Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 8 mai 2021
Antananarivo | 20h18
 

Société

Antananarivo

Jirama : 46 sites identifiés pour l’installation de forages d’eau

samedi 30 janvier | Mandimbisoa R.

Le projet de forage pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau commence à avancer. La ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa, a annoncé hier que 46 sites sont identifiés à Antananarivo pour réaliser ces forages.

Voahary Rakotovelomanatsoa a indiqué que les travaux de prospection des sites ont été menés par les techniciens de son département ministériel, ceux de la société de l’eau et de l’électricité malgache (JIRAMA) qui peine à subvenir en eau et en électricité ses consommateurs, notamment ces derniers temps, et ceux de l’Institut d’observatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA).

Pour l’instant, la liste des quartiers qui vont bénéficier de ce projet n’est pas rendue public. Par contre, le membre du gouvernement a affirmé que les travaux débuteront dès la semaine prochaine, conformément au rapport du conseil des ministres de mercredi dernier.
.

42 commentaires

Vos commentaires

  • 30 janvier à 08:38 | Vohitra (#7654)

    Mandimbisoa R. est-il/elle un(e) attache(e) de presse gouvernementale, ou est-ce un publi-reportage ?

    Il/elle avait deja aborde le meme sujet ici jeudi dernier le 28 janvier..et hier encore, quelques uns parmi les participants en avaient touche mots...

    Ou bien, est-ce une tentative de matraquage mediatique ?

  • 30 janvier à 08:44 | elena (#3066)

    Un doublon ?

  • 30 janvier à 10:05 | nez_gros (#10715)

    Trafic illégal d’OR, 73 kg janvier 2021, en augmentation constante, 66 kg en 2017, 40 kg en 2012… et ce n’est que la face emergée - ah ! cette fameuse l’emergence- d’un grand ICEBERG (plus de milliers de tonnes en vrai)

    Leçon à tirer : -

    1) L’ile Maurice plaque tournnate de ces trafics, reputée paradis Fiscal, ( et les autres îles environnantes ), vit du sang Malgache comme les Vampires vivent de ceux de ses proies, en suçant leurs victimes

    2)bizarrement, Les Ketakandriana rafitoson , Rabenarivo sahondra, Hony Radert, etc… responsable d’ONG certes, mais élites endogames avant tout , , en endogamie élitaire avec les dirigeants du régime, n’ont pipé mots de ce scandale, qui est quand même 1000 fois plus important que la corruption.

    3) Pire, Transparency International, prétendait (tribune hier 29/01/2021) , que la Lutte contre la corruption s’améliore à Madagascar,… et puisque c’est un ONG soit-disant bien fouttu, on est obligé , ou on nous oblige à le croire… c’est ainsi , sinon pas de deblocage de FMI et la Bnaque Mondiale…

    Les plus grands ennemis de Madagascar ne sont donc les corrupteurs, mais plûtôts ces ces élites , en s’erigeant en juges et en faisant croire qu’il travaille pour nous, et surtout en prétendant que tout va bien, style : circulez, il n’y a rien à voir, ou : dormez tranquille bonne gens

    4)Le FMI et La Banque Mondiale, sponsor ou partenaire financier de ces ONG n’ont rien dit, non plus.

    Si vous avez capté gros, valider ! ,et allons-nous plus loin , t’as capté ou pas gros ???

    Nez-Gros : chercheur Nubiologue spécialiste de la renaissance Kemite, , éveilleur de conscience , et producteur d’idée

    • 30 janvier à 11:04 | Turping (#1235) répond à nez_gros

      nez_gros
      Vos dires ,et vos recherches sont contradictoires en tant que chercheur qui a besoin de quelques années d’études encore pour être cohérent dans vos idées .Sans tenir compte de vos fautes d’orthographe .
      Vos dires : Les plus grands ennemis de Madagascar ne sont donc les corrupteurs, mais plûtôts ces ces élites , en s’erigeant en juges et en faisant croire qu’il travaille pour nous, et surtout en prétendant que tout va bien, style : circulez, il n’y a rien à voir, ou : dormez tranquille bonne gens.

      - Non, les deux à la fois car s’il n’y a pas de corrupteurs ,il n’y a pas de corrompus .

      Sachez que la corruption des élites africaines est soutenue même par les pays puissants qui ont des intérêts à défendre .Il y a ce qu’on appelle les conflits d’intérêts .
      - Déjà ,les corrupteurs commencent à manigancer les élections pour qu’un élu africain ou sud américain soit au pouvoir pour défendre leur intérêt . L’élu ,bénéficie d’un compte offshore et peut acheter des biens immobiliers à l’étranger ,etc.....Leur compte dans les paradis fiscaux ne font qu’enrichir les pays riches , les prêteurs ,les bailleurs de tout genre (feed-back) .
      Ne soyez pas naif Monsieur le chercheur .
      - Si je donne les noms de tous les dirigeants africains et autres , et les pays qui ont subi les coups d’état ,la liste est longue comme un bras .
      Une petite histoire : Par exemple la CIA aux USA est une organisation plus ou moins clandestine qui travaille pour le gouvernement américain .Pendant la guerre froide ,il y a la guerre entre le communisme et les USA( capitalisme ) . Fidel Castro qui s’était associé aux soviétiques (le communisme ) ,il fallait le renverser .Une opération qui échouait .
      Quand l’Irak de Saddam Hussein avait envahi le Koweit ,les USA l’avaient éliminé pour protéger leur intérêt (pétrole ) ,....pour motif d’éliminer un dictateur . Pareil avec Kaddhafi (les européens l’éliminaient car ce dernier voulaient faire un deal avec la Chine).
      - Au Sahel ,l’intervention militaire a pour motif d’éliminer les terroristes (d’accord ) ,mais s’il n’y a pas l’Uranium au Niger derrière cette affaire ,et l’or ,etc..... pas d’intérêt de dépenser des milliards si la mise n’est pas rentable pour être fructifiée .En Afrique depuis l’octroi de l’indépendance sous dépendance ,les mauvais élèves ont été éliminés par les services français de la DGSE ,SDECE ,DST ,.....
      Conclusion : Voilà , n’utilisez pas légèrement le mot "t’as capté gros ou pas "
      Mon message n’est pas destiné à la haine à l’encontre des américains ni les français de souche ,ni quiconque mais c’est pour ouvrir les yeux .Le dicton très célèbre dit : Au pays des aveugles ,les borgnes sont rois .
      La corruption et corrupteur de tout bord ,il y a un lien de causalité entre les deux ,ne soyez pas naif comme un gamin de 3ans .
      - Disons ,les pays qui aident et qui choisissent les dirigeants africains et autres avec qui ils veulent travailler ,pourquoi ne stoppent -ils pas les transferts illicites d’argent mal acquis ,sale ,justement dans tous les paradis fiscaux ? Ce n’est pas compliqué à comprendre non ?
      - Car justement les élites véreux ne peuvent pas faire leur forfaiture s’il n’y a pas de complices et de complicités ? Sinon s’ils font de détournement ,ce serait limité dans leur pays d’origine respectif .Les moins scrupuleux développement même leur pays .
      Par contre : Beaucoup de pays africains commençaient déjà à se réveiller avec les dirigeants qui sont des vrais combattants car ils savent jouer leur rôle à travers les mailles .
      https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/270119/afrique-les-raisons-de-lassassinat-de-22-presidents-africains

    • 30 janvier à 11:08 | Turping (#1235) répond à nez_gros

      Lire : les moins scrupuleux développent ,.....au lieu de développement.
      Ce n’est pas du "copier ,coller " .

    • 30 janvier à 12:00 | Rainingory (#11012) répond à nez_gros

      👃 Gros, that’s a while u’ve not been seen here again ! Wlcm @ home, guy🤝

    • 30 janvier à 12:58 | zernie (#10963) répond à nez_gros

      @ nez-gros,
      << L’ile Maurice plaque tournnate de ces trafics, reputée paradis Fiscal, ( et les autres îles environnantes ), vit du sang Malgache comme les Vampires vivent de ceux de ses proies, en suçant leurs victimes>>
      tu sais ce qu’ils te disent les mauriciens ?
      L’invective à la place d’arguments non prouvés, c’est l’arme des lâches et des gros-kont-pif-pas

    • 30 janvier à 17:58 | nez_gros (#10715) répond à nez_gros

      @Turping , c’est quoi la naïveté d’après toi ? et de quelle naïveté tu parles gros ? tu sais au moins de quoi tu jactes gros ?

      ne pas croire facilement la transparency International, c’est de la naïveté ?
      dénoncer les magouilles des grandes puissances, c’est de la naïveté, ... ainsi ne rien dire, ni ne rien dénoncer , c’est du courage alors ???

      - Quant aux Présidents ou dirigeants tués aux années 60, 70, 80, la naiveté c’est de se ressourcer auprès de Mediapart, journal des colons... et de croire qu’en sortant ces infos tardivement (40 à 60 ans après le fait) , Mediapart ne se livre pas à des calculs politiciens...

      - Gardez bien dans la tête , que les Infos sur le RWANDA, ConGO, port gentil(Gabon), Côte d’ivoire, etc... ils n seront jamais connus que 50 ans après les faits... ils appellent cyniquement cela "déclassification" ... t’as capté gros ou pas ???

      Nez-gros : Chercheurs Multicartes

    • 30 janvier à 21:39 | Turping (#1235) répond à nez_gros

      nez _gros
      Vos propos :
      Les plus grands ennemis de Madagascar ne sont donc les corrupteurs, mais plûtôts ces ces élites , en s’erigeant en juges et en faisant croire qu’il travaille pour nous, et surtout en prétendant que tout va bien, style : circulez, il n’y a rien à voir, ou : dormez tranquille bonne gens.

      - Je vous le réitère ,NON ,car les élites gasy depuis l’indépendance octroyée sous dépendance dans la plupart sont formatés pour nuire leur pays sous le joug du néocolonialisme .Les voyous ne regardent que leurs intérêts restrictifs .Donc ,les corrupteurs sont aussi derrières, ils sont aussi des grands ennemis en pratiquant l’impérialisme du système en collaboration avec les Rasanjy et similaires/.

      - Quand nez_ gros accuse les ketandriana ,la réhabilitation du Rova (palais de la reine ) ,etc....alors que la Corruption n’a épargné les héritiers du PADESM ,c’est comme si nez_gros parle de ses complexes d’infériorité et la haine envers les Merina ,pourtant tout le monde était mouillé là dedans .Eh ! quand zefa Albert sous son mandat quand ,le Rova était incendié ,n’avait pipé mot ,c’est quoi ?
      - L’histoire de ces trafics d’or comme les autres sont devenus une rituelle qui existe depuis une belle lurette ,et fait partie de la corruption endogène depuis l’ère Ratsirakiste . Pourquoi jouer l’hypocrisie ?
      - Le médiapart ne peut être le journal des colons car il dénonce les faits du néo-colonialisme justement .
      - L’histoire de Rwanda ,Côte d’Ivoire ,et le reste ,on l’a su sans attendre 50 ans car le lien que je vous ai envoyé le démontre ,non ? on n’a pas besoin du nez turgescent pour renifler la moquette ? mais plutôt l’esprit ouvert !
      - Sachez que les bailleurs (FMI ou autres )ne sont pas des organismes institutionnalisés qui gèrent le dysfonctionnement d’un pays emprunteur ,donc ce n’est pas leur rôle de gérer la corruption .

    • 30 janvier à 22:44 | lysnorine (#9752) répond à nez_gros

      Re nez_gros 30 janvier à 10:05

      « Les plus grands ennemis de Madagascar ne sont donc [PAS UNIQUEMENT] les corrupteurs, mais plûtôts [AUSSI] ces ces ÉLITES [qui se pavanent avec des diplômes étrangers, le plus souvent INUTILES pour sortir la MASSE DU PEUPLE MALAGASY de la pauvreté sous tous ses aspects qui l’étrangle impitoyablement depuis une éternité.]

      cf posts ao amin’ny « Le président Rajaonarimampianina insiste »
      samedi 25 novembre 2017 | https://www.madagascar-tribune.com/Le-president-Rajaonarimampianina,23462.html#comment352099,
      lysnorine 27 novembre 2017 à 19:23, 19:37
      @ Mihaino 25 novembre à 13:06 - « LA FAILLITE DES ÉLITES AFRICAINES »

      « Misy lahatsoratra an-gazety nangononay ity avy amin’ny gazety « Afrique Tribune, Volume 1, Numéro 16, Du 9 au 22 juin 1995, gazety mpiseho tany Montreal (Kanada) fa efa maty, mitondra ny lohateny hoe : « LA FAILLITE DES ÉLITES AFRICAINES »

      « Efa tamin’izany fotoana izany, tamin’ny 22 taona lasa no voavaly tsara ny fanontaniana momba ny ANTONY mampahantra an’i Madagasikara sy ny zanatany frantsay fahizay teto Afrika. [...]

      « Monsieur Édem KODJO, premier ministre du TOGO, EXONÈRE LES ÉLITES AFRICAINES de toute responsabilité dans la ruine indicible de leur pays respectif et la réduction de la masse de leur population à une misère hideuse, honteuse et inhumaine, qui ouvrent la voie à une RECOLONISATION patente et inexorable de l’Afrique en cette fin du deuxième millénaire. Sa réponse négative à la question d’Afrique Tribune (no 14, du 12 au 25 mai 1995) sur la « PART DES ÉLITES AFRICAINES DANS LA FAILLITE DU CONTINENT », illustre le REFUS DE RESPONSABILITÉ DE CES « ÉLITES » qui, par les BONNES GRÂCES DE L’EX-PUISSANCE COLONIALE, SILLONNENT LES AVENUES DU POUVOIR en Afrique depuis les indépendances, (années soixante).

      « Contrairement, en effet, à ce que semble suggérer M. Édem Kodjo, les ‘’élites’’ africaines, c’est-à-dire, selon la définition du Petit Robert, les ‘’personnes qui occupent le premier rang, de par leur formation, leur culture’’, ont bel et bien ‘’GÉRÉ’’ leur continent et ‘’PRIS EN MAIN LA DESTINÉE DE LEUR PAYS’’. Et les intellectuels et technocrates africains de tout horizon, tant CIVILS que MILITAIRES, ont toujours hanté les hautes sphères étatiques et figuré aux PREMIÈRES LOGES de la vie POLITIQUE, aussi bien qu’ÉCONOMIQUE, COMMERCIALE, MONÉTAIRE OU FINANCIÈRE de leur patrie. Il est donc tout à fait inconsidéré de vouloir faire croire, ne serait-ce qu’un instant, que les dictateurs africains, du Nord au Sud, comme d’Est en Ouest, ont pu confisquer le pouvoir et exercer TOUT SEUL leur totalitarisme, sans la participation active, entière et intéressée de ceux-là mêmes qui se qualifient volontiers de ‘’TECHNOCRATES’’ !

      « Ils n’ont pas été non plus absents des ORGANISATIONS INTERNATIONALES ou régionales bien que certains aient dû probablement se trouver un point de chute après, par exemple, la reprise en main directe par les Français d’AIR AFRIQUE ou la banqueroute congénitale de l’AGENCE PANAFRICAINE DE PRESSE, témoignages vivants d’une certaine INAPTITUDE et inconséquence des « ÉLITES » africaines. Un examen approfondi du bilan financier de l’organisation de l’Unité africaine (OUA) depuis sa création révélerait sans aucun doute les mêmes tares déjà bien connues des sociétés étatiques, nationales, publiques ou parapubliques.

      « Poser la question de savoir si les motivations de ces « élites » africaines au pouvoir depuis plus d’un tiers de siècle ont été la recherche de la promotion de la majorité de leurs concitoyens, notamment sur le plan de l’ALIMENTATION, de la SANTÉ et de la PRÉVENTION DES MALADIES, de l’ÉDUCATION et de la FORMATION PROIFESSIONNELLE , du SAVOIR TECHNIQUE et TECHNOLOGIQUE, c’est mettre au jour les CAUSES CONTEMPORAINES du destin tragique des peuples d’Afrique. DÉPOUILLÉS lentement mais sûrement de leur CAPACITÉ D’AUTOSUBSISTANCE ALIMENTAIRE par une POLITIQUE économique et commerciale AU SERVICE SYSTÉMATIQUE DES INTÉRÊTS DE L’EX-PUISSANCE COLONIALE, appliquée studieusement par leurs « élites », les peuples africains sont devenus les DÉBITEURS auprès d’États étrangers et d’organismes internationaux d’une énorme DETTE PERPÉTUELLE dont ils ignorent à quoi elle a bien pu servir. Ils apparaissent désormais comme des ÉTERNELS ASSISTÉS de la charité internationale, multi- et bilatérale, qui essaient tantôt d’immigrer clandestinement dans les pays riches du Nord, dans l’espoir d’échapper au cachot d’une MISÈRE physique, économique, financière, technique et culturelle OÙ LES ONT PLONGÉS LEURS « ÉLITES » dirigeantes et QUE VIENNENT RENFORCER les POLITIQUES néoclassiques dites d’AJUSTEMENT STRUCTUREL, de PRIVATISATION et de BRADERIE du patrimoine national, de FLEXIBILITÉ des SALAIRES et des TAUX DE CHANGE, et plus généralement, de DÉSAGRÉGATION DE L’ÉTAT AFRICAIN pour ACCÉLÉRER SA RECOLONISATION inavouée, inavouable mais indéniable.

      Les « ÉLITES » africaines ont été et restent le FER DE LANCE de cette ÉVOLUTION RÉGRESSIVE. Ce ne sont certainement pas les « NON-ÉLITES » africaines, à savoir, le petit agriculteur, éleveur ou pêcheur, le petit artisan, commerçant ou gargotier, le conducteur de bus, de taxi ou de taxi-brousse, l’instituteur de brousse ou des bidonvilles, les modestes salariés de l’administration du secteur public ou privé, les sans-emploi et sans logis, diplômés ou non, etc., qui ont participé aux processus de DÉCISIONS génératrices des politiques CATASTROPHIQUES mises en œuvre depuis près d’un QUART DE SIÈCLE [en 1995 !], mais bien les « ÉLITES » BARDÉES DE TITRES ET DE DIPLÔMES PRESTIGIEUX . La faillite du continent africain, c’est, au premier chef, la faillite de ses « élites ».

    • 31 janvier à 15:54 | nez_gros (#10715) répond à nez_gros

      @Turping, obsédés de race et d’ethnie, pourquoi tu la ramène vers cette piste, qui parle du Padesm vieille histoire de 70 ans, ne mélange pas tous gros ?

      @Lysnorine, @Turping,
      1)que les Ministres et des présidents , des élites partout dans le monde soit corrompus, cela est un secret de polichinelle(ex : Cahuzac, sarkozy, Mobutu, Ouatarra, Bongo, Irangate, Panama-papers , Ben ali etc...), et c’est lui qui abonde dans ce sens , sont assez souvent des nouveaux venus dans les nalyse politiques

      2)Mais que des gens, censé ou financés pour lutter contre la corruption, qui publie des classements sur l’etat de la corruption à Madagascar se taisent sur cette histoire de l’OR, voir ici https://www.madagascar-tribune.com/Legere-amelioration-dans-le-classement-IPC-2020.html

      pareil : https://www.newsmada.com/2019/03/02/comite-pour-la-sauvegarde-de-lintegrite-sahondra-rabenarivo-prend-ses-fonctions/
      là il y a problème,

      car : Matio 5:13 MG1865
      Hianareo no fanasin’ny tany ; fa raha ny fanasina no tonga matsatso, inona indray no hahasira azy ? Tsy misy heriny hanaovana na inona na inona intsony izy, fa hariana any ivelany ka hohitsahin’ny olona.

      Si l’autorité morale dont le rôle est essentiellement de lutter contre la corruption est défaillant, qu’est qui reste gros.. qu’est ce qui reste Lysnorine ????

      . d’où mon affirmation : Ce ne sont même pas les corrupteurs, ni les corrompus qui sont les vrais problématiques à Madagascar, ce sont ces Pseudo autoproclamés autorité morale, lourdement sponsorisé par l’éxterieur.... qui fait semblant de s’alarmer, et ainsi nous trompe, en faisant croire à tout le monde que la lutte contre la corruption est fondamentalement actionné et installé, c’est qui est faux

    • 31 janvier à 16:04 | nez_gros (#10715) répond à nez_gros

      erratum : ce qui est faux, @Turping:PADESM toi même !
      - Sur le Padesm, je te passe une réflexion :

      1)Tsiranana : 1ere victoire du PADESM, les MDRM Rabemananjara et Ravoahangy, le Descendants des soi-disant patriotes Ratsimamanga et Ramangasoavina, et d’autres sont les Premiers à collaborer avec Tsiranana

      2)Ratsiraka :2è victoire du PADESM : les Fils spirituels de Ralaimonggo, les NDREMA et les RABESAHALA, et d’autres etaient les grands collaborateurs du regime DEBA ...

      3)Alors l’histoire du PADESM, c’st à dormir debout, y’a que les toi qui y croit ... t’as capté gros Turping ou pas ???

    • 31 janvier à 21:46 | Turping (#1235) répond à nez_gros

      nez_gros
      Ah ! Sont-ils passés où alors les Zafimahova et leurs héritiers ?
      - C’est sûr ,Tsiranana s’était rallié avec quelques leaders du MDRM . Ce qui nous démontrait aussi sa réussite .

    • 1er février à 09:37 | lysnorine (#9752) répond à nez_gros

      Re nez_gros 30 janvier à 10:05 & 31 janvier à 15:54 répond à nez_gros
      Il est recommandé à ceux qui maîtrisent mal la langue française et/ou ne la comprennent pas suffisamment de bien lire – ou de bien relire– notre post pour circonscrire correctement les « élites » qu’il évoque :

      « Les plus grands ennemis de Madagascar ne sont donc [PAS UNIQUEMENT] les corrupteurs, mais plûtôts [AUSSI] ces ÉLITES [qui se pavanent avec des diplômes étrangers, le plus souvent INUTILES pour sortir la MASSE DU PEUPLE MALAGASY de la pauvreté sous tous ses aspects qui l’étrangle impitoyablement depuis une éternité.].

      Corrompues ou non, ces « élites » qui sont ou ont été à la TÊTE DE LA DIRECTION DU GOUVERNEMENT DE MADAGASCAR, sont évidemment tout à fait différentes de leurs « homologues » intellectuels des ONG que nez_gros présente comme de « Pseudo autoproclamés autorité morale, lourdement sponsorisé par l’éxterieur », « défaillant dans « leur rôle [qui] est essentiellement de lutter contre la corruption »

      Ces élites dont la faillite – habituelle et irrémédiable, semble-t-il, – est analysée dans l’article d’Afrique Tribune, étaient légion à Madagascar après « mai 1972 », et surtout, à partir de 1975, sous le régime du Livre Rouge et de la Révolution de Didier Ratsiraka (un rejeton du « PADESM de la CÔTE-EST » dont on parle incidemment ici).

      Le peuple Malagasy a pâti des CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES de leur politique et de leur façon de conduire les affaires de l’État, qui demeurent toujours d’ACTUALITÉ en ce 21ème siècle, quarante-six ans après.

      Cette classe, quelque peu prétentieuse, d’élites diplômées d’Andafy, les Malagasy, durant la COLONISATION, dans les années postérieures à l’insurrection déclenchée à Madagascar par le gouvernement français le 29 mars 1947, l’affublait du sobriquet ironique voire teinté de mépris de « LITABE ». Précisons que, déjà au cours de l’année 1946, les anticolonialistes des comités électoraux des docteurs Ravoahangy et Raseta à Madagascar se méfiaient fortement des « gasy d’Andafy » qui s’étaient précipités pour être dans leur entourage dès leur arrivée en France en décembre 1945. Parmi eux, les noms de Raymond William Rabemananjara, des docteurs Rakoto Ratsimamanga et Raherivelo Ramamonjy, de Jacques Rabemananjara étaient souvent cités car ils étaient des proches du Ministère des Colonies.
      `
      2. Re | nez_gros 31 janvier à 16:04, « Tsiranana », « PADESM » & MDRM
      « 1)Tsiranana : 1ere victoire du PADESM, les MDRM Rabemananjara et Ravoahangy, [...] , et d’autres sont les Premiers à collaborer avec Tsiranana... »
      & Turping 31 janvier à 21:46 répond à nez_gros
      « Ah ! Sont-ils passés où alors les Zafimahova et leurs héritiers ?
      C’est sûr ,Tsiranana s’était rallié avec quelques leaders du MDRM . CE QUI NOUS DÉMONTRAIT AUSSI SA RÉUSSITE »

      Les deux posts se complètent sur le plan historique mais requièrent une certaine mise au point pour combler quelque lacunes patentes qui ressortent des recherches de nez_gros, à la lumière même de ses propos.

      1.) Ce n’est pas avec le « PADESM » que les « MDRM Rabemananjara et Ravoahangy » ont collaboré mais avec le PSD en acceptant de participer, après les premières élections législatives tenues en septembre 1960 par Madagascar redevenu un État indépendant, au premier gouvernement de Madagascar redevenu indépendant, sur la proposition de Tsiranana, maintenue d’emblée dans ses fonctions de « président de la République » et de « chef du gouvernement », héritées de la Constitution du 29 avril 1959 de République autonome, non souveraine sur le plan international », instaurée le 14 octobre 1958. Le docteur Raseta n’a pas voulu s’associer à ses deux anciens collègues sous la pression de l’AKFM qui s’est d’ailleurs débarrassé de lui définitivement moins d’un an après les élections législatives de septembre 1960. Il y a lieu de souligner ici deux points, pourtant importants, à son sujet, que les historiens ne mentionnent pas du tout à notre connaissances :

      (i) depuis déjà quelque temps, le bruit avait couru que le président Tsiranana se proposait de le nommer au gouvernement, et surtout après la disparition du Dr Ravoahangy en août 1970 ;

      (ii) en janvier 1972, lors des élections présidentielles, et au cours d’un entretien avec Tsiranana au palais d’Andafiavaratra, le Dr Raseta avait rendu hommage à son patriotisme et donné sa bénédiction à sa candidature.
      (à suivre)

    • 1er février à 09:45 | lysnorine (#9752) répond à nez_gros

      2. Re | nez_gros 31 janvier à 16:04, « Tsiranana », « PADESM » & MDRM

      « 1)Tsiranana : 1ere victoire du PADESM, les MDRM Rabemananjara et Ravoahangy, [...] , et d’autres sont les Premiers à collaborer avec Tsiranana... »
      & Turping 31 janvier à 21:46 répond à nez_gros
      « C’est sûr ,Tsiranana s’était rallié avec quelques leaders du MDRM . CE QUI NOUS DÉMONTRAIT AUSSI SA RÉUSSITE »
      (suite)

      2) La collaboration des « MDRM Rabemananjara et Ravoahangy » avec Tsiranana procédait de trois raisons principales ;
      i) leur refus de s’engager dans une course aux honneurs et au pouvoir qui aurait engendré, sans nul doute, un bain de sang, comme ce qui se passait alors au Congo ex-colonie Belge [le Zaïre actuel], ce qui leur attira les foudres de l’AKFM. Ce dernier voulait renverser Tsiranana, à tout prix, ce qui n’aurait pas été difficile, si les anciens leaders ramenés par Tsiranana lui-même de leur exil en juillet 1960 acceptaient de jouer ce jeu qu’attendait d’ailleurs l’immense majorité de la population Malagasy. Pour les deux leaders du MDRM, cependant, le plus important était de renforcer l’unité nationale et de consolider politiquement et économiquement l’indépendance fraîchement recouvrée.

      ii) D’autre part, les « MDRM Rabemananjara et Ravoahangy », lors d’une conférence de presse à Paris, tenue le mardi 16 février 1960, avait déjà apporté leur soutien à Tsiranana pour l’ouverture des négociations franco-malagasy en vue du transfert des compétences de la souveraineté internationale à la République Malgache.

      C’était la conclusion tardive, initiée par Tsiranana donc, 14 ans plus tard, de la proposition de loi 946 déposée le 21 mars 1946 par les députés Ravoahangy et Raseta tendant à reconnaitre Madagascar comme un « État libre ayant son gouvernement, son parlement, son armée, ses finances, au sein de l’Union française ». Cette proposition de loi, base de la politique du MDRM, à laquelle avaient souscrit la majorité du peuple Malagasy et de ses forces vives, ainsi qu’en témoignent leurs victoires électorales successives en 1946 et 1947 leur a valu pourtant une CONDAMNATION À MORT le 4 octobre 1948, prétextée par la rébellion du 29 mars 1947 dont la paternité leur fut attribuée d’office, bien qu’elle fût concoctée par le gouvernement français et mise en exécution par la Sûreté générale par l’intermédiaire de ses collaborateurs patentés à la tête des sociétés pseudo-secrètes JINA et PANAMA.
      Le docteur Raseta refusa, au dernier moment, de s’associer à cette conférence de presse du 16 février 1960, présidée par le professeur Louis Massignon, cédant, semble-t-il, à des pressions de membres de l’AEOM (Association de Étudiant d’Origine Malgache, qui se présentaient comme marxistes, voire communisants, tout en entretenant des relations avec les Renseignements généraux de la préfecture de police de Paris.(source : une confidence communiquée au gouvernement Malagasy par l’ambassadeur de France à Madagascar en 1961, Marcel GEY, pour justifier une certaine demande d’ intervention délicate).

      iii) Déjà en 1956, Tsiranana élu député avait affirmé dans son intervention du 20 mars 1956 à l’Assemblée nationale française son intention de reprendre l’article premier de la proposition de loi 946 des députés Ravoahangy et Raseta en mars 1946, à savoir l’abrogation de la loi du 6 Août 1896 déclarant « colonie française Madagascar avec les îles qui en dépendent ». cf extraits suivants de notre post « lysnorine 25 septembre 2020 à 09:06 répond à betoko ^ dans https://www.madagascar-tribune.com/La-CENI-repond-aux-critiques-de-l-opposition.html#comment446745
      « JORF, Débats parlementaires, mercredi 21 mars 1956
      « Assemblée Nationale 3e Séance du mardi 20 mars 1956,
      pp. 1083, 1084
      « Evolution des territoires relevant du ministre de la France d’outre-mer — Discussion d’un projet de loi
      [projet de « loi-cadre »]
      « Dans la suite de la discussion générale, la parole est à M. Tsiranana. (Applaudissements sur plusieurs bancs au centre et à gauche.)
      « M. Philibert Tsiranana.
      [...]
      « Représentant Madagascar, je vais vous entretenir de mon pays, pour lequel je demande un nouveau statut. JE SOUHAITE DONC QUE LA LOI DU MOIS D’AOÛT 1896, QUI L’A PROCLAMÉ COLONIE, SOIT ABROGÉE.
      « Cela ne signifie pas que nous cherchons à nous séparer de la France... »

      Ces quelques rappels soulignent sans conteste que c’est TSIRANANA qui avait RALLIÉ le programme du M.D.R.M. ET NON L’INVERSE ! Il enterra définitivement le PADESM à la suite de son élection comme député le 2 janvier 1956 et de la création du Parti Social Démocrate de Madagascar et des Comores [PSDMC], en décembre 1956, à l’origine une filiale du parti socialiste SFIO alors au pouvoir en France sous la direction de Guy Mollet, avant de devenir plus tard PSD.
      (à suivre)

    • 1er février à 09:50 | lysnorine (#9752) répond à nez_gros

      Re Turping 31 janvier à 21:46 répond à nez_gros
      « C’est sûr ,Tsiranana s’était rallié avec quelques leaders du MDRM . CE QUI NOUS DÉMONTRAIT AUSSI SA RÉUSSITE »
      (suite et fin)

      L’observation de Turping sur la corrélation entre la « réussite de Tsiranana » et l’adhésion des leaders MDRM Ravoahangy et Rabemananjara à son gouvernement et au PSD est amplement confortée par les déclarations suivantes de RESAMPA André, alors SG du PSD dans le journal « Basy Vava » du mercredi 8 mars 1967 :

      « Tsy tao amin’ny PADESM aho hoy ny Ministra RESAMPA » [« BASY-VAVA, SIVY TAONA, n° 2331- ALAROBIA 8 MARS 1967 »].
      « Tamin’ny Alakamisy dia efa nanao fanazavana hentitra ny Filohan’ny Nosy momba ny ho fankalazana ny daty 29 MARS [...].

      « Tamin’ny Alatsinainy teo ihany koa dia nanao Kaonferansa tamin’ny mpanao gazety ny Ministra RESAMPA ka nohamafisiny tamin’izany ny fanambarana nataon’ny Filohan’ny Nosy. Notantarain’ny Ministra ny nahatonga ny fankalazana ny daty 29 MARS ho anisan’ny andro tsy fiasana kanefa andraisan-karama eto amin’ny Repoblika Malagasy. Ny ANTENIMIERAM-PIRENENA hoy ny Ministra RESAMPA no nandinika ny lalàna ary nandany azy hanan-kery eo amin’ny tany sy ny fanjakana. Ny antokom-panjakana PSD no tompon-kevitra tamin’izany araka ny fehin-kevitra nolanian’ny Kongresy natao teto Antananarivo tamin’ny volana Septambra 1966.
      "Ny TENAKO hoy ny Ministra RESAMPA dia MPANOHANA NY ANTOKO MDRM fony izaho FONKSIONERA ary nanaraka akaiky ny fandehan-javatra tamin’izany fotoana izany. Koa ny fankalazana ny daty 29 MARS dia ho fahatsiarovana an’ireo maty rehetra tamin’iny raharaha iny. Nomarihin’Atoa RESAMPA fa AO AMIN’NY ANTOKO PSD NO AHITANA NY MPIKAMBANA MDRM BETSAKA NOHO NY AO AMIN’NY ANTOKO AKFM".

      « Fa ny fanambarana nisintona ny mpanao gazety indrindra nataon’ny Ministra RESAMPA dia ny filazany ampahibemaso fa tsy mba tao amin’ny antoko PADESM ny tenany [...] ».

      Rarina mba hanampy ny mpamaky hahatakatra bebe kokoa ny tantaran’i Madagasikara. sy hamporisika azy handalina mandrakariva ny vosoratra sy kabary momba ny tantaram-pireneny....ary ny vokany ankehitriny ity « mise au point » ity.

  • 30 janvier à 10:30 | Isandra (#7070)

    Comme j’ai écrit, ce n’est pas de la littérature comme certains aiment faire ici, mais, c’est du sérieux, la décision du conseil de ministre s’appliquera, ne reste pas dans l’archive.

    Il est bien de rappeler que cette solution n’est que provisoire, les solutions à long terme arriveront.

    • 31 janvier à 04:01 | saint-augustin (#9524) répond à Isandra

      Turping:vous avez écrit :
      "la haine contre les Merina:il faut admettre que le foyer de la corruption et le trafic est à Tana:Ivato est à Tanà et privatisé par les trafiquants:cela vous fait pas honte Turping ?
      Vous qui êtes au courant de tout et qui écrivez tous les jours vous pouvez diffuser les noms des trafiquants d’or récent et on verra de quelle ethnie ils proviennent.L’or Mr Turping vient des provinces et la région issu de cet or ne voit pas les retombées pour leur développement .
      "...collaboration avec comme Rasanjy".je ne connais pas ce Monsieur mais ces trafics c’est pour suivre la voie de Rasanjy non ?
      "les grandes puissances, le colonisateur deviennent la caverne d’Ali Baba des corrompus et les trafiquants malgaches :mon raisonnement est simple c’est dans l’ intérêt de leur pays mais ces trafiquants malgaches dans l’intérêt des malgaches qu’ils font cela ?:le raisonnement comme quoi c’est l’oeuf qui donne la poule ou c’est la poule qui donne l’oeuf c’est la vielle tactique de l’esquive habituelle.
      Donnez-nous les noms de ces trafiquants d’or Turping,Merci d’avance.

    • 31 janvier à 11:15 | Turping (#1235) répond à Isandra

      Saint Augustin ,
      Vous le saviez bien , Ivato est le plus grand aéroport de Madagascar où les vols commerciaux et internationaux s’effectuent pour transiter vers l’étranger dans la plupart des cas même s’il y a des escales à faire après . Donc ,Tana c’est une plate -forme de tous les trafics .Les riches karana ont leurs jets privés à louer sur Tana .
      Quant aux noms de tous ces trafiquants ,je ne les connais pas .Ce qui est sûr ,il n’y a que des merina .
      - Extrait tiré sur Midi Madagascar .
      Passeport français. On sera fixé dans trois jours sur l’issue de la demande d’extradition transmise par le canal diplomatique aux autorités sud-africaines par la justice malgache qui a ensuite lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de Mahamodo, Anjaranantenaina Heriniaina et Regasy Francis Deliot. Comme leurs noms l’indiquent, le second et le troisième sont tous les deux de nationalité malgache. En revanche, le premier a un passeport français même s’il réside à Mahajanga. L’un des trois suspects étant un ressortissant français, la France va dépêcher des enquêteurs à Madagascar, pays de provenance des lingots d’or, aux fins de mener des investigations sur cette affaire de criminalité transnationale organisée qui est suivie de près par Interpol.
      Conclusion : Je ne réside pas à Madagascar même si j’y vais régulièrement tous les ans sauf pendant la période de la pandémie (Covid ).

    • 31 janvier à 11:16 | Turping (#1235) répond à Isandra

      Lire : il n’y a pas que des merina . J’ai oublié le pas ,sorry !

  • 30 janvier à 10:42 | yakai (#11098)

    parole , parole rien que des paroles isandra faites en sorte que ces paroles deviennent réalités,
    et vous serez un peu mais peu plus crédible

    • 30 janvier à 11:35 | Isandra (#7070) répond à yakai

      Yakai,

      Ça promet ! Pendant ce mois de janvier, plusieurs actions :

      - Inauguration de ce central solaire à Tamatave,
      - Arrivée de Vary tsinjo,
      - Arrivée des engins pour les régions,
      - La fibre optique pour nos administrations ;
      - Ces forages ;

      Sans parler, la démonstration de la complicité entre les Cathos et le régime, etc

      C’est une bonne augure pour les restes de l’année.

  • 30 janvier à 10:43 | Isandra (#7070)

    Les solutions à long terme :

    D’ici mars 2021, la station de Mandroseza fournira 40.000 m3 d’eau supplémentaire pour Tana. Il y a aussi les 8 stations satellites de 2400 m3 chacune. « Ce qui va résoudre en partie les problèmes à Tana et dans la périphérie »,

    Le projet financé à hauteur de 67 millions d’euros par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et l’Union Européenne qui consiste notamment à un remplacement de 148 km de conduite d’eau et à un renforcement du captage. Les travaux sont prévus de commencer en 2021 pour le projet « Jirama Water Free ».

    • 30 janvier à 14:22 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à Isandra

      30 janvier à 10:43 | Isandra (#7070)
      "Jirama Water Free"

      Savez-vous au moins la signification du mot "free" ci-dessus ou est-ce que vous le traduisez comme à votre habitude "promesse de paroles en l’air"...

  • 30 janvier à 12:04 | Rainingory (#11012)

    ça s’appelle apprendre par cœur ses leçons de propagande 🤯🤯🤯

  • 30 janvier à 12:19 | Isandra (#7070)

    Pendant ce temps, les gens se ruent pour acheter le vary tsinjo, qui avait été déclaré par le miara-mandainga de mauvaise qualité(allergène, mauvaise odeur, brisure, etc,) avant même son arrivée, pourtant, les gens qui l’ont goûté affirment que c’est beaucoup meilleur que les stock tampon qu’ils achètent habituellement, presque makalioka.

    • 30 janvier à 12:48 | Rainingory (#11012) répond à Isandra

      Isandra, arrête tes khon-neries, à d’autres, t’en as même pas bouffé une cuillère, pire, je mets ma ✋ au 🔥 que t’en as même pas vu un grain👎👎👎

    • 30 janvier à 13:20 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Rainingory,

      Franchement, non, je laisse pour ceux qui ont vraiment besoin, par contre, les gens qui ont déjà goûté m’ont confirmé que ce n’est pas aussi mauvaise qualité comme les mpaminavina de miara-mandainga le prétendaient,...

    • 30 janvier à 14:34 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à Isandra

      30 janvier à 12:19 | Isandra (#7070)
      Du riz pour les cochons qu’il faut acheter quand-même. Partout ailleurs dans le monde, les aides à la population miséreuse sont gratuites, et ne sont pas les restes destinés aux animaux. Avez-vous jamais vu les restos du coeur distribuer des croquettes pour chiens ? Personne dans un autre pays que Madagougou n’oserait faire pareil !

  • 30 janvier à 12:23 | Shalom (#2831)

    Je reprends ma question quitte à irriter certains :

    "Qu’est-ce que inandra kaondrana a fait de tangible et concret pour ce pays ?".

    S’il n’a rien fait du tout, qu’il se taise à jamais.

    • 30 janvier à 12:52 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom la Poutre,

      Vous êtes en train de me pousse à faire les werawera !

      Mais, mon Surnom n’est pas Narcisse :)

    • 30 janvier à 14:37 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à Shalom

      "Qu’est-ce que inandra kaondrana a fait de tangible et concret pour ce pays ?".

      Il en a tiré tous les profits qu’il a pu et il continue tant qu’on le laisse faire...

  • 30 janvier à 12:35 | Isandra (#7070)

    LE GRAND HOLD-UP DU SIÈCLE A EU LIEU PENDANT L’ÉPOQUE DE RAVALO.

    « Alors lui, il est rentré dans l’histoire et a son nom inscrit auprès d’Arsène Lupin ou de Bonnie et Clyde. Sauf que Louis Ranjeva, contrairement à ces personnages légendaires et fictifs, est un voleur des temps modernes et s’est attaqué à l’argent de tout un pays en profitant de son poste de Directeur de la Banque Centrale et de son nom de famille réputé pour faire partie des nobles de Madagascar. Rappelons les faits. Louis Ranjeva, frère cadet de Raymond Ranjeva et de Marcel Ranjeva, a été un ancien Directeur de l’agence de la Banque Centrale à Manakara. Avec une dizaine de complices, Il a réussi à voler 12,6 milliards d’ariary. C’est un détournement qu’ils ont préparé silencieusement pendant 2 ans, de 2005 et 2007. Il a été par la suite condamné à 15 ans de travaux forcés. Cependant, notre voleur national a réussi à s’enfuir et depuis, personne ne sait où il est, ni comment a-t-il réalisé cet exploit. Personne dans l’histoire de Madagascar n’a réussi à voler une telle somme et surtout avec autant de subtilité. .Utilisant son nom d’Andriana qui est toujours, jusqu’à présent, trop pris au sérieux par les Malgaches, notamment ceux qui s’autoproclament faisant partie de cette communauté de nobles, Louis Ranjeva a cru avoir tous les droits de retirer cette somme de la caisse de la Banque Centrale et s’en sortir indemne. En tout cas, il a réussi…
    Mais son nom de famille commence à réapparaître dans l’histoire de Madagascar et on semble oublier vers quel membre de la famille Ranjeva les projecteurs doivent se tourner. En effet, ces derniers temps, on entend parler des Ranjeva. On cite ce nom de famille dans plusieurs circonstances et jamais dans l’histoire qui devrait intéresser tous les Malgaches. Mais où est donc passé Louis Ranjeva et où en sont les recherches ? Notons qu’à l’époque où il a réussi cet exploit, des affaires de corruption ont été également signalées à l’Ambassade de Madagascar à New-York. Plus d’un milliard d’ariary y ont été détournés. Au même moment, rappelons-nous de Haja Razafinjatovo, Ministre des Finances et du Budget, ayant aidé Marc Ravalomanana dans l’achat de l’« Air Force One II » et de Marc Ravalomanana lui-même condamnés à payer 70 millions de dollars d’amende à l’Etat ainsi qu’à 4 ans de prison. Tous sont des pointures de la pègre malgache durant le règne de Marc Ravalomanana qui, en ce moment, se lance déjà en pré-campagne. Entre ce Président de la République destitué par le peuple qui revient en douce et ce voleur de haut niveau disparu des radars, Madagascar est le pays idéal pour les hors-la-loi. »Lgdi

    • 30 janvier à 12:42 | Maestro (#7313) répond à Isandra

      @ Isandra

      LE GRAND HOLD-UP DU SIÈCLE A EU LIEU PENDANT L’ÉPOQUE DE RAVALO.

      Oui, Oui, sinon qu’est ce qu’on sert à manger au Peuple aujourd’hui ? Les Torchons ne sont pas comestibles !!!

    • 30 janvier à 12:55 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Maestro,

      Vous n’êtes pas au courant ? Les gens se ruent pour acheter le vary tsinjo, importé par le Filoha Vonjy.

    • 30 janvier à 14:38 | Rainingory (#11012) répond à Isandra

      ça m’explose les tympans de rage 😠😡🤬 d’entendre ces khon-ards imposer le carnet -mpokontany pour contrôler la "ration" hebdo par famille de ce "déchet" de 🍚 !

  • 30 janvier à 13:34 | kartell (#8302)

    Précision d’importance qui n’a pas été mentionnée dans cet article et confirmée par les autorités compétentes ou qui assurent l’être, l’eau de ces 46 forages potentiels est non potable !....
    Compte-tenu des articles parus sur le sujet alertant sur les pollutions du réseau hydrographique entourant une capitale polluée « air/ mer « , cette précision restée confidentielle n’est pas une surprise mais une évidence !...

  • 30 janvier à 13:55 | Isambilo (#4541)

    Faut-il rappeler que le Betsimitatatra est le bassin d’expansion de l’Ikopa et que c’est pour cela que les digues ont été construites depuis des siècles ?
    Donc, trouver des sites de forage d’eau n’est pas un exploit.
    J’ajoute que Dago dispose maintenant des archives du Brgm, sans parler des travaux effectués depuis des décennies sur les cours d’eau malgaches.
    Kartell,
    Il ne faut pas non plus s’attendre à ce que ce soit du vin rouge aoc !

  • 30 janvier à 17:27 | Shalom (#2831)

    Je reprends ma question quitte à irriter certains :

    "Qu’est-ce que inandra kaondrana a fait de tangible et concret pour ce pays ?".

    S’il n’a rien fait du tout, qu’il se taise à jamais.

  • 30 janvier à 17:31 | Shalom (#2831)

    May ny trano teny Isotry,
    May ny trano teny Andavamaba,
    May ny trano teny Ankatso,
    Mbola may indray ny trano teny amin’ny 67ha omaly ...

    Anio, rahampitso ary asa izay hiafarany : MAY AMBONDRONA.

  • 31 janvier à 11:38 | Besorongola (#10635)

    L’EAU DES FUTURS FORAGES NE SERONT PAS POTABLES. LES NAPPES FREATIQUES D’ANTANANARIVO SONT POLLUEES.
    Madagascar : un débat public sur la pénurie d’eau qui touche le pays

    Publié le : 30/01/2021 - 04:34

    Pour tenter de pallier le manque d’eau, des citernes de 10m3 ont été installées dans les quartiers d’Antananarivo où l’eau ne coule plus du tout. Dans le quartier de Tsarahonenana, il faut attendre plusieurs heures avant de pouvoir repartir avec des bidons remplis d’eau.
    Pour tenter de pallier le manque d’eau, des citernes de 10m3 ont été installées dans les quartiers d’Antananarivo où l’eau ne coule plus du tout. Dans le quartier de Tsarahonenana, il faut attendre plusieurs heures avant de pouvoir repartir avec des bidons remplis d’eau. © Laetitia Bezain/RFI
    Texte par :
    Laetitia Bezain.
    Le Collectif des citoyens et des organisation citoyennes, un plateforme de la société civile, s’est emparée de ce sujet brûlant vendredi 29 janvier en organisant un échange avec la Tananariviens dans la capitale. Un débat retransmis en direct sur Facebook. Dans la Grande Île, plus de la moitié de la population (57%) n’a pas accès à une source d’eau améliorée. Coupures d’eau incessantes dans la plupart des quartiers de la capitale et dans d’autres grandes villes, sécheresse dans le Grand Sud, ces dernières semaines, la pénurie s’est aggravée.

    De notre correspondante à Antananarivo

    « Y a t-il suffisamment de sources d’eau à Madagascar pour satisfaire les besoins de toute la population ? Quelles solutions sur le long terme pour résoudre le problème de pénurie ? » Dans le public, les questions reflètent l’inquiétude de nombreux Malgaches. Parmi les participants, Tatiana, 21 ans, étudiante en économie.

    « Je suis venue parce que le problème d’eau s’aggrave de jour en jour à Madagascar ! Sur les réseaux sociaux, les gens ne parlent que de ça. J’habite dans un quartier de la haute ville et il y a souvent des coupures. Ça a toujours été comme ça. J’ai toujours vu des gens qui font la queue devant les bornes fontaines avec leurs bidons pour avoir de l’eau. »

    La pénurie d’eau provoque des tensions. Elle a déclenché en début de semaine une manifestation des étudiants de l’université d’Antsiranana, dans l’extrême nord du pays.

    La société civile déplore les faibles moyens alloués à ce secteur. Safira Rakotonirina est la chargée de projet au sein du Collectif des citoyens et des organisations citoyennes. « Actuellement le budget alloué au secteur eau, assainissement et hygiène n’est pas du tout suffisant parce qu’il ne représente que 1,4% du budget général et 0,4% du PIB », dit-elle.

    Suivez toute l’actualité internationale en téléchargeant l’application RFI

    Infrastructures vétustes, production insuffisante face à la croissance démographique, changement climatique qui entraîne une rareté des pluies, les causes de la pénurie d’eau sont multiples mais les solutions existent, assure Aurel Rabehanta de l’ONG Wateraid, l’une des intervenantes.

    « Il y a des sources d’eau certainement en train de s’amenuiser, mais il y a de l’eau à Madagascar non exploitée, faute de budget, faute d’application de la politique et faute d’endurance par rapport aux autres priorités socio-économiques. Donc notre appel va vers les gouvernants en disant : Priorisons l’eau. Vient par la suite le succès des autres secteurs. On constate des carences d’eau carrément maintenant dans la capitale et il y aussi en ce moment pas mal d’exode dû au manque d’eau, au tarissement d’eau des fleuves dans le sud du pays. Les ressources en eau qui existent, le peu qu’il reste actuellement, va finalement ne servir qu’à l’agriculture et pour la consommation, c’est là le grand problème : l’eau n’est pas potable. Donc cela entraine des diarrhées, bilharzioses, et là en pleine période de pandémie, on dit "gestes barrières, hygiènes des mains" mais comment se laver les mains avec du savon s’il n’y a pas d’eau ? À la base même du développement personnel, communautaire, régional, national, il y a l’eau. »

    Le ministère de l’Eau, invité par la société civile à ce débat, a annulé sa venue.

    Lors du conseil des ministres de mercredi (27 janvier), les autorités ont indiqué que des travaux pour la mise en place de 46 forages dans la capitale et dans le reste du pays débuteront la semaine prochaine. L’eau de ces forages sera non potable, précisent-elles.


    Comment la population qui a soif d’eau depuis des 2 ans pourra t elle ne pas boire ces eaux polluées ?
    Dans le sud de Madagascar, les eaux des forages forages sont souvent non potables car trop minérales ou trop alcalines mais les gens boivent quand même avec les maladies qu’elles provoquent sinon ils ont le choix entre ces eaux claires mais impropres à la consommation ou de l’eau boueuse.
    Ainsi le choléra et autres maladies provoquées par ces futurs forages seront le lot des Tananariviens tandis que de l’autre côté Rajoelina va encore une fois jubiler d’avoir trouvé la solution avec ces eaux de forage ORANGES... 😂

  • 31 janvier à 12:11 | Besorongola (#10635)

    Entre L’EAU et L’OR et le BÉTON le cœur de Rajoelina balance.

    Vu l’importance de ’l’eau pour les malgaches en ce moment, Rajoelina se trouve devant un choix cornélien. Dans un pays sévit par la sécheresse, l’ Etat malgaches ne consacre que 1,4% du PIB pour améliorer l’approvisionnement en EAU alors que la grosse partie du budget 2021 ira dans du béton. Ce qui montre qu’en 2 ans de pouvoir ce régime est incapable de prévoir et d’anticiper le pire dans ce problème de manque d’eau À Tanà, l’eau vaut plus que de l’or et pendant ce temps les trafiquants de tout bord continuent leur exportation illicite du métal ORANGE 😂. Même en écrouant une dizaine de personnes, jusqu’à ce jour on ne connaît pas encore le "propriétaire" des 73,5 kg partis en Afrique du Sud...!?!?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS