Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 21 novembre 2019
Antananarivo | 13h43
 

Politique

« Inty aho, iraho aho »

lundi 20 octobre 2008 | Eugène R.
Lahiniriko a décidé de sortir de son silence.

Jean Lahiniriko réapparaît sur la scène. « En politique, il n’y a pas de repos. Si vous ne m’a pas vu durant un certain moment, ce n’est pas par ce que je me suis retiré de la politique. J’ai travaillé en sourdine en effectuant des tournées en provinces », a révélé hier devant la presse l’ancien président de l’Assemblée nationale. Jean Lahiniriko de mettre les points sur les i : « contrairement à ce qu’on a véhiculé, la Constitution de l’église luthérienne ne m’interdit pas, moi qui viens d’être reconduit au sein du bureau central de l’église, de faire de la politique. » Le président national du PSDUM a saisi l’occasion pour relancer son cri de guerre « Inty aho, iraho aho » pour laisser entendre qu’il est prêt à continuer sa carrière politique.

Fuite de cerveau

Sur les affaires nationales, le candidat malheureux à la présidentielle de 2006 défie les dirigeants à jouer la transparence sur la gestion de la crise financière mondiale, le remblaiement de la route digue, la réforme de l’éducation, l’exploration pétrolière menée par Exxon Mobil dans la partie Nord de l’île et la baisse de la quantité de crevettes et de vanille qu’exporte Madagascar vers l’extérieur. Sur cette crise financière mondiale dont la grande île ne sera pas épargnée, selon Jean Lahiniriko, ce dernier s’est posé la question : « quelles mesures l’Etat a-t-il pris pour atténuer l’impact de cette crise ? » Sollicité à réagir sur le sort des exilés politiques de Paris, l’ancien ministre des Travaux Publics déplore « la fuite de cerveau qu’entraîne ces exils. » « Nos cadres et nos intellectuels ont été obligés de s’exiler pour des raisons politiques alors que le moment est venu pour que ces exilés apportent leur contribution au développement du pays », a-t-il souligné.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS