Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2022
Antananarivo | 21h52
 

Divers

Délestage à Madagascar

La SADC à la rescousse

lundi 17 septembre 2007 | Alphonse M.

Un ouf de soulagement pour les usagers de la Jirama. En effet, lors de sa rencontre avec le président de la République Ravalomanana Marc, le secrétaire exécutif de la SADEC (South Africa Development Community ) le Dr Tomaz Salomao a annoncé l’aide que devait apporter cette zone économique régionale pour Madagascar. En premier lieu, la Sadc va contribuer au redressement de la société Eau et Electricité de Madagascar (Jirama) suite à ses difficultés financières qui ont provoqué une interminable coupure d’électricité dans l’ensemble de l’île et dont les conséquences socio-économiques sont incalculables. Dès hier, le secrétaire exécutif a rencontré le ministre responsable Patrick Ramiaramanana et vers la fin du mois d’octobre de cette année, des techniciens de la Sadc séjourneront à Madagascar afin qu’ils puissent répertorier les besoins de la Grande Ile.

Libre-échange à partir d’octobre

Le protocole de commerce de la Sadc sera applicable à partir du 1er octobre prochain, a déclaré M. Salomao à la presse. Autrement dit, le système de libre-échange entre les 14 pays membres de la Sadc sera opérationnel dès le mois prochain. Ainsi, le marché malgache sera ouvert aux produits des pays membres, sans paiement des taxes et ou autres impositions douanières. Mais apparemment, ni les opérateurs ni le pays ne sont pas encore prêts pour une telle situation. On craint une véritable débandade et une menace réelle pour les industries locales face aux produits en provenance des grands pays comme l’Afrique du Sud.

En dehors de l’aide de la Sadc pour redresser la Jirama, son secrétaire exécutif a également déclaré des projets visant à améliorer diverses infrastructures à Madagascar. Parmi ces projets, il a cité les travaux d’amélioration du port de Toamasina. L’objectif, a-t-il ajouté, est de rendre ce port plus compétitif et d’augmenter le volume du trafic.

Très optimiste, M. Salomao devait indiquer que la SADC est une région d’espoir et d’avenir sans pour autant préciser les différentes étapes à parcourir afin d’enrayer la recrudescence des millions de pauvres qui vivent dans les pays membres. Beaucoup reste à faire !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS