Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 24 janvier 2021
Antananarivo | 21h03
 

Divers

Université de Toamasina

« L’incendie » est dans le campus

samedi 30 août 2008 | Gilbert R.

Horace Gatien, le président de l’université de Toamasina, l’avait énoncé au Premier ministre : couper l’électricité au campus, c’est y allumer l’incendie. Nous y sommes. Cela a commencé hier vendredi en début d’après-midi. C’est la « grève », ce mot devant être entendu ici sous ses deux acceptions les plus courantes, dans le sens propre comme un arrêt protestant de travail, et dans le sens figuré, malgache, comme un mouvement collectif de protestation politique contre le pouvoir.

En effet, les 24 fusibles du transformateur principal du campus de Barikadimy ont disparu. Cela s’est passé dans la nuit du jeudi 28 août. Mais les vigiles ne s’en sont aperçus que le matin : le cadenas habituel avait été remplacé par un autre, puce à l’oreille, ouverture du boîtier du transfo, constat de la disparition des 24 fusibles !

C’est seulement vers 9 h que, alertée, la Jirama a pu remplacer les fusibles et rétablir l’alimentation électrique. Mais jusque-là, les étudiants ne semblent s’être aperçus de rien. Certains d’entre eux, des filières gestion et économie, planchaient pour leurs examens.

C’est au début de l’après-midi du vendredi 29 août 2008 que les choses se sont gâtées.

Des étudiants meneurs de grève ont sorti de force leurs camarades de leurs salles d’examen, au nez et à la barbe des professeurs impuissants à s’interposer. Du Dojo, du Demi-tonneau, de l’Amphi Bleu, du Petit Amphi, du Grand Amphi, les 2èmes et 3èmes années d’économie, ainsi que de gestion ont été boutés dehors, heureusement sans violence. Mais les sujets d’examen, dont des sujets « missionnaires », avaient été déjà déballés.

C’est alors que les masques sont tombés. Les étudiants grévistes bougent pour réclamer l’abandon du système LMD (dont le texte de base vient de sortir), pour refuser la « malgachisation » proposée par le gouvernement, pour empêcher le déroulement des examens. C’est-à-dire les mêmes réclamations que les groupes de l’opposition au régime clament en ville. C’est donc patent, il y a coordination entre les groupes de l’opposition et les meneurs de grève étudiants. D’ailleurs, l’opposition avait annoncé préalablement que ce vendredi 29 août allait être le jour « J » de leur manifestation à travers tout Madagascar.

Passera, passera pas à Toamasina ?

En attendant, il y a lieu de signaler que cette manifestation intervient au moment où le président de l’université, Horace Gatien, était absent de Toamasina. D’après l’un de ses collègues, il était à Antananarivo pour accélérer le processus de déblocage du budget de 2ème semestre de l’université. Ce retard a des mauvais impacts sur la gestion financière de l’établissement, dont les bourses étudiantes qu’il faut rappeler depuis quelques mois.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS