Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 15 mai 2021
Antananarivo | 07h05
 

Politique

Liste électorale

La Cenit procède à des contrôles serrés

samedi 2 novembre 2013 | Valis

Le KMF-Cnoe confirme ou rejoint les positions du gouvernement et de la Cenit au sujet de l’inviolabilité de la liste électorale. Les bases de données doivent rester inchangées ou identiques entre le premier tour et le second tour de l’élection présidentielle ; c’est logique, c’est aussi une norme internationale mais c’est surtout la loi, a fait comprendre le KMF-Cnoe. Par ailleurs, le délai de l’entre deux tours ne permet pas de dresser une nouvelle liste car il faudrait dans le cas d’espèces également insérer les individus qui viennent d’atteindre l’âge de la majorité. Le KMF-Cnoe estime cependant qu’il est du droit des citoyens inscrits dans les carnets de la Cenit – autrement dit, qui ont été recensés et qui se présentent avec la souche destinée à l’électeur – de voter, même s’ils ne figurent pas dans la liste électorale. Le ministre de l’Intérieur ajoute que la liste électorale a bien été clôturée le 15 avril selon la loi mais qu’il est du droit également de l’électeur qui a été omis de la liste électorale lors du premier tour, de porter plainte devant le tribunal pour recouvrer ses droits. Le réseau de Suivi et observation citoyenne pour la limpidité des élections (Socle) exhorte les électeurs non inscrits dans la liste électorale à demander au juge du tribunal de Première instance de leur localité leur insertion dans la liste électorale. Socle a aussi recommandé l’augmentation des indemnités des chefs fokontany et des membres de bureau de vote et à ce qu’ils soient payés à temps.

En tout cas, certaine plateforme de société civile envisage de saisir la Cour électorale spéciale à propos de cette possibilité ou non de révision de la liste électorale.

Face à ces anomalies, la Cenit déclare par l’intermédiaire de son vice-président qu’elle est en ce moment en train de procéder à des vérifications et contrôles en vue d’améliorer ou d’affiner la liste électorale. Ce cadre de la Cenit explique le fait qu’un électeur dispose d’une carte alors qu’il ne figure pas dans la liste électorale, par l’éclatement des bureaux de vote ; dès lors, l’électeur aurait pu figurer dans un autre bureau de vote différent du bureau de vote habituel.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 2 novembre 2013 à 13:47 | bakopitsongodia (#4595)

    Et qu’est ce qu’elle vas faire la Cenit pour les Cartes en leur possession et qui n’ont pas pu être distribuées à temps ? J’espère qu’ elles sont deja en cours de distribution !

  • 4 novembre 2013 à 04:20 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    La Cenit et ses satellites font ce qu’ils peuvent sur le support et la concrétisation de ces élections ...

    Pas évident d’être à leur place pour confectionner cette liste électorale où une partie des Malagasy ont du mal à se recenser.

    Normalement, cette lister électorale doit être mise à jour dans les 1° mois de l’année civile, avec ou sans élection dans l’année. C’est un vrai travail de fourmis qui sert évidemment les élections mais surtout comme base de données démographiques utiles pour :
    - l’éducation et la scolarisation,
    - la protection sanitaire et sociale,
    - le besoin de logements et équipements,
    - le recensement des travailleurs et chômeurs, ...
    - la sécurité des personnes, de leurs mouvements, ...
    - les finances (impôts, taxes, ...).
    ...
    Soit le développement de M/car en général.

    C’est loin du flicage.

    Les motifs et la raison sont simples : recenser les besoins et satisfaire efficacement les priorités d’un Fokonolona, d’un Faritany, d’une famille, d’une personne ... si les moyens disponibles ou budget le permettent. On en a suffisamment mais pas assez de suivis, de contrôles, de rappels à l’ordre ... (Le Bianco et le Samifin ne servent pratiquement à rien qu’à faire les chiens de salon dans les réceptions ...).
    A coté et d’actualité, les autorité adéquates ne s’intéressent pas aux signes ostentatoires de richesses des candidats à la présidentielle. Ni plafond, ni vérification, ni contrôle, ...
    Une constatation, un fait qui nuisent les "petits" candidats et faussent l’esprit d’une élection transparente et démocratique.

    Pour le moment, nous en sommes très loin de la sortie du tunnel faute de recensement fiable, de recoupements et de mutualisation entre les divers services du Fanjakana.

    ’faut pas s’étonner que pour un bout de papier, le Vahoaka est balloté entre divers services. Et çà coûte très cher rien que le temps perdu et les déplacements ...

    C’est çà un de nos vrais problèmes.

    A se demander si on priorise l’inefficacité au détriment de la productivité.

    C’est pas sorcier et c’est flagrant à M/car. Il suffit de regarder autour de soi ...

    Ce qui m’a toujours fait marrer :
    Tous les chefs signent, apposent leurs cachets à tire-larigot en rouge vif (Plus rouge que moi, t’as un pied dans la tombe !!!) sur mon bout de papier à tel point qu’on ne voit plus ni la date, ni le lieu de délivrance.

    ’faut le faire !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS