Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 5 juillet 2020
Antananarivo | 00h07
 

Scanner

Jusqu’où ?

samedi 24 janvier 2009 | RaJean

Deuxième rendez-vous d’Andry Rajoelina et consorts aujourd’hui avec leurs partisans, à la Place de la démocratie d’Ambohijatovo, pour une manifestation politique. Une suite logique du rejet de leur ultimatum intimant au pouvoir central de démissionner deux de ses ministres. Une injonction qui n’a pas lieu d’être selon les intéressés, défendus par le chef de l’Etat Ravalomanana en personne. Sans revenir aux joutes oratoires largement médiatisées ces temps-ci, un constat s’impose, les tons ne cessent de monter ainsi que les enchères.

Actuellement, certains veulent tout simplement la démission de… tous les ministres ! Et, c’est là que les questionnements se posent. Jusqu’où veulent aller Andry Rajoelina et ses partisans ? Et jusqu’où le pourront-ils ? Jusqu’à quelle limite le pouvoir tolérerait-il ces ultimatums hebdomadaires d’Andry Rajoelina ?

Les réponses viendront sans doute de la manifestation de ce jour. On entendra en effet au cours de ce « forum » où tout un chacun aurait droit à la parole, paraît-il, si les « tora-po », les états d’âme et autres dérapages verbaux seront maîtrisés car le régime a été assez clair à ce propos, « tout doit se faire dans le respect et dans la légalité », avertit-il. C’est dire que les autorités ne tarderont pas à réagir si on lui en donnerait l’occasion. Quoi qu’il en soit, l’atmosphère est tellement délétère qu’il suffirait d’un rien pour provoquer des néfastes débordements, pour ne pas dire plus. Et comme la plupart des citoyens qui seront à Ambohijatovo sont à majorité issus de la commune urbaine de Tana, d’aucuns se demandent sur le rôle des élus, les députés des 6 arrondissements en ce moment de crise. Ont-ils encore de l’influence sur leurs électeurs ? Travaillent- ils en coulisse ? Car si jamais le pire arrive, ce sera la ville d’Antananarivo qui en pâtira la première ! Attendre et voir donc.

Par ailleurs, et non le moindre, cette semaine, Dame nature s’est rappelée à nous. « Eric » et Fanele », deux météores, nous ont fait une visite éclair mais lourde de conséquences. Le bilan provisoire est plus que catastrophique partout sur les lieux de leurs passages. Une situation urgente que la politique politicienne ne doit pas occulter. Le temps est à la reconstruction et à l’action, non aux palabres car les sinistrés attendent.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS