Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 9 juillet 2020
Antananarivo | 11h27
 

Culturel

Colloque sur les relations Nord-Sud

Il faut faire connaissance avec la réalité

lundi 12 novembre 2007
Pr Rafolo, l’un des intervenants à ce colloque.

Dans le cadre de la préparation de la tenue prochaine du colloque sur les relations Sud-Nord qui se tiendra du 15 au 17 Novembre 2007 à Antananarivo, le Professeur Rafolo, Enseignant-chercheur à l’Université d’Antananarivo et l’une des têtes pensantes de l’évènement a voulu livrer ses impressions afin de préparer l’esprit de ceux qui veulent prendre part à cette rencontre.

A noter que lors du pré colloque qui s’est tenu à l’Université d’Antananarivo, le Pr Rafolo a débattu sur le sujet : les réseaux d’artistes et le monde de la recherche.

Madagascar Tribune : Quel avenir peut-on envisager pour les artistes se déplaçant d’une région vers une autre ?

- Pr Rafolo : « Un bel avenir dans la mesure où les déplacements sont à la fois un moyen de se faire connaître et se faire apprécier. Mais également, une opportunité pour partir à la découverte des créations du terroir. C’est ce qu’on appelle souvent : « se ressourcer ». Mais la grande question qu’on doit se poser est de savoir si se déplacer est à la portée de tous les artistes et souhaitent-ils le faire ? »

Des artistes ne cessent d’effectuer des recherches, mais cette situation les aide t-elle à se professionnaliser davantage ?

- « Une évidence. La professionnalisation va de pair avec des recherches permanentes de la part des artistes, et les recherches mènent vers une professionnalisation progressive. Reste à savoir si chacun mène des recherches qui tendront plutôt vers la professionnalisation. »

Qu’est-ce que l’industrie musicale et existe-t-elle déjà à Madagascar ?

- « Une industrie est l’art d’extraire et de travailler des matières premières pour en faire des objets de consommation afin d’en tirer profit. Dans le monde de la musique (on parle de showbiz), les matières premières sont constituées par les créations musicales tandis que les objets de consommation sont les spectacles et concerts ainsi que les opus sur divers supports (jadis disques, ou K7, aujourd’hui, Cd, VCD, DVD). Ce type d’industrie commence à apparaître à Madagascar à travers les maisons de productions et les maisons de diffusions ».

Quant au sujet de ce colloque, les musiques du Nord et Sud ont-elles une ressemblance et sont-elles sur le même pied d’égalité sur le marché international ?

- « La réponse dépend de ce que l’on entend par musique du Nord et celui du Sud. La ressemblance se situe souvent au niveau des genres et des styles. L’on parle maintenant aussi de « musique du monde » (world music) donc il est très délicat de parler de ressemblance ou différence. Au niveau du marché international, à qualité égale, elles sont sur le même pied d’égalité mais le contenu est encore discutable. Et justement l’on se demande si la musique des deux hémisphères ont-elles les mêmes chances pour accéder au marché international ».

Propos recueillis par Daddy Ramanankasina

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS