Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 15 décembre 2019
Antananarivo | 19h30
 

Divers

Académie malgache

L’éducation et l’enseignement, selon Dr. Andriar Samuël

mardi 15 mai 2007 | Oliva R.

L’après-midi de jeudi dernier a été consacré par l’Académie Malgache à une intervention de M. Andriar Samuël, Docteur en Sciences de l’Education, Maître de Conférence, Enseignant-Chercheur à l’Ecole Normale Supérieure, Université d’Antananarivo. La thématique est axée sur l’éducation avec comme intitulé : « Philosophies de l’éducation vues à travers les lois sur l’éducation à Madagascar de 1960 à nos jours ».

L’orateur a commencé par expliquer ses motivations qui sont un souci d’information, de supports pour les étudiants et chercheurs pour une communication restreinte et pour la protection des recherches sur l’éducation. Le contenu de l’exposé a porté sur l’élucidation de la philosophie de l’éducation et le jugement de valeur sur l’éducation à Madagascar, considérés à travers les pratiques éducatives à partir des lois.

Acteur de développement

La première République a placé l’enseignant comme acteur de développement, avec une politique orientée vers l’augmentation du nombre d’écoles, encore limité à cette époque. La deuxième République est marquée par la malgachisation, la déconcentration et la décentralisation. Les efforts fournis se sont soldés par une augmentation du nombre d’établissements scolaires, certes, mais avec une détérioration du niveau et de la valeur de l’éducation. Les élèves optent pour la série A, non pas pour briller dans les matières littéraires, mais pour éviter les mathématiques. Vice-versa, d’autres élèves vont en série C à cause de leur faiblesse dans les matières littéraires et non pour leur compétence en mathématiques. L’orientation scolaire doit se préparer dès le bas âge. La troisième République se distingue par un retour vers la liberté individuelle, voire collective, avec en toile de fond : la mondialisation.

Agent de développement

Malgré une apparente divergence durant ces trois périodes de l’histoire, il existe une continuité de la philosophie de l’éducation vers le positivisme. La continuité se manifeste aussi par la recherche d’identité dans la finalité, le contenu et la considération de l’enseignant. Entre-temps, ce dernier n’est plus qu’un agent de développement dans l’exercice de son métier, en termes d’équipement pédagogique et de salaire. A propos de rémunération justement, les enseignants se plaignent d’être victimes du « SIDA » (lire : salaire insuffisant depuis des années).

Les éminents membres de l’Académie Malgache, et les invités de marque à cette séance ont contribué par leurs critiques et discussions pour plus d’éclaircissement.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS