de dire qu’il ne va pas se presenter au lieu de communiquer qu’il n’aura pas la possibilité de se presenter. Peut etre qu’il sait déja a l’avance que les chances de changer la constitution se sont envolées. Dans les fables de La Fontaine c’est le conclusion du renard avec les raisins trop hauts : ils sont verts. Les alentours de Andry Rajoelina n’est un bloc en béton, ce sont des amitiés d’occasion : au prochain virage ils peuvent laisser le chef de coté et essayer de demontrer que tout le monde a suivi les ordres du chef pendant le coup d’état. La marche de manoeuvre de Andry Rajoelina est tres restreinte. A qui peut-il se confier (qui se présentera comme son candidat) qui ne va pas le sacrifier en cas de pépin ? Je crois que les seule personnes sont le militaires qui se sont montrés dans la rue et ont semé les executions. Mais alors ce sera un cercle viscieux. Je dis : Andry Rajoelina ne peut pas se permettre de ne pas etre candidat a la future élection présidentielle. Il n’a pas lechoix.

    Et vous qu’est que vous en pensez ?

    NB : Nirina ne veut pas juger qu’il est bon ou non comme candidat

    • 10 mai 2013 à 17:42 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à nirina

      P.U.T.A.I.N !!!

      Tout ça pour ça

      Cela ne vous rappelle pas le ’film’ Balladur-Chirac se tenant pratiquement par la main et parcourant dans tous les sens 50 mètres , comme pour montrer aux pauvres c.o.u.i.l.l.o.n.s qui pourront voter pour eux qu’ils pensent , sans rire ,
      sérieusement à leur avenir ????!!!!

  • 10 mai 2013 à 23:25 | Radepy (#7163)

    Le prof se trompe en affirmant que les résolutions du FFKM arrivent bien trop tard. Comment ne pas voir, à moins d’être aveugle mais un aveugle lui, il voit plus loin que ceux qui ... comme nous disait un grand homme d’Etat ... Je disais que comment ne pas voir cette nouvelle crise PRE-ELECTORALE qui se ... oui, qui se prépare pour éliminer de la course présidentielle les candidats comme Lalao R, Didier R et peut-être bien Andry R que le SEFAFI ... oui, le SEFAFI est l’intigateur de cette crise dont l’OIF est ... eric Rakotoarisoa est aussi membre du SEFAFI ... l’interview de la RFI est comme un avant-propos d’une autre crise ...
    Le prof était également membre du CCCC qui nous a pondu une telle nouvelle Constitution ! Décidément, on ne changera rien du tout avec des personnes ... aussi hypocrites !

    En conséquence, il n’est pas trop tard pour le FFKM de prendre la balle au bond ... Les résolutions du FFKM nous arrivent au bon moment, comme on le dit dans la Bible "minoa fotsiny ihany" prend tout son sens à l’heure où l’on remet en cause la Cour électorale spéciale ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS