Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 9 août 2022
Antananarivo | 14h26
 

Opinions

Fifidianana manara-penitra sy ho an’ny vahoaka (Élections aux normes et pour le peuple)

mardi 29 janvier 2013

Ainsi nous semblons accepter, aussi pénible soit-il, que peu de choses à Madagascar sont aux normes, au point où l’inauguration d’infrastructures dites « aux normes » est acclamée comme une exception extraordinaire. Et comme les infrastructures ont certaines normes, ainsi aussi ont les élections. Si être aux normes est la nouvelle exception, l’accomplissement, tout ce qu’il y a de désirable, on aurait alors pensé entendre au bout des lèvres de tout politicien un appel à des « fifidianana manara-penitra ». Ce serait une nouveauté, car après tout, dans l’histoire de Madagascar, moins les élections étaient aux normes, plus cela arrangeait aux politiciens.

Pour reprendre la formule répétée de part et d’autre, il s’agirait d’élections « crédibles, neutres, transparentes et indépendantes ». Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement ?

Élections crédibles. Crédibles = auquel on peut croire ; dans le cadre d’une élection il s’agit de l’authenticité et la sincérité du scrutin, la vrai expression de la volonté populaire. La crédibilité découlerait des points suivants :
Liste électorale fiable, c’est-à-dire représentative et sans fautes. Pas d’électeurs fantômes, déjà morts ou inexistants ; pas de doublons ou triplons sinon plus ; inclusion de tous les malgaches éligibles notamment de plus de 18 ans le jour du scrutin. Si le calendrier électoral doit reculer légèrement pour perfectionnement de la liste, cela en vaut la peine. La crédibilité commence alors avec la véracité de la liste électorale.
Stabilité et application des textes. Les lois ont été adoptées, publiées dans le Journal Officiel, ce n’est pas à quelques semaines du scrutin qu’on change l’adoption du bulletin unique, la séquence des élections, les découpages électoraux et donc le nombre de députés (une décision qui me semble strictement réservées à des dirigeantsélus). La crédibilité inclut alors le respect des règles, et pas de changements en cours de route pour des raisons politiciennes, intéressées, mal expliquées et sans fondement.
La minimisation de la possibilité de tricher : L’introduction du bulletin unique rend plus difficile la tricherie car il élimine la possibilité de chantage : sac de riz pour bulletins non versés. Mais la tricherie va au-delà du scrutin, à commencer par la liste électorale, l’utilisation de biens publics pour la propagande (maintenant interdit par l’article 46 du Code Electoral), l’obligation de démission de son poste avant le scrutin, et l’égalité d’accès aux antennes publiques. La nature humaine fait qu’il y aura toujours dérapage, mais avec les balises, on espère moins de tricheries, et plus de crédibilité.

Élections neutres. Neutres = sans parti pris, qui présume l’égalité des chances des candidats et la neutralité des médias et de l’administration. Tel que mentionné ci-dessus, cela implique un accès plus équitable aux médias publiques pour faire passer son message, le bulletin unique qui enlève l’obligation d’acheminer ses propres bulletins dans tous bureaux de vote, l’application équitable des règles d’accès aux espaces publics pour meetings, affichage et autre. Nous savons tous que nous avons énormément à faire en la matière et nous espérons sincèrement que la CENIT, garant de la neutralité, s’y prépare, jusqu’à appliquer des sanctions.

Élections transparentes. Transparentes = clarté des règles, de l’inscription à la liste électorale jusqu’au dépouillement des scrutins et la proclamation des résultats. La transparence exige qu’il n’y ait pas dissimulation d’informations, de problèmes, de méthode. La sensibilisation des citoyens sur les règles, sur la méthodologie et sur la procédure, est le meilleur garant de la transparence. Cette sensibilisation ne devrait pas se faire par les parties prenantes (comme la CENIT) à des groupes cibles restreintes. L’information doit être reliée au grand public, souvent et directement.

Élections indépendantes. Indépendantes= libres de toute sujétion, sans aucun rapport avec l’Etat. Ce qui veut dire qu’il n’y a aucune mainmise des dirigeants au pouvoir. Or, on se pose des questions sur le rôle du Ministère des Finances dans le décaissement des fonds de la CENIT, et celui du Ministère de la Communication dans l’accès aux antennes de la RNM et TVM. Espérons dans les deux cas qu’il n’y aucune ingérence sur le contenu de ce que la CENIT peut faire et peut dire. On doit se douter, surtout au fin fonds de la brousse, sur la capacité du citoyen à distinguer entre organe médiatique publique partisane et une CENIT indépendante.

Élections pour le peuple, et pas pour les politiciens. Enfin, nous semblons nous acheminer vers des élections qui arrangent le mieux aux politiciens, plutôt qu’aux électeurs. Après 4 ans de crise, la population veut s’exprimer, elle est prête à voter. Mais on sème la confusion, en voulant changer la séquence des élections. On est plus soucieux des questions d’amnistie, démission de postes, dénonciation du bulletin unique, de la propagande, des élections dans 5 ans encore, plutôt que du processus de recensement électoral et la mise en oeuvre de fifidianana manara-penitra MAINTENANT. Fifidianana = choisir. manara-penitra =choix libre, indépendant, véritable, dans la règle de droit et dans l’harmonie. Place, enfin, à la voix du peuple.

Sahondra Rabenarivo
23 janvier 2013

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS