Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 29 juin 2022
Antananarivo | 00h47
 

Coopération

Coopération militaire

La France met le paquet

samedi 17 novembre 2007

Quelque peu victime d’un lapsus lors d’une conférence de presse tenue à Antaninarenina, les observateurs notent que le service communication de l’ambassade de France tient aujourd’hui à prendre les choses en main.

Tout d’abord, l’Ambassade de France informe que « depuis plusieurs semaines des individus proposent des formations payantes sous le couvert d’un prétendu Centre de formation français de l’Ambassade de France. L’Ambassade de France à Antananarivo tient à préciser qu’un tel centre de formation n’existe pas et que toute utilisation de cette mention est frauduleuse ». « Elle dénonce et se réserve la possibilité d’exercer tous les recours en justice nécessaires pour mettre un terme à l’utilisation frauduleuse de son nom ».

La ferme-école souhaitée par le président de la République lors de sa visite officielle en 2003 à l’Ile de la Réunion verra enfin le jour.

Une ferme-école à Tandrokomby

La pierre angulaire de cet établissement a été effectuée tout récemment dans les environs d’Antsirabe, au lieu dit Tandrokomby. L’Ecole nationale des sous-officiers de l’Armée malgache (ENSOA) y disposera d’une ferme-école. Elle est destinée à former les sous-officiers moniteurs agricoles de l’armée malgache. D’une valeur de 118 millions d’ariary, ce centre permettra aux stagiaires de suivre leur formation dans d’excellentes conditions.

La coopération française estime que la réalisation de cette ferme-école revêt également une importance particulière dans le cadre de la mise en oeuvre du Service Militaire d’Action au Développement (SMAD). C’est en effet à Tandrokomby que seront formés les futurs moniteurs agricoles du SMAD.

Le Colonel Koto, 2ème adjoint à l’Etat-major général de l’armée malgache et le Colonel Reignier, attaché de Défense près l’Ambassade de France d’Antananarivo et chef de la Mission de coopération militaire et de défense, ont présidé à la cérémonie de pose de la première pierre de ce centre.

Deux standards téléphoniques

Sur le camp Michelier, à Antsirabe, deux standards téléphoniques ont été installés. Ils permettront à l’encadrement des écoles de communiquer rapidement et efficacement, malgré les élongations importantes liées à l’implantation de l’infrastructure. Ces liaisons téléphoniques utiliseront une technologie de pointe : la « voix sur IP », autrement dit une technique de téléphonie identique à celle utilisée sur internet, mais dont les informations transiteront par ondes radio. Pour ces liaisons, la coopération militaire française investi 197 millions d’ariary.

Enfin, la dernière inauguration a concerné la réhabilitation de trois bâtiments destinés à accueillir des élèves sous-officiers ou des sous-officiers en stage. Ces bâtiments ont reçu une dotation en mobilier neuf et pourront ainsi accueillir 80 personnes dans de très bonnes conditions de confort. 80 millions d’ariary ont été investis dans cette opération.

Ces sommes importantes dépensées au profit des écoles d’Antsirabe ne représentent pourtant qu’une faible partie des réalisations financées par la coopération militaire française à Madagascar. En effet, d’importants investissements ont été réalisés à la Sekoly Miaramilam-Pirenena (SEMIPI) de Fianarantsoa, à l’école d’état-major et au cours de perfectionnement des officiers (ces deux écoles étant localisées à Antananarivo – Fiadanana), ou encore au profit d’autres sites d’instruction (Centre d’Instruction Technique de l’Armée Malagasy de Soanierana). Tous ces projets, et l’investissement financier et humain qu’ils représentent, témoignent de la volonté de la France d’œuvrer au profit du développement de Madagascar et, plus particulièrement, de ses forces armées.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS