Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 13 août 2022
Antananarivo | 01h25
 

Opinions

Madagascar, Volontaire pour un Développement Durable

Groupes de réflexions constructives

mercredi 8 juillet 2009 | rota rakotomalala

l’engagement citoyen au pluriel

§ La citoyenneté s’exerce dans tous les grands domaines de notre vie : politique, culture, social, environnement, économie

§ En vue d’un développement durable et intégral, il doit y avoir harmonisation et mobilisation des trois sphères de la société : économie, politique et culture (citoyens pour moi).

En introduction de ce que je souhaite aborder, j’ai pris comme document de base, celui de Nicanor Perlas prix Nobel alternatif qui insiste sur la force culturelle de la société civile qui en fait un troisième élément de la société à côté de l’état et de l’économie. Il parle ainsi de la Triarticulation sociale.

Ce document a été extrait d’informations sur le mouvement altermondialiste, ou altermondialisme, qui est un mouvement social composé d’acteurs très divers qui proposent pour l’essentiel un ensemble de valeurs « sociales » et soucieuses de l’environnement comme moteur de la mondialisation et du développement humain, en opposition à ce qu’ils analysent comme les « logiques économiques de la mondialisation néolibérale ».

Je ne suis pas une militante à proprement parler car ma prise de position se trouverait entre les deux : je prône les valeurs sociales de l’environnement dans lequel je vis et j’essaie de m’adapter aux logiques économiques de la mondialisation néolibérale. Selon Nicanor Perlas, « la mondialisation est une chance gâchée. Celui qui compte sur le hasard du marché se trompe ou trompe les autres. Les prix doivent permettre à tous de vivre et pas seulement dans les pays industrialisés »

http://www.triarticulation.org/essays/2002-08-001.html

La triarticulation sociale pour un développement durable et intégral

Pour un développement durable et intégral, les trois institutions-clés Culture, Economie et Etat représentent les trois sphères de la société et de ce fait potentiellement l’intégrité de la vie sociale.
Ces trois sphères apporteront les perspectives qui leur sont spécifiquement appropriées.
• Le monde de l’entreprise sera porteur des préoccupations économiques.
• Le gouvernement sera porteur des préoccupations politiques.
• La société civile sera porteuse des préoccupations culturelles, sociales, écologiques, humaines, et spirituelles.

Le développement durable et intégral prend par conséquent en compte les sept dimensions du développement : économique, politique, culturel, social, écologique, humain, et spirituel.
Le processus complet et authentique d’une triarticulation nécessite la participation significative et véritable des trois institutions-clefs de la société, dont les partenaires sont conscients de quelle sphère sociale est la leur.

Dans la triarticulation, la substance est complète si elle recèle les différentes dimensions du développement.
Toutes les dimensions du développement ne peuvent pas être atteintes d’emblée. Mais elles doivent être prises consciemment en considération dans le processus et la substance de la triarticulation.
La triarticulation, passe par trois phases- de fait d’abord, puis consciente et enfin avancée - et il en ressort que les manifestations concrètes, réelles peuvent varier dans le temps et dans l’espace, en fonction des conditions réelles de la vie sociale.

Dans la triarticulation de fait, la société civile évolue sur un mode critique et souvent " de rejet". La Bataille de Seattle est l’un des meilleurs exemples de triarticulation de fait. : Ensemble contre le déficit démocratique et il semble que nous mêmes nous soyons à ce stade actuellement quoique certains d’entre nous commencent à prendre conscience de ce qu’ils pourraient faire ou apporter...

La triarticulation consciente advient quand les trois pouvoirs institutionnels reconnaissent que la société a trois sphères et qu’elles sont les trois institutions-clefs de ces trois sphères sociales. La substance de la triarticulation consciente prendra progressivement en compte les sept dimensions du développement. La politique et l’économie resteront tout à fait prises au sérieux. Mais les considérations écologiques, sociales, culturelles, humaines et spirituelles entreront de plus en plus dans le programme comme des particularités des efforts de développement durable et intégral. Dans la triarticulation consciente, la société civile se trouve dans un mode d’engagement critique. L’Agenda 21 philippin est un exemple de triarticulation consciente appliquée.

La triarticulation avancée est la phase adulte de triarticulation envisagée dans une perspective de développement ou d’évolution. Dans la triarticulation au stade avancé, la confiance et le respect mutuels sont établis et institutionnalisés, ce qui doit encore être sans cesse travaillé dans la triarticulation consciente. Dans la triarticulation avancée, la substance des différentes sphères représentées par les trois institutions-clefs est si bien comprise que les nouvelles initiatives, créatives bien que radicales, commencent à déterminer la substance du processus de triarticulation, et cette détermination sera de plus en plus précise.

L’engagement citoyen au pluriel

La citoyenneté s’exerce dans tous les grands domaines de notre vie : politique, culture, social, environnement, économie. L’engagement, c’est réfléchir, agir, aboutir. Chacun peut le faire à la hauteur de ses moyens

Engagement politique

Les citoyens ne doivent pas se sentir démunis, ils ont un rôle à jouer pour tendre vers un modèle de société plus viable, que ce soit par leurs gestes au quotidien, ou par leur engagement accru en tant que citoyen. Chaque action compte et c’est par la somme de nos engagements individuels que notre monde pourra bouger :
- A grande échelle, les actions d’interpellation telles que les campagnes, les pétitions, les rencontres internationales peuvent par exemple faire pression sur les décideurs pour qu’ils fassent évoluer leurs politiques et leurs pratiques
- A petite échelle, dans notre ville ou notre quartier, exercer sa citoyenneté peut se faire de plusieurs manières : concevoir un milieu associatif, organiser des actions de sensibilisation et d’information dans son quartier, participer à un forum social,…la liste n’est pas exhaustive.

Engagement écologique

Dans notre façon de consommer et par nos gestes au quotidien, nous pouvons également participer à la construction d’un monde plus juste : http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/fre/Contenu/Chiffres-cles

Engagement social

Principes de fonctionnement pour la construction d’une société de confiance et de liberté
1. Ethique, comme principe de base
2. Intégrité.
3. Responsabilité.
4. Respect des lois & règles.
5. Respect des droits des autres citoyens
6. Amour du travail.
7. S’efforcer à apprendre et à investir.
8. Volonté de bien faire.
9. Ponctualité.
10.Aimer son pays et vouloir y vivre en paix

Engagement économique

La gouvernance des pays en développement doit changer

Selon Emmanuel Kant (1724-1804), « la résolution des conflits résiderait dans la restauration d’une communauté dite « cosmopolitisme » dont le rôle serait "d’instaurer une représentation nouvelle des droits subjectifs capable de changer les relations internationales en un système fondé désormais sur la coopération mutuelle entre les États, et non plus sur la concurrence implicite. »

Repenser la géographie économique

Au vu de la crise actuelle et même celle de 2002, Madagascar est entré de plain-pied dans la globalisation. Il nous faut voir le développement en 3D : densité, distance et division
• L’augmentation des densités, ainsi que le montre l’expansion des agglomérations urbaines
• La diminution des distances, à mesure que les entreprises et travailleurs migrent pour profiter des opportunités offertes dans les zones à forte densité
• La réduction des divisions, à mesure que les pays réduisent l’opacité de leurs frontières économiques et se positionnent sur les marchés mondiaux pour tirer parti des économies d’échelle et de la spécialisation.

Il nous faut également diversifier la production à travers la coopération régionale ou les investissements étrangers

Les entreprises des pays en développement trouvent plus facile de croître en utilisant les capacités qu’elles possèdent déjà. Et l’investisseur étranger peut procurer ce qui manque et qui pourtant sera utile : une infrastructure physique, un savoir-faire spécifique, une connaissance des goûts et des normes sur les marchés ciblés et un accès aisé et bon marché à des intrants spécifiques. Dans ce cas la valorisation du tissu économique et des compétences du pays hôte de ces investissements doit prendre une place prépondérante : la formation des personnes recrutées localement, le développement de la sous traitance de proximité…

Bref, une approche méthodique qui porte tant sur les capacités industrielles que sur les ressources humaines, une mise en place d’un contenu local et durable à travers la bonne compréhension de la démarche et l’adhésion aux actions menées pendant la durée des projets.

La coopération entre pays voisins peut aider à cet égard, en procurant une échelle attrayante pour les investisseurs étrangers et un accès à des produits intermédiaires d’importance critique qui rend le saut vers un nouveau produit moins coûteux et moins risqué. La coopération peut ainsi offrir un exutoire aux producteurs de biens intermédiaires qui vendent à des sociétés innovantes ailleurs dans l’ensemble régional.

Quelques liens utiles :

Web participatif : vers un engagement citoyen de l’usager ?

http://www.voxinternet.org/spip.php?article171

La Société civile :

http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/societe_civile/societe_civile_intro.html

Citoyen :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Citoyen

http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/citoyennete/citoyennete_intro.html

Guide de l’engagement citoyen :

http://www.presse-fr.com/20077024/guide-de-lengagement-citoyen/

Débats auprès de lycéens

http://blog.lyceepourtous.fr/2009/05/reconnaissance-de-lengagement-citoyen-des-lyceens/

Association

http://berthoalain.wordpress.com/2007/12/18/engagement-citoyen-2007/

Alliances

http://atos.ouvaton.org/

P.-S.

Désolée pour la longueur du texte mais par déformation professionnelle, je me devais d’expliquer le pourquoi et le comment...

8 commentaires

Vos commentaires

  • 8 juillet 2009 à 08:09 | rota rakotomalala (#2628)

    Bonjour à tous,

    Je remercie la rédaction de Madagascar Tribune d’avoir publié ma contribution.

    Je m’adresse spécialement à Mihaino, Beloha (via Citoyenne) et Lucie, ainsi que les autres qui le souhaitent. Je vous invite à vous rapprocher de la rédaction en leur adressant vos publications, en attendant que ce fameux endroit unique de stockage des infos soit trouvé.

    Bien cordialement.

    • 8 juillet 2009 à 15:45 | Mihaino (#1437) répond à rota rakotomalala

      Enfin, voilà une femme qui défend bec & ongles ses convictions pour le développement de notre Pays. Je ne l’ai jamais rencontrée mais je suis intimement convaincu qu’ensemble et avec vous tous qui aimez Mcar, nous pouvons apporter nos compétences et nos expériences pour faire avancer notre île...

      Je soutiens toujours dans toutes mes conférences sur Madagascar en Europe, en Afrique et évidemment à Madagascar que " MADAGASCAR EST RICHE mais LES MALGACHES SONT PAUVRES ?!" Les raisons sont multiples et je vous livrerai incessament sous peu mes analyses & mes réflexions et les résultats de nos recherches en collaboration avec mes étudiants en 2è année de Maîtrise ( Economie & Gestion) en France et à Mcar...

  • 8 juillet 2009 à 08:14 | jane d (#2353)

    Rota,

    It is already an achievement that you are standing up and taking charge. Bravo !

  • 8 juillet 2009 à 11:56 | rota rakotomalala (#2628)

    CONSERVATION FORETS A MADAGASCAR PAR YANN ARTHUS-BERTRAND

    Action Carbone, de l’association GoodPlanet, finance des projets de réduction d’émissions portés par des ONG dans les pays en développement.

    La déforestation est responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

    Ce projet "Alternative Carbone" à Madagascar va permettre de réduire le taux de déforestation des forêts primaires malgaches, proposer des alternatives à la culture sur brûlis, et lutter contre le changement climatique.

    Plus d’infos sur www.actioncarbone.org
    Chaîne : Vie pratique
    Date d’envoi : 06/06/08 03:39
    Tags : GoodPlanet WWF Action Carbone forêts déforestation conservation Arthus-Bertrand

    Maintenant, où est ce que ça en est ?

    • 8 juillet 2009 à 20:01 | dieg (#2041) répond à rota rakotomalala

      Il faut apprendre aux riches malgaches,comment placer leur argent dans les pays riches,parce que ce qui raporte c’est le placement dans les pays riches,n’ont pas créer des activités ou contunuer à exploiter nos resourses
      (bois presieuse,saphir,vanille...ect).

      je suis toujours étonné de voir quand les malgache sont très riches,ils possède une dizaine de 4X4, or cette argent bien placé en europe leur permet de ne plus travaillé toute leur vie.

    • 8 juillet 2009 à 23:35 | Rabila (#1379) répond à dieg

      L’être humain n’est pas qu’un homo economicus.

      Il peut avoir d’autres motivations qui lui donne du bonheur. Il se peut que paraitre lui est plus important.

  • 8 juillet 2009 à 23:05 | lalatiana (#1016)

    Vous voyez, ...

    Suffisait de se lancer ...

     ;-)

    Bon papier Rota

  • 9 juillet 2009 à 03:09 | Rado (#172)

    Merci Rota de nous avoir mis sur le rail de la triarticulation !

    Mais tu sais Rota, l’engagement social que tu décris est la BASE de la construction de nos paysages ruraux depuis le temps de la royauté à nos jours.

    Je dis bien de nos jours, car dans quelques hameaux et villages éparpillés dans notre île, il existe encore des communautés qui vivent dans cet air de construction sociale que Pier Martin Larson décrit dans son livre

    Et on va continuer car il y a d’autres domaines comme l’économie que notre penchant économique à notre façon existe bel et bien aussi

    Faisons route ensemble pour quelques temps, j’essayerai de fournir quelques exemples de ce que j’ai vécu et une partie de ma réflexion sur le vécu quotidien de notre pays

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS