Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 6 décembre 2021
Antananarivo | 08h46
 

Santé

Grands et petits calculs…

vendredi 14 juin 2013

Les recherches dans le domaine de la médecine ne cessent d’évoluer. De ce fait, il est important pour les médecins de se tenir au courant de toutes les nouveautés, afin d’aider au mieux leurs patients. Les échos des évolutions technologiques arrivent peu à peu à Madagascar. Depuis peu, un nouvel appareil qui traite les calculs, est à la disposition de la Polyclinique et Maternité d’Ilafy. Ce nouvel appareil a pour nom : la lithotritie et est employé dans les cas de calculs de plus de 4 mm de grosseur.

Le 12 Juin 2013, les docteurs Franck RANDRIAMAMPIANINA (chirurgien-urologue de la Polyclinique d’Ilafy) et son confrère Donald PISTON de l’île Maurice, ont tenu une conférence de presse dans l’enceinte de la polyclinique d’Ilafy, et ont présenté le nouvel appareil, ainsi que son mode de fonctionnement.

Les explications de ces deux spécialistes concluent que 2 à 3% de la population malagasy sont atteints de calculs. La majorité des malades sont des hommes. Les principales causes de la maladie sont le manque d’eau, l’abus de chocolat et beaucoup d’autres facteurs. C’est entre 30 et 50 ans que l’on est le plus vulnérable aux calculs. Néanmoins les enfants peuvent également être atteints, car la maladie est transmissible de père en fils. Les premiers symptômes sont des douleurs aigues au niveau de l’emplacement du calcul. Ensuite viennent les signes d’irritation comme la nausée, le vomissement, le ballonnement. Une insuffisance rénale peut également entraîner la lithiase (calcul). Le moyen le plus rapide de calmer la douleur est de se reposer, et de s’allonger sur le dos. Durant la crise il est essentiellement interdit de boire de l’eau. Ce n’est qu’après la crise qu’on en boit beaucoup.

Selon les propos de Franck RANDRIAMAMPIANINA « trois séances de lithotritie suffisent à détruire la lithiase (calcul). Au total, ces séances coûtent 15 millions de FMG. Jusqu’ici, seul les fonctionnaires sont pris en charge par l’Etat. »

Il est vrai que la santé n’a pas de prix. Mais avec un tel coût, nombreux sont les malades qui ne pourront pas se soigner. D’après Elisa, jeune fille atteinte d’un calcul rénal « Avec 15 millions de FMG, je peux faire beaucoup de choses. Si je les avais, je ne les jetterai pas par la fenêtre en utilisant la lithotritie. »

Ce nouvel appareil est fonctionnel à la Polyclinique d’Ilafy depuis Mars 2013. Il aide les malades qui souffrent de calculs. Mais pour ceux qui ne peuvent se payer les frais des séances, il leur revient de choisir comment traiter leur maladie. A part le laser, il existe également les traitements par médication.

La grande question est : Quand est-ce qu’il y aura, à Madagascar, des traitements efficients, c’est-à dire efficaces et à moindre coûts ?

N.Z.L (Stagiaire)

9 commentaires

Vos commentaires

  • 14 juin 2013 à 10:33 | Vary-Manta (#2623)

    Si les gens n’ont pas d’argent pour le traitement, il existe une solution qui coûte beaucoup moins cher : boire et boire de l’eau.
    Il faut boire régulièrement de l’eau. C’est la seule vrais remède.
    Le matin, boire une grande tasse de thé avant de faire quoi que ce soit. Dans la journée, boire au moins un litre et le soir une bonne soupe c’est saint.

    • 14 juin 2013 à 23:22 | bbernard (#6880) répond à Vary-Manta

      Oui, c’est vrai, mais encore faut-il avoir de l’eau potable. Dans de nombreux secteurs de l’île les habitants n’ont pas d’eau ou, quand ils en ont, elle est saumâtre, ce qui est presque pire. Il serait grand temps que les autorités fassent le nécessaire pour que tous les malgaches aient accès à l’eau potable (creusement de puits, usines de purification pour les grandes villes, usine de désalinisation de l’eau de mer sur les côtes, distribution de pastilles de purification).

  • 14 juin 2013 à 11:22 | rabri (#2507)

    "La grande question est : Quand est-ce qu’il y aura, à Madagascar, des traitements efficients, c’est-à dire efficaces et à moindre coûts ?"

    Jeune stagiaire ! Allez faire un tour à l’IMRA ( Institut fondé par feu Rakoto Ratsimamanga à Avarabohitra Itaosy) et vous aurez une réponse à votre question. Parmi les médecins qui y sont, je vous recommande de rencontrer un médecin d’origine chinoise, TRES TRES COMPETENT, qui était le bras droit du Dr Ratsimamanga mais il parle très bien malgache.

    Le calcul rénal est une maladie très fréquente chez nous car il est dû à une accumulation d’oxalate de calcium et qui bouche l’urètre (canal de conduite de l’urine après la vessie). Cet oxalate de calcium est dû à notre alimentation riche en brèdes (anana), elles-mêmes riches en acide oxalique, et amplifié par un régime alimentaire riche en sel et en protéines animales ( viandes exclusivement).

    Déjà, ce calcul rénal se soigne empiriquement par les tisanes traditionnelles ( tam-bavy) dont certains composants dissolvent facilement dans le sang les dépôts de calcium de l’oxalate. Avec la grande réputation de l’IMRA sur la connaissance des vertus thérapeutiques des plantes de chez nous, je suis persuadé que c’est leur voie de la PHYTOTHERAPIE qui est la efficace et la moins coûteuse.

    Alors, jeune stagiaire, si vous rencontrez de nouveau ce médecin malgache de la polyclinique d’Ilafy, vous le saluez poliment de ma part et dites-lui d’aller s’expatrier ailleurs pour vendre son petit joujou TRES MERCANTILE et surtout faites -lui rappeler le dicton malgache : Sery vitan’anamalaho ve hono dia andaniana vatotr’akoho (pour soigner un rhume, une préparation à base de brède mafana suffit au lieu de trop dépenser avec une préparation à base de bouillon de poulet)

    • 14 juin 2013 à 15:05 | Vary-Manta (#2623) répond à rabri

      En fait, le vrais sujet, c’est l’accès á l’eau potable. C’est devenu de plus en plus difficile dans ce pays. Si on ne s’occupe pas de ca, on aura ce problème. Quelqu’un qui bois régulièrement 1,5 à 3 litre d’eau par jours n’a pas ce problème.

    • 14 juin 2013 à 21:43 | Turping (#1235) répond à rabri

      "La grande question est : Quand est-ce qu’il y aura, à Madagascar, des traitements efficients, c’est-à dire efficaces et à moindre coûts ? »

      Une bonne question de votre part cette fois-ci même si on ne partage pas les mêmes avis partout surtout politiquement.

      Les soins pour que tout le monde puisse y accéder !

      Malheureusement ,tous les maux ne se soignent pas avec le tambavy ni le ron’akoho mais comme le dicton dit "Vaut mieux prévenir que guérir".

      Les phytothérapies malgaches sont biens comme les phytothérapie asiatiques .
      Les malgaches ont des bons médecins aussi .
      Le problème c’est que face aux interventions chirurgicales ou autres moyens ,seuls derniers recours pour s’en sortir ,comment réagir ?
      Tout le monde n’est pas à pied d’égalité face à la maladie.
      Face à la maladie de mal formations congénitales ou des tumeurs au cerveau ,la technologie ne donne pas toujours une réponse positive même si c’est une avancée indéniable.
      Même un milliardaire peut mourir quand la maladie devient incurable !
      Alors que beaucoup de gens meurent pour faute de moyens ,le minimum pour es maladies anodines qui deviennent compliquées après !
      Pour remédier à tout cela ,il faudrait que le gouvernement mène le minimum de combat pour améliorer l’état de santé public .
      Plusieurs paramètres y sont afférents car la malnutrition ,les manques d’hygiène ; l’impossibilité d’une certaine souche de population qui boivent de l’eau contaminée par les bilharzioses ,bactéries .....entraînent déjà la maladie.Et si le mauvais sort est contre "x" ,il peut mourir tranquillement selon certaine croyance ,ce qui est absurde !
      Un enfant de bas âge ,infectés par les microbes peut décéder rapidement si l’eau est contaminée provoquant de diarrhée et de déshydratation importante en quelques heures !

    • 15 juin 2013 à 00:06 | Stomato (#3476) répond à Turping

      >>Pour remédier à tout cela ,il faudrait que le gouvernement mène le minimum de combat pour améliorer l’état de santé public .
      Plusieurs paramètres y sont afférents car la malnutrition ,les manques d’hygiène ; l’impossibilité d’une certaine souche de population qui boivent de l’eau contaminée par les bilharzioses ,bactéries <<

      Il y a aussi l’impossibilité de certaines population à accepter l’idée qu’il faut éloigner le puits de l’emplacement de la tinette.
      Également il faut ternir compte que c’est maladroit de se laver les pieds ou autre chose au bord du puits !
      Et le gouvernement ne peut pas grand chose pour inciter fortement les populations à respecter ces principes.
      Les meilleurs médecins ne peuvent pas grand chose vis à vis de patients désobéissants !

    • 17 juin 2013 à 05:33 | el che (#344) répond à rabri

      Vous avez raison, rabri !

      Mais pour les cas lourds, les moyens techniques modernes sont indispensables. Ce qui manque aussi, c’est la prévention .
      Les facteurs déclenchant que vous énumérez ici méritent d’être connus par le grand public.

    • 17 juin 2013 à 05:41 | el che (#344) répond à Stomato

      Il est possible d’introduire à l’’école les règles d’hygiène élémentaire. l’année dernière , une campagne sur la nécessite de se laver les mains avant et après certains évènements quotidiens, ont porté leur fruit dans les écoles.
      Ce seul geste réduit de 30% les risques de maladie dans la population .

  • 15 juin 2013 à 06:50 | Mahavanona (#5129)

    Tena mikezak manatsara sy manandratra ny fitsaboana eto Madagascar mihintsy ity polyclinique ilafy ity.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS