Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 25 avril 2019
Antananarivo | 08h46
 

Editorial

Impasse mexicaine, façon malgache

lundi 6 octobre 2014 | Soamiely Andriamananjara

Une situation d’impasse politique explique-t-elle l’actuelle inertie dans l’élaboration des politiques à Madagascar ? Une théorie.

JPEG - 62.9 ko
Scène finale du film "Le Bon, la Brute et le Truand", réalisé par Sergio Leone.

C’est comme dans les films. Les principaux protagonistes se retrouvent coincés dans une situation de destruction mutuelle assurée. Il n’y a pas d’issue évidente : quelqu’un va probablement être blessé. Dans les westerns ou chez Quentin Tarantino, une telle confrontation ajoute toujours une pointe dramatique ou une touche de suspense au scénario. C’est ce qu’on appelle parfois une "impasse mexicaine". Et il semble bien qu’une telle impasse est actuellement en cours à Madagascar, le pays, pas le film. Oui, il semble que nous ayons une impasse mexicaine réelle dans la politique malgache !

Toute personne essayant de comprendre le paysage politique malgache est immédiatement frappé par son caractère imprévisible et instable. La loyauté et les allégeances à long terme existent, mais sont de plus en plus rares chez les politiciens malgaches. De nouvelles alliances, ainsi que de nouveaux adversaires, apparaissent tout le temps. Les coalitions politiques sont mises en place aussi rapidement qu’elles se divisent. Elles sont très souvent motivées par des raisons opportunistes, étroites et à court terme.

À ce moment précis, le paysage politique semble être dominé par trois grandes coalitions : le HVM (soutenant l’actuel président Hery Rajaonarimampianina), le regroupement MAPAR / TGV (qui soutient l’ancien chef de la transition Andry Rajoelina) et la Mouvance Ravalomanana / TIM (soutenant l’ancien président en exil). Il existe bien sûr beaucoup d’autres factions plus légères, mais ces trois semblent être les plus importantes.

L’antagonisme entre les trois factions est profond. À la fois le HVM et le MAPAR redoutent un éventuel retour de Marc Ravalomanana, et seraient prêt à tout pour le garder en exil en Afrique du Sud. Les deux mouvances Ravalomanana et Rajoelina ne semblent souhaiter rien de mieux que de voir l’effondrement de la présidence Rajaonarimampianina, qu’elles considèrent comme étant un mandat par accident. Ravalomanana n’a pas pardonné à Rajoelina le coup de 2009, et le HVM se positionne comme anti-MAPAR dans l’arène politique. Les antipathies mutuelles et la méfiance réciproque ont créé le contexte naturel pour une impasse mexicaine façon malgache.

À titre de définition, une impasse mexicaine est une confrontation entre trois parties hostiles, dans laquelle personne n’ose faire le premier mouvement offensif de peur que cela puisse être son dernier. Dans un duel classique entre deux adversaires, le premier à tirer a un net avantage. En revanche, dans une impasse mexicaine, le premier qui bouge perd un avantage tactique et va sans doute perdre la partie. En effet, si le premier adversaire tire sur le deuxième, le troisième adversaire peut facilement l’abattre, remportant ainsi le conflit (puisque le premier et le deuxième adversaires sont maintenant morts tous les deux).

Le bras de fer mexicain se transforme en une impasse, une impasse parce que personne ne veut être le premier à bouger. Le blocage politique qui en résulte peut en partie expliquer l’inertie actuelle dans le processus de prise de décision à Madagascar ; c’est en tout cas ma théorie. Le bras de fer mexicain est à l’origine d’une paralysie malgache. Il n’y a pas de conflit à part entière. Le bras de fer se produit discrètement, presque imperceptible. Chaque participant attend patiemment et tranquillement que les autres fassent un mouvement. On pourrait aller plus loin et suggérer que cette impasse est l’une des raisons pour lesquelles, après presque neuf mois au pouvoir, le président Rajaonarimampianina n’a pas présenté une seule réalisation concrète significative. Cela pourrait également être la raison pour laquelle la mise en œuvre des composantes restantes de la feuille de route de la SADC pour mettre fin à la crise a progressé à un rythme si lent.

Bien qu’il y ait eu beaucoup de provocations, les trois factions se sont, jusqu’ici, abstenues de prendre toute initiative offensive majeure. Un bras de fer mexicain pourrait se prolonger pendant une longue période. C’est une guerre d’usure dans laquelle le plus patient prévaut. Elle ne sera résolue que si un des joueurs craque et commence à tirer ; alors quelqu’un sera certainement blessé. Ou si un intervenant extérieur élabore un accord pour convaincre (ou forcer) les trois protagonistes à prendre du recul et à baisser les armes - une telle solution négociée de manière exogène n’est guère susceptible d’être durable. Ou encore si les trois adversaires arrêtent de penser à leurs propres intérêts et commencent à raisonner en termes d’intérêt public commun. En termes de ce qui est bon pour la Nation dans son ensemble. De ce qui est bon pour Madagascar.

C’est comme dans les films. Trois personnages se retrouvent pris dans une situation de destruction mutuelle assurée. À première vue, il n’y a pas d’issue évidente à cette impasse mexicaine. Quelqu’un va se faire mal. Mais ce n’est pas un film. Il doit y avoir un moyen de sortir de cette impasse malgache. Les trois adversaires doivent commencer à réfléchir moins sur leur bien-être individuel, et davantage sur le bien-être des 22 millions de citoyens malgaches. Ils doivent commencer à envisager l’avenir de la Nation et de ses enfants. Alors, ils se rendront compte que la poursuite du conflit n’est à l’avantage de personne. Ils s’éloigneront simultanément de ce bras de fer politique inutile. Personne ne sera blessé. Nous aurons alors un happy end. Tout comme dans les films.

(Texte paru initialement sur le blog de Soamiely Andriamananjara, traduit par Patrick A.)


Mexican Standoff - Pulp Fiction par grandecart

16 commentaires

Vos commentaires

  • 6 octobre 2014 à 07:57 | jaongaly (#6709)

    et la musique qui va avec... l’afindrafindrao ?

    • 9 octobre 2014 à 03:56 | revysaditra (#8500) répond à jaongaly

      tsy manana politika ny fanjakana... ’Point barre !’
      ...aza mitady vaha-olana avy amin’ny fanjakana.
      J’aime beaucoup les sauce mexicaines , elles sont pleines de saveurs et elles sont bien relevées . Aujourd’hui je vous apporte la recette de la sauce “salsa” .
      — -
      Andriamanitra irery ihany no afaka mamaha io olana io.
      — -
      “When Jesus Say Yes Nobody Can Say No”
      http://youtu.be/N_4pR_F-yXY
      C’est en tant de crises que notre confiance en Dieu se manifeste.

    • 9 octobre 2014 à 16:47 | Bena (#2721) répond à revysaditra

      hery a saupoudré de mrde son acien copain dj. et r8 vient de menacer hery mad. le dj vient d’envoyer ses sbires dans les écoles, mais menacés par le hvm, ils ont fait volte face.

      au fonds la politique gasy est simple ou simpliste : un homme arrive au pouvoir par hasard (tsiranana, ramanantsoa, radidy, zafy, r8, dj, hery mad), il forme vite fait une équipe avec des copains très pauvres ou assoiffés de richesse. ils bouffent, ils bouffent ensemble pendant un moment. puis une équipe se forme quelque part, avec des éléments plus assoiffés que les premiers. et le cycle continue.

      les gens qui se destinent à prendre le pouvoir n’y arrivent jamais (ndrema, manandafy, germain, etc) et demeurent théoriciens à en mourir.

    • 10 octobre 2014 à 01:00 | revysaditra (#8500) répond à Bena

      1) Dieu sait ce qu’il fait.
      2) Dieu est un mystère.
      3) Dieu est partout.
      — -
      Dieu vit dans chaque être humain, dans chaque objet...
      ...dans tout partout.
      — -
      D’autres sont plus terre à terre que moi...
      ( plus simple ou plus simpliste )
      ...comme vous le dites si bien... Bena...
      ...plus humain...
      — -
      Revy sa ditra ?
      http://youtu.be/xrDTWFUx8Po

  • 6 octobre 2014 à 09:14 | jansi (#6474)

    J’ai soutenu JLR durant la campagne, mais je ne voudrAis plus de situation extra constitutionnelle, donc HR doit finir son mandat et on doit attendre les élections prochaines pour l’alternance.
    Il me semble que , à écouter dernièrement JLR sur Tvplus dans l’invité du Zoma, ce dernier ait bien compris cette neçessite de laisser travailler le pouvoir légitime et légal qui nest ni R8 ni Dj, tous deux éliminés par le ni ni imposé de l’extérieur. Mais c’est ainsi. On fait avec.

    Quand JLR était venu a Mahamasina c’était sa façon démocratique de reconnaître le nouveau président HR, quil aurait pu être d’ailleurs a très peu de voix près.
    Aujourd’hui, il annonce céder sa position éventuelle de chef naturel de l’opposition pour proposer en revanche une offre de coopération car Mada a besoin d’unité.
    Cette position pourrait affaiblir R8 mais pourrait aussi casser l’inertie du triangle mexicain.

    Pour réaliser quelque chose, HR n’a pas besoin forcément du soutien des politiciens. Que pourraient lui apporter un Dadafara ou un Voninahitsa, ou un Vaovao Benjamin ou encore un pierrot Rajaonarivelo tous des conseillers politiques à Iavoloha etc...., eux mêmes qui n’ont meme pas réussi à dépasser 1% aux élections et qui ne pourront rassembler qui que ce soit faute de moyens.
    L’autre jour, un ami au pays m’informe quil a vu Voninahitsa Jean Eugène tres occupe avec des trafiquants de bois de rose chinois au Carlton. C’est cela leur préoccupation a tous ces individus qui veulent porter une carte officielle de conseiller pour mieux se faire valoir . Jamais jamais, ces gens ne penseront à travailler loyalement pour le président.

    Il a plutôt intérêt à bien s’entourer d’hommes et de femmes compétents et expérimentés de tous bords pour réaliser des écoles, des ponts, des hôpitaux, pour reconstruire des villes, réhabiliter la Jirama, la Secren etc.... Il a besoin de technoçrates aguerris aux négociations avec les partenaires financiers, il a besoin de personnes de confiance capables de soutenir la bonne gouvernance.
    Pour cela il peut et doit remanier son gouvernement et écarter tous ces politicards qui peuplent les ministères.

    • 10 octobre 2014 à 03:18 | revysaditra (#8500) répond à jansi

      Les combats politiques nous distraient des vrais problemes socio-économique.

      Tsy ny mahay ihany no tafa é ! ...fa ny mahay miresaka !

      ... manolotra projet milay de ny VAZAHA no manohana... sa ahoana ???

      http://english.peopledaily.com.cn/business/n/2014/1009/c90778-8792430.html

      “Zhou Ziang said his company has created 10,000 direct jobs throughout Madagascar, including 90 Chinese citizens.”

      (sa moa ny antsika refa kely maso dia sinoa avy ? )

    • 10 octobre 2014 à 03:21 | revysaditra (#8500) répond à revysaditra

      Dr Jean Louis anie ka zanak’i Mr Louis, VAZAHA sinoa teratany frantsay !

  • 6 octobre 2014 à 10:33 | Isambilo (#4541)

    Cette lecture de la situation politique est séduisante à première vue. Mais je n’accorderais pas autant d’importance au Mapar parce que ses financiers ont eu le temps de changer de porte-voix.
    A ce jeu, c’est Ravalomanana qui risque de perdre à cause de sa personnalité impulsive, d’autant que les opportunistes que constitue son entourage ne manquent pas. Et il risque de se retrouver en général sans troupe mais toujours financièrement solide.
    Rajaonarimampianina a une conception malgache du temps (ce qui n’a rien de désobligeant, au conraire) mais, surtout, c’est un élu par défaut, donc non préparé. Rien ne dit qu’il sait enfin ce qu’il peut faire.Ses nombreux voyages à l’étranger montrent qu’il ne sait pas encore sur qui il peut compter et à quelles conditions.
    Quant à la ligne de JL Robinson, n’est-ce pas faire de nécessité vertu ? J’espère que non.
    Dommage que les Verts soient devenus invisibles, ils auraient pu être le troisième protagoniste de cette impasse mexicaine.

    • 9 octobre 2014 à 09:23 | revysaditra (#8500) répond à Isambilo

      Le nombre d’enfants non scolarisés a peut-être augmenté de plus de 600.000.
      La malnutrition aiguë des enfants reste un problème critique...
      ...raha izao no mitohy...
      ... dia mba ho ahoana ny ho avin’ny taranaka fara aman-dimby ê ?
      — -
      ...en politique, l’opposition est l’ensemble des mouvements qui contestent les décisions des détenteurs du pouvoir...
      — -
      Opposition peut désigner...
      ...Opposition contre la pauvreté... non ?
      — -
      Entre l’amour et la haine il n’y a qu’un pas.
      — -
      http://youtu.be/R8FnhdS2bZ8

  • 6 octobre 2014 à 12:12 | kartell (#8302)

    Il fallait être bougrement naïf pour faire mine de croire, que cette élection présidentielle organisée à la va-vite, allait débloquer une situation ubuesque de cinq années déjà chaotiques...
    Ceux qui y ont cru, voient, aujourd’hui, l’arnaque, dans laquelle ils avaient misé tous leurs espoirs vers un nouveau départ fantasmé...
    La communauté internationale attentiste plus que d’ordinaire avait anticipé en renâclant à distribuer aides et soutiens financiers...
    Le triumvirat meurtrier applique une " politique" de la terre brûlée en affaiblissant ce pouvoir transparent, au possible, pour tenter, le moment venu, de reprendre en main, un pays en voie d’autodestruction....
    L’intérêt majeur de la nation n’est plus une base de discussion et d’entente forcées entre ces trois parties mais le facteur déterminant de guerres intestines pour reprendre le leadership d’un pays en cours de démantèlement social et politique....
    Le moment est grave parce qu’il plonge une nation vers un destin qu’elle n’a pas choisi mais que lui impose un monde politique, sans foi, ni loi, fossoyeur d’une société prise en otage devant les yeux d’une communauté internationale passive....
    Le pays a déjà payé un lourd tribut des dérives successives de la politique, l’affaiblissant, détruisant son environnement et soldant un patrimoine inestimable à des partenaires financiers peu scrupuleux mais les leçons du passé n’ont servi à rien puisqu’aujourd’hui, la question est de savoir jusqu’où ira cette dérive destructrice du pays et qui y mettra fin ?......

  • 6 octobre 2014 à 13:00 | rayyol (#110)

    Tres fute comme comparaison Mais c est la pure realitee La seule porte de sortie Alliance avec Mapar Et accepter de perdre du panache de toute facon celui ci est en piteux états Et ce pour le plus grand bien actuel de Madagascar A long terme il faudra encore attendre

    • 7 octobre 2014 à 21:03 | jansi (#6474) répond à rayyol

      Alliance HR Mapar dis tu ?
      Dj a t il été vraiment à la hauteur au moment de la passation de service ?
      Car humilier HR avec la mise en scène de la grosse clef au palais au moment de la passation puis renvoyer HR hors du palais, alors meme que c’était DJ qui devait quitter le palais , ce n’était pas très malin de la part de DJ.
      De meme, de la manière dont le Mapar voulait imposer Resampa comme PM sans en avoir discuté avec HR, tout cela à cause de l’ego de DJ, tout cela a fini par convaincre HR de ne pas travailler avec DJ qui l’avait par ailleurs insulté devant des tiers. C’est connu de tout le monde.
      La ÇI avait boucle la boucle en appliquant à la lettre son "souhait" d’écarter DJ et sa garde rapprochée dont Christine et Resampa, les plus gros routeurs de m.... De la transition.

      Bref, HR doit composer autrement. Il ny arrive pas encore pour le moment, mais il sait que la solution n’est pas Mapar.

      La solution c’est se débarrasser des incompétents et des politicards qui l’entourent. L’objectif est de réaliser rapidement des actions. PND, dossiers de negociations, infrastructures d’urgence, communication professionnelle par de vrais communicants et non des rédacteurs de communiqués.

    • 9 octobre 2014 à 09:18 | rayyol (#110) répond à jansi

      Au moindre mal c est le choix
      Je suis tout a fait d accord avec vous Vraiment d accord Je ne dit pas que c est une solution Mais si l on regarde objectivement l echiquier . C est le jeux tel qu il se presente a nous
      Je suis sur que dans un univers de bonne volonte il n y aurait aucun probleme .
      Ce que le jeux nous reserve Le tout dependant de l habilitee des joueurs .Mais les joueurs ont l air d etre des amateurs .
      Je ne discute jamais le passe
      Je presume que nous sommes tous assez intelligent pour voir de quoi il retourne Car le passe est passe on y laisse nos énergies sans aucun rapport Je prefere le present

    • 9 octobre 2014 à 23:17 | jansi (#6474) répond à rayyol

      Je vois vraiment mal HR accepter de travailler avec un parti politique qui s’appelle "miaraka @ AR", ou encore travailler avec DJ qui a traité sa femme de p....
      Je vois vraiment pas du tout DJ ne pas imposer ses caprices a HR en contrepartie de son soutien, genre Ressampe le filou de la HAT et prof de danse devenir PM.

      La solution est ailleurs, car de toutes les façons, DJ est une catastrophe et a mis le pays dans sa m..... actuelle.

      Si le Mapar est écarté et si la mouvance R8 se met dans l’opposition, la solution pour HR est de travailler avec HVM + MMM 14 députés + ARD de JLR avec ses 11 députés .
      HR doit ensuite rapidement remanier pour booster les actions du gouvernement.

  • 7 octobre 2014 à 22:15 | lefona ihany (#6757)

    Impasse ? Non ! Indécision, oui !
    Pour ceux qui pilotent un aéronef, indécision à un moment clé = patatras ! (Diego, albatross..etc..I’m I wrong ?).
    TOUT ce qui arrive AUJOURD’HUI, peu importe le passé n’est pas seulement le fruit de 50 ans de blablabla, c’est à cause de NOTRE président actuel qui depuis son mandat est NUL en com, NUL pour TRANCHER, qui ne veut que PLAIRE A TOUT LE MONDE DE L’EXTERIEUR et qui délaisse/ignore son peuple et qui s’amuse avec la CONSTITUTION de MADAGASCAR, pour, croit-il, faciliter sa tâche !
    Erreur !
    Je préfère un "fonce dedans qui se plante" qu’un "indécis menotté " ! MAZAVA ?
    Ca suffit ! Purée qu’il réagisse notre prezida...ou qu’il dégage !
    La parabole de l’article n’est pas fausse, sauf que dans cette triangulaire mexicaine, certes 2 sont armés de colt ou de revolver, mais celui qui a le POWER a une mitraillette ! Punaise .....il est le CHEF ! qu’il agisse et prenne des risques !
    Il est...écoeurant, franchement ! Une limace !
    La réconciliation nationale tant voulue MÉRITE une mise au point ry Bazile a !
    Mise au point = entente après "écoute" sur les rancunes et rancœurs de chaque partie ! Vonona daholo ve ireo/ianareo/isika ?
    Ce n’est pas le protocole (style ex-presidant..blabla) qui sauvera ce pays BASILE, c’est plutôt le contenu qu’apportera chaque parti politique qui est à prendre en compte, DONC BASILE, faites-vous une raison, SANS VOS heu...LEADERS (qui ont eu l’occase de démontrer leurs talents...wow.. !) moa izany ?!

    Mahereza ry mpirai-tanindrazana a !

  • 8 octobre 2014 à 12:46 | iarivo (#5822)

    Cette assimilation de la situation politique actuelle malagasy à une impasse mexicaine relève vraiment de la pure gaminerie !!!

    Encore une nouvelle fois, c’est prendre les malagasy pour des imbéciles !!!

    La situation actuelle n’est que le résultat d’une amalgame d’actions qui était totalement prévisible !!!

    Faut-il encore que nous ayons le courage d’ouvrir nos yeux et d’essayer, rien que d’essayer de comprendre pour que ce soit disant impasse mexicaine vole en éclat !!!

    Mais en sommes-nous capables ???

    Nous qui sommes toujours bloqué, paralysé, englué par plus de 10 000 années de féodalisme ???

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS