Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 22 octobre 2020
Antananarivo | 07h28
 

Editorial

Il faut un homme nouveau pour des pratiques nouvelles

lundi 30 août 2010 | Ndimby A.

La réunion de Vontovorona se rapproche de plus en plus d’une solution au forcing au consensus limité, sans inclusion des trois mouvances : on risque donc d’arriver à une solution de façade, peu fiable, peu durable, et peu reconnue par la communauté internationale. Certes, des tractations s’activent pour ramener l’opposition à la table des négociations pour une ultime rencontre prévue mardi prochain.

Cependant, la récente condamnation de Marc Ravalomanana aux travaux forcés à perpétuité par la justice de la Haute autorité de la Transition (HAT), si justice il y a, va mettre de l’huile sur le feu et accentuer la ligne de fracture. Lors de l’émission télévisée Hono hoa Andriamatoa Filoha concoctée le dimanche 29 août par ses griots [1], Andry Rajoelina a eu cette phrase : « ce qui s’est passé le 7 février doit être une leçon pour tous les dirigeants actuels et futurs. Aucun dirigeant ne doit plus utiliser les armes pour tuer ses concitoyens ». La bouquiniste Haja et ceux qui sont morts de balles réelles à Amparibe et ailleurs lors d’opérations de répression contre les légalistes en 2009 apprécieront la sagesse et la pertinence de ces mots.

Qu’il soit précisé que je ne remets en cause ni la responsabilité de Marc Ravalomanana dans la tuerie du 7 février, ni le fait qu’il doive être jugé équitablement pour ces faits. Mais ce qui est extrêmement discutable, c’est la façon dont ce procès s’est déroulé, en fermant sciemment les yeux sur les premiers fautifs : les concepteurs, les marionnettistes et les meneurs de cette marche. Quand je pense à ce genre de manipulation tragique de foules que l’Humanité connait dans le monde entier, je me remémore certains mots du poème « Si » de Rudyard Kipling : « paroles (…) des gueux pour exciter des sots ».

Comment admettre que le procès qui vient de se clore soit considéré juste, alors qu’il nie la part de responsabilité de ceux n’ont eu aucun scrupule pour amener la foule stupide, là où il le fallait et quand il le fallait, afin de créer les œufs cassés nécessaires à l’omelette du coup d’État ? Il parait que la foule était venue désarmée et innocente, sans intention nuisible. Je suggère que de tels arguments soient présentés aux employés et propriétaires de la RNM, de la TVM, du Géant Score, des magasins Magros, CITIC, Suprême etc., eux qui savent par expérience ce dont cette » foule pacifique » était capable.

On peut considérer l’énoncé de ce verdict contre le Président Ravalomanana de deux manières. La première est de le qualifier d’opération politique visant à empêcher son retour, et surtout sa candidature aux prochaines élections. Dans un contexte de prudence requise par le règne actuel de l’arbitraire, nous nous garderons bien de critiquer une décision de la Justice malgache, qui bien entendu est selon la notoriété publique un modèle de neutralité, d’impartialité et d’incorruptibilité. Mais nous rappelons à toutes fins utiles que même le Syndicat des magistrats de Madagascar (S.M.M.) a mis clairement en cause la politisation de la justice sous la ministre actuelle à plusieurs reprises : septembre 2009 et mai 2010 (lire aussi nos confères de Midi-Madagasikara du 29 mai 2010 « SMM : La Justice est devenue un instrument politique »). Et par rapport à ces promesses d’indépendance jamais réalisées, on peut d’ailleurs légitimement ricaner en évoquant le limogeage sans scrupules de Noro Robinson de la présidence du Conseil d’Etat, institution qui commençait à montrer trop d’indépendance vis à vis du régime actuel dans ses décisions.

Cependant, sans doute l’ancien Président devrait-il méditer ces paroles de Confucius : « Ce que tu ne souhaites pas pour toi, ne l’étends pas aux autres ». Car la seconde réaction possible est de se dire que de toutes façons, la HAT ne fait que rendre à Marc Ravalomanana la monnaie de la pièce qu’il a octroyée à ses adversaires politiques de 2002, et qu’il ne devrait donc pas se plaindre. Procès de hauts responsables sans Haute cour de justice, accusations et verdicts sur mesure à la tête du client : la HAT ne ferait donc que suivre les traces du régime précédent. Mais là où cela serait un raisonnement curieux, c’est que ce régime hâtif veut se faire le véhicule du changement dans le pays, alors qu’il n’est donc animé que par le désir de revanche et de vengeance. Incapable de démontrer par les faits ce changement qu’il a pourtant clamé dans ses discours, il ne fait que singer les défauts et les erreurs de Marc Ravalomanana, sans pourtant être capable le moins du monde de copier ses qualités et réussite. À ceux qui ont soutenu ce régime aux premières heures du coup d’État, en espérant naïvement qu’il avait la volonté et la capacité d’apporter le changement, et qui ont ensuite perdu quelque chose, l’emploi, l’espoir ou plus précieux encore, deux seuls mots : bien fait.

Escopol : la grande illusion ?

L’Espace de concertation des partis politiques (Escopol) tente de maintenant de convaincre que la crise actuelle est une crise politique, et que c’est donc aux politiciens et non à la société civile de la résoudre. Entendre par là de se partager les sièges. L’Escopol qui n’est qu’une machine créée par les politiciens pour contrer la Coordination Nationale des Organisations de la Société Civile (CNOSC) est donc plus un sujet d’inquiétude que d’espoir. En effet, la crise actuelle est une crise à cause des politiques, et on voit mal, au vu de leurs habitudes, comment ceux-ci pourraient la résoudre de façon intelligente, et d’engager la nécessaire refondation de ce pays. Ils feraient donc mieux de se faire oublier. L’idéal serait un reformatage de la classe politique malgache, au sens informatique du terme.

L’Accord alibi signé dernièrement à Ivato est censé, aux yeux de ses initiateurs, refléter l’union sacrée de la classe politique pour engager le véritable changement à Madagascar. On notera déjà que beaucoup de signataires ont trainé et trôné dans les couloirs de tous les régimes qui se sont succédé depuis le retour à l’Indépendance, avec la même inefficacité et absence de performance. À part une quinzaine de politiciens ayant un passé électoral éloquent et adossés à un parti ayant au moins une envergure régionale, l’Escopol est d’abord et avant tout un ramassis de groupuscules insignifiants, encadrés par les faiseurs de crise professionnels à la grande gueule et aux gros bras.

Il n’y donc pas d’hommes nouveaux d’envergure. Comment pourrait-on alors espérer qu’il y ait du changement dans les mentalités, et donc dans les mœurs et les pratiques politiques ? Encore une fois, on n’a jamais vu de vieilles planches faire de nouveaux meubles. Or, ce sont plus ou moins les mêmes politiciens médiocres (et malfaisants, à part quelques rares exceptions) que l’on voit au sein de la HAT ou de l’Escopol, tout comme on les a vus au sein du FNDR et du MMSM avec Ratsiraka ; des Forces Vives et de la HAE avec Zafy ; ou des KMMR et KMSB avec Ravalomanana. Sans oublier les trois mouvances actuelles.

La reconstruction de ce pays passe donc d’abord et avant tout par une reconstruction de la classe politique, qui a la prétention de parler de manière cyclique au nom du peuple et du fameux Intérêt supérieur de la Nation (ISN), alors qu’elle est la première à avoir beaucoup à apprendre en matière d’éthique, de probité et de patriotisme. On peut donc raisonnablement se méfier de l’Escopol dans sa configuration actuelle, qui va tout faire pour imposer la poudre aux yeux habituelle : faire croire qu’après l’espoir de 1960, puis les crises politiques de 1972, 1991, 1996 (empêchement du Président Zafy), 2002 et 2009, cette fois-ci serait enfin la bonne occasion de mettre Madagascar sur les rails. En attendant sans doute la prochaine crise, menée par un autre révolutionnaire, mais soutenu par les mêmes personnes qui tiendront les mêmes promesses.

Le changement ne se décrète pas

Toute révolution ou coup d’Etat se fait systématiquement au nom de la lutte pour certaines valeurs et pour une amélioration de la situation présente. Démocratie, bonne gouvernance, liberté d’entreprendre, indépendance de la justice, liberté de la presse : autant d’idéaux qui ont bon dos dans la panoplie de tout révolutionnaire. On a entendu cela sur la Place du 13 mai en 1972, en 1991, en 2002, puis en 2009. Et si les discours (et les crises) sont si récurrents, c’est donc que depuis 1972, personne n’a su réaliser les promesses ronflantes.

On a déjà vu plus haut ce qu’il en est de l’indépendance de la Justice. Les promesses non résolues deviennent des mensonges, et cela se vérifie sur les autres thématiques entendues sur la Place du 13 mai.

Démocratie. L’accès de l’opposition à la Place de la Démocratie y est-il libre comme promis lors de son inauguration ?

Liberté de la presse. Andry Rajoelina a prétexté la fermeture de sa station radio par le régime Ravalomanana pour initier son coup d’État. Alors pourquoi lui-même fera fermer des radios proches des légalistes et emprisonner plusieurs journalistes ? Et pourquoi l’audiovisuel public est-il toujours aussi hermétique pour l’opposition ?

Liberté d’entreprendre. Pourquoi la HAT a forcé les pétroliers à renoncer à la hausse des tarifs requise par leurs calculs de rentabilité ?

On pourra continuer cette liste indéfiniment pour démontrer qu’à Madagascar, les opposants une fois parvenus au pouvoir ne font que répéter les errements de leurs prédécesseurs : à Madagascar plus qu’ailleurs, les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Comme disait Winston Churchill, la qualité d’un politicien, « c’est la capacité de prédire ce qui va arriver demain, le mois prochain, et l’année prochaine – et, après, d’expliquer pourquoi cela ne s’est pas passé ».

Certes, cette versatilité par rapport aux engagements pris pourrait aussi être reprochée à Marc Ravalomanana, qui a eu les mêmes leitmotivs et les mêmes promesses que Andry Rajoelina en matière de démocratie, de liberté de la presse, de bonne gouvernance ou de liberté d’entreprendre. Si ces promesses avaient été tenues, on n’en serait sans doute pas là. Mais encore une fois, il n’y a aucun intérêt à s’appesantir sur les abus de quelqu’un qui n’est plus au pouvoir.

Il est important de rappeler ces grands écarts entre les mots et les actes du régime hâtif, au moment où il y a des tentatives somme toute méritoires de recherche de sortie de crise. Mais cette fois-ci, va-t-on reconstruire au-delà du paraitre des beaux discours et du replâtrage de façade ? Pour ceux qui auraient envie de jeter l’aboiement facile contre les critiques sans propositions concrètes, merci de relire (entre autres) l’éditorial « Reconstruire une république respectée car respectable » (première et deuxième parties). En attendant, comment croire que ces gens-là de la classe politique actuelle puissent être les vecteurs du renouveau ?

On ne change pas un pays juste en changeant le numéro de sa République : prononcer de façon incantatoire le mot « Quatrième » comme la solution miracle n’est qu’une affabulation. On ne change pas un pays juste en changeant les hommes qui le dirigent. On ne change pas un pays juste en modifiant les institutions, la Constitution et les lois : tant que la mentalité des hommes qui composent les unes et font appliquer les autres ne changera pas, aucune modification de l’écrit n’entraînera d’évolution du vécu.

Qu’il y a-t-il donc à attendre de la classe politique actuelle ? La nécessité d’hommes nouveaux s’impose donc de plus en plus, tant pour la Transition actuelle que pour les 50 prochaines années. Des gens qui aient un minimum de sens de l’État et des affaires publiques, dont le cursus académique et professionnel plaide pour la crédibilité nationale et internationale, qui se refuseront à mettre le pays en coupe réglée au profit de leurs camps et de leurs sponsors, et qui comprennent que la vie de la Nation est trop sacrée pour qu’on puisse faire des remix assassins. Qui va alors croire que l’Escopol aie cela en stock, et encore moins en vitrine ?

Notes

[1Les pseudo- »questions spontanées » posées lors de cette émission par des citoyens bien choisis et qui ont bien appris par coeur ce que les communicateurs leur ont soufflé me rappelle le contenu de la séquence humouristique du médiateur Jean-Luc Lemoine de l’émission On n’est pas couché avec Laurent Ruquier.

42 commentaires

Vos commentaires

  • 30 août 2010 à 09:02 | sissi (#3685)

    Guerre civile pour Che Taranaka ou un homme providentiel pour Ndimby ?

    J’ai remarqué comme beaucoup sur ce forum que les 2 mots « guerre civile » reviennent systématiquement dans le post de Che Taranaka. Il est vrai que la situation est très préoccupante mais de là à ne proposer comme ultime solution que la guerre civile, est un pas que je ne franchirai. C’est non seulement exagéré mais en plus irresponsable.

    Les différents échecs de Maputo , Adis Abeba , Prétoria, ou encore les propositions malgacho-malgaches tels que les Dinika Santatra ou autres ESCOPOL ouVontovorona , sont les conséquences des nombreuses divergences de points de vue issues des nombres impressionnants de partis et des nombreuses associations. Le nombre des sociétés civiles peut aussi donner le tournis même au plus avisé des citoyens. Le vahoaka ne sait plus à quel parti, à quelle association ou société civile se vouer.

    Face à toute cette cacophonie, Ndimby, qui n’a tiré aucune leçon de l’histoire que « les hommes providentiels » ont successivement fait subir à ce pays, ne trouve quant à lui rien d’autre à proposer que d’encenser l’arrivée d’un autre « homme providentiel ». En voilà une mentalité bien malgache. A qui peut-il bien penser ? Comme si un seul homme pouvait apporter le remède miracle à ce pays.

    La CNOSC semble être l’organisme qui a obtenu la préférence de la communauté internationale. Mais elle a également échoué face aux intransigeances des uns et des autres. Face à la lente agonie de tout un peuple, face à la constatation d’échec de la solution malgacho-malgache, et plutôt que de continuer à DANSER indéfiniment en rond ou encore d’attendre d’en arriver jusqu’à une guerre civile comme le voit Che Taranaka, il serait grand temps que la Communauté Internationale fasse son devoir en apportant son véto et en imposant une solution de sortie de crise raisonnable auprès des principaux acteurs.

    La plaisanterie a assez duré. Tout va en augmentant excepté la qualité de vie : l’insécurité, le chômage, les trafics en tous genres tels que les bois précieux ou les pierres précieuses, la corruption à tous les niveaux. etc..etc... Les jeunes et les moins jeunes ne respectent plus rien. Madagascar est en ruine. Le pays a tout perdu y compris son âme.

    La communauté internationale a les moyens de rendre raisonnables les plus récalcitrants, ne serait-ce que par la possibilité de bloquer tous les comptes étrangers alimentés par les différents détournements ou malversations. L’argent est le nerf de la guerre et pour le cas de Madagascar, l’argent est le nerf de tous les troubles. On voit mal comment des troubles pourraient-ils continuer si les anciens ou nouveaux comptes étrangers étaient momentanément bloqués. La communauté internationale peut également refuser le droit à l’exil aux plus têtus.

    C’est triste de devoir en arriver à quémander l’ingérence de la Communauté Internationale, mais c’est de loin préférable au pourrissement de la situation et à la menace d’une guerre civile. Quant à l’homme providentiel, encore une mentalité à endormir les plus naïfs.
    Sissi

    • 30 août 2010 à 10:07 | poiuyt (#584) répond à sissi

      " quémander l’ingérence de la Communauté Internationale, mais c’est de loin préférable au pourrissement de la situation "

    • 30 août 2010 à 14:55 | Tsisdinika (#3548) répond à sissi

      Je vais vous choquer : la seule solution à cette crise réside dans l’armée.

      Le peuple ne représente RIEN. C’est l’armée qui fait pencher la balance d’un côté ou d’un autre, mais toujours dans son propre intérêt. C’est à cause d’elle que tout a basculé, et nous avec.

      Comment y arriver ? L’armée déliquescente actuelle doit DISPARAITRE. En effet, pour que les membres de cette engeance de Tafika Malagasy deviennent des SAINTS, il faut les CANONNER et non les CANONISER. Cela ne devra pas être si difficile puisque l’armée est caricaturale avec sa grosse tête et ses tout petit pieds et son armement déclassé.

      Encore plus choquant : Après avoir fait le ménage, il faudrait suspendre toute vie politique à Mada pendant un certain temps parce qu’elle est pourrie jusqu’à l’os depuis qu’elle existe. On n’est tout simplement pas prêts à avoir des élus ou une démocratie parce que nous n’avons jamais su ce que celà signifie vraiment et les hommes "nouveaux et providentiels" ne nous ont fait bouffer que du "provandy".

      On a un défi économique à relever. On s’en fout d’avoir des hommes politiques "world-class".

      Qui aura donc la charge de ce vaste programme et le devoir diriger ? Pourquoi pas un revolutionnaire inconnu ?

    • 30 août 2010 à 16:26 | Mahagaga (#4621) répond à Tsisdinika

      Je vais vous choquer : la seule solution à cette crise réside dans l’armée.

      PAS DU TOUT : je pense que nous sommes nombreux à y penser mais depuis le 17 Mars 2009 que fait l’armée ? RIEN

      Les généraux pro-RATSIRAKA, pro-RAVALOMANANA, pro-RAJOELINA n’arrivent pas comme les politiciens à faire la part de la resposabilité face à l’urgence et l’intéret de la nation et l’intérêt personnel !!!

      Les officiers supérieurs (commandant, colonel) qui ont osé lever la main se sont tous fait abbatre

      IL SONT PEURS COMME NOUS POUR LEUR VIE ET LEUR FAMILLE !

    • 30 août 2010 à 18:38 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Mahagaga

      Mahagaga,

      donnez-nous les noms des officiers "abattus",sinon,abstenez-vous de répandre des fausses rumeurs.

      Basile RAMAHEFARISOA

  • 30 août 2010 à 09:30 | Rainivoanjo (#1030)

    Vous lire veut donner l’impression que la Communauté Internationale est une entité monolithique irréprochable que l’on peut servir à toutes les sauces. C’est tout simplement ridicule, car à part quelques pays que l’on entend en permanence, tous les autres pays, on ne les entend guère. D’autre part, découvrir que la justice est devenue aux ordres comme le prétend le SMM est tout simplement une contre-vérité : depuis quand les puissants à Madagascar ont-ils été jugés comme le citoyen lambda ? Et au niveau international, c’est encore pire, si on regarde ce qui se passe pour le cas des Etats-Unis ou pour d’autres pays qui font partie du "monde libre". Quand à la recherche d’un homme providentiel, c’est le meilleur moyen d’avoir quelqu’un financé en douce par une ou des puissances étrangères et qui va s’imposer, ce qui est le cas de plusieurs démocraties de pacotille en Afrique ou ailleurs.

    • 30 août 2010 à 10:47 | sissi (#3685) répond à Rainivoanjo

      Rainivoanjo.

      Vous avez tout à fait raison de soulever que l’instrumentalisation de la justice ne date pas d’aujourd’hui. Mais la foule qui a soutenu TGV avait cru à une de ses promesses, à savoir : le changement en mieux et non pas en pire.

      Quant à la Communauté Internationale, le débat reste ouvert. De toutes les propositions avancées jusqu’ici, quelle est la moins mauvaise ? Et qui, quel organisme saurait imposer une sortie de crise raisonnable à tout ce beau monde ? Ma proposition est sans doute stupide pour Rainivoanjo mais que propose-t-il en retour, excepté critiquer en traitant gratuitement les autres de stupide ?

      Ce genre de critique me fait souvent penser à Victor Hugo et à sa célèbre citation :

      « On est stupéfait de la quantité de critique que peut contenir un imbécile ». Victor Hugo.
      Sissi

    • 30 août 2010 à 18:42 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Rainivoanjo

      Rainivoanjo

      Il ne faut pas oublier la "PUISSANCE" de l’argent.

      Celui qui peut se payer un avocat et celui qui est assisté par un avocat d’office ne peuvent pas s’attendre à un même résultat.Point final.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 30 août 2010 à 09:34 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Ndimby A ;

    accuse réception.

    Bonne continuation.

    Je m’attarde sur :"Un HOMME nouveau pour des pratiques nouvelles".

    Récemment,en discutant sérieusement avec l’Ambassadeur de Madagascar à PARIS,j’ai eu quelques confidences :

    - il n’est pas T.I.M.

    - il se penche et réfléchit profondément sur "la bonne gouvernance".

    - il est de formation "saxonne",

    - il est du "P.N.U.D."

    - il est disponible pour servir notre pays,Madagascar.

    Ndimby A.

    Peu-être,c’est l’HOMME NOUVEAU avec des méthodes nouvelles ??

    Qu’en pensez-vous ??

    Cordialement et amicalement,

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 août 2010 à 12:48 | che taranaka (#99) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Basile, je veux être bref

      Son excellence Rajaonarivony est ce que j’appelle des "élites-soi-disants"comme Ranjeva .Il réflèchit à quoi en fait son excellence à la bonne gouvernance ?.Et il travaillait au pnud en tant qu’expert ?.Et il a quel âge ?

      A sa place je préfère le putschiste ;jeune,téméraire...celà fait depuis longtemps qu’il a réflèchi sur la bonne gouvernance et il a botté le derrière de celui qui l’emmerdait !

      Ces élites.....qui reflèchissent sans réflexion ;ils sont bons pour une pension à la retraite du budget général !

    • 30 août 2010 à 15:09 | Tsisdinika (#3548) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Basile,

      Si les même critères que Rajaonarivony représentent les qualités requises, j’aimerais bien être cet homme-là (les femmes sont-elles exclues d’office ? lol) !!

      "Pas TIM" : c’est bon, j’en suis pas ;

      "Formation saxonne" : la filière anglais à la Faculté des lettres ça compte ?

      "PNUD" : un CDD, même un C très DD genre demi-journée, ça passe ?

      Et "bonne gouvernance" ; est-ce que ça a à voir avec la façon avec laquelle je traite ma bonne et ma gouvernante ?

    • 30 août 2010 à 16:33 | Mahagaga (#4621) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Je ne sais pas qui est cet homme nouvel que notre pays a besoin pour nous sortir du bourbier mais c’est certainement pas moi ni vous !

      Ca c’est sûre !!!

      D’ailleurs je ne pense pas qu’il s’agit d’un seul homme ou femme, il faut que ce soit un groupe de prersonne honnête, irreprochable, ayant la volonté de développer le pays et lutter contre la corruption interne (nationale) et internationale.

      Si la première reste possible, le second est plus difficile.

      Le probleme de Madagascar est trop complexe et multifactoriel : on ne sais plus par quoi commencer ?

      Bonne continuation pour une refexion constructive si non, c’est une perte de temps inutile !

    • 30 août 2010 à 16:50 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à che taranaka

      che taranaka,

      dis-moi un peu plus,mais pour MOI,c’est un HOMME "rassembleur" et je peux m’appuyer sur LUI.

      Vous parlez de l’âge,l’âge n’a aucune importance pour MOI,c’est la personne qui compte.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 août 2010 à 16:57 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Tsisdinika

      Tsisidinika

      Vous voulez des noms des Femmes,j’en ai plusieurs à vous donner mais,pour éviter de créer des problèmes dans leur ascension "professionnelle" administrative/politique/ministérielle,accordez-moi le "joker".Merci d’avance.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 31 août 2010 à 00:48 | niry (#210) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      iii...Nahita akanga tsara soratra indray ity Basile !.. :-(

  • 30 août 2010 à 09:53 | lalatiana (#1016)

    Merci Ndimby ...

    Question : Le système est il pourri par les hommes de pouvoir, ou les hommes de pouvoir sont ils pourris par un système et en particuliers des institutions (donc d’autres hommes) qui les entretiennent dans leurs dérives ?

    Quant à cete décision de "justice" sur Ra8 ... Justice stérile … Juste hystérique … Juste histrions * …

    Cette dernière décision de pseudo-justice ou Ra8 et 14 autres prévenus se font condamner à la perpétuité, me met en rage…

    D’aucun diront « wep … c’est encore le pro-dadaisme de Lalatiana qui s’éveille » …
    Mais la question n’est pas là … Ra8 n’est pas LA victime de cette décision imbécile. Là où il est, en sécurité, il n’a rien à craindre immédiatement. Et de fait, est-on seulement sûr de sa volonté de retour au pays ?

    On pourrait de fait se dire « baaah … ce n’est encore qu’une main bluffée dans ce poker menteur scandaleux qui se joue au pays depuis 20 mois… Ca ne servira qu’à mieux négocier »…

    Mais la victime de cette décision est encore et toujours le PAYS … touché encore une fois au plus profond dans son besoin de stabilisation et de réconciliation …

    Mais que veulent-ils donc ? Ceux là qui prônent à longueur de médias, de réunions en colloques et de colloques en conférences leur litanie « sortie de crise, solution malgacho-malgache, INCLUSIVITE » … Incapables de voir que, au-delà de leur peur panique de voir revenir le dirigeant parait-il « honni », c’est le pays qu’ils prennent en otage … Ce sont ces (centaines de ) milliers de partisans de dada, qu’ils insultent dans leur espoir d’une réconciliation … Ce sont ces gens, à raison ou à tort, convaincus que l’espoir réside dans un retour de leur président élu, qu’ils méprisent et à la figure desquels ils crachent …

    Qu’est-ce donc ces pseudo-nationalistes, ou prétendus "raiamandreny", qui se disent démocrates, capables de fouler aux pieds les aspirations légitimes d’une grande partie (de la majorité ?) de la population : « allez donc … On va faire une bonne blague à Ra8 … et on va lui balancer une condamnation à perpétuité… ça va au moins l’emmerder …. Ah … Il faut penser aussi aux effets politiques de la mesure ??? » ? Bande de gamins stupides et irresponsables... Si Ra8 doit être considéré comme un criminel, il en est d’autres désormais qui, à travers ce genre de décisions imbéciles, s’avèrent bien plus dangereux que ne l’a jamais été leur « dictateur » … Combien leur faudra-t’il de chômeurs, de misère accrue et de morts et d’entreprises en faillite pour qu’ils pensent un jour « TIENS … Et si j’essayais, pour une fois, DE PRENDRE UNE DECISION QUI POURRAIT SERVIR LE PAYS ??? De prendre une initiative qui jouerait le coup pour après-demain, au lieu de ne voir que le (très) court terme ??? D’envisager une option qui ne serait pas qu’un orgasme personnel ???" Branleur, va !!!

    Ce procès aurait pu être un test d’intelligence politique … Bien évidemment ils l’ont loupé …

    Evidence maintes et maintes fois énoncée : une justice indépendante est le pilier d’un Etat fort et constitué. Celle-là qui, visiblement aux ordres, ne sert que les intérêts d’une frange de pseudo-politiques attachés désespérément à leur seza et aux sordides avantages acquis illicitement depuis mars 2009, s’est encore une fois décrédibilisée … Ce qui laisse la voie à toutes les exactions désormais susceptibles d’impunité. Quand l’arbitraire fait loi, quand le politique prend de manière aussi éhontée le pas sur l’institution juridique, c’est un Etat de non droit qui prend forme.

    Certains se posaient la question : Madagascar est-il un « failed state » ou non ? Peut-on comparer le pays à la Somalie ou à Haïti, modèles du genre en termes d’échec et de faillite des institutions ? Il est vrai que nous ne connaissons pas (encore) la tribalisation, les chefs de guerre et les guerres de gangs de ces pays …. Mais à considérer la décrédibilisation des institutions, la constitution de milices, la corruption généralisée, l’expansion de l’informel, la mise en coupe réglée de l’économie du pays, nous ne sommes pas si éloignés de l’état de « Failed State » … Sur une échelle où on trouverait à une extrémité l’exemple d’un succès en termes de développement et de démocratie (i.e la Norvège) et à l’autre bout le comble de la déliquescence et de la faille de l’Etat (i.e Haïti), où situerez-vous notre Etat malgache actuel ?

    Par ailleurs, si Ra8 doit être considéré comme un criminel coupable de meurtre et de complicité de meurtre, à propos du 7 février 2009, j’aimerais bien que l’on voie au banc des accusés les Andry Rajoelina, les Alain Ramaroson et autres Monja Roindefo qui, manipulateurs criminels, ont chauffé à blanc, abreuvé et excité les meneurs et jeté les foules sur les grilles du palais (« prenez le palais pour y installer mon PM … et ne craignez pas les armes ») … Ceux là sont pour le moins passibles, dans un Etat de Droit, de passer au pénal pour un double crime de « mise en danger de la vie d’autrui » et de « non assistance à personne en danger ».

    […] les personnes physiques qui n’ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n’ont pas pris les mesures permettant de l’éviter, sont responsables pénalement s’il est établi qu’elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d’une particulière gravité qu’elles ne pouvaient ignorer.

    J’adorerais voir un collectif assigner ces c…rds en justice sur ces principe…. Tant qu’à jeter de l’huile sur le feu, autant mouiller TOUS les responsables de cette tuerie …

    * histrion : mauvais comédien, cabotin …

    • 30 août 2010 à 10:22 | poiuyt (#584) répond à lalatiana

      ... Mais la victime de cette décision est le PAYS touché dans son besoin de stabilisation et de réconciliation …

      ... leur panique de voir revenir le dirigeant parait-il « honni », c’est le pays qu’ils prennent en otage ...

      ... une justice indépendante est le pilier d’un Etat ... Celle-là qui, visiblement aux ordres ...

      ... si Ra8 doit être considéré comme un criminel, j’aimerais bien que l’on voie au banc des accusés les Andry Rajoelina, Alain Ramaroson et Monja Roindefo qui, manipulateurs criminels, ont chauffé à blanc les foules sur les grilles du palais (« prenez le palais pour y installer mon PM, et ne craignez pas les armes »). Ceux là sont pour le moins passibles ...

      J’adorerais voir un collectif assigner ces c…rds en justice.

    • 30 août 2010 à 10:59 | sissi (#3685) répond à poiuyt

      Tout à fait vrai Pouyit :

      "Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui triquent"
      Jean Paul.Sartres.

    • 30 août 2010 à 11:09 | poiuyt (#584) répond à sissi

      Sissi, vous êtes bigrement littéraire, et très sensée, et objective, et réaliste, en un mot comme en 100 : intelligente. Comment est le physique ? Non, je plaisantais.

    • 30 août 2010 à 18:06 | lalatiana (#1016) répond à sissi

      Sissi,

      Qui "triNquent" et non pas qui "triquent" ... !!!

      Mort de rire, sinon ...

      Et "SartrE" et non pas "SartreS" ... Y’en avait qu’un ... heureusement ...

    • 30 août 2010 à 18:43 | sissi (#3685) répond à poiuyt

      Hé ben pouiyt,

      Vous êtes généreux en compliments aujourd’hui. Lol. Mais comment devrais-je prendre tous ces compliments dans la mesure où les machos s’accordent pour dire qu’une femme « intelligente » est sûrement pourvue d’un physique inversement proportionnel à son intelligence ?

      Ma fille qui ne comprend pas toujours pourquoi certains de ses copains préféreraient lorgner ailleurs que sur ce qu’elle a dans sa tête, vous répondra que seule la beauté intérieure compte. Mais le faire comprendre aux mecs, est une autre histoire.

      Personnellement, je pense que la notion de beauté est très relative. Jacob Zuma préfèrerait les femmes bien enrobées alors que d’autres préfèreraient les manches à balai à la Kate Moss.
      Sissi

    • 30 août 2010 à 22:26 | sissi (#3685) répond à lalatiana

      Merci Lalatiana

      C’est d’autant plus impardonnable que de trique je n’en ai point. Lol.

      Quand à Sartre, dommage qu’il n’y en ait pas plusieurs. Et j’ajouterai pour éviter tout risque de coup de trique :" Ce sont les pauvres qui meurent" La prochaine fois je prendrai le temps de me relire.
      A toute. Sissi

    • 30 août 2010 à 22:33 | sissi (#3685) répond à sissi

      Avant que Lalatiana ne me tombe de nouveau dessus, je préfère apporter moi même ma correction.

      On dit" quant à et non pas....? Sissi

  • 30 août 2010 à 10:47 | da fily (#2745)

    Restons au jus, et soyons clair (du moins en ce qui concerne le titre de Ndimby), je pense qu’il insite sur le fait d’avoir du neuf, ceux en magasin sont non seulement en fin de date limite, mais certains sont carrément charançonnés ! Je ne crois pas qu’il veuille parler d’homme providentiel, loin de là. Et là où je le rejoins pleinement, c’est dans le renouveau du vivier, les espèces qu’on a vu depuis sont en fin de vie ou ont accumulé tellement de tares qu’il faudrait une dératisation conjugué à de l’herbicide puissant pour l’éradication définitive et voir enfin éclore quelques nouvelles têtes qui feraient un bien fou à notre grand corps malade.

    Je ne crois pas plus que vous autres à l’homme providentiel, mais il est tout à fait illusoire de croire en un renouveau avec les diplodocus et autres mésosaures insatiables qui n’attendent que le bon cours de la nature pour s’éteindre dans les nimbes de l’histoire.

    Celà suffit, et n’attendons pas l’envenimement du tableau qui laisse croire à che taranaka une guerre civile qui couve, pour essayer de redonner de l’éclat (en a-t-il eu un jour ?) à notre visage politique. Les contributions qui ont pointé leurs idées ici sont autant de nouvelles donnes, de nouveau concepts (du moins localement) et certainement un espoir de renouveau pour la plupart des malagasys qui n’attendent plus rien de nos tocards de politiciens.

    Je réitère en écho à Ndimby qu’il faille bien des nouvelles têtes pour mettre en oeuvre des nouvelles pratiques, les episodes de fiasco en déroute en passant par le parjure nous ont démontré suffisamment la pertinence de cette grande idée.

    • 30 août 2010 à 14:16 | observatrice (#2065) répond à da fily

      ce qui est très dommageable, c’est que l’image que les hommes politiques actuels est celle qui va s’imprimer dans la tête des jeunes en devenir ; il est très difficile de leur dire , faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais ;

      tous ces hommes actuels, y compris les quadras nouveaux venus sur la scène politique ont vécu dans cette ambiance d’affairisme et de corruption qui a prévalu dans le pays depuis des dizaines d’années ;

      alors : "un homme nouveau pour des pratiques nouvelles ? " on peut toujours rêver !!!

  • 30 août 2010 à 10:56 | Parole (#2602)

    "This is the end", la chanson des Doors qui hante le film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola me revient.

    Rajoelina s’était proclamé le 31 janvier 2009 "en charge des affaires de l’Etat", après sa chevauchée fantastique entamée le 14 janvier. Si cet homme, après avoir donné un aperçu de son sens de l’Etat le 26 janvier, avait eu un éclair de sagesse, il aurait évité de dire à une foule surexcitée de "prendre ce palais". Cela nous aurait évité le massacre du 7 février et bien des déboires.

    Rajoelina ne semble plus aujourd’hui avoir prise sur les événements. Depuis l’abandon de son projet d’élections pour le 20 mars, tout semble glisser entre ses mains comme de l’eau.

    Forte odeur de fin de règne. Tous les signes sont présents : ras-le-bol général, chute des recettes publiques, prolétariat livré à lui-même, banditisme effréné, justice à la dérive, négociations politiques stériles et pour finir ce procès à la soviétique.

    Rajoelina énumérant hier soir les mille raisons que nous devrions avoir d’être heureux avait un air de Ceaucescu...

    • 30 août 2010 à 11:17 | kakilay (#2022) répond à Parole

      Sublime ouverture : elle nous hantera tout au long du film !

    • 30 août 2010 à 12:27 | da fily (#2745) répond à kakilay

      kakilay hello, moi j’ai plutôt "le vol du bourdon" de Rimsky-Korsakov en tête ! tellement tout ceci saoûle et finira par rendre fou, sinon bête pour longtemps !

    • 30 août 2010 à 12:58 | kakilay (#2022) répond à da fily

      M’empresse de ce pas en-quêter de la dite...

      Merci pour l’ouverture...

    • 30 août 2010 à 13:46 | lalatiana (#1016) répond à da fily

      Plutôt leur couper les c... sur la "Danse du Sabre" de Khatchatourian, oui ...

    • 30 août 2010 à 14:23 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      Donc il est utopique de reprendre en choeur "wings of change" de Scorpions, balade en hommage aux murs tombés ?

      La circonstance demanderait qu’on repasse en boucle "bloody sunday" des U2, non ?

      Et pour finir sur une note bien gasy, je reprendrai le refrain, oublié, de "miaramila misatroka pô !" de Red Metal, "hommage tonitruant" à toutes les cervelles-kalach’ qui sont le pendant des cervelles-pognons chez l’ex-grande muette !

      kakilay, lalatiana, bien à vous...

  • 30 août 2010 à 11:02 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Pas de commentaire sur une décision de justice.

    Monsieur le Président Marc RAVALOMANANA,ainsi que que les autres condamnés ont droit de faire valoir leur droit de "RECOURS".

    Que leurs avocats se mettent au travail,au de quitter les salles d’audiences.

    Ces derniers savent très bien que le pourvoi en cassation ne possède pas d’effet suspensif.

    Le pourvoi ne possède pas non plus d’effet dévolutif.

    Leur geste de quitter la salle d’audience est incompréhensible pour les communs de mortel,comme MOI..Presque une trahison des clients en détresse.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 août 2010 à 12:30 | mahery (#2468) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Basile,

      Aboyez tant que votre seigneur joelahimboto est encore là ! pendant une certaine Transition de temps limité

    • 30 août 2010 à 17:05 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à mahery

      mahery

      "aboyez tant que votre seigneur joelahimboto est encore là"

      Je regrette, pour vous,il est là et ira jusqu’à la fin de la transition.

      Après, "ON" verra.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 30 août 2010 à 12:13 | che taranaka (#99)

    Hommes nouveaux.....? qui peuvent justifier de son cursus académique et/ou de son cursus professionnel..mais surtout de sa prise de conscience par rapport à la puissance coloniale anglosaxonne ou française !

    Ce que j’appelle "celà ne sert à rien de changer de dirigeants,de constitution ,de république qui ne sont que des draps de lits si finalement le matelat sur lequel tout ceci est fixé sent le caca !".Et pour cause les ennemis de cette nation s’échine à ce que soit ainsi !

    Donc les hommes nouveaux qui se retrouvent dans un ordre nouveau doit mesurer la puissance des "mpapiady angely"

    Les hommes nouveaux doivent préserver les intérêts de la nation au dépens de ses propres intérêts.Les hommes nouveaux doivent comprendre que le Fialonana,le tiantiakely...le mpapiady iray tanindrazana oeuvrent pour les malfaisants que sont les compradors et leurs suzerains (suivez mon regard !).

    Bref une REVOLUTION CULTURELLE simple mais nécessaire qui demande beaucoup d’effort pour ceux qui sont des "tanana zatra mitsotra ka tsy mahay miforitra intsony !" mais salutaire si nous ne voulons pas aller à une GUERRE CIVILE qui ,par ailleurs, fera fonction de catalyse ou de pyrolyse de la vie politique locale !....le nettoyage politique !

    • 1er septembre 2010 à 08:52 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à che taranaka

      che taranaka

      le mot est lancé :"CURSUS".

      Madagascar est très riche en expériences :

      - enseignant-pédagogue-bouvier,

      - militaire (ex-colonial),

      - militaire nationaliste,

      - haut magistrat,

      - amiral rouge,

      - laitier (doctor honoris causa),

      - dj

      etc....

      "ILS" étaient et/ou sont à la tête de Madagascar par amour pour le Peuple Malgache.Qui peut dire le contraire mais avec quelle équipe ???loyale ou déloyale.

      Pour Moi,Basile RAMAHEFARISOA,le cursus n’a pas d’importance mais l’équipe avec qui "ON"va travailler qui compte.

      (MONJA)/Andry RAJOELINA/REGIONS+districts/FORCES DE l’ORDRE (pas F.I.S).

      MONJA,entre parenthèse pour son idée de présidentielle avant les députés,il est héritier de...,alors pas de jugement personnel.Pour Moi,c’est une alliance nécessaire pour gouverner (SUD+le centre).

      - professeur de médecine

  • 30 août 2010 à 14:54 | kakilay (#2022)

    Quand on nous donne en spectacle ce trop plein d’hommes de bonne volonté, on ne peut que souhaiter l’émergence d’un homme d’exception.

    200 partis politiques ! Et personne ne veut déserter la salle par décence : manankarena Madagasikara !

    L’unanimité inspire des fois la nausée, mahamamo, car elle cache mal sa bassesse. C’est vrai que tout le monde cherche la sortie de crise, mais pas dans l’apologie de la médiocrité.

    Relire Kipling alors, et voir le vieux Diogéne, avec sa lanterne, circuler au sein de la lie... Tout simplement imbuvable !

  • 30 août 2010 à 18:43 | vorondolo (#4135)

    Encore "Un Homme nouveau" dites vous> ??? Non et non et non ! ça suffit ce gros piège depuis 50 ans !!! Tous les Présidents qui se sont succédés, après descente dans la rue étaient tous "neufs", et plus clairement en malagasy : "aoka izay ny mampitsambikina sy mampihatsapy ny malagasy amin’ny hazo tsy fantatra" comme ont anonné place du 13 mai les orateurs de service pour entrainer le peuple dans ce saut vers l’inconnu !!!. "Pratiques politiques nouvelles" ok , et ce sera le véritable changement en " BALISANT PAR UNE CONSTITUTION ET EN OBLIGEANT PAR DES TEXTES REGLEMENTAIRES LEGISLATIFS LE PRESIDENT ELU DEMOCRATIQUEMENT ET SANS DISCUSSION LORS D’UNE ELECTION LIBRE ET TRANSPARENTE ET CAUTIONNEE PAR LA CI, A DIRIGER LE PAYS DANS L’INTERET SUPREME DU PEUPLE ET DE LA NATION", que le Président soit vieux ou jeune. Insister sur un Homme nouveau parait suspect Mr NDIMBY !!! Développez plutôt les nouvelles pratiques politiques et l’ Ethique politique, ce sera moins suspect car l’auteur de l’Hétique politique n’est plus de ce monde ! Salut G DI ...

  • 30 août 2010 à 19:22 | Mpijerijery (#4628)

    La condamnation de Ra8 est une erreur grossière : elle prouve que le régime putschiste actuel est aux abois, et fait le forcing pour chercher à tout prix des coupables. Comme on semble s’éloigner de la sortie de crise, des mesures de bon sens doivent être impérativement prises :

    - puisque le régime HAT persiste dans son unilatéralisme (personne n’est dupe quant à la représentativité réelle des sociétés civiles et partis politiques ayant signé les accords d’Ivato) et que le terme de gouvernement inclusif lui est inconnu, Les 3 mouvances doivent d’urgence mettre en place un gouvernement consensuel d’union nationale sans la mouvance Rajoelina. Même si l’armée n’est pas totalement pourrie, l’assistance militaire de l’UA et de de la SADEC s’avère incontournable.

    - toute élection doit être strictement supervisée, à tous les stades, par la communauté internationale, pour éviter tout contestation ultérieure.

    - enfin, pour commencer à mettre en pratique un esprit de réconciliation nationale, la feuille de route doit prévoir en faveur des HAT, une immunité politique et pénale pour la période de 2009 à nos jours : c’est ce qui a manqué aux accords de Maputo et Addis et cela a incité ces auteurs de coup d’état à rester en place coûte que coûte pour éviter sanctions et représailles . Mais, évidemment, ils doivent rendre à l’Etat tout ce qui est richesse indue.

  • 30 août 2010 à 19:46 | FeoIray (#341)

    l’article complete se trouve au
    http://madalibre.wordpress.com/2009/05/26/revelations-dun-garde-presidentiel-sur-le-7-fevrier/


    Le 7 février 2009 à Antananarivo, Madagascar, 37 manifestants sont tués et 175 autres blessés lors de tirs de la garde présidentielle sur une foule qui se dirigeait vers le palais présidentiel. Un journaliste de la RTA y a été tué d’une balle à la tête. Avant le coup d’état, Marc Ravalomanana avait demandé l’ouverture d’une enquête par une commission indépendante à propos de cet évènement sanglant.

    Voici une traduction libre du témoignage d’un garde présidentiel sur Radio Fahazavana présent à Ambohitsirohitra ce jour-là :

    D’abord un appel solennel à tous les gardes présidentiels qui ont assuré la garde du président du 07 février jusqu’au dernier moment à Iavoloha. N’oublions pas que nous avons été souillés depuis le 07 février, dans nos dossiers, il est marqué ASSASSINS. Rappelez-vous quand même qu’il y avait eu des tirs croisés à Ambohitsirohitra ce jour-là, et nous nous sommes tous regardés étonnés dans la cour. Ce qui s’est passé après, si nous avions vraiment tiré, pourquoi les éléments mixtes de l’EMMONAT ont accouru vers nous pour se protéger, mais ne sont pas resté avec le peuple si nous avons vraiment tirés. Ensuite, seule une cartouche a été utilisée et un seul GP a tiré. Il y a eu 18 balles sorties de cette cartouche. À nous de voir et de réfléchir sur le fait qu’avec ces 18 balles, il y ait eu 175 blessés sur le coup et 37 morts. Troisièmement. Pourquoi du côté de l’Office National de l’Environnement, du côté de Colbert, du côté de la BMOI et de la je n’aime pas trop en dire trop, et de l’ancien Shoprite, il y ait eu des morts et des blessés. Nos balles ne peuvent pas faire des tirs transversaux, ne peuvent pas zigzaguer, une balle ne peut qu’aller tout droit. Quatrièmement. Nos tirs ont été tirs de rebondissements à terre. Nous avons tiré par terre et non à hauteur d’homme, c’est pour vous dire que nous n’avons pas tué ces gens. Une preuve indéniable, devant nos yeux, le journaliste de RTA a basculé vers l’avant vers nous quand il a été touché, et c’était le premier coup d’éclat de fusil ce 07 février à Ambohitsirohitra.
    .....

  • 30 août 2010 à 20:17 | rasoulou (#4222)

    Hommes nouveaux, je suis d’accord mais pas inexpérimentés, manipulés de toutes part, ils ne sont pas bêtes les Suisses lorsqu’ils font former leurs jeunes diplômés dans les pays étrangers ou sous-développés, pour que ces jeunes ne fassent pas des bêtises chez eux, ils sont malins les Suisses hein !!!!Parce que je vois que RAJOELINA manque beaucoup d’expérience.

    D’abord , pour sortir, M/CAR a besoin d’ une bonne dose de cohésion nationale, ou reconciliation nationale si vous voulez (terme FFKM), et mettre table rase à tous les différends antérieurs, se tenir les coudes pour sortir de ce p... de pauvreté.

  • 31 août 2010 à 10:10 | mpitily (#1212)

    Cher Ndimby,

    la tempérance vous sied, elle vous rend encore meilleur, continuez !

    Madagascar est riche en hommes de valeur et Dieu ne manque pas de fidèles serviteurs à mettre à la direction de ce pays. Je suis sûr que certains forumistes et éditorialistes sur MT en font partie.

    Vivement le renouvellement de nos hommes politiques.

    Mpitily

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS