Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 22 septembre 2019
Antananarivo | 12h48
 

Politique

Observation électorale

La MOE-EU recommande la mise en œuvre du statut de l’opposition à l’Assemblée Nationale

jeudi 25 avril | Arena R.

Cinq moins après la tenue du premier tour de l’élection présidentielle, la Mission d’Observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) – Madagascar 2018 a présenté hier lors d’une conférence de presse son rapport final et les recommandations sur l’observation de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018.

Ces conclusions portent sur l’analyse du processus électoral dans son ensemble : l’environnement de la campagne électorale, le cadre légal pour la tenue de l’élection présidentielle, la performance de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le jour du scrutin, le rôle des médias et de la société civile, ainsi que celui des observateurs nationaux.

À cette occasion, le Chef des observateurs et membre du Parlement européen, Cristian Preda, a rappelé le bon déroulement de l’élection présidentielle et a salué particulièrement la sagesse du candidat Marc Ravalomanana pour avoir accepté les décisions de la Haute cour constitutionnelle (HCC) à l’issue du deuxième tour. « Dans son rapport final, la mission recommande des modifications qui pourraient améliorer le cadre électoral, tout en soulignant la souveraineté des Malgaches pour ce qui est de la mise en œuvre de ces recommandations ».

Les principales recommandations de la mission portent entre autres sur « La mise en œuvre de l’institutionnalisation du statut de l’opposition au sein de l’Assemblée nationale par l’activation du statut du chef de l’opposition au bureau de l’Assemblée nationale », la révision de « la loi pour réglementer les sources de financement de la campagne en temps utiles et établir un plafond de dépenses pour les candidats ».

La MOE-UE recommande de « Conférer la Commission électorale nationale indépendante (CENI) le statut d’institution tel que prévu dans la Constitution, ainsi que la rendre responsable de fixer le calendrier électoral afin de lui garantir une plus grande indépendance », de « renforcer indépendance et les moyens de fonctionnement et de visibilité des Commissions électorales de districts et communales et de réaliser une étude de faisabilité du fichier électoral portant sur la mise en place d’un système de délivrance de cartes nationales d’identité dont l’impact portera aussi sur la confections de listes électorales fiables et inclusives ».

Elle propose en outre de « mettre en place la Haute Autorité de la Communication Médiatisée tout en garantissant son indépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif. Par ailleurs, il faudrait renforcer ses capacités opérationnelles, juridiques et techniques pour lui permettre d’accomplir pleinement son rôle de régulateur » et d’ « Envisager l’introduction de mesures incitatives pour les positions électives des femmes et mettre en place des mesures additionnelles pour assurer l’efficacité du suivi et de l’évaluation de ces mesures par la Commission nationale indépendante des droits de l’homme ou une entité à définir ».

1 commentaire

Vos commentaires

  • 26 avril à 14:32 | Milaza (#10526)

    Pour conclure l’analyse du processus élection présidentielle Malgache du 20 novembre 2018 et 19 décembre 2018 de la part des la Mission d’Observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) Madagascar avait une élection démocratique, transparent et crédible

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS